De profundis

WILDE-O

livre de profundis
EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 19/10/05
LES NOTES :

à partir de
15,30 €

SYNOPSIS :

Oscar Wilde écrivit De profundis de janvier à mars 1897, au cours de ses derniers mois d'incarcération à Reading. C'est le seul ouvrage qu'il rédigea en prison. Et sans doute aussi son chef-d'½uvre et une des plus belles lettres d'amour qui soient, où résonne toute la plainte de l'amour perdu. « Le sanglot d'un blessé qui se débat... », disait Gide. Adressée à celui qui fut à l'origine de son incarcération et de sa chute, Lord Alfred Douglas, cette lettre, oscillant sans cesse entre l'amour fou et la haine, le désespoir et l'exaltation, la laideur du quotidien et la sublimation, marque une rupture définitive dans la pensée de
Wilde. Le dandy hédoniste laisse en effet tomber son masque, et c'est sans filet et sans artifices qu'il aborde le désir, les désillusions et la souffrance. Le manuscrit original de Wilde subit des fortunes diverses. Oscar Wilde le remit à son ami Robert Ross en mai 1897 pour qu'il l'adresse ensuite à son véritable destinataire, Lord Alfred Douglas. Mais Ross n'envoya à celui-ci qu'une copie incomplète et déposa l'original en 1909 au British Museum, d'où il ne put être retiré que cinquante ans plus tard. C'est à partir de ce texte, le seul authentique et intégral, que la présente traduction de De profundis a été établie.
1 personne en parle

S’il y a une oeuvre où l’objet d’une lettre prend tout son sens, c’est bien celle –ci. En effet ce long monologue adressé à son amant, dont le père est à l’origine de son incarcération, est une mise à nu, un dépouillement sans précédent de l’auteur.Celui –ci est emprisonné pour 2 ans du fait de son homosexualité. Dans la solitude de sa cellule, c’est à son amant qu’il s’exprime en montrant une extrême sensibilité, en révélant une personnalité complexe, assez torturée.J’ai senti, au travers de ses écrits, une relation ambiguë, faite d’amour et de haine, d’un certain commensalisme de la part du compagnon, Lord Alfred Douglas. Tout au long de ces pages j’y ai plus vu du remord, des reproches, de la douleur, du désespoir. Plus que de l’amour, j’y ai plus perçu un certain attachement.Si le style est impeccable, très beau, fluide, avec comme de la noblesse dans l’expression, j’ai ressenti à un moment de l’ennui, voir de la lassitude, en particulier aux 2/3 du livre lorsqu’il aborde la religion et le Christ. J’ai trouvé ce passage là particulièrement abscons et repoussant. Si pour le style, et la beauté du texte, cette lecture aura été intéressante, elle ne me laissera pour autant pas un souvenir impérissable, la trouvant probablement un peu trop dépassée, trop poussiéreuse. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
21/07/11
 

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.24 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition