De sang-froid

CAPOTE, TRUMAN

livre de sang-froid
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 28/03/72
LES NOTES :

à partir de
9,30 €

SYNOPSIS :

« Il était midi au coeur du désert de Mojave. Assis sur une valise de paille, Perry jouait de l'harmonica. Dick était debout au bord d'une grande route noire, la Route 66, les yeux fixés sur le vide immaculé comme si l'intensité de son regard pouvait forcer des automobilistes
à se montrer. Il en passait très peu, et nul d'entre eux ne s'arrêtait pour les auto-stoppeurs... Ils attendaient un voyageur solitaire dans une voiture convenable et avec de l'argent dans son porte-billets : un étranger à voler, étrangler et abandonner dans le désert. »
7 personnes en parlent

Le récit d'un fait divers sanglant, d'un tête-à-tête avec deux criminels, un tête-à-tête mortel.. pendus aux évènements comme eux au gibet..Un fait réel, malheureusement.. Vous n'aviez pas remarqué ? Que ça n'était pas une fiction ? Ah, à dire vrai, ça ne m'étonne guère. C'est écrit comme tel. C'est le tour de force magistral réalisé par Truman Capote, avec ce livre. C'est si bien relaté qu'on a l'impresion que ça n'est pas vrai. Formidable non ! On croirait presque un "vrai" roman, une pure vision de l'imaginaire, un pur exercice d'invention. Et pourtant non. Mais c'est ce qu'on finit par penser. On les imagine bien, ces deux meurtriers, Smith et Hickock, personnages inventés de toute pièce, avec force détail, avec leurs pensées les plus intimes, leurs blessures profondes.. Oui, on est avec eux. On fuit avec eux.Comme on a vécu avec les Clutter, la famille assassinée, leur dernière journée. Celle avant le massacre. On était avec Nancy lorsqu'elle apprit à une jeune fille à cuisiner la tarte aux cerises. On était avec la mère, dans son univers, on vivait chez eux.On vit au plus près des meurtriers, on en découvre un à travers le regard que l'autre pose sur lui. On les découvre au travers des différents témoignages des parents de Hickock, que l'on "cerne" assez rapidement. C'est le plus vantard, le plus "grande gueule". Le moins inquiétant en somme. Quant à Perry Smith, c'est une autre histoire. Une énigme à lui tout seul. Jusqu'au bout. Perry, le déformé, le mutilé, physiquement, et moralement. Qui en a bavé. Qui n'a pas bénéficié de l'instruction que ses frères et soeurs ont reçue. Qui ne perçoit pas la vie comme la plupart des autres. Ni la mort d'ailleurs. Vu l'état dans lequel ils ont laissé les quatre membres de la famille.Longtemps l'on s'interroge sur le mobile d'ailleurs. Y en a-t-il un ? Et puis, qui a tué la famille Clutter ? Smith ? Hickock ?Truman Capote a réussi à se mettre à la place de chacun, a réalisé un formidable travail de reconstitution, à la fois subjectif dans les détails, objectif sur le déroulement général.Tout simplement fantastique.

absolu
09/03/09
 

Nous sommes en 1959, dans le Kansas ; deux hommes commettent un quadruple crime, une famille est décimée en l’espace de quelques minutes. Une famille de fermiers, sans histoire, des travailleurs. Ceci est un fait réel, Truman Capote en fait ici le récit structuré comme un roman, avec de multiples procédés narratifs, des lettres, compte rendus d’audience et interrogatoires, et ,qui se lira comme un roman.Un ouvrage complet, d’une précision redoutable, et sans aucun parti-pris. Des faits, rien que des faits. Truman Capote a la sagesse ne pas apporter d’interprétation, ni de porter un quelconque jugement. Il laisse planer volontairement une certaine froideur dans son style pour ne pas influencer le lecteur , seul face à la folie des hommes.Les amateurs de polars classiques seront sans doute déçus, car les coupables sont connus assez vite, et expressément nommés. Tout le propos de cet ouvrage est la reconstitution quasi chirurgicale de ce terrible fait divers, et dans le descriptif d’une certaine Amérique de l’époque.Si s’embarquer dans la lecture de cet ouvrage ne se fait pas à la légère tant il peut rebuter au départ, en revanche, une fois dedans c’est avec beaucoup de difficultés que l’on s’en sépare, mais surtout il imprime durablement sa marque au fond de soi. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
15/10/14
 

Indeniablement , ce triste fait divers , veridique qui plus est , a attisé ma curiosité .La narration , entrecoupée de flash-backs , etait plutot plaisante. Là ou le bat blesse , en ce qui me concerne , c'est le style presque journalistique employé par l'auteur me donnant l'impression d'une trop longue enumeration d'evenements ..Questionnement interessant sur la nature humaine (ou inhumaine , c'est selon...) et son absence de remords face a une telle barbarie. A lire et a mediter cependant ...

TurnThePage
10/11/13
 

Tous les auteurs qui veulent écrire à partir de faits divers devraient lire ce livre, l’analyser, pour comprendre comment écrire véritablement un roman, et non un récit plat et froid. Je pense particulièrement à Ann Rule, ou à l’allemande Anna Maria Schenker, qui utilisent les mêmes procédés, avec bien moins de talent.Si Truman Capote se montre génial, c’est parce qu’il raconte tout, sans nous asséner son jugement ou ses opinions sur ce qui s’est passé. Il plante le décor, et les spécificités du Kansas, de ses lois, sont soigneusement intégrées dans le récit. Il n’hésite pas à donner des détails touchants, sans jamais verser dans la sensiblerie. Il laisse parler les témoins – tous les témoins, sans les censurer d’aucune manière. Ce n’est en aucun cas répétitif, chaque témoin a quelque chose à dire, comme une petite pierre ajoutée à cette édifice.Ce qui me frappe aussi est que ce crime, pour horrible qu’il soit, n’est pas un événement isolé. D’autres crimes tout aussi sordides ont été commis, à la même période. Certains n’ont pas été résolus, en dépit des efforts des forces de l’ordre. D’autres l’ont été, et les coupables furent exécutés. Des « tueurs en série », comme l’on dirait de nos jours. Personne ne semble s’étonner de cette violence, au lendemain de la seconde guerre mondiale, de cette amoralité – et il était difficile d’incriminer à l’époque les films et les jeux vidéos.Aussi, il est intéressant de voir quelle large part Truman Capote accorde aux meurtriers – pas de suspens, ce n’est pas le but, leur identité est connue très rapidement, leur mobile ne le sera que plus tardivement. Ils sont si sûrs de leur impunité que leur voyage n’a rien à voir avec une tentative de fuite, eux qui n’hésitent pas, après leur périple, à revenir au Kansas. Truman Capote s’attache à retracer leur jeunesse, leurs parcours sur la voie de la délinquance – rien ne semblait les distinguer d’autres voyous ordinaires, jusqu’à ce quadruple meurtre qu’eux-mêmes peinent à expliquer. Les psychiatres, leurs avocats s’en chargeront – ou pas. Mention spéciale également à la pugnacité des enquêteurs, particulièrement bien rendue.Vous l’aurez compris, De sang-froid est un excellent livre, qui ne laisse pas indifférent.

Sharon
28/10/13
 

1° J'ai du mal avec le style de Truman Capote. Même dans "Petit-déjeuner chez Tiffany", un de ses livres que j'ai aimés, l'écriture m'a déplue (d'où l'avantage de voir l'adaptation ciné, d'autant plus qu'elle est réussie).2° Je n'ai rien trouvé d'intéressant dans ce récit. Le fait divers en lui-même est glauque ; il n'y a rien à espérer des meurtriers.3° Capote ne "sublime" pas cette histoire réelle par le biais de son cheminement. Il s'en tient à des généralités, des constats, etc. Evidemment, je ne lui demandais pas d'émettre un jugement quelconque : c'est au lecteur de se le forger. Toutefois, il n'a pas su donner à mes yeux un aspect littéraire à cette histoire sordide. Prenez le journal, rubrique "faits divers", et la lecture n'en sera pas plus palpitante... pas moins non plus !

mycupoftea
13/09/12
 

Le récit d'un meurtre, " de sang froid ",et le tour de force d'un auteur aux méthodes discutables. Effectivement, il a obtenu la confiance des coupables pour qu'ils lui racontent les faits, en leur faisant miroiter la possibilité d'une libération...

Arfirith
27/08/12
 

En quatre parties Capote relate un fait divers sanglant de la fin des années 50.Il prend le parti de faire un récit très chronologique. La première partie nous permet de découvrir les victimes, leur environnement, de savoir ce qu'elles faisaient le jour où elles ont été assassinées. La deuxième relate les investigations des enquêteurs et les pérégrinations de deux gars, elle se finira par l'arrestation de ces deux-là comme suspects dans le quadruple meurtre. La troisième se focalise sur les aveux et le contexte familial des deux suspects. La dernière retrace le procès, quelque peu bâclé, et l'exécution de Smith et Hickock.Bien sûr lors de certains passages, Capote ne peut que romancer mais l'on peut souligner le travail de recherches pour pouvoir comprendre le contexte des crimes, comprendre la motivation des assassins. Cette recherche nous permet d'être immergé dans l'affaire, de se retrouver au Kansas en 1959.Le roman fut un immense succès à l'époque, huit millions d'exemplaires vendus, et trois films adaptant celui-ci au cinéma. Je pense que cette reconnaissance est pleinement justifiée. Pour ma part il m'a happé, dur de s'en sortir alors que l'on veut savoir comment ils se feront prendre, comprendre pourquoi un cambriolage tourne en quatre exécutions.

Chiwi
06/08/12
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.26 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : RAYMOND GIRARD

Dans la même catégorie