Debout les morts

VARGAS, FRED

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 17/10/05
LES NOTES :

à partir de
5,70 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Debout les morts Un matin, la cantatrice Sophia Siméonidis découvre, dans son jardin, un arbre qu'elle ne connaît pas. Un hêtre. Qui l'a planté là oe Pourquoi oe Pierre, son mari, n'en a que faire. Mais la cantatrice, elle, s'inquiète, en perd le sommeil, finit par demander à ses voisins, trois jeunes types
un peu déjantés, de creuser sous l'arbre, pour voir si... Quelques semaines plus tard, Sophia disparaît tandis qu'on découvre un cadavre calciné. Est-ce le sien oe La police enquête. Les voisins aussi. Sophia, ils l'aimaient bien. L'étrange apparition du hêtre n'en devient que plus énigmatique.
16 personnes en parlent

La plume de Fred Vargas est reconnaissable entre mille : c'est un ton, une donne, un humour décalé et une perpétuelle dérision. S'ajoutent des personnages désabusés, des héros manqués et bancals, des êtres à la psychologie atypiques, bichonnés par l'auteur. Car dans "Debout des morts" Fred Vargas introduit son trio des Evangélistes : Marc, Mathias et Lucien. En fait, trois historiens paumés, presque sans le sou, qui investissent "la baraque pourrie". Ils ont pour voisine une ancienne cantatrice, Sophia Siméonidis, qui, un beau matin, découvre un arbre planté dans son jardin. Et cet arbre détient tout la clef de l'intrigue de ce roman qu'on déclare "policier" mais qui va bien au-delà. Au lieu d'entraîner son lecteur dans des scènes de crimes, des poursuites du coupable, Fred Vargas s'attarde à peaufiner son histoire et surtout ses personnages. Pour sûr, elle les aime et nous le rend bien. On s'attache à ce trio un peu déjanté, on s'amourache de l'écriture qui tournerait en bourrique tout bon linguiste. Quand le grivois croise le raisonnable, en somme. Pas très classique, la Vargas. Elle possède un style à elle qui rend perplexe les indécrottables adeptes des intrigues policières bon chic bon genre. Son truc à elle est cabotin et bougrement attachant. Guère orthodoxe.

Clarabel
23/02/09
 

J’ai dévoré ce livre en moins de deux. Debout les morts nous présente un insolite trio d’historiens fauchés, Marc le médiéviste, Mathias le préhistorien, et Lucien le contemporéaniste de 14/18, qui occupent chacun un étage d’une baraque pourrie qu’ils partagent avec un vieux flic réputé lui aussi pourri, parrain et oncle de Marc. Les “évangélistes” ont chacun un caractère bien à eux, leurs manies, forcément liées à leurs passions et spécialités, ils sont excentriques, obsessionnels, sombres. Le style de Vargas est encore une fois un délice linguistique. Elle pratique l’argot poétique, la métaphore parlante, l’imagerie verbale. Les dialogues sont vifs, plein d’humour et de finesse. Ça frise parfois le surréalisme, mais ça reste d’une cohérence infaillible. L’intrigue est délicieusement tordue, efficace, les rebondissements pas assez nombreux pour être lourds, juste bien dosés et bien placés. Pour l’avoir rencontrée à Frontignan cette année, j’ai constaté que Vargas pratique le même humour que ses personnages, mordant, vif, intelligent et irrésistible, avec un naturel confondant. Incontournable.

un flyer
13/02/09

Fred Vargas a souvent cité parmi ces oeuvres favorites en matière de roman policier celle de Pierre Véry. On ne s'en étonnera pas tant le ton est proche entre les deux écrivains.Ils mettent en effet chacun comme un point d'honneur à embrouiller le lecteur dans une intrigue quasi féerique, à nous entraîner en terre de mystères (c'est ainsi que Véry qualifiait ses romans).Avec son trio d'historiens, "Evangélistes" savoureux, droit sortis du précédent "Ceux qui vont mourir te saluent", l'auteur est en terrain connu, elle qui exerce la douce profession d'archéologue.Entre un arbre qui apparaît comme bon lui semble et une cantatrice qui se permet d'être assasinée, nos trois compères auront du fil à retordre et le lecteur des rouages à remettre en ordre.Un régal pourvu que l'on apprécie ce type de polars, pas vraisemblables pour un rond et très décalés par rapport à une éventuelle "vérité" policière. En un mot, on est loin du hard-boiled ou du procedural. Maltese

Maltese
15/09/09
 

Au départ j'étais déçue: pas de Commissaire Adamsberg, pas de lieutenant Danglard ni de Retancourt (j'ai un faible pour les deux derniers). Mais en fait ça m'a très vite passé et j'ai découvert les trois évangélistes: - Marc Vandoosler, dit « Saint-Marc », homme de ménage le jour, médiéviste la nuit;- Lucien Devernois, dit « Saint-Luc », historien spécialiste de la Grande Guerre;- Mathias Delamarre, dit « Saint-Mathieu », archéologue spécialiste de la Préhistoire. Tous trois vivent dans une vieille baraque pourrie avec l'oncle de Marc, Armand Vandoosler, vieux flic ripoux remercié par la maison pour avoir laissé filer un meurtrier. Dans cette baraque chacun vit à son étage et les étages sont répartis par ordre chronologique. Ces personnages sont fabuleux, on découvre leurs petites manies, leurs qualités, leurs défauts, et au final on s'attache. On se prend autant que dans l'intrigue.Comme d'habitude l'intrigue de Vargas est parfaite, on chemine lentement mais sûrement vers l'assassin, et comme d'habitude on n'est pas déçu et surtout on n'a pas trouvé en moins de 50 pages. Il y a juste ce qu'il faut de rebondissement, pas trop pour que ça devienne lourd et nous prenne la tête mais assez pour pas que l'on s'ennuie. Le style d'écriture est toujours aussi plaisant, on lit ce polar sans s'en rendre compte avec un plaisir certain et on en redemande. J'ai lu cet opus à une vitesse alarmante et cela m'a confirmé que j'adore Vargas et sa plume.

Otsu
31/12/11
 

Fred Vargas nous fait entrer dans le quotidien peu commun de quatre hommes qui se prennent d’amitié pour une jeune femme, leur voisine, qui disparaît soudainement.J’ai beaucoup aimé les différents personnages du roman. Chacun est important, tous trouvent leur place et je me suis même prise d’amitié pour certains d’entre eux.Ce qui m’a par contre un peu manqué c’est que même si les protagonistes sont attachants et ont leur propre caractère l’auteure ne s’attarde pas assez sur leur passé. J’aurais pourtant bien aimé en savoir plus de ce côté-là.Par contre la routine, le présent et leur manie sont bien décrites et on s’y croirait presque.A travers ce roman on peut voir comment le quotidien de quelques personnes peut changer à cause d’une seule femme.Les idées sont bonnes, parfois un peu farfelues mais je pense sincèrement que cela peut plaire.En ce qui concerne les descriptions, elles sont réduites au minimum et cela est parfois gênant…Je pense que s’il y avait plus de descriptions concernant les protagonistes ou certaines situations j’aurais sûrement pris plus de plaisir à lire ce roman.Ce qui m’a un peu déçu c’est que l’on ne sait pas du tout comment l’enquête avance du côté de la police. Fred Vargas alterne les points de vue des différents personnages. C’est une très bonne idée mais elle oublie complètement celui de la police avec les recherches, les interrogatoires… et pour un roman policier je trouve que c’est tout de même important.Certains faits nous sont rapportés mais cela ne remplace pas un avis centré sur les policiers ou les recherches.Par contre j’ai trouvé intéressant que tout au long du roman on puisse chercher nous aussi qui est le coupable puisque ce dernier ne nous est dévoilé qu’à la fin avec les explications de tout ce qui s’est passé et des meurtres.En résumé un bon roman qu’il faut lire plus pour les personnages et les situations hors du commun qui leur arrivent que pour l’enquête policière.

manue06
30/12/15
 

J'aime beaucoup les policiers et avec celui la je n'ai pas été déçue, les quatre personnages principaux 3 historiens et un ancien flic sont très attachants ils ont tous des carracteres très différents et le fait que les historiens étudient des époques totalement différentes donne lieu à des dialogues ou des remarques vraiment drôles. Outre ce côté divertissant l'enquête est vraiment prenante il y a quelques retournements de situation et des moments plutôt stressants. Pour conclure je suis ravie de cette lecture il se lit rapidement de part son nombre de pages et son dynamisme. Alicialef

Alicialef
08/10/15
 

Trois mecs dans la mouise investissent une vieille bâtisse délabrée. Trois historiens, compagnons de misère, auxquels viendra rapidement se greffer un ultime larron, ancien flic à la retraite et oncle de l'un de nos trois pieds nickelés.Ils se lieront rapidement d'amitié avec l'une de leur charmante voisine, la célèbre cantatrice Sophia Siméonidis. Elle est chafouin en ce moment la Sophia, depuis qu'un hêtre, d'un fort beau gabarit ma foi, trône désormais dans son jardin qui n'en comptait encore aucun la veille. le mystère s'épaissit un peu plus lorsque notre Castafiore tourmentée plie les gaules sans laisser de traces. La découverte d'un cadavre calciné achèvera de convaincre ses attentionnés riverains qu'un drame se joue peut-être au royaume du mezzo-soprano.Cherchez pas Adamsberg, il avait pris son reliquat d'RTT.Mais peu n'importe, Vargas signe ici un polar riche et dense.L'interaction entre ces quatre locataires est jouissive au possible tant l'univers qui les sépare semble insondable.L'auteure affiche une parité de bon aloi en décrivant des personnages féminins éminemment troublants et intrigants.La plume est brillante et ingénieuse, à l'image de ce polar enlevé qui n'aura finalement eu de classique que sa trame atypique.Quatre âmes en sommeil, un drame pour les réactiver. Du très beau boulot !

TurnThePage
26/04/15
 

Mon deuxième Vargas. Peu convaincue par le premier que j'avais lu (le jeu de l'amour et de la mort), j'avais décidé d'en lire quand même un autre avant d'enlever définitivement Vargas de ma liste d'auteur. L'histoire d'un arbre qui apparait comme ça un beau matin me plait assez, m'intrigue, allez je me lance... oh comme j'ai bien fait !! Ce livre est un petit bijoux déjanté et inclassable. Les personnages sont tous plus farfelus les uns que les autres (comme dans tous les Vargas) j'adore particulièrement les évangélistes qui m'ont fait beaucoup rire, surtout Mathias le chasseur cueilleur et Lucien qui parle toujours comme un soldat. Hilarant par moment, intriguant à d'autre, malgré certaines scènes et dialogues qui font de ce livre un OVNI du polar, on ne s'ennuie pas une seconde. L'enquête policière est bien faite et la fin m'a pleinement satisfaite, je dois avouer que je n'avais pas trouvé (surtout l'explication de l'arbre). Bon il n'y a qu'une seule chose qui m'a semblé un peu téléphonée, mais le livre est tellement bon que l'on pardonne. Vargas a également une très jolie écriture. Donc un livre à lire !! Pour ceux qui ont déjà aimé Vargas et aimeront encore plus, pour ceux qui n'ont pas aimé et qui peut-être se réconcilieront avec l'auteur grâce à ce roman, pour ceux qui hésitent à se lancer parce qu'ils ont entendu que Vargas c'était super spécial. Lisez celui-là !!

Lithodora
12/09/14
 

Excellent livre, je l'ai dévoré! Bonne histoire, mais surtout, quelle équipe de détectives! Des rebondissements, des morts, des faux-vrais coupables, tout y est avec surtout cet humour distillé à chaque page, et ces personnages hauts en couleur! Du plaisir, rien que du plaisir!

CorinneG34
06/08/14
 

Un peu décontenancée parce que je ne retrouvais pas mes personnages préférés, à savoir Adamsberg, Danglard et Retancourt, j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. Mais la recherche de Marc et ses amis, dans le style assez proche des 3 enquêteurs de la Police, m'a fait passer au-dessus de cette «déception» et j'ai bien apprécié la lecture de ce titre. Accrobiblio

un flyer
07/08/13

J’ai lu très peu de romans de Fred Vargas (de mémoire, je crois n’en avoir lu qu’un seul), et Debout les morts est une lecture vraiment intéressante je trouve.J’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Je ne comprenais pas bien le… but des choses. Cela étant, j’ai fini par m’attacher à ces personnages hors normes, « dans la merde » comme ils aiment à s’appeler.J’ai bien aimé l’idée de faire cohabiter trois historiens : Marc, Mathias et Lucien, ainsi qu’un ex flic, Vandoosler. Leurs dialogues sont le plus souvent drôles et nous arrachent des sourires. Et puis, ils sont naturels, un poil déjantés voire loufoque, ce qui fait que l’on s’attache vite aux personnages.Ils sont tous les quatre vraiment différents, les historiens ont du mal à s’entendre étant donnés qu’ils sont attachés chacun à une période de l’histoire différente.Concernant l’enquête, on ne suit pas tellement l’enquêteur, mais plutôt ce quatuor pas comme les autres. Et puis de toute façon, Vandoosler le même un peu à la baguette cet inspecteur.Cela étant, l’enquête ne manque pas d’intérêt est la solution est bien trouvée et réaliste. De plus, le point de départ des choses, à savoir ce hêtre arrivé mystérieusement dans le jardin, est une idée super, principalement parce qu’il fallait y penser. Après tout, vu la fin de l’histoire est l’explication du pourquoi du comment, la présence de ce hêtre signifie que Fred Vargas avait déjà en tête toute l’intrigue, qu’elle savait où elle voulait aller et comment. Franchement, chapeau.On soupçonne beaucoup de monde au fil des pages, mais à la fin… ba non, ce n’est aucun de ceux que l’on avait dans le collimateur. C’est brillant. Les indices, les évènements nous mènent apparemment dans toutes les directions, et pourtant ce n’est pas le cas, au contraire on file droit vers la solution, mais sans le savoir.Ainsi donc, c’est un bon roman policier que voilà, un roman que je ne regrette pas d’avoir lu.

Emyline
14/05/13
 

Après avoir lu Pars vite et reviens tard, j'étais un peu sceptique sur l'histoire et l'auteur. Mais il s'avère que le livre se lit très bien. Les personnages sont un peu bizarre mais l'histoire se tient. Heureusement que je ne suis pas restée sur ma première opinion. Et surtout ce qui est génial c'est de pouvoir écrire cette histoire avec pour centre un arbre.

cloclo85
10/03/13
 

Un matin, Sofia Simeonidis, ancienne cantatrice ayant connu son petit moment de reconnaissance, découvre dans le jardin de son pavillon parisien qu'un arbre y a été déposé dans la nuit. Angoissée, elle demande à Pierre, son mari, s'il sait d'où il vient. Mais celui-ci dit ne rien savoir de cet arbre.Dans les jours qui suivent, trois jeunes historiens un peu paumés s'installent dans un pavillon voisin en ruine. Ils sont tous trois spécialisés dans des domaines différents, et ne comprennent pas leurs passions respectives : l'un est spécialiste de la préhistoire, un autre du Moyen-Âge et le troisième de la Première Guerre Mondiale. Peu après, Matthias, Marc et Lucien voient arriver l'ex-commissaire Vandoosler, le parrain de Marc, qui s'installe avec les "trois évangélistes".Un jeudi, alors que Sofia a l'habitude de déjeuner tous les jeudis dans le petit resto d'à-côté, celle -ci ne vient pas : personne ne sait ce qu'il lui est arrivé, et tout le monde se pose de plus amples questions quand la nièce de Sofia débarque et trouve porte close chez sa tante alors qu'elle devait y emménager.Dans ce roman, on ne retrouve pas la figure habituelle d'Adamsberg, et pour cause, ce roman est antérieur à l'apparition du personnage. Néanmoins, le commissaire Vandoosler, par ses aspects bourrus laisse deviner le futur Adamsberg. Et Fred Vargas réussit à insuffler dans ce roman tout le souffle de ses productions ultérieures : des personnages fouillés, avec des caractères bien trempés, une intrigue qui tient en haleine et qui ne laisse à aucun moment présager le dénouement de l'histoire, une écriture vive,... après une mise en route un peu lente de ma part, j'ai eu envie de savoir le plus vite possible ce qui allait advenir aux protagonistes de ce roman.

Yohan59
28/01/13
 

Après avoir lu son précédent livre "Ceux qui vont Mourir te Saluent", on y retrouve les 3 étudiants historiens cette fois-ci fauchés et vivant ensemble avec un vieil oncle commissaire pourri. Ils vont se lancer sur l'enquête de la disparition de leur récente voisine "ancienne cantatrice célèbre". Des amateurs qui enquêtent, ça change et ça m'a bien plu. Suspense garanti jusqu'à la fin ...

rpfab
24/09/12
 

Comme ne pas apprécié un livre de Fred Vargas? Il est ici question de trois historiens "les évangélistes" qui vivent en collocation car étudier l'histoire, ça ne paie pas de nos jours. Et c'est en fonction de leur point de vue que se construit l'histoire. Mais à l'inverse de bon nombre de roman policier, ce n'est pas un cadavre qui provoque l'inquiétude de Marc, Mathias et Lucien, mais un arbre nouvellement planté dans le jardin de leur voisine. et oui, avec Fred Vargas il faut s'attendre à tout. De plus qu'elle manie la plume avec la plus grande des virtuosité et nous livre des romans comme elle seule est capable de les écrire.

seriephile
26/10/11
 

J'avais entendu beaucoup de bien des romans de Fred Vargas et je ne suis absolument pas déçue avec celui-ci. L'intrigue est excellente, pleine de rebondissements et de fausses pistes. Les personnages sont originaux et développés. Ils ajoutent une touche d'humour très appréciable au milieu d'une enquête qui devient au fil du temps de plus en plus sombre.Un excellent roman policier que je conseille vivement à tous les amateurs du genre.

PetiteMona
03/05/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition