Defense et trahison

PERRY, ANNE

EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 01/05/01
LES NOTES :

à partir de
8,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Après une brillante carrière militaire au service de la couronne d'angleterre en inde, l'estimé général thaddeus carlyon rencontre la mort, non dans l'affrontement d'une bataille, mais au cours d'un élégant dîner londonien. Accident ou homicide ? la belle alexandra, épouse du général, confesse bientôt
son meurtre, passible du gibet. william monk, hester latterly et oliver rathbone travaillent d'arrache-pied pour faire tomber le mur de silence élevé par l'accusée et la famille de son mari ; ils cherchent désespérément une réponse à ce sombre et effrayant mystère, afin de sauver la vie d'une femme.
6 personnes en parlent

Une enquête banale Ce roman policier commence comme tous les autres par un meurtre, à résoudre par une équipe de choc. On apprend qui est l'auteur du crime dès le départ, et les 150 pages suivantes servent à trouver le mobile. Bref, une lecture dispensable.

beraud@archimed.fr
03/11/15
 

Une enquête banale Ce roman policier commence comme tous les autres par un meurtre, à résoudre par une équipe de choc. On apprend qui est l'auteur du crime dès le départ, et les 150 pages suivantes servent à trouver le mobile. Bref, une lecture dispensable.

90011755
19/09/14
 

Troisième opus des enquêtes de William Monk, ce livre est très complet, apportant une enquête forte intéressante (pis aussi un peu malsaine et dérangeante), et quelques découvertes sur le passé de notre détective amnésique qui ne se souviens de rien mais qui recouvre la mémoire au fur et à mesure des livres.Encore une fois on nous plonge dans une histoire de famille - à croire que l'auteur adore ça - avec un procès et surtout beaucoup de présence de la part d'Hester Latterly (même si je dois avouer, je préfère Monk).Les personnages suspectés étaient pour la plupart détestable, et si à la base la victime semblait tout à fait innocente, elle a fini par me dégoûter lui même. La vérité qui se cache derrière ce meurtre dont on connait déjà la coupable, m'a vraiment fait faire une grimace tellement c'était assez immonde.L'enquête était donc mouvementé, forcément les gens apprécient pas qu'on fouillent dans les plus grands secrets de leur famille, et aussi, la vérité était surprenante. Le procès était toujours aussi bien mené, et à la fin j'ai pleuré de soulagement.J'aime toujours autant Monk et Hester, et leur relation qui se rapproche. Le major était un personnage très attrayant et amusant, ressemblant un peu à Lady Callandra. Ce sont des alliés précieux je trouve. Olivier Rathbone me plait beaucoup, je le trouve très classe, mais je préfère quand même Monk, que finalement on ne voit pas non plus énormément à l'intérieur de ce livre.En soit une très bonne enquête, bien que j'avoue à certains passages avoir décroché.

yuukichanbaka
12/07/13
 

Voici le troisième tome de la série Monk. J’ai adoré les deux premiers, et ce troisième ne m’a pas du tout déçu. Anne Perry sait comment nous mener en bateau, tout en semant des indices ci et là sur le fond de l’affaire. J’avais que j’ai trouvé ce tome-ci beaucoup plus glauque, l’histoire est difficile mais en plus j’ai trouvé qu’il y avait une profonde injustice dans la condition des femmes (bon ça c’est pas nouveau, c’est dès le premier tome, mais celui-là est une grande claque). Une amie d’Hester, Edith Carlyon va lui demander d’aider Alexandra Carlyon, sa belle-soeur, qui se dénonce dans le meurtre de Thadéus Carlyon son mari. Hester va alors chercher de l’aide auprès de Oliver et de Monk afin de mener l’enquête. Une enquête qui patauge et qui pourtant révèle petit à petit les secrets de la famille Carlyon.C’était assez sordide, mais vraiment super bien. On est tout de suite entraîné dans l’histoire. Tout d’abord nous avons la présentation des personnages, puis l’accusation d’Alexandra, l’enquête et finalement le procès. Un procès drôlement bien mené, j’ai adoré comment Oliver semait petit à petit ses « cailloux » au fil de ses questions, ce gars doit être un vrai pro aux échecs, il a quelques coups d’avances.Dans ce tome on en apprends également un peu plus sur le passé de Monk, en effet un souvenir lui revient, celui d’une femme qu’il aurait aidé et que, apparemment, il aurait aimé, il se met donc à sa recherche, en parallèle. La relation entre Oliver et Hester évoluent pendant ce temps, ils s’entendent assez bien et Hester rencontre le père d’Oliver avec qui elle se lie très vite. Hester travaille en même temps chez le major Tiplady que j’ai trop adoré, il était excellent comme homme.Au niveau des personnages j’ai beaucoup aimé les principaux, notamment la relation Hester/Monk qui me fait mourir de rire à chaque fois, parce qu’ils ne peuvent pas s’empêcher de se balancer des piques et de s’engueuler. J’ai apprécié également Edith, Damaris et Sabella de la famille Carlyon. J’ai détesté la mère d’Edith et Damaris : Félicia, je la trouvais trop brusque, une vraie vipère. Je n’ai pas non plus aimé Louisa Furnival, trop séduisante, trop « parfaite » à mon goût, j’avais trop envie de la baffer. J’ai adoré Alexandra (l’accusé), je l’ai trouvé vraiment courageuse, même si ça me saoulait qu’elle ne se défende pas. J’ai trop adoré Pev (le mari de Damaris), il était excellent. Bon il y a trop de personnages pour que je les énumères tous, mais ceux cité m’ont beaucoup touché, on va dire (en bien ou en mal).L’histoire est très prenante, intrigante je voulais en savoir plus et même en apprenant le fond de tout, quelques mystères planent et Anne Perry nous ballade. Les femmes sont vraiment mal traités à cette époque, c’est très stressant d’ailleurs. En gros une femme doit fermer les yeux quand son mari la trompe ou la bat, ce n’est pas si grave (je ne dis pas qu’on doit tuer par jalousie, mais c’est énervant de voir que la femme ne peux pas du tout se défendre, qu’elle est juste bonne à bien paraître en société). La dernière phrase de fin m’a fait glousser, c’était excellent, et une très bonne fin.Voilà, j’ai donc passé un très bon moment avec ce tome-ci, et je vais courir acheter la suite (dès que j’ai des sous).

lasurvolte
09/12/12
 

Avec ce troisième volume Anne Perry nous replonge à nouveau dans une époque où les inégalités sociales sont à leur paroxysme, et nous dresse le portrait d’une société victorienne scindée en deux univers qui cohabitent mais s’ignorent. Lorsque la veuve d’un général respecté avoue son meurtre, rien ne va plus dans la famille du mort. Les membres ont chacun une idée de la situation et certains préfèreraient voir la coupable enfermée chez les fous plutôt que de se voir exposés sur la place publique lors d’un procès. Sollicitée par l’une des sœurs de la victime, Hester Latterly fait appel à Oliver Rathbone et William Monk afin d’établir l’innocence de la veuve. Celle-ci se montera fort peu coopérative et éveillera les soupçons de Monk et de Rathbone, incitant ces derniers à enquêter pour découvrir le véritable mobile du meurtre et ses tristes circonstances. Si le lecteur devine plus ou moins le vrai mobile, rien n’est pourtant certain et Anne Perry réussit malgré tout encore l’exploit de nous mener en bateau à peu près jusqu’à la dernière page, et n’hésite pas pour cela à développer une scène de procès d’une folle intensité, d’une efficacité confondante. Encore une fois l’enquête se poursuit en parallèle du procès, une course contre la montre qui rythme une intrigue déjà poussée et dense et nous bombarde de nouvelles révélations. Nous nous retrouvons pour ainsi dire au sein du procès, anticipant les réactions des protagonistes face aux nouvelles révélations. Redoutable, glauque et haletant, peuplé de personnages fouillés et réalistes, ce troisième volume est un vrai régal. www.madamecharlotte.com/livres

un flyer
01/05/12

Troisième livre de la saga Monk, je l'aime profondément. Déjà parce que les personnages me plaisent toujours autant, mais surtout parce que le suspens est haletant et que le sujet terrible parle de quelque chose que l'on a trop tendance à croire qu'il n'existe qu'à notre époque. Et aussi parce que le procès d'Alexandra tient une bonne part du livre. Elle est coupable il n'y a aucun doute, alors me direz-vous, pourquoi lire ce roman ? pendons là (comme disent les braves gens courroucés) et prenons un autre roman. Vous auriez tort. Ici, ce n'est pas qui mais pourquoi qu'il faudra trouver. Et ce pourquoi peut-il la sauver ? À l'époque Victorienne où une femme est totalement dépendante de son mari, où sa parole n'a pas de poids, où elle n'a qu'à obéir... suivez donc cette passionnante enquête et ce très troublant procès qui révèle une face cachée de ce "bon vieux temps" comme dirait les nostalgiques...

Lithodora
17/11/10
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition