Delire d'amour

MCEWAN, IAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 21/03/01
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La vie tranquille de Joe Rose, faite de bonheur conjugal et de certitudes scientifiques, bascule le jour où il est impliqué dans un accident mortel. Parce qu'il se sent coupable, mais surtout parce qu'il fait ainsi la connaissance d'un jeune homme, Jed, qui lui voue sur-le-champ un amour aussi total qu'inexplicable, aussi chaste que dévorant. Car Jed, qui veut guérir Joe de son athéisme, est convaincu que leur
rencontre a été voulue par Dieu, et que cet amour est forcément réciproque. Débute alors un harcèlement terrifiant, qui bouleverse l'existence de Joe et le confronte à ses propres démons... Délire d'amour, sommet d'humour noir et de cruauté, constitue un nouveau tour de force de Ian McEwan, qui nous plonge au coeur d'une obsession destructrice et contagieuse, où l'amour est plus dangereux que la haine.
3 personnes en parlent

Un amour névrotique Entre thriller et roman psychologique, ce"Délire d’amour" nous emporte dans une passion … à sens unique ! Le roman s’ouvre sur l'improbable chute d’un aérostat dans une prairie anglaise où pique-niquent des Londoniens sans histoire... Ce terrible accident marque le début d’un amour ravageur qui va bouleverser la vie de couple, mais aussi la vie professionnelle de Joe Rose devenu malgré lui la cible de la monomanie de Jed Parry. Fou d’amour, celui-ci est persuadé du sentiment réciproque de Joe : cette conviction délirante est une forme de psychose reconnue, appelée syndrome de Clérambault. Les chapitres s’enchaînent dans un suspense effrayant, allant de pair avec le malaise croissant de notre victime. Le talent du romancier est de suivre les phases réelles de la maladie : une phase d’espoir, la plus longue, où Jed attend que l’être aimé se déclare. La phase de dépit, plus agressive, conduit Jed à harceler Joe. Enfin, la plus dangereuse, qui peut conduire au meurtre est celle de la rancune… Il va sans dire que l’auteur joue à merveille de ces trois phases pour décrire les états d’âme du malade, mais aussi de sa victime, qui, elle aussi, espère, agresse, puis …Avec une précision quasi-scientifique et néanmoins un humour passionnément british, Ian Mac Ewan nous livre les méandres d’un amour destructeur, où la passion devient votre pire cauchemar !

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Ensemble depuis sept ans et très amoureux, Joe et Clarissa coulent des jours paisibles. Un événement vient bousculer cette quiétude : Joe se retrouve impliqué dans un accident tragique avec quelques autres hommes. Egoïsmes conjugués ? concours de circonstances fâcheuses ? Quoi qu'il en soit, Joe demeure perturbé, d'autant plus qu'un des autres acteurs du drame ne cesse de se rappeler à lui. La mauvaise conscience et ce harcèlement délirant vont avoir des incidences sur la vie de Joe.Drame ressassé par le narrateur et considérations sur sa profession, querelles conjugales, délires mystico-amoureux d'un déséquilibré, le tout parsemé d'exposés scientifiques qui surgissent de manière plus ou moins artificielle… Cet ensemble m'a profondément ennuyée. Il faut dire que ce texte m'est apparu aussi dilué et plombant qu'est concis et subtil celui de l'excellent "Sur la plage de Chesil". Même thème ici que dans "L'enfant volé" : des crises existentielle et conjugale consécutives à un événement traumatisant... Et hélas même déception à la lecture : trop de digressions qui noient le sujet central. Quant aux accents de roman noir sur la fin, j'ai trouvé ça vraiment incongru, pour ne pas dire grotesque. Canel

Canel
18/01/14
 

Un amour névrotique Entre thriller et roman psychologique, ce"Délire d’amour" nous emporte dans une passion … à sens unique ! Le roman s’ouvre sur l'improbable chute d’un aérostat dans une prairie anglaise où pique-niquent des Londoniens sans histoire... Ce terrible accident marque le début d’un amour ravageur qui va bouleverser la vie de couple, mais aussi la vie professionnelle de Joe Rose devenu malgré lui la cible de la monomanie de Jed Parry. Fou d’amour, celui-ci est persuadé du sentiment réciproque de Joe : cette conviction délirante est une forme de psychose reconnue, appelée syndrome de Clérambault. Les chapitres s’enchaînent dans un suspense effrayant, allant de pair avec le malaise croissant de notre victime. Le talent du romancier est de suivre les phases réelles de la maladie : une phase d’espoir, la plus longue, où Jed attend que l’être aimé se déclare. La phase de dépit, plus agressive, conduit Jed à harceler Joe. Enfin, la plus dangereuse, qui peut conduire au meurtre est celle de la rancune… Il va sans dire que l’auteur joue à merveille de ces trois phases pour décrire les états d’âme du malade, mais aussi de sa victime, qui, elle aussi, espère, agresse, puis …Avec une précision quasi-scientifique et néanmoins un humour passionnément british, Ian Mac Ewan nous livre les méandres d’un amour destructeur, où la passion devient votre pire cauchemar !

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition