Delivrances

MORRISON, TONI

EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 15/09/16
LES NOTES :

à partir de
7,10 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes. Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité. « Rusé, sauvage, et élégant... Toni Morrison

distille des éléments de réalisme et d'hyperréalisme dans un chaos magique, tout en maintenant une atmosphère narrative séductrice et poétique, voire toxique... Une fois encore, Toni Morrison déploie une écriture courageuse et sensuelle qui fait d'elle, sans doute, la plus grande romancière contemporaine. » Lisa Shea, Elle. « Toni Morrison ajoute une nouvelle pierre à l'édifice d'une oeuvre [...] au sein de laquelle elle ne cesse d'examiner, d'interroger les conflits et les changements culturels de notre époque. Délivrances est incontestablement un nouveau chef-d'oeuvre. » Jane Ciabattari, BBC.

7 personnes en parlent

Bride, jeune femme à la peau noire, cabossée par la vie et en quête d'amour (parce que mal-aimée originellement) tente de reconstruire le puzzle de sa vie, reprendre petit bout par petit bout son histoire, pour mieux se retrouver. Son périple passe par l'étape de rédemption.Toni Morrison peut écrire n'importe quel texte court, mon cœur de lectrice lui sera définitif acquis. Elle a cette façon subtile d'aller à l'essentiel avec un phrasé travaillé mais d'une simplicité déconcertante. Il n'y a aucune vulgarité chez elle même lorsqu'elle relate des faits divers sordides. Et pourtant, on ne peut pas dire qu'elle ménage son lectorat avec Délivrances (titre sublime au pluriel : c'est volontaire et veut tout dire). Elle ne joue pas la facilité, ne reste pas dans son petit domaine de prédilection, parle d'amour, de retrouvailles (peu heureuses), de combats internes, d'hypocrisie et d'amoralité : le bonheur se gagne à la sueur de son front (et avec une bonne panne automobile). Parce qu'aimer nécessite avant tout sincérité et franchise qu'on doit à l'autre mais avant tout à soi-même. Alors Bride va ramer, vers cet autre qui l'appelle, son pendant masculin et son miroir. Ses pérégrinations l’amèneront vers une autre petite fille sauvage, un passage de relais pour le meilleur. Saisissant et très beau.

Cave
16/01/16
 

Lula Ann Bridewell, fille de "mulâtres au teint blond", est si noire de peau à la naissance que sa mère, Sweetness, n'éprouve pour elle que du dégoût. Son père, ne la croyant pas de lui, quitte le domicile conjugal.Mal aimée, la petite Lula Ann est prête à tout pour attirer l’attention d’une mère indifférente même à signer un faux témoignage envoyant une institutrice blanche en prison pour pédophilie.La fillette va grandir seule, se forger une personnalité factice, portant en elle le secret de ce mensonge lourd de conséquences. Devenue adulte, la chenille se transforme en papillon et Lula Ann devient Bride, à la beauté éblouissante, fière de sa peau tellement noire qu’elle la met en valeur en ne s’habillant qu’en blanc.Sensuelle et épanouie, elle entame une brillante carrière dans le secteur des cosmétiques et élabore sa propre ligne de produits.Comment parvient-on à se libérer des traumatismes de l’enfance ? Comment vivre avec la culpabilité d’être, celle lentement inculquée, diffusée par ses parents, par une mère ? Comment vivre en étant Noire, même la plus belle ? Comment survivre avec le mensonge, dans le mensonge ? Comment aimer sans rejeter ni juger ?Délivrances est un roman grave, lumineux et réaliste, confirmant la puissance narrative magistrale de la romancière et la force de son regard sur la société américaine contemporaine et les injures et insultes faites aux exclus et aux faibles.Une belle lecture !

isabelleisapure
20/12/15
 

Etats-Unis, de nos jours. Sweetness n'aurait jamais cru mettre au monde une enfant noire comme du charbon puisque ses parents et elle-même étaient des "mulâtres au teint blond". Mais c'est bien ce qui arriva, et la petite fille baptisée Lula Ann, naquit avec "une couleur terrible"."Ça m'ennuie beaucoup de le dire, mais dès le début à la maternelle, Lula Ann, le bébé, m'a mise mal à l'aise. A la naissance, sa peau était pâle comme celle de tous les bébés, même les africains, mais elle a changé à toute vitesse. J'ai cru devenir folle quand Lula Ann a viré au noir bleuté pile sous mes yeux."Persuadée que la couleur de peau de sa fille sera une croix à porter tout au long de son existence, Sweetness l'éduque en la culpabilisant et répugne à tout contact physique. Seulement, éperdue d'amour pour une mère qui ne semble pas l'aimer et ne la touche jamais, la gamine est prête à tout pour plaire....Deux décennies plus tard, Lula Ann est devenue Bride, une jeune femme pétillante, à l'allure superbe et à la carrière professionnelle aboutie.Sweetness a voulu que sa fille porte sa couleur comme un fardeau, mais c'est devenu un étendard. Mère et fille ne se comprennent toujours pas et entretiennent une relation distante et polie. Bride compense l'absence d'affection de sa jeunesse dans les bras de ses amants. Or, depuis quelques temps, il y en a un qui focalise ses pensées tant par son charisme que par l'aura mystérieuse qu'il entretient sur sa vie. Elle se sent amoureuse, mais quand Booker (c'est son nom) décide de la quitter par un "t'es pas la femme que je veux", l'assurance de Bride s'effondre.Elle, la femme à la beauté exotique qui fait retourner les hommes dans la rue, se retrouve seule sans explication. A cela s'ajoute la confrontation avec Sofia Huxley, une institutrice qui vient de sortir de quinze années de prison à cause du témoignage jadis de Bride. Tous ces événements sont-ils liés?Booker a ressenti comme une délivrance en quittant Bride. Sofia, en frappant la jeune femme, permet enfin à se larmes de couler..." Depuis combien de temps son traumatisme infantile le chassait-il loin des courants impétueux et des vagues de l'existence? Les yeux lui brûlaient, mais étaient incapables de pleurer."Dès lors, Lula Ann décide de tout quitter pour tenter de retrouver son amour perdu. Sa quête la mènera auprès de Steve, Evelyn et leur petite fille adoptée Rain. Là, elle y apprendra la vie dénuée de tout luxe, et auprès de Rain, la capacité à excuser sa mère de son enfance qu'elle croyait douloureuse. Mais c'est auprès de Queen, la tante de Booker, que Bride sera enfin en paix avec elle-même...Délivrances est un roman à la fois sauvage et élégant. Sauvage par la noirceur des violences faites aux enfants et des conséquences de mensonges, élégant par la silhouette de Bride et sa volonté de reconquérir son amour perdu. On ne sort pas indemne de cette lecture profondément humaine qui ravive nos propre questionnements sur nos regrets, nos croyances en la nature humaine, et nos certitudes.Bride est un personnage central très actuel qui fait écho dans une Amérique encore en proie à des tensions raciales régulières. Rien n'est réglé forcément; le premier chapitre, qui donne la parole à la mère, montre à quel point certains peuvent considérer la couleur de peau comme une tare.Et ce qui est saisissant chez l'auteur, c'est que la couleur noire n'est pas unique mais possède une infinie variété de nuances, tout comme le corps qui se transforme physiquement pour répondre en apparence aux douleurs intérieures. Par le jeu du roman choral,Toni Morrison met en scène des personnages à un moment clé de leur existence. Opportunistes, en retrait, ou prisonniers de leur passé, ils ont besoin de se délivrer d'une partie de leur mémoire et de leurs erreurs pour pouvoir vivre (vraiment) pleinement. Toute en subtilité, leurs chemins se croisent, leurs rencontres ajoutent une pierre à l'édifice de la liberté et de l'acceptation de soi. Il faut se libérer de son passé pour pouvoir vivre le présent et envisager l'avenir.Finalement, la couleur de peau n'est qu'un prétexte, l'essentiel vient de l'intérieur.Très beau roman. vivi

vivicroqueusedelivres
04/09/15
 

Toni Morrison nous livre une nouvelle fois un roman sur l’enfance et la ségrégation. Car, là est la vocation de l’auteur, défendre cette cause, redonner la parole aux enfants meurtris à cause de leur couleur. Et pour dévier le drame ou peut-être lui donner une dimension supérieure, elle ajoute une pointe de mystère, de fantastique. Comme si le seul chemin de délivrance était de s’évader dans une autre dimension.Lula Ann a souffert du rejet de sa mère. Sweetness, la mulâtre au teint blond ne voulait pas toucher la peau « noire comme le Soudan » de sa fille. Une couleur qui a même fait fuir son père.Devenue une belle femme qui sait tirer partie de son physique et qui a réussi professionnellement, elle reçoit comme une insulte la phrase de son petit ami, Booker : » T’es pas la femme que je veux. » Pourtant, elle avait changé de nom pour devenir Bride. Elle voulait enfin réparer une erreur de jeunesse en aidant une femme à sa sortie de prison. L’adulte qui cherchait la délivrance retombe dans le rejet de l’enfance.« Je ne sais pas ce qu’il y a de pire : être jeté comme un déchet ou fouetté comme un esclave. »Son corps semble étrangement régresser, repartir en arrière, vers ce monde de l’enfance. Et c’est en côtoyant une autre enfant meurtrie, Raisin, que Bride reprend des forces. Elle sait que Booker est l’homme qu’elle aime. Lui seul comprenait sa peau » Ce n’est qu’une couleur, avait-il dit. Une caractéristique génétique : pas un défaut, pas une malédiction, pas une bénédiction ni un péché. »L’auteur nous donne à connaître l’enfance de Booker. Les deux jeunes gens se rejoignent dans les douleurs de l’enfance. Chacun porte « une histoire triste de blessure et de chagrin« .C’est avec tout le talent, l’humanité de l’auteur que Bride et Booker partent sur le chemin de la délivrance.

jostein
17/12/15
 

Le résumé est un peu succinct. Le roman est chorale, qui éclaire la personnalité et les actes de Lula Ann qui se fait maintenant appeler Bride.Au fil du texte, nous découvrons les conséquences de son secret sur sa vie avant que ce fameux secret ne nous soit révélé.Il y a toujours un peu de magie, dans les textes de Toni Morrison, mais dans ce roman-ci, je l’ai trouvé moins ensorcelant.Un roman sur l’importance de la parole pour se délivrer du poids des secrets.L’image que je retiendrai :Celle des vêtements toujours blancs de Bride sur sa peau noire. Alex-Mot-à-Motshttp://alexmotamots.wordpress.com

AlexMotaMots
03/12/15
 

Le poids de l'enfance à l'âge adulte "Délivrances" montre bien comment le vécu pendant l'enfance constitue des chaînes dont il est difficile de se libérer à l'âge adulte.Un roman très bien écrit par un prix Nobel de littérature.

beraud@archimed.fr
03/11/15
 

Délivrances est le genre de roman qui nous donne le ton dès les premières pages et dès les premières pages on devine la présence d'une histoire qui ne laisse pas indifférent celui qui la lit.Lula Ann alias Bride est une petite fille, née d'une mère noire mais avec une peau assez claire pour se faire passer pour une blanche et d'un père ayant une peau également très claire. A cause de l'incompréhension de ses parents devant sa couleur de peau, Lula Ann va vivre un calvaire, d'abord rejetée par son père qui a quitté le domicile, elle va être rejetée par sa mère qui a honte d'elle à tel point qu'elle lui demande de l'appeler Sweetness au lieu de Maman, et qu'elle fera tout pour éviter le moindre contact physique avec sa fille quitte à la rendre malheureuse. Jusqu'au jour où pour faire plaisir à sa mère Lula Ann va accuser à tort une personne et de là, commence pour elle la descente aux enfers parce que si cela a permis à la mère et à la fille de renouer un infime lien, Lula Ann va traîner ce fardeau jusqu'à ce qu'elle soit adulte.L'histoire de Lula ann est la base de ce roman composé d'un choeur de personnes qui ont/ont eu affaire à elle de près ou de loin. Ces personnes ont presque toutes en commun le fait d'être ou d'avoir été torturées par la vie, que cela soit à cause de maltraitance, de mensonge ou de fardeau trop lourd à porter. J'ai beaucoup aimé ce système de narration qui est à la base ce que je préfère dans un roman contemporain, un bon point de plus ! L'histoire est découpée en quatre parties et ce malgré qu'elle fasse moins de 200 pages encore un bon point parce que ça permet d'avoir une bonne structure, ce qui est fortement nécessaire dans cette histoire qui a le défaut d'être désorganisée notamment pour les deux dernières parties où j'ai eu tendance à perdre le fil de l'histoire.En fermant ce livre, je me dis que Toni Morrison est vraiment la reine du contemporain. Son écriture est tout simplement exquise, et se déguste lentement mais sûrement, elle dépeint avec justesse et sans concession le portrait de ses personnages, et nous conduit vers une réflexion à propos des conséquences des traumatismes sur une vie mais aussi des biens faits de la délivrance de ceux-ci lorsqu'ils sont révélés au grand jour.Toni Morrison, une valeur sûre ! Benebooks

Benebooks
01/11/15
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.11 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : CHRISTINE LAFERRIERE