Dernier rapport sur les miracles a little no horse

ERDRICH, LOUISE

livre dernier rapport sur les miracles a little no horse
EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 20/08/03
LES NOTES :

à partir de
23,30 €

SYNOPSIS :

Le père Damien, un prêtre centenaire, exerce son apostolat parmi les Indiens d'une réserve du Dakota du Nord depuis près de quatre-vingt ans. Dans la petite ville de Little No Horse, le prêtre a été le témoin de beaucoup de changements, de conflits et surtout de miracles qu'il a fidèlement rapportés aux papes successifs tout au long du siècle, mais dont il n'a jamais eu la preuve divine. Alors qu'il est sur le point de mourir, le père Damien est contacté par le Vatican, qui semblait jusque-lâ l'avoir oublié, afin de prouver ou de contester la supposée sainteté d'une religieuse qu'il a bien connue. Il sait que Soeur Leopolda ne mérite pas un tel honneur, mais il est tenu par le secret de la confession qui l'obligerait en outre à révéler sa propre identité ainsi que son passé soigneusement préservés grâce à d'opportuns miracles. Qu'â cela ne tienne, à l'heure de la mort, le prêtre décide de passer aux aveux, de tout dire et même d'éclairer le
mystère d'un meurtre jusque-lâ jamais résolu. En racontant sa propre histoire, le père Damien raconte également celle des familles indiennes avec lesquelles il vit depuis si longtemps : les Nanapush, les Morrissey, Pillager, Lamartine et les Lazare.Des histoires tour à tour sombres, drôles, passionnées et magiques où défilent tous les sentiments et les aspects de la condition humaine. Mais qui s'attendrait vraiment à ce que le père Damien soit en réalité une femme qui a endossé cette identité afin d'échapper à un passé trouble et violent ? C'est cette histoire étonnante de foi, de dissimulation et finalement de rédemption qui transcende le roman. Un roman lyrique qui aborde le thème de l'amour dans toutes ses dimensions jusque dans l'absolu, divin ou humain et qui analyse les peurs et les passions humaines. Louise Erdrich a su créer des personnages étonnants, assembler des images audacieuses et écrire avec une beauté et une dextérité inouïes.
6 personnes en parlent

Le père Damien, quasi centenaire, est le prêtre d'une réserve indienne dans le Dakota-du-Nord. Il a assisté a de nombreux évènements anodins ou fantastique sur lesquels il a écrit aux différents papes sans pour autant avoir eu de réponses ni de réactions de leurs parts. Jusqu'au jour où débarque du Vatican un émissaire, le père Jude Miller. Le père Damien se replonge dans son passé , celui de la réserve indienne et il hésite a lui révéler la vérité . Car le père Damien n'est pas un prêtre comme les autres :c'est une femme!Ce livre est la chronique d'une réserve indienne vue par le père Damien. Il nous raconte le quotidien des indiens au début du siècle dernier parqué dans leur réserve où ils doivent faire face aux tentatives de spoliation de leurs terres par les blancs, aux différends entre les tribus, aux problèmes d'alcool...C'est aussi l'histoire d'un faux prêtre qui vient s'installer dans cette réserve avec son secret , qui découvre une nouvelle manière de vivre et qui tente de se fondre dans ce milieu sans porter de jugement sur les moeurs des indiens qui sont en porte-à- faux avec la foi catholique.Ce livre nous fait toucher du doigt les difficultés rencontrés par les indiens mais il nous fait découvrir leurs histoires et leurs croyances avec beaucoup d'humour. La mort de Nanapush est très drôle, ce qui est rare pour un décès. Les personnages sont très attachants même si, et c'est le seul bémol que je mettrai, ils sont très nombreux et que l'on s'y perd surtout quand ils ont deux noms (catholique et indien).J'ai aimé ce livre qui m'a fait découvrir un univers , des histoires indiennes que je ne connaissais pas et qui poses beaucoup de questions sur les rapports entre le catholicisme et les croyances indiennes. http://desgoutsetdeslivres.over-blog.com/

Zembla
01/12/13
 

Je trouve que c'est l'un des livres les plus aboutit de Louise Erdrich. Et l'un des plus accessible. Je me suis laissée prendre dans lesfilets des histoires de Louise Erdrich avec beaucoup de plaisir. Les personnages ont du relief, ils sont (presque) tous attachant, on les suit avec intérêt. J' ai beaucoup aimé la duperie du Père Damien.Pour avoir lu presque tous les livres publiés en français de Louise Erdrich, mis à part ''La chorale des maîtres bouchers'' qui figuresur mes étagères pour une prochaine lecture, il y a un défaut qui commence de plus en plus à me déranger, je trouve qu'elle ne parvient pas à se renouveler. On tourne un peu en rond.J'aime cette auteure, je continuerai à la lire, en espérant qu'elle trouve de nouvelles idées

Lacazavent
05/04/13
 

Le Père Damien est arrivé à Little No Horse dans le Dakota du Nord en 1912. Depuis cette date, il n'a cessé d'envoyer des rapports au Vatican relatant ses tentatives d'attirer les Indiens vers la religion catholique. Les papes successifs sont restés muets à ses demandes, suppliques, appels à l'aide. Soudain, en 1996, arrive un envoyé du Vatican. Il va avoir droit à un récit des plus étranges, à plusieurs voix... Tout ça commençait merveilleusement bien avec Agnès Dewitt en personnage principal. Superbement extravagante, je me délectais à l'avance de ses aventures... Mais à mon grand regret j'ai décroché assez vite. J'ai bataillé pour le finir malgré tout, car l'écriture de Louise Erdrich nous offre de succulents récits ça et là. Je ne pourrais pas vraiment dire ce qui a manqué pour me donner le frisson du plaisir de lire... un peu de cohérence pour lier le tout ?... Un choix de trame donnant trop de place aux errements de la pensée?... En fait je pense une façon de décrire les personnages trop abstraite pour moi. Sylvie Sagnes

SagnesSy
09/01/13
 

Très belle histoire bien que tortueuse. Des personnages inoubliables.On y retrouve les valeurs humanistes prônées par Erdrich.J'apprécie également que l'auteur défende les valeurs des Ojibwés sans pour autant avoir une attitude militante caricaturale. Il y a beaucoup d'amour et de douceur dans son regard et c'est sûrement pour cela que je continuerai à la lire.

mycupoftea
12/09/12
 

L’histoire est celle d’une jeune religieuse, sœur Cécilia, qui, en conflit avec la mère supérieure à propos de ses dons musicaux, s’enfuit du couvent, redevient Agnès DeWitt, se marie. Son mari est assassiné par des malfaiteurs. A la faveur d’une inondation, elle fuit cette situation dramatique. Au cours de son périple, elle retrouve, noyé, un prêtre qu’elle avait rencontré quelques temps auparavant, le père Damien Modeste. Elle prend les habits et l’identité de celui-ci et rejoint la paroisse où il est affecté dans la réserve Objiwé, Little No Horse. S’ensuit une forme de dédoublement lucide de la personnalité d’Agnès/Modeste. Ce dernier assure sa mission de prêtre tout au long d’une longue existence, avec une grande attention pour les hommes, femmes et enfants de cette communauté, qu’ils soient ou non convertis au catholicisme. Il exerce son ministère avec compassion, sens du service et beaucoup d’amour. Ce qui fait que ceux de ses paroissiens qui ont percé le mystère de son identité s’organisent pour la protéger, même dans la mort.Louise Erdrich utilise comme fond de son roman l’histoire d’Agnès/Modeste ainsi que la recherche effectuée par un jeune prêtre pour instruire le procès en béatification d’une religieuse métisse, pour faire connaître la vie, les coutumes, les croyances des amérindiens du Dakota du Nord. Le lecteur découvre la profondeur de l’imaginaire de la population Objiwée, alliée à un pragmatisme indispensable à leur survie. La richesse spirituelle et la sagesse des croyances traditionnelles sont respectées par Damien Modeste, ce « prêtre » catholique, à l’esprit ouvert et indépendant de sa hiérarchie. La rigueur du catholicisme est implicitement critiquée sans que le message évangélique soit remis en question. J’ai ressenti de la tendresse pour ce peuple à la vie rude et qui a été floué par ceux qui détenaient le pouvoir. Ne connaissant pas les Indiens Objiwés, j’ai recherché quelques informations sur internet et ai trouvé un texte d’Eric Navet qui a travaillé chez les Indiens Objiwés de la région des Grands Lacs du Canada et écrit dans « Trente ans au Centre d’études arctiques » : " On ne peut connaître les êtres humains si l’on ignore les sentiers qu’ils foulent, les paysages qui les entourent et qui marquent autant leur imaginaire qu’ils déterminent leur vie quotidienne". C’est ce que fait dans le roman le Père Damien.

awara
25/01/12
 

[...Je n’ai pas vraiment accroché, et je me suis vraiment ennuyée par moments, perdue dans de grands passages à vide où j’avais l’impression qu’il ne se passait rien et qu’on ressassait toujours les mêmes événements, tournant en boucle dans un univers assez ennuyeux[...]

Readingintherain
21/05/11
 

Format

  • Poids : 0.66 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : ISABELLE REINHAREZ

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition