Derniere morsure

FORNIA, ARIANE

livre derniere morsure
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 03/08/07
LES NOTES :

à partir de
16,50 €

SYNOPSIS :

Déjà remarquée lorsqu'elle a publié, à l'âge de quatorze ans, Dieu est une femme, Ariane Fornia, aujourd'hui dix-sept ans, signe avec Dernière morsure le livre d'une génération. Loin du style gnan-gan mièvre ou futile des récits du genre, Ariane Fornia nous offre avec une surprenante maturité un réjouissant inventaire d'une adolescence sur laquelle elle se retourne une dernière fois. Des chroniques hilarantes où se reconnaîtront tous ses congénères, en même temps qu'un témoignage à l'usage des adultes pour décoder cette peuplade étrange : les jeunes. Dans une première partie, sous forme d'abécédaire - de A comme adolescent, B comme Beu à Z comme Zigzag en passant par C comme communisme, H comme Hormones ou O comme
Onanisme -, elle nous initie, dans une succession de courts tableaux acides et drôles, à sa tribu, ses moeurs et ses contradictions. Dans une seconde partie, plus personnelle et sensible, elle raconte les études, les rites de passage, les histoires d'amour, les interrogations existentielles, le rapport aux livres, les adultes. Causticité, verve, lucidité, humour mordant à chaque page, intelligence féroce, sens du détail et de la formule, parti pris de l'autodérision... On pense à la plume déliée d'une Amélie Nothomb lycéenne. On rit à chaque page, en même temps qu'on est bluffé par le talent d'observation et le style de cette étonnante jeune fille. Une petite merveille qu'aurait sûrement goûtée Pierre Desproges...
1 personne en parle

C'est un peu par hasard que j'ai emprunté le roman d'Ariane Fornia Dernière morsure. D'ordinaire ce genre de livre, pondu par une jouvencelle d'à peine dix-huit ans, me fait frémir d'horreur, d'autant plus que la demoiselle en question est doublement "fille de" en l'occurrence fille de Eric Besson (le ministre ) et de Sylvie Brunel, géographe et écrivaine, ex-couple actuellement sous les feux de l'actualité. Mais l'avis de Laure sur son premier roman a su m'intriguer et comme Dernière morsure a sauté dans mon sac à la médiathèque, je n'avais plus qu'à m'incliner.C'est donc à un- je cite "réjouissant inventaire d'une adolescence" que nous convie l'auteure. Et c'est vrai, c'est le sourire aux lèvres que nous parcourons dans un premier temps ce catalogue dressé avec verve et férocité par Ariane Fornia, qui est dotée d'un joli brin de plume. Elle a même l'originalité de ne pas cracher dans la soupe familiale et de ne pas être dupe de ces révoltes de pacotille. On pense parfois à Muriel Cerf (Les rois et les voleurs), le baroque en moins, la férocité en plus, mais bien vite l'exercice tourne court et je me suis contentée de survoler la dernière partie du livre , beaucoup moins percutante.Une agréable plongée néanmoins dans ce monde mystérieux des êtres bizarroïdes qui gravitent autour de nous mais dont le catalogue deux ans plus tard paraît déjà terriblement daté. Histoire de nous rappeler que la roue tourne encore plus vite que ne le craignait l'auteure. cathulu

cathulu
17/07/12
 

Format

  • Hauteur : 21.60 cm
  • Largeur : 13.70 cm
  • Poids : 0.26 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition