Des anges mineurs

VOLODINE, ANTOINE

livre des anges mineurs
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 23/09/01
LES NOTES :

à partir de
6,10 €

SYNOPSIS :

Ensemble narratif de quarante-neuf brefs textes, tous en rapport les uns avec les autres et qui peuvent donc être lus, en réalité, comme les chapitres d'un roman, Des anges mineurs est un livre d'une très grande force poétique. Les personnages, aux noms farfelus, sont extrêmement âgés, mais jeunes parfois d'apparence. Ils ont échappé à une sorte d'apocalypse, en tout cas un changement de régime. Beaucoup ont séjourné dans des camps de redressement, et se plaignent, au fond, du retour au capitalisme. Ils ont souffert du totalitarisme, mais sont désormais dans une société où sous une autre forme l'humanité a disparu. Les rapports amicaux et amoureux sont clandestins et impossibles. Les rapports familiaux inexistants. La survie est presque impossible matériellement : ils vivent dans des grottes, sous des yourtes, dans des immeubles dévastés. Certains sont artistes, d'autres ont des responsabilités politiques. Mais tout va à vau l'eau. Le personnage central, Will Scheidmann est un écrivain qui, dans ce contexte
de post-mutation de régime apparaît comme «réactionnaire», mais qui en réalité est le seul qui «réfléchisse» sur l'Histoire. Sa mère, accompagnée de vieilles femmes, veut exterminer : elle tient au respect des formes du nouveau régime. Mais l'exécution sans doute n'aura pas lieu. L'ensemble est d'une grande tristesse, mais aussi d'une grande sensualité poétique, envoûtante. C'est brillant, intelligent : il y a d'admirables réflexions sur la littérature, ses illusions, ses limites, sa force aussi. Le livre est la description d'un monde où le temps, l'espace, l'économie, la littérature, les rapports psychologiques, la famille, la politique, les langues sont autres, «étranges». Il y a dans ce livre, en dehors des scènes très violentes, des moments de contemplation, de sensualité, de tendresse, qui l'ouvrent à des sensibilités plus diverses. Il tourne labyrinthiquement autour d'une obsession qui est, disons, l'apocalypse conçue par les hommes eux-mêmes, l'idée même de ce qui est «dernier».
3 personnes en parlent

« Et tout était de nouveau comme au début, difficile à croire »Oui, difficile de prime abord à croire. Parce que nous ne sommes pas habitués. Parce que l’univers de Volodine se situe « ailleurs ». On y pénètre sur la pointe des pieds. On sent bien qu’il y a là une sorte de « magie » de l’écriture, de la narration. Et puis, sans même s’en apercevoir nous voici plongés au cœur même de cet univers-là. Sombre, glauque, onirique. Cauchemardesque. J’ai pensé parfois à Michaux et à son personnage « Plume » qui était dans l’inconsistance et dans l’aérien ce que les personnages de Volodine sont dans la pesanteur. Le poids d’un monde gris, en ruine, solitaire et sans espoir. Sans espoir ? Un monde d’après catastrophe. Le silence. L’atmosphère ressemble à celle des rêves : étrange, irréelle, comme un « flottement »… Un rêve dont on ne pourra sortir qu’en se réveillant en sursaut… Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
27/10/08

Mes lectures habituelles sont plus de science-fiction et fantastique, je suis venu à lire cet œuvre car il parle de la fin de l'humanité. Bien sûr ce n'est pas vraiment un livre de science-fiction à proprement dit, plus une fable de science-fiction, racontée en 49 narrats. C'est le livre dont j'ai le plus de mal à me faire une opinion, je n'ai pas été emporté comme d'autres lecteurs l'ont été, et je les comprends tout à fait, mais on ne peut nier qu'il se dégage de l'œuvre une aura de conte de la fin du monde tout à fait enchanteresse. Qu'on aime ou qu'on aime moins, ce livre est assez marquant mais si certains sont hésitants quand à sa lecture, lisez le premier narrat et voyez si vous êtes transportés. En tout cas, une expérience pas désagréable.

fzilbermann
14/03/13
 

Qu'est ce qu'un narrat? Selon l'auteur: "j'appelle narrats des textes post-exotiques à cent pour cent, j'appelle narrats des instantanés romanesques qui fixent une situation, des émotions, un conflit vibrant entre mémoire et réalité, en imagination et souvenir." Prix du livre Inter 2000Les anges mineurs sont les quarante neuf voix des quarante neuf narrats présentés dans cet ouvrage qui décrivent un monde à l'agonie avec des villes en ruine, "des chicots d'entrepôts effondrés", des pommes grises, des décors "aux couleurs épouvantables", et des océans couleur mazout. Ces voix racontent la survie, la mémoire, l'espoir d'une nouvelle ère où les hommes ne vivront plus sous le capitalisme. Dans ce monde qui ressemblent à celui de Cormac Mc Carthy, les hommes sont devenus cannibales, les enfants engraissent leurs parents pour les manger, les vieillardes ont oublié de mourir pour diriger une milice de fer. Le nomadisme règne, et tel l'aède du temps d'Homère, les souvenirs et les histoire se transmettent oralement. Bizarrement, des dates sont émises alors qu'une heure pour quelqu'un peut représenter quinze semaines pour un autre...Les voix s'emmêlent pour peu à peu créer une histoire commune autour d'un être bien étrange, poupée de chiffon créée par les vieillardes, et qui devait reconstituer la société. Ainsi, la lecture de ces quarante neuf narrats est hermétique pour le lecteur non-averti. L'ambiance est noire, l'échec est omniprésent. L'Humanité s'y éteint doucement et les survivants tentent de transmettre oralement leurs expériences. IL faut aborder cet ouvrage comme un ovni littéraire qui contient certes un fil d'Ariane mais dont le support est parfois déconcertant. Toujours est-il que Volodine décrit un monde plein de misères "tué" par son propre système, et envisage une autre société où les riches et les pauvres seront égaux (communisme?) Finalement, je ne regrette pas cette lecture désenchantée vivi

vivicroqueusedelivres
11/02/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie