Des bibliotheques pleines de fantomes

BONNET, JACQUES

EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 11/09/08
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Avez-vous peur de mourir dans votre sommeil, enseveli sous l'écroulement de votre bibliothèque ? L'accumulation de livres ce met-elle pas en danger l'existence même de votre famille ? Classez-vous les volumes par thème, langue, auteur, date de parution, format, ou selon un autre critère
de vous seul connu ? Peut-on faire voisiner sur une étagère deux auteurs irrémédiablement brouillés dans la vie ? Autant de graves questions se posant à cette espèce en voie de disparition : les bibliomanes, qui, outre la passion de posséder les livres, ont celle de les lire.
9 personnes en parlent

Ce petit livre érudit est rempli d'anecdotes – qui toutefois ne répondent pas vraiment aux questions que pose la 4e de couverture – et il y a de nombreuses listes pas toujours très intéressantes mais heureusement de nombreuses informations littéraires, musicales et historiques.« Je dévorais, donc, sans aucun discernement, tout ce qui était imprimé et il ne m'en est pas resté grand-chose si ce n'est une accoutumance à la lecture qui ne demandait qu'à être canalisée. » (page 24).« Le nom d'un livre lu (conquis ?) n'a plus rien à voir avec ce qu'il représentait auparavant. Le livre va ensuite vivre sa propre vie dans notre mémoire. Il va, souvent, tomber dans l'oubli. Mais il arrive aussi qu'il se développe de manière autonome, que l'intrigue se transforme, [...]. » (page 62).« Des centaines de milliers de personnages habitent ma bibliothèque, certains réels, d'autres fictifs. » (page 89). Vous pensez que les réels sont des personnages de l'Histoire de notre monde, et les fictifs les personnages de fiction ? Eh bien pas du tout ! « Les réels sont les personnages dits imaginaires des œuvres littéraires, les fictifs sont leurs auteurs. » (page 89).[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
29/04/11
 

L'auteur qui est un amoureux des livres dissèque sous toutes les coutures le livre et les lecteurs, en insérant à chaque démonstration des anecdotes. Ces références aux autres auteurs ou histoires sont toutes bien fondées, mais elles parasitent parfois la lecture de l'exposé. Même si cet essai est exact (bien qu'un peu banal tout de même), je me suis parfois ennuyée. Oui, cet essai est bien documenté, mais finalement, en le refermant, je me demande si j'ai appris quelque chose.

leiloona
23/03/11
 

Petit livre récemment édité au format de poche, je n'ai pas pu m'empêcher de sauter dessus à peine l'avais-je aperçu sur une table de librairie. Je n'ai pas plus pu m'empêcher de l'entamer sans tarder quand je suis rentrée chez moi.Vous comprenez, un livre qui reprend les manies des lecteurs, par un lecteur, cela aurait été stupide de résister à la tentation d'acquérir ce bouquin.Je ne vais pas dire que je suis déçue par cette lecture, disons plutôt que je n'y ai pas trouvé ce à quoi je m'attendais. En effet, en lisant la quatrième de couverture, je pensais bien rire en me reconnaissant dans certaines descriptions, trouver pas mal d'humour dédramatisant ainsi le fait d'acheter plus vite que je ne lis, d'avoir des habitudes pouvant paraître bizarres aux yeux de l'entourage,... Et finalement, une fois les premières dizaines de pages passées, nous laissons surtout la place à de nombreuses références (qui m'étaient, pour la plupart, jusqu'alors totalement inconnues) ou des anecdotes. Et il faut bien avouer que cela m'a moyennement plu. Au début de la lecture, nous apprenons que la bibliothèques de Jacques Bonnet ne compte pas moins de 40 000 ouvrages (oui oui, 40 000 !), tous genres confondus (et comprenant des catalogues des musées visités, des livres d'art, des dictionnaires,...). Alors bien sûr, je me suis empressée de le dire à mes proches qui trouvent que j'ai déjà trop de livres, histoire de les faire relativiser un peu... Mais cela a comme creusé un fossé, je me suis sentie quelque peu mise à l'écart car je me suis trouvée face à une étendue de connaissances beaucoup, beaucoup, beaucoup plus vaste que mes propres connaissances.Voyez-vous, on se rend très vite compte que l'auteur a une culture incroyable. Et je me suis sentie désemparée face à cela. Aussi bien vis-à-vis du contenu (cfr les nombreuses références) qu'au niveau de la forme. On sent immédiatement que la langue française est maîtrisée. J'ai trouvé cela très plaisant, par contre. Ça change un peu des traductions bâclées et autres coquilles trouvées en nombre (important ou non) dans certains ouvrages ! Alors, finalement, est-ce que je regrette mon achat ? Absolument pas ! Je vais garder ce livre bien précieusement dans ma bibliothèque pour le relire dans quelques années, lorsque j'aurai gagné en culture générale et étendu mes connaissances. Cette lecture m'a par ailleurs donné très envie d'élargir un peu mes horizons littéraires, de me pencher plus régulièrement sur les romans dont on parle moins voire pas du tout,... (et ainsi, de constituer une collection de livres vraiment personnelle). Cet essai m'aura également permis de voir ma bibliothèque et mes livres d'une nouvelle manière. Elle a toujours été, évidemment, très précieuse à mes yeux mais maintenant, elle l'est encore plus. Ce qui me ravit au plus haut point !Je ne peux que vous encourager à vous lancer, vous aussi, dans cette lecture !

BooksAllAround
03/05/15
 

Ce livre est pour les bibliomanes, ceux qui, comme l'auteur accumulent des livres en dépit du raisonnable. Le sujet est classique, le texte passe en revue les pourquoi d'une telle folie, comment ranger ses livres les classer, comment sont-ils parvenus là, le tout émaillé d'anecdotes érudites qui écartent le texte de son chemin premier, mais amusent beaucoup. Perec (cité de nombreuses fois) aurait été plus humoristique, aurait dissimulé ses références avec plus d'habileté... Mais ce court texte est agréable à lire à ceux qui partagent le même intérêt. On s'y reconnait, on s'y retrouve, on est fier de connaitre les références citées ou alors on a hâte de les découvrir. C'est déjà pas si mal de ne pas ennuyer avec un tel sujet... laurence

laurence
01/02/12
 

Dans ce passionnant ouvrage, Jacques Bonnet partage avec ses lecteurs ses habitudes de classement, mais aussi ses obsessions de bibliomane, sans pour autant jamais chercher à se justifier. Il fait référence à moult bibliothèques, réelles ou de fiction. Il évoque ses lectures favorites, certaines de ses quêtes pour des ouvrages rares.Il ne s'agit aucunement d'un guide pour bibliophile, mais bien d'un hommage à la lecture comme à la littérature. Ce livre ne se résume pas : il se lit avec délectation, un crayon à la main pour noter auteurs et titres méconnus. mrs pepys

mpepys
02/01/15
 

La 4eme de couverture m’a énormément plu ! Je m’attendais à être complètement conquise par ce livre et à passer un bon moment. Au final, non. Certes cet essai est très bien documenté et on sent que l’auteur est passionné du livre et très érudit. Mais je me suis ennuyée pendant cette lecture et je me suis autorisé le droit de sauter pas mal de pages (Merci Mr Pennac ;) ) histoire de passer à la trappe de nombreuses, trop nombreuses listes qui parasitaient ma lecture.

Lunae
28/02/14

Jacques Bonnet nous invite, dans son essai, à nous pencher sur ces drôles de bêtes, que sont les lecteurs compulsifs, les collectionneurs ou les adorateurs de livres et d'énormes bibliothèques. C'est un ouvrage très court, mais qui regorge de citations, d'extraits, de théories, de bons petits moments bibliophiles.J'ai adoré me plonger dans ces pages qui parlent des gros lecteurs ; et là, je me suis dis que j'avais encore de la marge avant d'arriver à ces dizaines de milliers de livres qui jonchent les bibliothèques des personnes citées dans cet essai. Et oui, je ne possède qu'à peu près 500 livres, ce qui est peu avouons le ! Mais je ne m'arrêterai pas là, soyez en sûr !L'auteur de ces bibliothèques pleines de fantômes analyse pour nous et avec nous les petites manies des bibliomanes, les différents modes de classement, les différentes pratiques de lecture.Ce livre est un bijou pour tous les amoureux et les passionnés de livres et de littérature.J'ai depuis peu, très envie de découvrir, les essais d' Alberto Manguel (beaucoup cité sans l'ouvrage de Jacques Bonnet) et depuis cette belle lecture, j'en ai encore plus envie.Lire et aimer les livres, c'est beaucoup plus qu'une simple passion. Cela peut devenir même gênant ! Oui, imaginez-vous, dans votre grand appartement ou petite maison pavillonnaire, avec plusieurs dizaines de milliers de livres !!!! Difficile à gérer, n'est-ce pas ? Toutes les pièces de votre demeure n'y suffirait pas (et je compte la cuisine, les toilettes et la salle de bain...). Et puis, je suis sûr que vous aussi vous connaissez ça, quand on sait que l'on n'a encore des tas de livres qui attendent que nos yeux (innocent) se posent sur eux, mais que l'on ne peut résiter à l'envie de se laisser tenter par ces deux romans que l'on désire depuis longtemps, quand bien même nous comme convaincu que nous ne les liront pas avant plusieurs mois, voir plus...L'essai de Jacques Bonnet parle de nos chers livres avec un amour qui ruisselle à chaque page... C'est enrichissant et amusant de lire cet ouvrage, c'est un excellent essai sur les livres et les bibliophiles...

malorie
19/07/12
 

De ce livre je n'attendais pas grand chose à part qu'on me parle de livres, comme j'aime à me les entendre raconter.C'est donc une surprise (et plutôt bonne) que ce livre truffé d'anecdotes et de citations. En tant qu'éternelle rate de bibliothèque, je n'ai pu que me sentir concerner par le syndrome de bibliophilie aigüe que nous raconte l'auteur. Il en est atteint et collectionne les livres chez lui, dans toutes les pièces (salle de bain incluse) pour son propre plaisir. Ce livre ne me parait pas être ambitieux puisqu'il tourne autour du livre, du lieu "bibliothèque" comme autour d'objets de curiosités étrangement convoités.Ce que j'aime dans un livre, c'est qu'on me nourrisse de citations, de références et qu'on me donne envie d'aller voir au-delà. La mission est remplie puisque je me suis empressée de le conseiller autour de moi !Et voici un passage qui non seulement correspond à l'auteur, mais que je voudrais volontiers m'approprier tant il me correspond.J'ai la chance de pouvoir lire dans le bruit, dans la foule et même environné de conversations ne m'intéressant pas. Et la faculté de le faire toute une journée et de poursuivre tard dans la nuit. Et d'y trouver du repos après une journée bien remplie. La lecture me fatigue aussi peu que la nage le poisson, le vol l'oiseau. J'ai parfois l'impression de n'avoir commencé à exister que par la lecture et espère mourir, comme Segalen dans la forêt de Huelgoat, un livre à la main. (64-65)

Melopee
10/07/11
 

Heureux propriétaire d'une "bibliothèque monstrueuse", l'auteur expose ses principes de conservation, analyse sa boulimie de lecture : toute son enfance il dévore les livres, ceux-ci, moyens d'évasion, deviennent avec l'âge moyen de connaissance. Séparant les "bibliomanes" en deux catégories, celle des collectionneurs et celle des lecteurs acharnés, l'auteur expose les difficultés de classement rencontrées, classe les pratiques de lecture, s'interroge sur la provenance de ses livres. Très intéressant, on apprend ainsi que le compositeur Alkan est mort écrasé par sa bibliothèque ou que "les trois espèces d'ennemis qu'ont les livres sont les rats, les vers, la poussière, et une quatrième, celle des emprunteurs" (Peignot cité par Nodier)

sovane
28/10/10
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie