Des louves

JACOB, FABIENNE

livre des louves
EDITEUR : BUCHET CHASTEL
DATE DE PARUTION : 11/01/07
LES NOTES :

à partir de
12,15 €

SYNOPSIS :

On est une caméra mais on reste à la surface des gens. Les gens comme ils sont quand on est couché à côté d'eux. Leurs gestes lents ou brusques, si près, à cette distance. Leurs gestes sans objet. Tout au plus attraper leur surface. Des louves est écrit à la première personne et fait entendre la voix d'une femme, Adèle. Elle a trente ans et reste marquée par son enfance. Près d'Adèle, il y a son mari, son amant, son amie et, pour les personnages du passé, son frère et sa mère. Tout autour, dans une ville qui ressemble à Paris aujourd'hui, d'innombrables figures de passantes traversent le roman, de façon parfois très fugace. L'histoire raconte le « don » d'Adèle. Son intuition des corps. Depuis
l'enfance, elle sait comment ils sont sous leurs vêtements ; elle sait leur odeur, leur grain de peau, leurs varices. Tout a commencé avec l'ennui et l'observation des passants dans un petit bourg de l'est de la France. Le don « prend » sur la plupart des corps. Mais certains résistent. Ce sont ceux-lâ qu'Adèle va s'atteler â décrire, comme si elle voulait leur arracher leur secret. Des louves touche par son écriture sensuelle et mélodique. Le style de Fabienne Jacob épouse au plus près le flux de la conscience et brosse un magnifique portrait : celui d'Adèle, adolescente puis femme mûre, dont le corps est ici appréhendé et dont on dirait qu'il condense à lui seul la condition humaine.
1 personne en parle

Adèle est une jeune femme fascinée par le corps de Simon, son amant. Tous les deux se parlent peu, regardent la télévision puis filent dans la chambre.Ensuite, Adèle rentre chez elle auprès de son mari et de son enfant. Adèle a une vingtaine, une trentaine d'années. Elle a un don qui lui permet de voir le corps des gens, de cerner leurs mystères, de fouiller leurs entrailles.C'est étrange.Elle se rappelle notamment son enfance auprès de Sylvain, dans une cour de la grand-mère, où elle passait tous les étés, à crever de chaud sous le soleil de plomb, dans un petit village près de la frontière allemande. Son amitié avec Monica a débuté à partir de là, dans un sentiment de fascination et d'intrigue pour cette délurée qui jetait ses trognons en pleine nature, faisant fi des adultes qui rouspétaient."Des louves" est un livre troublant, inquiétant, auquel on peine à saisir la portée. Mais on se sent étrangement attiré par l'écriture de Fabienne Jacob, un embrouillamini de syntaxe éclatée, une volonté farouche d'être brute, animale, sans chichis. C'est honnêtement envoûtant, et cela touchera davantage les lecteurs qui avaient déjà été conquis par le 1er livre de Fabienne Jacob ("Les après-midi, ça ne devrait pas exister"). "Des louves" a un goût de terre, de sang et de mystères intérieurs. L'exploration des corps par le don d'Adèle nous laisse entrapercevoir la couleur de la maternité, de l'avortement, de la vieillesse et de la virginité. C'est cru, c'est sec, primitif et instinctif. Particulièrement inclassable, ce livre gage à son auteur un avenir littéraire tout aussi singulier et prodigieux.

Clarabel
20/02/09
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 11.50 cm
  • Poids : 0.13 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition