Dessous, c'est l'enfer

CASTILLON, CLAIRE

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 20/08/08
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Les hommes sont des ânes comme les autres. Et les femmes de cette famille, de bonnes ânesses dévouées et soumises. C'est la malédiction à laquelle la narratrice veut échapper. A moins que son âne à elle l'inspire. Alors elle l'assassinera au fil des pages. Mais ensuiteoe Après son enfance solitaire, silencieuse, ressassée, comment aimeroe En choisissant
un autre homme pour la proéminence virile de sa pomme d'Adamoe Absurde. Mais elle part avec cet homme-lâ, c'est décidé. Mais s'il est question d'amour, cette fois, comment le vivre sans l'écrireoe Comment fermer ce troisième oeil qui s'obstine à voir ce que le coeur ignoreoe Scruter, décortiquer, noter, c'est sa malédiction à elle. Elle est écrivain.
2 personnes en parlent

Claire Castillon nous avait habitué à des livres très sombres (voir “Insecte“ notamment). “Dessous, c’est l’enfer” reste dans ce registre mais sous forme d’un roman. Dans un sens ça dérange un peu, parce que l’on sent qu’il y a une certaine douleur dans ce que vit le personnage mais au fond, n’est-ce pas là une vue assez proche de la réalité ? Qui n’a jamais ressenti envers sa famille, ses amis ou son compagnon un peu d’énervement ? Qui n’a jamais été agacé par les mimiques ou un comportement bien propre à ces autres que l’on côtoie de si près ? C’est peut-être ceci qui dérange finalement, de se dire que les réactions du narrateur ne sont pas toujours autant éloignées de nous qu’on le souhaiterait. Castillon aborde aussi le thème du passé et la façon dont l’éducation que l’on a reçue peut influencer nos rapports avec les autres. Pour tout cela, c’est un roman intéressant mais malgré tout je ne ressors pas de cette lecture avec un avis seulement positif. Certains passages trainent un peu trop en longueur et les allés-retours incessants entre le passé et le présent ont beau ne pas être dénués d’intérêt, il n’en reste pas moins qu’ils perturbent la lecture.La version complète de ce commentaire est disponible sur mon site, rubrique littérature : http://art.souilleurs.free.fr

Artsouilleurs
18/01/09
 

L'homme est un âne. C'est ce que nous raconte l'héroïne de Claire Castillon. C'est une jeune femme écrivain, qui est agacée par celui qui partage sa vie. Souvent elle le méprise, lui trouve une tête de grenouille et prend sur elle de ne pas trop le repousser. Mais c'est plus fort qu'elle. Ses efforts sont contrebalancés par ses propres souvenirs d'enfance. Elle était une petite fille coincée entre la vieille et sa mère - une génération de femmes qui a mis à l'honneur de respecter l'homme aimé et de n'être que soumission. On a pourtant bien du mal à y croire, en replongeant dans la bassine des souvenirs de la demoiselle...J'ai eu du mal à entrer dans ce tableau familial acide et féroce : la vieille est grincheuse, le vieux vicieux, la mère égoïste et la petite mal embouchée. Adulte, elle est devenue une jeune femme difficile et pleine de sarcasmes, nourrie d'exemples ayant pour vocation d'humilier les hommes. Elle ne sait pas aimer, voilà tout son héritage ! Elle ne veut plus de l'âne et lui préfère l'homme à la pomme d'Adam, parce que "l'amour ça se fabrique tout entier, alors on choisit bien avant d'aimer le bon". Derrière cette accumulation de petitesses et autres récriminations, Dessous, c'est l'Enfer traite de l'incapacité d'aimer, de la vie de couple, de la maternité, des rapports intergénérationnels et de la vieillesse. C'est franchement hostile à toutes niaiseries, très moqueur aussi. On a du mal à adhérer à toute cette méchanceté, même si l'humour, en surface, sauve un peu les meubles. Est-ce assez ?

Clarabel
20/02/09

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.34 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition