Deuxieme chronique du regne de nicolas ier

RAMBAUD, PATRICK

EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 07/01/09
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Notre Précieux Souverain a-t-il changé ? C'est ce qu'affirment les gazettes, épuisées ou adoucies par un début de règne fort en gueule. Le sacre paraît loin, et son cortège de festivités, de yachts luxueux, de résidences très surveillées. L'impératrice Cécilia a refait sa vie. Certains courtisans ont été relégués dans des ailes lointaines de la République, bannis à Los Angeles ou dans le 92. Effacité, tempérance, froideur, et même sagesse, tels seraient donc les nouveaux habits de Nicolas Ier. Le Prince Merveilleux n'est plus le même. Ses
cravates ont changé. Ses vestes sont mieux coupées. Et il a épousé " Carlita ", une comtesse italienne très en vue, qui semble avoir grande influence. Mais Patrick Rambaud ne s'en laisse pas compter. La légende officielle, les tableaux dorés, les communications princières ne sont pas pour lui. Il a donc choisi de continuer sa cruelle et désopilante chronique, dressant ainsi le véritable tableau du règne... Rien n'échappe à la plume de notre chroniqueur, costumé pour l'occasion. Les traders et les courtisans changent. Les écrivains restent.
3 personnes en parlent

Bon, vous avez le droit de me lancer des tomates (mais pas trop pourries, s'il vous plaît), et pour plusieurs raisons : parce que Patrick Rambaud a publié sa cinquième (et dernière) chronique (il doit être soulagé de pouvoir se consacrer à autre chose), et parce que je suis bien en retard et bien gonflée d'avoir sorti ce livre de ma PAL juste avant le second tour de l'élection présidentielle. Evidemment, si je lis ces chroniques, si j'ai bien l'intention de lire les suivantes, c'est que je suis assez d'accord avec l'auteur, je déguste littéralement sa critique de celui qu'il présente comme un mini-Napoléon inculte et versatile, attiré par tout ce qui brille (et qui est de l'or) et qui a fait de l'adage "Diviser pour régner" sa devise préférée. Vous avez parfaitement le droit de me dire que ma nationalité belge devrait me tenir à l'écart de cette polémique. Mais je vous répondrai que les Belges francophones (et beaucoup moins les Flamands, si on en croit la presse) se passionnent quand même aussi pour l'élection présidentielle française et que j'assume complètement mon antipathie profonde envers Nicolas Sarkozy. Je vous répondrai aussi que, dans les écrits de Patrick Rambaud, je goûte bien sûr la critique, acerbe, féroce, vacharde en diable, mais aussi son humour fin et observateur, et peut-être plus encore sa plume, son style qui, vous le savez sûrement déjà, fait penser aux écrits de Saint-Simon, Montesquieu et aux Caractères de La Bruyère. Patrick Rambaud a l'art de trousser un portrait, par exemple la Comtesse Bruni, ou M. Benoit XVI, de raconter l'origine des "courtisans" (comme le Baron Bertrand, qui joue ici un grand rôle dans la politique de Nicolas Ier). Quand il veut critiquer telle ou telle attitude de "Notre Très Emoustillant Souverain", il fait le lien avec d'autres faits historiques, d'autres observations d'écrivains classiques, nous montrant ainsi une culture livresque et historique qui semble faire cruellement défaut à son sujet d'étude. Ah, quel bonheur de voir un écrivain maniant si bien le vocabulaire et le subjonctif imparfait ! Cerise sur le gâteau, je souris sans cesse à découvrir les nombreux qualificatifs écrits avec force majuscules, adaptés aux nombreuses circonstances de la vie publique et privée de Nicolas, dit Premier : "Notre Monarque Maximum", "Notre Guide Emporté", "Notre Bondissant Leader" pour n'en citer que quelques-uns. Tout cela me fait rire et sourire, et ne trahit sans doute que mon intérêt profond pour la France, ses habitants et sa culture ! Et j'espère n'avoir choqué personne (ou pas trop) en publiant ce billet... Anne

Anne7500
11/05/12
 

J'avais lu en début d'année 2010 Chronique du règne de Nicolas 1er. Ce tome fait donc suite au premier et couvre la période allant des derniers jours de 2007 à la fin de l'été 2008.On retrouve ici les personnages du premier opus avec quelques nouveautés, dont bien sûr la comtesse Bruni (appelée Madame après mariage) ou bien la Princesse Rama.Patrick Rambaud reprend certains évènements et les retranscrit sous forme satirique. J'ai trouvé l'ensemble un peu moins burlesque que dans la Première chronique et le portrait de Notre Sautillant Monarque frise parfois la caricature. (en particulier dans les dialogues que l'auteur lui prête). Un petit clin d'oeil à Tintin, principale source de documentation apportée au Président par le chevalier de Guaino Une mention toute particulière au dernier chapitre consacré aux relations avec la Chine et aux Jeux Olympiques de Pékin, où l'auteur est beaucoup plus véhément et engagé dans ses propos, condamnant le gouvernement chinois et accrochant également le Comité International Olympique. Comme dans le premier tome, le style de Patrick Rambaud est travaillé, le langage soutenu et parfois volontairement désuet , ce qui donne le ton si particulier de ces chroniques.Un troisième tome est sorti en janvier 2010, que je ne manquerai pas de lireNote 16/20 Extrait 1ere page:Adresse à Notre Très Emoustillant Souverain, Trésor National Vivant."C'est parce que nous sommes nombreux à souffrir votre règne, Sire, quej'ai entrepris de le raconter depuis son aurore, afin qu'en demeurent les péripéties et, oserais-je le dire, une manière de trace. Dans un premier volume de cette chronique,j'ai évoqué Votre Grandiose Installation sur le trône encore chaud du roi Chirac et les six mois bouillonnants qui suivirent.J'y brossai, comme à la paille de fer, les figures les plus cinglantes qui formaient votre Cour et relatai la bousculade calculée des événements qui plongèrent un pays dans la stupeur, puis dans le stupide. Je redoute, Sire, de vous parler aussi ouvertement, mais ce Livre II va chanter une nouvelle chanson, puisqu'il s'ouvre sur les fissures qu'on aperçut bien vite craqueler la façade de votre bel édifice, et sur le réveil du populaire engourdi par vos tours et vos atours. La plume m'en tremble entre les doigts, mais Votre Compulsive Grandeur doit comprendre que, selon les lois de la nature et celles de la politique, la pluie succède au beau temps. Voici venue pour Votre Omnipotence la saison des orages. "

lagrandestef
29/08/10
 

Patrick Rambaud s'est vu attribuer le 19 janvier 2009 le Prix du Livre Incorrect pour cette Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier.

Juan
30/01/09
 

Format

  • Hauteur : 18.80 cm
  • Largeur : 11.80 cm
  • Poids : 0.20 kg