Dis oui, ninon

LETHIELLEUX-M

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 04/03/09
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« - T'as passé une bonne semaine ? Je ne sais pas quoi dire. Si je dis oui, il va être triste, ça voudrait dire que je me passe bien de lui et que l'Autre n'est pas si mal. Si je dis non, il sera très en colère contre Zélie et l'Autre parce que je suis malheureuse à cause d'eux. Je dis : - Moyen. » Du haut de ses neuf ans, Ninon observe le monde. Un monde où les adultes ne s'aiment plus, où les mots n'ont pas de sens, où les mensonges sont
rancuniers, où tous les gens l'appellent « Mon dieu ! » en faisant de grands yeux. Parce qu'elle ne le comprend pas, Ninon décide de s'en détourner et de vivre avec son père qui n'a plus rien. Rien, sauf elle. Ensemble, ils refont leur monde, construisent une maison à partir de rien, traient les chèvres, vendent sur les marchés, oublient l'école et les bonnes manières, sans se soucier des bien-pensants, ni de Mme Kaffe, l'assistante sociale.
12 personnes en parlent

« A ce moment-là, j'ai une drôle d'impression, une image violente traverse ma tête : je devine qu'Agathe sera riche un jour, quand elle sera une adulte, je la regarde et je la vois en grande, sans son pouce dans la bouche. Je sais qu'elle sera riche et belle et tout comme il faut et qu'elle articulera bien tout ce qu'elle dit. Et moi, en même temps, je me vois aussi, mais c'est une image qui bouge et qui fait du bruit, je danse avec une grande robe rouge, je tourne et derrière moi il y a une roulotte et mes cheveux très longs soufflent les bougies. »Ninon est un amour de petite fille, même si elle n'a pas la vie facile. Enfin, ce sont les grands qui le disent, qui l'appellent tout le temps « Mon dieu » et qui lui trouvent aussi la langue bien pendue et les idées délurées. A neuf ans, Ninon a choisi de vivre avec son papa, séparé de Zélie, la maman qui jure qu'elle a perdu son adolescence - deux enfants, un passé compliqué, mais aujourd'hui elle se reconstruit, « elle a des projets » qu'elle partage avec L'autre. Celui-là prend trop de place, et ça dérange les fillettes. Car un jour, Ninon a pris conscience d'une chose très importante. « Mon papa a besoin de moi et je ne le quitterai plus. » Elle décide de vivre avec lui, de l'aider car Fred est débordant d'idées. Il veut construire une maison, il veut vendre des fromages de chèvre, il veut gratter sa guitare et chanter l'amour. C'est sûr, son papa est le meilleur, c'est lui le plus fort. Les copines de Zélie peuvent soupirer et la plaindre, c'est pas acceptable d'être un type violent, ça ne s'excuse pas, mais Ninon se pose des questions.A force d'observer son monde et d'imprimer les mots qu'elle écoute, l'enfant se mélange les pinceaux et le tableau dans sa tête ressemble à un Picasso éclatant de couleurs et de vie, mais parfois les plus belles choses cachent aussi les histoires les plus tragiques et les plus tristes. « C'est drôle, j'ai l'impression d'avoir grandi tout à coup. Ça fait mal au ventre de grandir, ça fait un noeud tout serré au milieu du ventre, c'est à cause des intestins qui grandissent aussi. C'est très triste de grandir, ça donne envie de pleurer sans larmes. »Je me sens toute pataude à parler de ce roman, surtout après avoir avalé les mots de Ninon, grande musicienne d'amour, qui possède « le sens des mots et l'intelligence du coeur ». Les adultes pourront penser d'elle ce qu'ils veulent, « il ne faut pas écouter les jaloux ou les frustrés, il faut faire comme on aime ». Alors souvent le chat se glisse dans la gorge et fait le dos rond pour empêcher les mots. Comme en ce moment. Mais tant pis. Ecoutez Ninon, sa petite voix naïve et touchante, ses problèmes « de disques et de lexique » et son grand cri d'amour pour Fred. C'est beau. C'est l'histoire d'une princesse dans sa cabane, d'une souillon sur goudron et d'une guenon éprise de liberté.

Clarabel
04/03/09
 

Sublime, un grand moment de tendresse, une cure de jouvence. La petite Ninon nous emmène avec toute sa fraicheur et son insouciance dans le monde chamboulé des adultes qui onr l'air bien plus perdus qu'elle. Un roman chavirant, bouleversant. Sa petite main toute chaude reste présente au creux de la notre longtemps après avoir refermé le livre après une nuit de joyeuse insomnie et notre regard retrouve une jeunesse inespérée.merci Ninon monchéri

moncheri
05/03/09
 

J’ai lu ce livre avec avidité...j’avais hâte de connaître le parcours de cette petite Ninon si attachante.. L’auteur a une belle écriture, elle a su regarder avec les yeux de cette enfant si mûre pour son âge.Le parcours est passionnant, les expressions drôles...et parfois si émouvantes....je le relirai avec plaisirQuoi dire de plus ??? J’attends avec impatience le plaisir de vibrer pour le prochain livre...BRAVO et MERCI de nous donner la joie de lire une histoire si belle et tellement d’actualité

daphne
07/03/09
 

Cette lecture est un coup de cœur!Si Ninon m'entendait, elle me regarderait d’un air surpris et me dirait « vous êtes compliqués, vous les adultes, on ne peut pas être amoureuse d’un livre ». Elle me parlerait de sa petite sœur Agathe : une petite sœur, elle l’est pour le temps, c’est pas comme les amoureux ou les trucs comme ça, une petit sœur, même quand t’es à quinze kilomètre ou si tu fais des choses, ou si tu fais rien, elle est pour toujours jours dan ta poche d’amour éternel ». Elle me montrerait la maison que construit Fred, son papa et elle m’expliquerait fièrement qu’elle l’aide. Même qu’une fois elle a trait toutes les biquettes, toute seule ! Pour sa maman, Zélie, c’est un peu compliqué, elle l’a eu jeune et depuis que Fred et Zélie sont séparés, Zélie vit avec "Grocon" qu’elle n’aime pas. Et que sa maman parle souvent de Madame Kaffe et toutes les parole d’adultes quelquefois se mélangent… Je lui dirais juste de continuer profiter de son enfance comme elle le fait. En grandissant, elle sera assez tôt de se confronter aux normes et qu’on n’est pas obligé de se fondre dans la masse pour être heureux. Débrouillarde, gaie, un brin espiègle, elle nous confie du haut de ses neuf ans ses réflexions sur le monde et la vie.Après D'où je suis, je vois la lune, Maud Lethielleux continue de me ravir et de me toucher avec son écriture. http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10
 

La petite Ninon, suite à la séparation de ses parents, décide de vivre avec son papa, laissant sa petite soeur sous la bonne garde de sa maman et de l'Autre, l'ami de sa maman. Mais la vie avec le papa n'est pas très conventionnelle, c'est le moins qu'on puisse dire ! Enfant de parents trop jeunes et, on peut le dire, un brin irresponsables, la petite fille doit s'adapter comme elle le peut à une vie rude, mais dans laquelle elle réussit cependant à être heureuse.Une vraie réussite que ce livre, et un coup de coeur pour cette petite Ninon si attachante, à l'esprit vif et à la langue bien pendue. Enormément d'émotion également au cours de cette lecture, puisque cela touche l'enfance et qu'en tant que maman moi-même, je n'ai pas pu m'empêcher de m'identifier et de comparer... Ce livre est poignant, mais réussit malgré tout à être drôle et bourré de traits d'humour (Madame Kaffe !) grâce à la fraîcheur et l'innocence de cette enfant, et au style tout en finesse de l'auteur.Beaucoup d'interrogations suite à cette lecture sur le rôle des parents et leurs responsabilités vis à vis de leurs enfants...Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
21/12/09
 

Pour plus d'information :Le site officiel de Maud LethielleuxSon blog

Ninie
05/03/09
 

C'est l'histoire de la petite Ninon, 9 ans et de sa vision du monde, enfin, surtout de sa famille. Zélie (sa maman) a décidé de quitter Fred (son papa) pour l'Autre. C'est vrai que la vie avec Fred n'est pas toujours simple puisqu'il a décidé de vivre en "autartique", simplement avec ses chèvres et Raymond, le chien. Seul et contre tous. Mais Ninon, elle s'en fout des autres (ou presque) et elle a décidé de vivre avec Fred, de ne pas le laisser tomber. Tant pis pour l'école qu'elle va sûrement manqué, tant pis pour les jolies robes couleur cerise tachées... J'ai passé un joli moment en compagnie de Ninon, de ses réflexions de petite fille sur le monde des grands qui l'entoure. J'ai souvent souri devant le portrait de ce Papa dépassé, de cette petite Ninon attachante. Et je remercie Anne pour ce cadeau qui a ensoleillé une journée difficile !!

floaimelesmots
02/02/13
 

Mi Zazie, mi Fifi, Ninon la débrouillarde fréquente l'école en pointillés, mais c'est la reine des fromages de chèvres qu'elle vend sur les marchés en compagnie de son père. La vie n'est pas toujours facile quand on met en pratique ses principes et la campagne n'est pas toujours très confortable quand l'argent manque. La séparation des parents de Ninon ne va pas arranger les choses mais la petite fille saura faire plier la réalité devant ses rêves...Un roman de plus sur l'enfance ? Que nenni ! Maud Lethielleux a su trouver un vrai ton, pétri d'humour et d'amour pour ses personnages, doux rêveurs qui savent retrousser leurs manches pour donner de la réalité à leurs songes. Les soucis,les tracas ne sont pourtant pas occultés (ah cette dangereuse Madame Kaffe !) mais sublimés par la vision résolument optimiste de Ninon, petit brin de femme courageuse et tendre qui avance dans la vie le sourire aux lèvres, portée par l'amour indéfectible qu'elle porte à son père.Alors, vite, dites-lui oui car la tendresse et l'humour sont au rendez-vous ! cathulu

cathulu
31/12/12
 

Ce livre est d'une fraîcheur incomparable : Ninon nous raconte sa vie avec ses mots, ses impressions... On oublie très vite que cette histoire est racontée par une adulte, on n'écoute que les mots de Ninon...On est tout de suite pris dans ce récit, malgré son thème qui n'est pas des plus gai : la séparations des parents et la garde de leurs 2 filles. Le sujet n'est pas pesant puisqu'il est raconté avec douceur et la candeur d'une enfant de 9 ans...Ninon vit plutôt bien cette situation, et on se rend vite compte qu'elle n'a pas besoin du confort et de la modernité pour être bien. Elle vit chez son père, en toute simplicité.Le seul truc qui m'a un peu perturbée dans cette histoire, c'est que Ninon n'appelle pas ses parents "papa" et "maman", mais par leurs prénoms. Ca m'a un peu surprise, étant donné que cette histoire est supposée être raconté par une petite fille.Bref, un bon moment lecture, émouvant et tout en simplicité...

Laetydu79
16/08/12
 

Très touchante, cette histoire d'enfance. La séparation de ses parents, sa vision du monde des adultes... nous la vivons à travers le regard et les mots de Ninon, 9 ans.

bib14
03/08/12
 

Ce livre raconte la séparation de parents ayant eu des enfants trop jeunes, vue par les yeux de l'aînée de leurs petites filles. C'est drôle, émouvant et ce livre apporte un regard intéressant sur la marginalité et la vie de bohême.

fdm77
15/06/12
 

Vous vous rappelez de Maud Lethielleux ? Je vous en ai déjà parlé puisque sa première interview fut pour La culture se partage, eh oui !Si j'ai traîné pour parler du roman, c'est – entre autres – que de nombreux blogs en ont déjà parlé depuis trois mois et que j'attendais que ça se tasse un peu (pour que mon avis ne soit pas noyé dans la masse...).Le roman commence par un départ, une séparation. Le lecteur pourrait penser que la suite va être triste, eh bien pas du tout, c'est drôle, c'est vivant, c'est... Lisez plutôt !Ninon (9 ans) et sa cadette Agathe partent en Clio avec Zélie (leur mère) et L'autre (l'homme qui a remplacé leur père dans le cœur et dans le lit de leur mère), abandonnant Fred (leur père) qui « n'a pas assuré » et les animaux (Raymond le chien, Coucou le chat, les chèvres, les poules). « Debout devant son tracteur, les bras ballants, mon papa voit la voiture s'en aller. Avec nous dedans. » (page 12).Ninon raconte l'histoire d'amour de Zélie (16 ans) et de Fred (qu'il était beau avec sa guitare !), du moins ce qu'elle en sait, ce qu'on a bien voulu lui dire. Deux filles sont nées, elle Ninon, puis Agathe. Mais, un jour, sa mère a découvert que l'amour, c'était différent et elle a choisi L'autre... L'autre, en fait, c'est Olivier, surnommé Olive.Lors d'un weekend chez Fred, Ninon se rend compte de la solitude et de la détresse de son père : « la bouteille de gaz est vide », il y a de la vaisselle partout mais « y'a plus de produit vaisselle », de la nourriture bizarre traîne dans les casseroles et « la poule [...] a chié partout »...[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
06/05/11
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.35 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition