Dora bruder

MODIANO, PATRICK

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 18/11/04
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Dans une vieille édition de Paris-Soir, celle du 31 décembre 1941, le narrateur lit, par hasard, une petite annonce dans la rubrique «D'hier à aujourd'hui». On y recherche une fugueuse âgée de quinze ans, Dora Bruder. Hier, c'est le temps du Paris occupé, de l'étoile jaune, des rafles et des internements ; aujourd'hui, ce sont les dernières années du vingtième siècle, quand ce passé tragique taraude les vivants. Entre le 25 février 1926, jour de la naissance de Dora, et le 13 août 1942, date de son internement au camp de Drancy, l'écrivain enquêteur recherche les étincelles de vie
qui combattent l'ensevelissement par l'oubli, et les transmet au lecteur avec justesse et émotion. L'accompagnement critique situe le récit de Patrick Modiano entre la réalité et la fiction, entre le fait divers et l'histoire, tout en s'interrogeant sur la poétique de la reconstitution. Grâce à ce récit qui enchevêtre la sphère intime du narrateur à celle du personnage de Dora Bruder, les questions soulevées par l'autobiographie et sa part de vérité trouvent des réponses particulièrement pertinentes. Récit (XXe siècle) recommandé pour les classes de lycée. Texte intégral.
9 personnes en parlent

Je me suis parfois un peu égarée dans l'énumération précise des rues de Paris. Le livre de Modiano est une enquête minutieuse. La vie de Dora Bruder que l'auteur tente de reconstituer à partir de détails infimes. Et les chemins empruntés par la jeune fille qui sera déportée à Auschwitz ne vont plus cesser de croiser ceux que le narrateur empruntera aussi, bien des années plus tard. Il a vécu dans cet appartement tout près de celui où vivait Dora, il a parcouru les mêmes rues. Ils n'ont pas pu se rencontrer, mais leurs douleurs vont se croiser le temps d'un livre... Si différentes et si semblables. Et quel plus beau moyen de vraiment ressentir la douleur d'autrui que de la partager profondément. Une petite annonce dans le journal. Une histoire... Une vie... Et puis l'oubli. Que reste-t-il de Dora Bruder sinon ces quelques lignes dans les avis de recherches... et le cheminement d'un homme pour qui la vie ne saura jamais se résumer à si peu. Un homme qui a remis ses pas dans ceux de Dora au hasard des rues de Paris... et ses pas l'ont souvent ramené à lui-même.Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
28/10/08

Parce qu'il a lu dans un Paris-Soir de décembre 1941 l'annonce "On recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans (...)", Modiano part sur les traces de cette jeune fille juive disparue. S'adresser boulevard Ornano, Paris réveille chez cet amoureux des rues parisiennes et des longues promenades dans ces dédales une profonde nostalgie. Aussitôt, le narrateur improvisé enquêteur part sur les traces de la jeune Dora Bruder. Minutieusement il va retracer le curriculum vitae des parents de Dora, il va tenter de se mettre dans la peau de la jeune fille, de suivre son parcours dans Paris, prendre les mêmes chemins, parcourir les mêmes rues. Tenter de percer ce mystère et revivre les tragiques événements du Paris occupé, des rafles dans les quartiers juifs et l'arrestation de son propre père. Bref "Dora Bruder" n'est en rien une intrigue policière car on pressent que Modiano ne découvrira rien de plus que les maigres annotations rédigées par les administrations de l'époque, qu'il amassera péniblement, ici et là. Bien entendu, il arpentera des chemins difficiles depuis Paris, les Tourelles, Drancy et fatalement Auschwitz. Car finalement son travail d'écrivain dans "Dora Bruder" aura été de rendre une stèle funéraire à cette jeune disparue, à sa famille et à toutes les autres victimes de cette guerre. En citant leur état civil, au moins, il rend honneur à leur mort précipitée et odieuse. "Dora Bruder", c'est cette infinie tristesse caractéristique à l'écriture Modiano. C'est l'infinie nostalgie, la lancinante mélancolie d'un temps qui n'est plus, et aussi de lieux à jamais perdus. C'est beau, épuré de fards esthétiques pompeux, et poignant.

Clarabel
23/02/09
 

Le narrateur trouve dans un journal de 1941 une annonce concernant une jeune fille recherchée, Dora Bruder, d'origine juive. Il va partir à sa recherche bien que des années se soient écoulées depuis, remonter la trace de sa famille, du Paris de l'époque sous l'Occupation. Dora Bruder a fait plusieurs fugues en 1941, a été enfermée dans un centre de détention, puis à Drancy avant d'être déportée à Auchwitz avec son père, suivis quelques mois plus tard de sa mère.Je n'ai pas aimé spécialement ce livre de Patrick Modiano bien que cette période de l'Histoire soit sans aucun doute ma préférée. Je me suis ennuyée lors de cette lecture, il n'y a pas vraiment d'histoire suivie mais une succession de flashs, de ce qu'était Paris sous l'Occupation allemande. Je me suis demandée pourquoi un tel intérêt pour cette jeune fille, pourquoi une telle recherche pour découvrir ce qu'elle est devenue. J'ai désormais lu deux romans de Modiano et je ne pense pas,sauf exception, poursuivre plus loin car je n'accroche pas au style de l'auteur. Dommage....

prune42
05/04/15
 

Tout part d'un journal datant de décembre 1941, trouvé par hasard. Dans ce journal, un avis de recherche concernant une jeune fille, Dora Bruder. Cet avis de recherche trouvé bien plus tard par l'auteur sera le déclenchement d'une enquête afin de reconstituer les faits, de la fugue de Dora Bruder à sa mort au camp d'Auschwitz. Beaucoup de descriptions précises du Paris de Modiano, en noir et blanc, entre Occupation, enfance compliquée et vie d'adulte. Ce récit n'est pas une enquête, ni un roman, ni une autobiographie, mais un mélange de tout cela.

JuNa62
04/04/15

Modiano…certains se pâment devant son œuvre… Un premier essai avec un pédigrée ne m’avait guère convaincue. On me laissait entendre dora Bruder, par ci, Dora Bruder par là. Je me suis laissé faire. Le livre n’est pas bien gros, donc pas de gros risque… Eh bien, même avec seulement 150 pages, Modiano fatigue, use et décourage.Il est bien gentil Modiano, mais il faudrait bien qu’il sache où il va. Si à l’oral il peine à finir ses phrases, à l’écrit, il peine à conclure ses romans, à se tenir à une ligne directrice, et surtout à être clair. Qu’est-ce qu’il peut être nébuleux, et brouillon cet homme-là.On me dit que son écriture est sublime… elle n’est pas vilaine, mais sublime… quand même !!!Bref, Modiano n’est pas un auteur pour moi ; et je laisse bien volontiers son œuvre à qui pourra la comprendre, et à qui parviendra à s’installer dans l’univers brouillardeux de son auteur.

mimipinson
01/03/15
 

Superbe histoire, très agréablement racontée par P. Modiano: à partir d'un vieux fait divers, il va chercher à retrouver personnes et faits datant de plus de 20 ans, en y mêlant aussi sa vie, ses rapports douloureux avec son père. Tres beau! michèle53

michele13
15/11/14
 

''PARIS. On recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans, 1 m 55, visage ovale, yeux gris-marron, manteau sport gris, pull-over bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussures sport marron. Adresser toutes indications à M. et Mme Bruder, 41 boulevard Ornano, Paris.''C'est cette petite annonce, parue dans la rubrique ''D'hier à aujourd'hui'' du Paris-Soir du 31 décembre 1941, qui interpelle Patrick MODIANO. Sans doute parce que le boulevard Ornano lui rappelle les jours de son enfance où il le traversait avec sa mère pour se rendre aux Puces de Saint-Ouen. Commence alors pour l'auteur un long travail d'enquêtes dans les traces de la jeune fugueuse. Dora Bruder, juive, pensionnaire d'une institution catholique aujourd'hui disparue, rebelle et indépendante, décide de fuguer un soir de décembre 1941. Qu'a-t-elle fait avant d'être retrouvée par la police ? Avant que ne la rattrapent les lois anti-juives ? Avant d'être emprisonnée et déportée ? MODIANO, soixante ans après les faits, sait qu'il ne trouvera rien de l'adolescente broyée par l'Histoire. Mais, il s'obstine à réunir de maigres informations, à marcher dans ses pas, à visiter les lieux qui ont gardé une trace de Dora Bruder. Et à travers elle, ce sont les fantômes de tous les juifs parisiens, français ou réfugiés, qu'il convoque pour raconter cette période trouble et dangereuse, que lui n'a pas connue mais qui trouve un écho dans son histoire personnelle.De l'enquête minutieuse de Patrick MODIANO ne ressortent que des bribes, d'infimes morceaux d'une vie qui s'est diluée dans l'espace et le temps, dans des archives brûlées car honteuses, dans des lieux rasés après la guerre, dans une chambre à gaz d'Auschwitz. Dora Bruder, une juive parmi tant d'autres, une adolescente qui rêvait de liberté mais à qui le Paris de l'Occupation n'a offert que l'étoile jaune, les rafles, la déportation. Fugueur lui aussi, MODIANO a pu déambuler dans une ville libre, sûre. Des villes différentes, celle de 41-42, celle de de 1965 mais aussi celle au moment où il écrit son livre. Pourtant des traces subsistent. La mémoire s'est ancrée dans des lieux qui sont communs à la jeune fugueuse juive et à l'auteur en devenir. Ce sont ces endroits insignifiants à première vue, mais chargés d'histoires et d'Histoire, que MODIANO explore, ces rues, où Dora Bruder marchait, qu'il parcourt, aux aguets, pour saisir une ombre, une trace, un souvenir. Dora Bruder restera l'insaisissable jeune fille qu'elle était déjà de son vivant mais la reconstitution de MODIANO, teintée de douceur et de mélancolie, ravive la mémoire de la souffrance des juifs de France. Pour leur donner, sinon une voix, du moins un reste de présence, ce petit roman, cette goutte d'eau, est un devoir de mémoire pour lutter contre l'amnésie collective. Triste et pudique.

un flyer
04/11/14

Ce livre m'attirait beaucoup ; j'en 'ai été extrèmement déçue. Cette autobiographie (ah bon ? - c'est la prof de français qui l'a dit ! - ah, alors ça doit être vrai...) est d'un ennui total. Ce n'est que mon point de vue, mais j'ai trouvé qu'une autobiographie centrée sur un personnage que l'auteur n'a jamais connu n'est pas ce qu'il y a de plus captivant ...

Livre4Ever
23/04/12

Je ne peux pas m’empêcher de rester un peu partagée sur ce livre. J’ai apprécié la sobriété de la démarche : la reconstitution de l’existence de Dora Bruder à partir des documents administratifs retrouvés la concernant et la très discrète mise en forme romanesque qui en découle donnent au récit un statut unique, d’où jaillit une émotion particulière et qui sonne juste.Le revers de la médaille, c’est aussi cet excès d’objectivité ; j’ai longtemps attendu que quelque chose se passe dans le récit avan de me résigner à cette poésie du souvenir un peu frustrante telle que la conçoit Modiano, et dont j’ai regretté par moments la froideur. J’ai pourtant conscience qu’un excès de pathos aurait rompu toute la délicatesse du style mais un je ne sais quoi m’a empêchée d’y adhérer complètement. Je pense que c’est dû en partie à l’image pesante qu’on a encore aujourd’hui de la Shoah et qui place se livre dans le prolongement de tout une tradition de mémoire dont le poids est parfois écrasant.Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
04/07/09
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie