Du reve pour les oufs

GUENE-F

livre du reve pour les oufs
EDITEUR : HACHETTE LITTERATURES
DATE DE PARUTION : 23/08/06
LES NOTES :

à partir de
16,20 €

SYNOPSIS :

Ahlème a 24 ans. Elle vit à Ivry en banlieue sud avec « Le patron » (son père) et Foued, son petit frère de 13 ans. « Le patron », personnage loufoque, a perdu la boule il y a trois ans lors d'un accident de chantier où sa tête a heurté une solive. N'ayant plus toute sa tête, dépassé par les événements, c'est un « patron » dont l'autorité repose avant tout sur Ahlème qui a fort à faire avec Foued, un vrai petit chétane (voyou). La seule chose qui le retient de ne pas collectionner les conneries (plus ou moins drôles et plus ou moins graves), c'est la surveillance de sa soeur. Le problème est qu'elle aussi a fort à faire, entre ses missions intérim (les comptages de clous chez Leroy Merlin), les files d'attente à la préfecture pour renouveler sa carte de séjour (tous les trois mois) et ses histoires d'amour foireuses (pourquoi ses copines s'entêtent-elles à lui
présenter des ploucs ?). Malgré sa vigilance, elle ne peut donc empêcher longtemps son petit frère de glisser sur la mauvaise pente et va donc se défouler de plus en plus souvent chez « tantie Mariatou », professionnelle du dicton et mère par procuration. La sienne, la vraie, a été assassinée en Algérie en 1992. Depuis, la vie de Ahlème c'est donc la France, le souvenir d'un bonheur perdu et surtout l'espoir d'un bonheur à venir. Elle est encore jeune et parfois naïve mais, souvent, elle a l'impression d'avoir vécu mille vies. Sans doute un effet des délires du « Patron » et du déluge de galères... Ainsi, elle apprend un matin que, suite à ses démêlés judiciaires, Foued est menacé d'expulsion. Certains auraient baissé les bras et arrêté de rire. Mais pas elle. Car, comme dit Tantie Mariatou : « On a beau couper la queue du lézard, elle repousse toujours. »
1 personne en parle

J'avais repéré ce livre depuis un petit moment en surfant sur les blogs. La quatrième de couverture me plaisait bien avec son petit côté humoristique. "Mais de sa cité d'Ivry à son Algérie natale en passant par les cafés parisiens, elle ne peut s'empêcher de promener un regard amusé sur ceux qui traversent sa vie. Ces "oufs" qui la font rire même si, souvent, elle a envie de "péter un boulard". " C'est cet aspect du livre que j'attendais particulièrement. Le premier chapitre s'annonçait plutôt bien. Le ton y était et malgré une écriture familière, on trouvait des phrases un brun poétique qui essaimait les vérités. C'est ce qui m'a manqué par la suite. Le style familier, s'il se lit rapidement, et reste assez justement dosé prend le dessus sur les citations un peu plus recherchées. Certes, il correspond bien au contexte, mais parfois j'ai trouvé qu'il enlevé du poids au récit. Par contre, j'ai beaucoup aimé les proverbes africains de Tantie Mariatou. Le tableau brossé par F. Guène n'est pas tout rose, plutôt mélancolique même, mais relevé par un cynisme et un humour léger (que j'aurais parfois aimé plus marqué). Mais l'auteur a réussi là à apporter cette petite touche de fraîcheur dans une histoire qui ne s'y prête pas. Entre une mère assassinée, un père qui n'a plus toute sa tête, un petit frère pas évident à gérer, la peur de l'expulsion et ses différents boulots, Alhème n'a pas une vie facile. J'ai apprécié par ailleurs ce ton qui ne donne pas de leçons et se contente de dépeindre les faits. En bref, un livre vite lu. Un auteur qui a su trouvé le juste milieu entre le blâme et le mélodramatique. Mais une légère déception pour moi, côté humoristique.

Lunasirius
20/02/11
 

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.27 kg