Elise ou la vraie vie

ETCHERELLI, CLAIRE

livre elise ou la vraie vie
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 05/01/73
LES NOTES :

à partir de
7,10 €

SYNOPSIS :

« Un concert fracassant envahit la rue. "Les pompiers", pensai-je. Arezki n'avait pas bougé. Les voitures devaient se suivre, le hurlement s'amplifia, se prolongea sinistrement et s'arrêta sous la fenêtre. Arezki me làcha. Je venais de comprendre.
La police. Je commençai à trembler. Je n'avais pas peur mais je tremblais tout de même. Je n'arrêtais plus de trembler : les sirènes, les freins, le bruit sec des portières et le froid, - je le sentais maintenant - le froid de la chambre. »
2 personnes en parlent

Publié en 1967, ce roman obtient le Prix Fémina puis donne lieu, deux ans plus tard, à la réalisation d'un film éponyme par Michel Drach, le rôle d’Élise étant tenu par sa compagne, l'actrice Marie-José Nat. Livre et film rencontrent un vrai succès, nous sommes tout près encore de ce que les médias de l'époque s'obstineront à appeler les « événements d'Algérie », combien de temps faudra-t-il pour qu'on ose enfin parler de « guerre » et même de « sale guerre » ?Le thème est âpre et riche à la fois : Élise s'ennuie à Bordeaux, elle veut « monter » à Paris comme on disait alors et réalise son désir via l'embauche, au nez et à la barbe de candidats algériens, dans une usine, à la chaîne, debout des heures durant dans le bruit et la promiscuité. Elle a été recommandée par Lucien, son frère, parti avant elle et qui manque sans cesse d'argent. Il milite, apprend l'anglais, découvre les civilisations orientales, veut s'immerger dans le monde ouvrier : tout une époque ! L'auteur dépeint avec précision la vie à l'usine, les amitiés, la méfiance, l'exploitation des ouvriers, maghrébins et ou français, la solidarité.Élise va nouer une amitié tendre avec un ouvrier algérien Arezki et, avec lui, découvrir la dure condition des immigrés algériens en France. L'heure est à la lutte pour l'indépendance en Algérie, le FLN pratique la terreur, les attentas se multiplient, la police sévit, brutalise, tue aussi. La Seine a charrié des corps parmi lesquels, peut-être celui d'Arezki, disparu. Lucien aussi disparaît. Époque de troubles où les Parisiens ont peur, ne savent pas forcément qui croire, s'attendant à tous moments à ce qu'une explosion ne secoue leur quartier.J'ai vécu cette époque et me rappelle bien les défilés sur le boulevard proche de chez mes parents, leur peur que notre voisin, Français d'Algérie commerçant, ne soit plastiqué et nous avec, qui vivions juste au-dessus de sa boutique. Je me rappelle ces Algériens venus s'installer en France pour y travailler et dont on se moquait à cause leur accent, de leur « couffin » pour les courses, ces sourires contraints qui ne demandaient qu'à s'ouvrir pour nous, ces insultes racistes commençant en général par « sale ». Et aussi ces nouvelles camarades de classe qui arrivaient en plein milieu de l'année, chassées avec leur parents d'une Algérie qu'elles prenaient pour leur pays. Trop de larmes, trop d'offenses, trop de rancœurs et d'incompréhension dont on n'a toujours pas fini de payer le prix. Hebelín

hebelin
11/02/15
 

Voilà qui ne nous rajeunit pas! J'avais beaucoup aimé le livre (qui fut prescrit au collège) et l'actrice Marie-José Nat dans le film. Hé oui, il y a très peu de temps lors d'un vernissage quelqu'un a contesté le terme de guerre d'Algérie, je l'ai foudroyé du regard. C'était bien une sale guerre qui a laissé des plaies encore très vives, je l'ai constaté lors du Café Littéraire consacré à ce thème que nous avons essayé de regarder sous tous les angles.Je ne me souvenais pas que ce livre avait reçu le prix Fémina, merci hebelin berthe

afbf
11/02/15
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition