EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 01/10/87
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Un jour d'été, bar de la Marine, à Quillebeuf. Au large, l"estuaire de la Seine. C'est, à nouveau, Duras. A nouveau ce désoeuvrement maritime, blanc et bleu, des plages tout juste passées de mode, avec un rien de luxe, des clients perdus et des voix qui renouent d'impossibles ruptures. « Je ne peux pas m'arrêter d'écrire, dit la narratrice à l'homme qui l'accompagne, je ne peux pas. Et cette histoire, quand je l'écris, c'est comme si je vous retrouvais... que je retrouvais les moments où je ne sais pas encore ni ce qui arrive, ni ce qui va arriver... ni qui vous êtes, ni ce que nous allons devenir. » La narratrice et l'homme qu'elle n'aime plus - ou qu'elle aime - observent deux autres solitaires du bar de la Marine, deux Anglais de l'île de Wight, venus de leur yacht : le « captain » et une femme détruite par l'alcool, jadis peut-être belle. Les deux voix françaises se mêlent
aux deux voix anglaises, auxquelles il faudrait ajouter par instants la voix de la douce tenancière des lieux - elle aussi sur le départ. On apprendra le drame du couple anglais et, par échos, celui du couple français. Et l'on rêve de celle qui fut surnommée Emily L., la femme de l'amour fou, la lady des poèmes et des yachts, voguant parmi les îles de la Sonde. Mais la belle journée passe, des pétroliers - hauts immeubles de l'impeccable blanc - montent sur le bleu et le noir. Un bac rouge, fragile, jette sa tache vive. L'immensité entre doucement dans la nuit. Il reste une certaine tranquillité, parcourue d'angoisses : celle du corps qui lit en soi le passage sans remède de toutes choses, « le corps qui lit et qui veut connaître l'histoire depuis les origines, et à chaque lecture ignorer toujours plus avant que ce qu'il ignore déjà ». Jean-Maurice de Montremy
1 personne en parle

Voici un des livres de Duras que je classerais dans ses textes un peu “obscurs” ou “étranges”. Ce n’est pas déplaisant pour autant, mais on a parfois cette impression chez elle de ne pas tout comprendre à l’histoire. Elle nous en dit un peu mais pas trop et libre à nous de l’interpréter ou de l’imaginer comme on l’entend. Ceci dit, j’ai plutôt apprécié cette lecture où (et c’est récurrent chez Duras) les thèmes de l’amour, de la solitude et de l’écriture sont bien présents. Je me suis demandé si cette Emily L. qui écrit des poèmes dans une certaine solitude et une certaine ignorance de la publication de son œuvre n’était pas en rapport avec Emily Dickinson dont le cadre de vie était sur certains points similaire. J’ai retrouvé sur un site Internet cette comparaison, le lien n’est donc pas impossible…La version complète de ce commentaire est disponible sur mon site.

Artsouilleurs
26/01/09
 

Format

  • Hauteur : 18.30 cm
  • Largeur : 13.40 cm
  • Poids : 0.19 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition