En effeuillant baudelaire

BRUEN-K

livre en effeuillant baudelaire
EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 02/05/07
LES NOTES :

à partir de
18,30 €

SYNOPSIS :

le non-héros d'en effeuillant baudelaire, c'est mike shaw : un homme ordinaire, banal, mais " terriblement british ", issu de la petite classe moyenne des faubourgs de l'est de londres. net, propre sur lui, impeccable, mike est un comptable sans avenir, ni guère de passé. sauf un compte à régler avec son enfance : un père écrasé par sa femme avant de l'être par un train rapide, à la gare de waterloo. une rencontre de pub cataclysmique retourne le sens de sa vie. elle s'appelle laura. et puisque " tout le monde a une histoire de laura ", celle-ci sera la sienne. impitoyable. dans l'atmosphère cynique de l'angleterre thatchérienne
et post-thatchérienne, il se laisse manipuler... par naïveté ? par calcul ? par vengeance " de classe " ? par désespoir ? qui sait ? sur un fond oedipien encore à vif, il fait un apprentissage fulgurant des turpitudes ordinaires ou extraordinaires des milieux super friqués du côté de regent street. candide, mais cynique, il traverse un londres peuplé de personnages dignes des meilleurs films noirs dans l'angleterre du cricket, des pubs, des dandys, des excentriques, et du crime. et baudelaire ? son oeuvre accompagne en sourdine et en contrepoint ce roman net, au style sans fioritures, sans adjectifs ni adverbes.
2 personnes en parlent

Voici bien un livre dont je ne m'attendais à devoir dire qu'il ne m'avait pas plu.L'intrigue si tenté qu'elle existe vraiment commence lentement, il nous faudra attendre la moitié du roman pour que l'histoire s'accélère : ''En arrivant chez moi, j' étais euphorique. C'était le premier acte de violence que je commettais, et je prenais un pied pas possible.''Jeux sur les sonorités, bourrés de référence littéraires, musicales et autres, phrases courtes, une langue à couper au couteau, écrit dans un registre parlé; ce roman est comme une tornade sauf que je me suis complétement fait bousculer sur son passage. Oh, certes ce texte a de nombreuses qualités mais je n'ai pas tellement aimé. Je l'ai su dès les premières pages, ce type de roman où les dialogues forment la quasi totalité du texte ne sont pas vraiment ma tasse de thé. C'est plus fort que moi mais je n'arrive pas a y trouver quoique ce soit, j'ai quand même poursuivi dans le doute et puis 200 pages ce n'est pas vraiment ce que l'on peut appeler un pavé. J' étais presque soulagé d'avoir terminé ma lecture, ma première rencontre avec cet auteur souvent porté aux nues sur les différents blogs et site littéraire ne m'a donc pas convaincue, son écriture ne me plaît pas en réalité elle ne me correspond pas. Pas plus compliqué, un policier comme je ne les aime pas...

Lacazavent
09/08/11
 

Ken Bruen est l’auteur de deux séries : “Jack Taylor” et “Robert & Brant”. “En effeuillant Baudelaire” est un cas à part puisqu’il est indépendant de ces séries mais, comme à son habitude, Ken Bruen utilise le mélange qui plait toujours autant : alcool et violence avec un personnage principal qui se laisse porter par la débauche et ne se pose pas trop de questions morales, comme en témoigne cette phrase : “C’était le premier acte de violence que je commettais, et je prenais un pied pas possible”. Autre point qui revient par rapport à ses autres livres, ce sont les nombreuses citations insérées dans l’histoire. Ken Bruen semble être un grand lecteur et le fait savoir dans ses livres avec des citations toujours très pertinentes. Ici, vous vous en doutiez c’est Baudelaire qui est à l’honneur puisqu’il est grandement apprécié par l’un des personnages et qu’il est souvent fait allusion à une partie de son œuvre.Malgré toutes ces ressemblances et cette recette identique d’un livre à l’autre, je suis encore une fois tombé dans le panneau et je me suis laissé emporter par cette lecture, un peu comme on regarderait un Tarentino : les musiques bien choisies et la violence laissent place à des citations bien choisies et à la violence ! L’histoire n’a pas une très grande importance, ce qui porte le livre ce sont les personnages qui bien que débordants de vices nous semblent si sympathiques que la dernière page arrive toujours trop vite. Heureusement le tome 4 de la série “Jack Taylor” sort demain en poche, il ne faudra donc pas très longtemps pour plonger de nouveau et toujours avec plaisir dans les lignes de Ken Bruen.Article complet avec résumé et extrait disponible sur mon site.

Artsouilleurs
14/10/09
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.28 kg
  • Langage original : ANGLAIS (IRLANDE)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition