En l'absence des hommes

BESSON, PHILIPPE

EDITEUR : JULLIARD
DATE DE PARUTION : 01/01/01
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Je ne suis plus un enfant. Il ne faut pas se fier aux yeux verts, à la peau de fille, à cette fragilité de l'apparence, à la gracilité. il ne faut pas croire que les yeux baissés, c'est forcément de la timidité. je sais ce que je fais. seize ans, c'est l'âge des possibles. je ne m'interdis rien. pourquoi m'interdirais-je
quoi que ce soit ? Eté 1916. vincent découvre la passion dans les bras d'arthur, jeune soldat qui tente d'échapper pour quelques jours à l'horreur des tranchées et, dans le même temps, ébauche une amitié amoureuse avec marcel proust. C'est le point de départ de ce surprenant roman, le premier écrit par philippe besson.
12 personnes en parlent

Premier roman de Philippe Besson, dont en fait je viens de lire le dernier opus ("Les jours fragiles"), "En l'absence des hommes" révélait un auteur très prometteur. Dans ce roman, déjà à la plume et l'atmosphère délicates, on traite d'amour et d'amitié entre hommes, teinté de misère et de misérabilisme ambiants par la faute de la Guerre. C'est l'été 1916, Vincent a seize ans, c'est un jeune homme de bonne famille, espiègle et insouciant, qui traite le monde avec indifférence. Durant cet été 1916, il va rencontrer deux hommes qui vont bouleverser son monde et sa vision des choses : le jour avec Marcel Proust, la nuit avec Arthur, le fils de la gouvernante, vingt ans, soldat sur les fronts à Verdun. Durant une courte permission d'une semaine, ces deux-là vont se trouver et s'aimer. Ce livre en livre progressivement les portées : les rencontres, les séductions par les mots et le badinage, la joliesse du style de Proust, les corps qui vont se basculer, les têtes se perdre, puis les séparations, les déchirures et les pertes. En trois parties, l'auteur livre façon "confidences d'un jeune homme sur un cahier d'écolier" les amours de trois hommes. On se prend au charme, à la passion et on partage l'effroi et le traumatisme des " Poilus ", à jamais marqués par ce terrible carnage, cet incompréhensible chaos. Donc, fabuleusement raconté, écrit d'une élégance déjà aisée, "En l'absence des hommes" est le premier roman d'un auteur que j'ai définitivement adopté parmi mes préférences !

Clarabel
23/02/09

Été 1916, Paris, le jeune Vincent, 16 ans et insouciant, rencontre Marcel Proust. Une relation plus qu’amicale naît entre les deux. Le jour suivant, Arthur âgé de 20 ans, soldat en permission avoue à Vincent de l’avoir toujours aimé. Vincent découvre l’amour dans les bras d’Arthur. Pendant sept jours, ils vont vivre cet amour charnel en cachette. Arthur reparti à Verdun, Vincent trouve en la personne de Marcel Proust un confident.La première partie de ce livre est consacrée aux rencontres qui vont changer la vie d’Arthur. Celle avec l’écrivain vieillissant que tout Paris respecte mais qui n'est pas dupe de ses penchants. La relation qui se noue entre eux est un amour platonique bien plus qu’une simple amitié. Vincent et Marcel Proust semblent vivre dans un bulle loin de l’horreur des tranchées.Et il y a le grand amour avec Arthur, le fils de la gouvernante. Pendant une semaine, chaque nuit, ils vont s’abandonner à cet amour, le consumer, le vivre passionnément. Sous la plume de Philippe Besson, cet amour est pur et beau.Arthur repart à Verdun et l’écrivain s’absente à Illiers. A travers les échanges épistolaires, on plonge dans l’effroi de la Grande Guerre avec la peur de la mort. Dans ses lettres à Marcel Proust, Vincent cherche du réconfort et l’écrivain devient le confident de cet amour. L‘été sera meurtrier, Arthur perdra la vie à la guerre. Dans la dernière partie du livre, la mère d’Arthur confie à Vincent un secret qu’elle porte depuis trop longtemps…Ce livre m’a transportée ! L’amour y est décrit tout en pudeur, en sensualité et en élégance. Cet amour contraste avec l’horreur de la guerre mais dans les lettres d’Arthur, on comprend que le jeune homme ne vit que pour Vincent. C’est beau, très beau ! La dernière partie m’a scotchée et m’a bouleversée… Et, l’écriture de Phillippe Besson si fluide m’a séduite. http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
20/08/10
 

Amour absolu Ce premier roman de Philippe Besson raconte l’histoire d’un jeune homme de 16 ans qui au cours de l’été 1916 va faire deux rencontres exceptionnelles. Il fait tout d’abord la connaissance de Marcel Proust et aussitôt une amitié va naître entre eux. Il rencontre ensuite Arthur, jeune soldat de vingt ans, de retour de Verdun pour une permission. Un amour absolu va naître entre les deux garçons. Jusqu’au drame….Philippe Besson possède un style tout en délicatesse et en pudeur. Il a ce genre d’écriture qui laisse des traces dans la mémoire et dans le cœur. Il donne à chaque mot la force de sa définition et à chaque sentiment la beauté qui en émane. S’il ne fallait lire qu’un seul livre de Philippe Besson , ce serait celui là. Incontestablement.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Un livre intéressant mais pas palpitant sur le thème de l’amour et de la mort, l’un étant le remède incertain de l’autre. L’histoire un peu précieuse, d’un autre âge, ne m’a pas accrochée. Le style est parfois bizarre car seul le narrateur s’exprime et il retranscrit les dialogues de la façon suivante : « je dis », « il dit »,… dans la première partie, consacrée à la genèse des rencontres : celle avec le « célèbre écrivain » Marcel P. et celle avec Arthur V. (mélange d’Arthur R. et de Paul V. ? apparemment…). La seconde partie est un échange épistolaire double entre Vincent et « ses » deux hommes. La troisième partie a sonné le début de mon contentement car j’y ai enfin trouvé mes marques. Les réflexions sur la mort, sur le désespoir d’une mère suite à la mort de son fils de 21 ans sonnent juste et sont empreintes d’une émotion pudique et touchante.Il faut tout de même reconnaître que l’auteur a osé écrire un roman original même s’il semble sorti d’une autre époque. Un livre un peu spécial, qui fut salué par la critique à sa sortie même si pour ma part je n’y ai pas réellement trouvé mon bonheur.

mycupoftea
11/01/13

"Je suis un soldat. tu as seize ans. Tout le scandale vient de ces deux phrases." C'est l'histoire minimaliste du narrateur qui aime un soldat en permission. C'est l'histoire d'un narrateur homosexuel de seize ans qui entretient une amitié (amoureuse) avec Marcel Proust. C'est l'histoire d'un roman fait de silences puissants, d'amour des mots, et de sensualité. En l'absence des hommes partis au front, Vincent, seize ans, issu de la bourgeoisie parisienne, rencontre Marcel, écrivain de son état et asthmatique. De cette rencontre que Marcel P qualifie "d'événement important", s'ensuit une véritable amitié dans laquelle le jeune homme y puisera la force de supporter son "inversion". Car, oui, Vincent découvre l'amour dans les bras d'Arthur, le fils de la gouvernante, revenu de l'horreur de la guerre le temps d'une permission: "prends moi dans tes bras, pour que je sois autre chose que ce soldat crotté, cet anonyme des tranchées du Nord de la France, cette ombre grise et sale." Souvent écrit au style indirect (je dis/tu dis), Besson mêle avec grâce la douceur des étreintes et l'horreur de la guerre, tout en évoquant la difficulté d'être homosexuel en 1916. On ne sombre jamais dans le vulgaire lorsque l'auteur décrit "l'offrande des corps" éperdus et tragiques. Arthur veut aimer et posséder avant de mourir sous les balles ennemies. Sous un masque insouciant, Vincent fait preuve de beaucoup de maturité et se rattache à l'amitié de Marcel pour supporter l'absence. La fin, peut être un peu trop romanesque, ne fait que renforcer la dimension tragique de l'ensemble et fait de la fuite la seule issue possible au silence et au désespoir. vivi

vivicroqueusedelivres
15/02/12
 

1916, alors que la guerre fait rage, un adolescent de seize ans, Vincent, vit une double expérience. Il rencontre Marcel Proust, et, malgré la différence d'âge, une belle amitié s'installe entre eux. Dans le même temps, au cœur de l'été, il a une liaison amoureuse avec Arthur, à peine plus âgé que lui, jeune soldat des tranchées venu en permission. Par une construction intelligente en trois chapitres aux styles variés, Philippe Besson nous entraîne dans les pensées de Marcel Proust, à qui il fait dire des pages merveilleuses sur les difficultés d'écrire, une œuvre, telle que " à la recherche du temps perdu ", mais également dans l'horreur des tranchées, et enfin, nous montre simplement, une histoire d'amour entre deux garçons. L'admiration de l'auteur pour Marcel Proust, lui permet à travers ce livre, de devenir un de ses intimes, de l'appeler Marcel, de lui faire dire les mots qu'il aurait aimé entendre de sa bouche. Le second chapitre, par la succession de lettres que s'échangent, Vincent, Arthur et Marcel, donne au lecteur le sentiment d'entrer dans l'intimité des personnages.

JoelC17
07/01/12
 

Sobre et touchant Philippe Besson nous entraîne à la suite de son narrateur, Vincent, jeune adolescent de 16 ans, pendant l'été 1916 en pleine guerremondiale. Ce dernier nous livre à la première personne le récit de ses premiers émois amoureux provoqués par sa rencontre avec Arthur, jeune soldat de 21 ans en permission, et Marcel, l'auteur fascinant de "A la recherche du temps perdu". L'auteur, que je découvre ici dans ce premier roman, nous offre ici une histoire sobre et touchante.

En l'absence des hommes, roman de Philippe Besson, aux Editions 10/18, 215 pages, 7€.A Paris, en 1916, en pleine guerre, Vincent, adolescent, tombe amoureux d'Arthur, jeune soldat de vingt ans. Mais il fait aussi la connaissance de Marcel, un écrivain très renommé. Liaison à distance avec Arthur qui se bat dans les tranchées. Avec cette peur de ne plus recevoir ses lettres. Mais aussi, rencontres régulières avec Marcel dans les hôtels et les cafés les plus renommés de Paris, dans un univers mondain, où les rumeurs fusent à tout-va.A nouveau, Philippe Besson, maître des sentiments, nous fait frissoner avec ses mots. Un style apaisant, une manière touchante de raconter les choses. On voudrait tous pouvoir écrire comme ça."Voyez ces alcôves où des secrets s'échangent, où des intrigues se nouent, où des silences se brisent. Voyez ces salons où le monde se déploie, où les hommes séduisent, où les femmes mentent, où de vieux écrivains rencontrent de jeunes gens peu farouches. Je compose une fresque où certains, sans doute, croiront se reconnaître." {Page 109}Philippe Besson a ce pouvoir de vous transporter pendant des centaines de pages aux côtés de personnages dont vous apprenez à connaître au fil des pages leurs sentiments, leurs peines, leurs joies.Encore un livre qu'il est indispensable d'avoir dans sa bibliothèque. Je crois que tous ses livres sont indispensables.

MyriamT
18/05/11

J’avoue avoir mis plusieurs pages à m’attacher au personnage de Vincent. Il a seize ans, il est parfois arrogant et ne connaît que très peu la modestie. Il faut dire qu’il est bien né, qu’il n’a jamais eu à faire d’efforts pour obtenir ce qu’il désirait. Au cours de cet été, deux relations débutent. L’une avec Marcel Proust, qui est considérée comme une amitié, parfois avec une pointe d’ambigüité. Et l’autre avec Arthur, jeune soldat de vingt ans, avec qui Vincent va vivre plus qu’une passion puisque l’amour va naître entre eux. J’ai eu du mal avec le personnage de Vincent car je trouvais qu’il profitait des deux situations et puis, au fil des pages, on se rend que c’est un adolescent comme les autres. Plus gâté par la nature que certains, mais avec ses envies, ses doutes. Marcel Proust va devenir l’ami à qui il va pouvoir confier ses doutes, ses blessures. Le seul à qui il confiera son secret.Concernant Arthur, c’est une très belle histoire qui naît entre eux. L’amour entre celui qui n’a rien vécu et l’autre qui vit le pire. C’est intéressant de voir comment chacun peut apporter énormément à l’autre, même si au départ tout semblait les séparer. Leur histoire est vraiment touchante, leur amour naît tellement rapidement qu’il en est extrêmement fort. Même si l’amour ne protège pas de tout.

un flyer
11/10/10

1er roman de Philippe Besson et qui annonce déjà l'immense étendue de son talent.Cette histoire raconte l'été 1916 d'un jeune adolescent de 16 ans, Vincent, et de ses 2 rencontres qui vont métamorphoser sa vie. D'abord celle avec le grand Marcel Proust qui verra naître une amitié atypique et puis celle avec Arthur, un jeune soldat engagé avec lequel il va vivre un amour fou et sans contrainte.Ecrit avec élégance, pudeur et sincérité, Besson décortique les émotions avec un rare savoir-faire.C'est un magnifique roman dont l'amour est le maître-mot

Puppy
15/05/10
 

Je suis un peu dubitatif sur la fin du livre. Je n'aime pas les coïncidences. Les personnages sont déjà très construits (et d'ailleurs avec un langage peu typé), je ne suis pas sûr que la révélation finale apporte réellement quelque chose et sent le truc pour finir l'histoire.Sinon il y a de très beaux passages en particulier les considérations de Proust sur l'amour et l'homosexualité qui restent sur bien des aspects malheureusement d'actualité.

faberis
15/11/09
 

Amour absolu Ce premier roman de Philippe Besson raconte l’histoire d’un jeune homme de 16 ans qui au cours de l’été 1916 va faire deux rencontres exceptionnelles. Il fait tout d’abord la connaissance de Marcel Proust et aussitôt une amitié va naître entre eux. Il rencontre ensuite Arthur, jeune soldat de vingt ans, de retour de Verdun pour une permission. Un amour absolu va naître entre les deux garçons. Jusqu’au drame….Philippe Besson possède un style tout en délicatesse et en pudeur. Il a ce genre d’écriture qui laisse des traces dans la mémoire et dans le cœur. Il donne à chaque mot la force de sa définition et à chaque sentiment la beauté qui en émane. S’il ne fallait lire qu’un seul livre de Philippe Besson , ce serait celui là. Incontestablement.

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.23 kg
  • Traducteur : JEAN-PIERRE RICARD

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition