Encore une danse

PANCOL, KATHERINE

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 07/01/98
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" Clara se demande une nouvelle fois si cette aptitude à vivre seule ne vient pas de l'absence de ses parents. Elle n'a jamais eu de modèle ni de couple ni de famille à se mettre sous la dent. Le seul avec lequel elle forme un couple, c'est son frère Philippe. Sa seule famille sont ses amies. Agnès, celle du poulet aux oignons dans son F4 à Clichy, Joséphine, Lucille. Elles ont habité le même immeuble, sont allées dans les mêmes écoles. Philippe, Clara, Agnès, Joséphine, Lucille et l'autre, celui dont elle ne veut pas prononcer le prénom, formaient une bande. Les bandes, il n'y a rien de mieux pour exister quand on est petit. Ils ont grandi ensemble. Les garçons étaient les chefs, comme de bien entendu. Ils étaient les plus grands, les
plus forts et puis c'étaient des garçons. On ne s'est jamais quittés. De temps en temps, on dîne ou on déjeune et on fait le point. On ne se dit pas forcément grand-chose. On vérifie qu'on est tous là. Voilâ ma famille, se dit Clara Millet en mordillant le bout de son oreiller acheté chez les Compagnons d'Emmaüs. " Face à l'épreuve cette famille résistera-t-elleoe L'amitié, l'amour, le respect de l'un pour l'autre seront-ils assez solides pour que tout ne vole pas en éclatsoe Encore une danse est le sixième roman de Katherine Pancol. Après Moi d'abord, La Barbare, Scarlett, si possible, Les hommes cruels ne courent pas les rues et Vu de l'extérieur. En 1994, elle publie Une si belle image, qui sera traduit dans le monde entier.
7 personnes en parlent

La lecture des Yeux jaunes des crocodiles (que je recommande absolulment à tous) m'a donné envie de relire ce livre qui reposait depuis des années dans ma bibliothèque et de m'intéresser de plus près à la production de Katherine Pancol.Je dois bien avouer que j'ai été décue.Certes le roman est bien écrit (il décrit l'histoire de quatre copines) et comme d'habitude l'histoire n'est qu'un prétexte pour découvrir des personnages (bien moins attachants et touchants que ceux des Yeaux jaunes des crocodiles), mais bon, c'est un peu creux.Les réflexions sur l'amour, l'amitié, la trahison ne nous emmènent pas fort loin.Ce livre offre juste un moment de lecture agréable, ce n'est déjà pas si mal...

Ninie
29/01/09
 

Clara, Joséphine, Lucille, Agnès, Philippe et Rapha : enfants, ils ont habité le même immeuble de banlieue, sont allés à la même école, se sont fait des serments d'amitié éternelle, comme on en fait à l'enfance en y croyant fort : amis "pour la vie".Puis, ils ont grandi, et leurs vies ont pris des cours différents : la réussite des uns, les déboires des autres, les petits arrangements avec sa conscience et ses rêves d'enfance... et puis les coucheries des uns et des autres, et surtout des uns avec les autres, et le sida qui rode...Alors, sous le vernis de la "belle" amitié immortelle, percent les mensonges, perfidies et trahisons: «On s'embrassait, on riait, on pleurait, on se racontait tout et, en dessous, ce n'était pas de l'amour mais de l'envie, du ressentiment, de la jalousie qui se tissait comme une toile d’araignée...»Les personnages outranciers dans leurs caractères comme dans leurs actions et le style plus que léger font de ce livre un roman mineur, dont la morale très contestable semble être que l'amitié sincère ne peut exister, toujours phagocytée par les jalousies et trahisons sous-jacentes. Un livre dispensable.

Kara
16/03/09
 

C'est l'histoire d'un petit groupe d'amis: Clara et son frère Philippe, Joséphine, Agnès, Lucille et Rapha. Ils ont grandi dans le même immeuble et ont à présent un peu plus d'une trentaine d'années.Il existe un amour particulier entre Clara et Rapha: ils s'aiment énormément mais Clara ne peut pas s'empêcher de le tromper. Ils se séparent régulièrement mais Rapha pardonne toujours jusqu'au jour où il se rend compte qu'il a été trompé avec son père.Il se venge en trompant à son tour Clara avec de nombreuses filles, et coupe les ponts.Un jour, Rapha apprend que l'une de ses conquêtes ,qui est en fait une prostituée, savait qu'elle avait le sida et faisait exprès de contaminer ses clients.Il en parle donc à Clara qui est possiblement contaminée également. Celle-ci le dit à ses amies et contre toute attente, on va se rendre compte que deux d'entre-elles ont des choses à se reprocher.A côté de ça, on suit les vies de Joséphine, Agnès et Lucille qui sont amenées à disséquer leurs situations et la nature de leur amitié.J'avais commencé à lire ce livre en novembre mais je n'avais pas accroché aux premières pages, donc je l'avais laissé sur le côté. Et là j'avais envie d'un peu de légèreté donc je me suis décidée à le reprendre. Hé bien j'ai été très surprise car comme vous l'aurez remarqué, ce livre n'est pas du tout léger.Il nous amène à nous poser des questions sur la vraie amitié, sur les vies qui prennent des chemins différents et sur l'importance que l'on donne aux gens.

Chiwi
10/10/13
 

Je découvre Katherine Pancol avec ce roman, et je pense que ce sera mon unique tentative avec cette auteur. J’ai lu ce roman jusqu’à son terme, rien que pour tenter de voir jusqu’à quelle situation tordue elle allait me mener. Car rien ne m’a intéressé dans ce roman. Dès la première phrase, j’ai senti que c’était mal parti : « C’est le propre de la femme de se dévaluer. 99,9 % des femmes pensent sincèrement qu’elles ne valent pas tripette ». Parole de Clara, l’héroïne du roman. J’ai senti immédiatement que nous ne serions pas très copains, Katherine et moi.Et le reste est à l’avenant : on suit d’un œil distrait ces histoires de collégiennes, avec ces personnages faussement émouvants qui cachent tous un terrrrribbbble secret, qui a souvent trait à une liaison cachée inavouable (mais pas toujours, attention !). Les personnages sont inintéressants et caricaturaux au possible : Rapha l’artiste ténébreux, Lucille l’égocentrée mariée à un richissime héritier, Joséphine la femme frustrée qui se console avec des aventures d’un soir, Agnès la bonne copine qui vit bien sagement dans son appartement de Clichy, et Clara, cette femme qui ne renonce pas à son amour de jeunesse, et se tourne vers Philippe, son frère qu’il l’a tant aidé. Bref, un roman faussement émouvant, dont on perçoit très rapidement toutes les ficelles. Celles-ci transparaissent d'ailleurs à la fois dans l'intrigue et dans le style, avec une volonté voyante de déconstruire la chronologie de ce récit, au point de parfois amener le lecteur à se demander où il est.A un moment, la maladie fait son apparition dans le roman, et on se prend à espérer une évolution du récit, une vraie réflexion sur cette mauvaise nouvelle. Hélas ! Espoir vite déçu ! La maladie restera une ombre, une menace planante dont chacun s’accommodera, pour vaquer à ses puérils jeux amoureux.Un roman d’à peine 300 pages, que j’ai mis beaucoup de temps à lire, tellement j’ai trouvé cela indigeste car trop sucré (et pourtant j’aime le sucre), comme le rose de cette horrible couverture. Et la moindre pointe de piment ne sentait malheureusement que l’arôme de synthèse.

Yohan59
15/01/13
 

Clara, Joséphine, Lucile, Agnès, Philippe et Rapha sont amis depuis leur plus tendre enfance. Ils ont tous grandi dans le même immeuble à Montrouge. Leurs vies n'ont pas pris les mêmes chemins, mais ils se retrouvent régulièrement comme un rituel pour se rassurer. Comme souvent, derrière la joie de se retrouver se cache une toute autre réalité et cette fois, ils ne vont pas pouvoir faire semblant, alors tout menace d'éclater. Katherine Pancol nous livre une fois encore un roman sur l'amitié et la peur de vieillir. Un roman sur notre société qui a tendance à vouloir tout, tout de suite. C'est une belle réflexion sur l'amitié et les relations humaines qui souffre néanmoins de quelques clichés qui m'ont perdue. Un roman qui se lit facilement mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. J'ai beaucoup aimé sa série de romans "Les yeux jaunes des crocodiles" " la valse lente des tortues"... Et j'y avais trouvé beaucoup de charme que je n'ai pas retrouvé ici.

Elfe912
10/09/12
 

Premier livre de Katherine Pancol lu et vrai coup de cœur . Sous le lisse des relations, se cachent des parts d'ombre (et quelles ombres ! ). Entre vraie/fausse amitié, fidélité, infidélités,vrai amour et don de soi, on savoure chaque scène et les protagonistes défilent sous nos yeux (moins limpides, plus vrais). Vraiment, un livre à lire à la plage, chez soi, à n'importe quel moment de sa vie, pour soi.

Cave
12/03/11
 

Voilà un petit livre qui se lit facilement, n'apporte pas grand chose et s'oublie vite. Il est parfait pour les transports en commun, quand vous n'avez pas envie de vous prendre la tête..J'ai trouvé les personnages caricaturaux et sans grand intérêt, l'histoire de toutes ces jalousies voire de ces mesquineries ne m'a pas passionnée mais c'est léger et le style n'est pas déplaisant.Vous l'avez compris, cette lecture ne restera pas pour moi un grand moment de lecture.

Argantel
14/12/09
 

Format

  • Hauteur : 23.50 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.58 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition