Entre les murs

BEGAUDEAU, FRANCOIS

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/03/07
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" ne rien dire, ne pas s'envoler dans le commentaire, rester à la confluence du savoir et de l'ignorance, au pied du mur. montrer comment c'est, comment ça se passe, comment ça marche, comment ça ne marche pas. diviser les discours par des faits, les idées par des gestes. juste documenter la quotidienneté
laborieuse. " entre les murs s'inspire de l'ordinaire tragi-comique d'un professeur de français. dans ce roman écrit au plus près du réel, françois bégaudeau révèle et investit l'état brut d'une langue vivante, la nôtre, dont le collège est la plus fidèle chambre d'échos.
12 personnes en parlent

François Bégaudeau raconte dans ce livre le quotidien d'un prof de français qui enseigne dans un collège de banlieue défavorisée. Etant lui-même prof, c'est un sujet qu'il connaît bien et du coup son livre est criant de vérité. Après l'avoir fini, on se dit qu'il faut vraiment être un prof très très motivé pour avoir la patience d'apprendre des choses à ces enfants parfois attachants, mais souvent très difficiles.

fdm77
29/06/12
 

Si le concept de base me plaisait beaucoup, et qu'il me tardait de découvrir cette histoire au sujet sensible, j'ai été assez déroutée par la manière dont l'auteur a choisit de développer ce sujet, même s'il correspond bien à l'univers. Je me rends compte que je suis assez contradictoire, pour le coup, mais laissez-moi vous expliquer. Le style de l'auteur est simple, et retranscrit le langage parlé. C'était surtout ça qui était déroutant, au final. Je ne m'attendais pas à un tel choix. Mais, d'un autre côté, ce n'est pas plus mal, puisqu'on suit un professeur dans un quartier chaud de Paris, avec des jeunes adolescents défavorisés, et très peu studieux, parlant de cette manière. Mais il y a également beaucoup de répétition, et les tournures de certaines phrases m'ont vraiment dérangées, même si on a effectivement tendance à parler de la sorte dans la vie de tous les jours. Vous me direz, c'est vraiment une bonne retranscription du quotidien, mais c'est peut-être trop. Sans compter qu'il y a pas mal de vulgarité. Ce n'est pas quelque chose qui me choque en règle générale, mais là, c'était assez lourd. Bien sûr, certains jeunes parlent comme ça, et disent dix gros mots la minute, mais je ne m'attendais pas à en retrouver autant dans ce livre. Ceci dit, je nuance mon propos puisqu'il aurait été très peu judicieux de faire parler ces adolescents comme des adultes, avec de belles tournures de phrases, et j'en passe. Parce que ce roman est surtout réaliste. Il n'empêche que j'ai été plusieurs fois agacée par l'irrespect des élèves envers leurs professeurs. Ou même le comportement de certains enseignants...J'ai également trouvé le récit assez plat. J'avais souvenir d'une évolution dans le film (à moins que j'ai confondu avec un autre, ce qui est totalement possible), alors qu'ici il n'y en n'avait aucune. J'aime les romans à évolution, et en même temps c'est assez « logique ». Ici, j'ai été déçue. Je nuance encore une fois en précisant que je sais bien que dans la vie de tous les jours, qui est ici très bien retranscrite, il n'y a pas toujours d'évolution, tout ne finit pas toujours bien, pas comme on le voudrait, sauf que j'étais persuadée que l'auteur avait écrit ce roman pour faire passer un message, pas seulement pour retranscrire une réalité tout à fait banale et plate.Au niveau des personnages, j'ai apprécié le professeur (dont je ne suis pas sûre que le lecteur connaisse le prénom). J'ai trouvé qu'il avait du chien, qu'il ne se laissait pas marcher sur les pieds, mais qui tentait tout de même d'enseigner, d'apprendre, d'expliquer à ses élèves telle ou telle chose. Bien sûr, il doit faire face à des moments plus difficiles que d'autres, et ne se comporte pas toujours de la meilleure façon qui soit, mais dans ce genre de circonstances, on se laisse facilement emporter. Professeur comme élève, d'ailleurs. Quant aux autres professeurs, ils ne m'ont absolument pas plu. Loin de là, même. Ils sont plats, ennuyants, vides... En somme :Je reste vraiment mitigée. Certains choix de l'auteur ne m'ont pas plu, même si je comprends le pourquoi du comment, même si je ne m'y attendais pas. Askmetoread

askmetoread
21/06/13
 

Entre les murs est une fiction avec une base autobiographique. Pour être plus clair, François Bégaudeau a été professeur pendant presque dix ans en collège, et il raconte la vie d'une classe de ZEP tout au long de l'année scolaire. Bien sûr, il utilise certainement des anecdotes ou des situations vécues mais tout ceci est une fiction. Nous ne sommes pas ici en présence d'un travail documentaire ou d'un étude sociologique (pas plus que le film d'ailleurs).Entre les murs, car l'auteur prend le parti de ne décrire que ce qui se passe dans le collège : pas de présentation des vies personnelles en dehors de ce qui se dit en salle des professeurs, les vacances ne sont considérées qu'en tant que cible à atteindre, etc. L'action se déroule donc entre salle de classe et salle des professeurs : on est dans un monde clos, parfois un peu enfermé, mais où transparaissent toutes les composantes de la société actuelle : les problèmes familiaux, sociaux, les difficultés liées au racisme,... Ce lieu, même s'il est fermé, est le réceptacle de toutes les tensions sociales.Mais ce que j'ai trouvé encore plus intéressant dans ce livre, c'est la vie dans la salle des professeurs. On se rend compte que ce métier est dur, usant. Même en le prenant un peu légèrement comme ici, c'est fatigant de tenir la distance face à des classes de 25, de trouver la bonne réplique au bon moment à chaque instant. On y voit également la difficulté de travailler ensemble et surtout, j'y ai senti que Bégaudeau détruit un mythe qui a actuellement la vie dure : non, on ne devient pas enseignant par vocation. Pas plus qu'on ne devient inspecteur des impôts ou éboueur pour cette raison ! La majorité des profs qui sont là le sont pour avoir de quoi remplir la gamelle, et seraient bien ailleurs s'ils le pouvaient.Je sais que ce livre est loin de faire l'unanimité, dans le corps enseignant notamment (je n'en fais partie mais le connaît relativement bien), mais je trouve qu'il a le mérite d'ouvrir des débats intéressants.

Yohan59
04/10/12
 

Entre les murs, c’est l’histoire d’un collège, contée par un professeur de français qui y officie. Avec un humour cynique, François Bégaudeau nous met face à une réalité que l’on connaît trop peu : celle d’élèves en difficulté, qui parlent et écrivent très mal ; celle de professeurs démunis voire démissionnaires ; celle de parents dépassés.Le récit alterne trois différentes situations : le professeur et ses élèves lors d’un cours, les professeurs entre eux dans la salle des profs et les professeurs face aux parents d’élèves.Je pense avoir saisi le message que souhaite faire passer l’auteur, à savoir le caractère extrêmement répétitif des relations avec les jeunes (et avec les collègues aussi d’ailleurs), comme par exemple demander tous les jours à un élève de rabattre sa capuche et d’enlever son bonnet. Des petits riens qui doivent être frustrant et abrutissant pour les profs.De plus, François Bégaudeau décrit très bien les situations délicates comme des parents qui parlent à peine français, à qui l’on ne peut faire comprendre les difficultés de son enfant. Ou encore les problèmes d’intégration et de racisme.Néanmoins, malgré le caractère socialement intéressant du récit, les problèmes que met en avant l’auteur l’obligent à adopter un style très particulier : répétitions à gogo et dialogues en langage parler. Cela donne une ambiance très lourde et une lecture qui n’est pas du tout fluide. Résultat, j’ai survolé les pages sur la fin car je commençais à être lassée.Aussi, je ressors mitigée de ce récit. Je dirais que je n’ai pas accroché au style, mais je reconnais qu’il correspond parfaitement à ce que l’auteur veut démontrer. Indéniablement, que l’on aime ou non, la particularité de ce livre est de nous heurter par son originalité. Mais une originalité somme toute très simple puisqu’elle reflète simplement une réalité quotidienne dans certains collèges. Marylin

marylinm
25/09/12
 

Bardée d'a priori mais néanmoins titillée par la curiosité, j'ai attendu la sortie en poche d'Entre les murs de François Bégaudeau.Au début,j'étais plutôt hérissée , non pas par l'oralisation (forcément vouée à l'échec comme le reconnaît l'auteur à la fin de son texte), mais par la brutalité des échanges verbaux. Il aura fallu le premier "S'il te plaît" pour que je me détende et apprécie pleinement cet ouvrage.Séries heurtées de scènes croquées sur le vif aux quatre coins stratégiques de cet établissement scolaire du XIXème arrondissement: salle de classe, salledes profs, salle deconseils, bureau du directeur. Bégaudeau prend le parti de nous livrer essentiellement des joutes verbales,décrivant très peu les personnages, nous livrant parfois des copies mais nous laissant libres de notre jugement. Il prend le parti de la répétition (les inscriptions des tee-shirts des élèves (ou des profs) scandent ainsi le récit) car c'est ainsi que fonctionne la routine scolaire.Pourtant, mine de rien, sans nous en rendre compte, nous nous attachons à tous ces personnages et nous prenons à regretter de ne pas savoir ce que sont devenus Aissatou, Sandra, Hinda, Ming et tous les autres; parce que la définition que donne Bégaudeau du rugby peut s'appliquer à l'enseignement : "Organiser le chaos pour fabriquer de la puissance , c'est passionnant." cathulu

cathulu
06/08/12
 

La vie d'un professeur de lettres dans un lycée dit sensible. Voilà le résumé en quelques mots de l'ouvrage de Bégaudeau. On peut regretter qu'il ne soit qu'un recueil d'anecdotes, de discours entre élèves, ou entre profs. Toutefois, l'auteur y met de l'humour et évite, par le récit pur, de juger et de véhiculer des idées polémiques sur l'éducation. Un témoignage intéressant pour pénétrer dans ces collèges, pleins de charme mais aussi des collèges devant faire face à de nombreuses difficultés.

caroline591
31/03/11
 

Ce bouquin décrit le quotidien d'un professeur de français dans un collège parisien. L'auteur, lui-même prof à Paris, relate donc sous forme romancée ses déboires avec ses élèves. Pas mal d'anecdotes que pas mal de profs ont déjà vécues : la récré en salle des profs avec l'éternel problème de la machine à café, les débordements en classe, et différents soucis pédagogiques : comment faire certains points de grammaire ...Begaudeau a réussi à raconter tout cela avec humour, certes parfois grinçant, mais le tout étant de décrire le réel malaise que peut ressentir un prof face à sa classe.

leiloona
23/03/11
 

Plus qu'un roman, avec un trame, un début et une fin, ce livre prend l'aspect d'une chronique de la vie de tous les jours. Un énoncé d'évènements, de petits-riens du quotidien. J'avoue avoir eu du mal à m'adapter au style d'écriture. Celui-ci est haché, sans détails véritables, peu prolixe. Il expose les faits, quelques traits (apparences) marquants - un bonnet/un T-shirt où est écrit I Love You -, et s'en tient là. C'est assez déroutant, si bien que j'ai eu l'impression de rester en dehors du livre. Nous sommes des observateurs externes, des témoins passifs.Les pensées du protagoniste nous sont cachées et la vision qu'on s'en fait est entièrement notre. Ce qui est au cœur de ce livre se sont bien entendu les répliques. Comme nous le dit la quatrième de couverture de l'édition Folio : "François Bégaudeau révèle et investit l'état brut d'une langue vivante, la notre, dont le collège est la plus fidèle chambre d'échos". Des dialogues qui sont pour nous le moyen de (re-)découvrir ces élèves de collège ZEP, dont la provocation est leur manière de réclamer de l'attention, ces élèves qui n'ont pas tous les mêmes chances, dont la vie n'est pas toujours évidente. Ces mêmes élèves qui n'attrapent pourtant pas toujours les mains qu'on leur tend. Face à eux, des professeurs souvent dépassés, et ce jeune professeur qui tente de les aider. Un professeur qui n'est pas parfait, mais qui fait de son mieux pour gérer. Ce livre témoigne des lacunes de l'école républicaine, il montre les problèmes actuels que celle-ci rencontre. Tout en ne sombrant pas dans le tableau noir.Un roman réaliste, témoin d'une réalité à la fois triste et comique.En quelques mots : un livre à lire pour le sujet abordé, mais je dirais un "bien aimé, sans plus".

Lunasirius
20/03/11
 

Un livre sans début ni fin, même à travers les dialogues ce sont les mêmes histoires qui reviennent, recommencent, laissent la place à d'autre et reviennent. Un livre très réaliste, trop peut-être assez bâtard néanmoins un journal,un témoignage mais par paroles rapportés, un rapport flou avec le monde qui nous entoure. Bref un livre actuel, qui passera, pour compléter l'Information, qui le savait déjà mais changera encore Virgule,...

Meandnothim
09/07/10

Dans "Entre les murs", François Bégaudeau montre les difficultés auxquelles sont confrontés les professeurs dans les collèges difficiles. Ce n'est pas un sujet très original, mais ce qui l'est c'est sa manière de l'aborder: ce livre est plus un documentaire exposant les faits sans analyse qu'un roman. En effet, les dialogues y ont la part belle et sont retranscrit tels quels, sans fioritures. Ce style donne un réalisme à l'action qui permet de s'immerger dans le quotidien d'un jeune professeur de français.On ne sait pas s'il faut rire ou pleurer devant l'agressivité qu'il existe entre le professeur et ses élèves (aussi bien d'un côté que de l'autre), l'hypocrisie du principal qui cherche des solutions "éducatives" même quand cela aboutit au renvoi d'un élève, et les conversations ineptes dans la salle des professeurs. Heureusement l'intelligence et la vivacité de la plupart des collégiens sauve le lecteur du pessimisme le plus noir."Entre les murs" n'est pas un plaidoyer contre l'insolence des élèves ou le système éducatif et l'incompétence des professeurs. C'est le constat du gouffre qu'il existe entre tous et leurs difficultés à le surmonter dans un objectif d'éducation.Parfois choquant, souvent drôle, "Entre les murs" se lit avec plaisir, très rapidement, mais laisse un peu perplexe. On assiste à une tranche de vie débutant au mois de septembre et se finissant après le brevet, ce qui donne une impression d'inutilité car après les vacances on reprend les mêmes et on recommence.

PetiteMona
01/05/10
 

Des dialogues dans un français actuel, avec les vrais mots des jeunes, entendus par un prof. L'exercice aurait pu être illisible mais on se laisse très vite attraper par ces jeunes qu'on a bien envie de suivretoute une année scolaire... et puis à la fin de l'année, se reposer enfin avec un bon livre entre les mains. Estelle

Estelle
24/07/09
 

La pierre pédagogeale Plongée au coeur d'un collège où ados et profs se côtoient, se jaugent et s'affrontent. Instants saisis sur le vif et retranscrits dans une langue vive et souvent emprunte de comique. On comprend un peu mieux le travail quotidien des enseignants : répéter, réexpliquer et recommencer chaque année. Presque un livre-documentaire.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition