Esther mazel

HEBRARD, FREDERIQUE

livre esther mazel
EDITEUR : PLON
DATE DE PARUTION : 28/09/00
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
24,50 €

SYNOPSIS :

Durant les années noires de l'Occupation, Marion a confié sa fille, la toute petite Esther, à des paysans des Cévennes, les Mazel, pour la mettre à l'abri dans leur ferme perdue sur les hautes solitudes du mont Lozère. Le seul souvenir qui rattache Esther à sa mère, c'est un parfum. Rose et tubéreuse... Son père ? Elle ne sait pas qui c'est. Pour elle, son père, c'est celui qui l'a recueillie, qui l'a élevée comme son enfant, qui lui a donné son nom quand elle s'est trouvée seule au monde. Celui qui lui a appris à lire dans la Bible. Derrière les remparts de paille, de ronces, de laine et de nuages de l'humble forteresse, que les Mazel ont dressés autour d'elle, Esther respire les senteurs de la nature à la recherche du parfum perdu, et cette quête définira sa vie. " Je créerais un parfum... Je savais quel parfum. Je le respirais depuis l'enfance.
" La fortune tombera brusquement sur elle à la mort d'un milliardaire new-yorkais. Son vrai père. Passée sans transition de l'innocence de sa bergerie aux fastes de la Fifth Avenue, Esther va se heurter au monde de l'argent. Pour entrer en possession de son héritage, il lui suffirait de prendre le nom de cet inconnu qui l'a engendrée. Elle refuse et tourne le dos à cette fortune. Elle portera le nom de ceux qui l'ont sauvée. Elle sera toujours la fille émerveillée par la montagne et son parfum. Un parfum qui lui fera rencontrer l'homme de sa vie, un parfum qui, bientôt, fera régner le nom d'Esther Mazel sur toute la planète. Mais Esther apprendra qu'une telle réussite ne va pas sans blesser l'amour. Et, peut-être, le faire fuir ? Avec Esther Mazel, Frédérique Hébrard raconte l'histoire d'amour d'une femme illuminée par la passion du parfum.
3 personnes en parlent

Durant les année de l'occupation, Marion a confié sa fille, la petite Esther à des paysans des Cévennes, les Mazel, pour la mettre à l'abri dans leur ferme perdue sur les hauteurs du mont Lozère. Le seul souvenir qui rattache Esther à sa mère, c'est son parfum. Son père ? Elle ne sait pas qui c'est. Pour elle, son père, c'est celui qui l'a recueillie, qui lui a donnée son nom.La fortune tombera brusquement sur elle à la mort d'un milliardaire new-yorkais. Son vrai père. Passée sans transition de l'innocence de sa bergerie aux fastes de la Fifth Avenue, Esther va se heurter au monde de l'argent. Pour entrer en possession de son héritage, il lui suffirait de prendre le nom de l'homme qui l'a engendrée. Elle refuse et tourne le dos à cette fortune.Elle portera le nom de ceux qui l'ont sauvée. Elle sera toujours la fille émerveillée par la montagne et son parfum. Un parfum qui lui fera rencontrer l'homme de sa vie et la fera connaître du monde entier.Mais une réussite qui risque de blesser l'amour... Pit

un flyer
13/02/15

Durant les année de l'occupation, Marion a confié sa fille, la petite Esther à des paysans des Cévennes, les Mazel, pour la mettre à l'abri dans leur ferme perdue sur les hauteurs du mont Lozère. Le seul souvenir qui rattache Esther à sa mère, c'est son parfum. Son père ? Elle ne sait pas qui c'est. Pour elle, son père, c'est celui qui l'a recueillie, qui lui a donnée son nom.La fortune tombera brusquement sur elle à la mort d'un milliardaire new-yorkais. Son vrai père. Passée sans transition de l'innocence de sa bergerie aux fastes de la Fifth Avenue, Esther va se heurter au monde de l'argent. Pour entrer en possession de son héritage, il lui suffirait de prendre le nom de l'homme qui l'a engendrée. Elle refuse et tourne le dos à cette fortune.Elle portera le nom de ceux qui l'ont sauvée. Elle sera toujours la fille émerveillée par la montagne et son parfum. Un parfum qui lui fera rencontrer l'homme de sa vie et la fera connaître du monde entier.Mais une réussite qui risque de blesser l'amour... Pit

un flyer
20/01/15

Je suis tombée dans le chaudron « Frédérique Hébrard », je devais avoir cinq ans, lorsque j’ai découvert à la télévision "les sagas de l'été". D'abord, Le Château des Oliviers, puis il y a eu Le Grand Battre, et enfin la découverte tardive de La Demoiselle d’Avignon…J’ai tout de suite été enchantée par chacune de ces œuvres, et je les ai visionnées un certain nombre de fois depuis leur découverte (je connais même certains dialogues par cœur...). Ce que j’aime dans les œuvres de Frédérique Hébrard, c’est la fantaisie, la beauté, l’espoir, la douceur, la joie de vivre (malgré les passages plus "dramatiques") qui s’en dégagent, le tout parsemé d’une bonne pointe d’humour! Et puis tout cela se passe bien souvent dans le Sud, ma région chérie.En plus, elle est marié à Louis Velle, avec qui elle écrit et qui joue dans chacun de ses films. Louis Velle, c’était mon grand amour quand j’étais petite, voire même plus tard (il est quand même super beau François Fonsalette, non ?)Bref, il y a un an, j’ai eu envie de découvrir les écrits de ce couple, mythique pour moi. J’ai commencé par leur autobiographie, et tout récemment, je viens de lire Esther Mazel, signé du seul nom de Frédérique Hébrard, mais dans certaines réflexions, certaines tournure, j’avais vraiment l’impression d’entendre Louis Velle.Eh bien, une fois de plus, la magie a opéré et j’ai adoré ma lecture, même si objectivement quelques points m’ont déçue sur le plan de l’intrigue. Déjà, je ne m’attendais pas à lire un tel drame, et jusqu’au bout j’espérais une happy end plus marquée que celle qui nous est proposée. D’autre part, j’ai peu accroché à cet univers du parfum et du luxe. A partir du moment où elle devient riche et célèbre, la narratrice m’a semblée beaucoup moins sympathique. Je m’étais tellement attachée à la petite fille, à ses rêves, à ses amis, que j’aurais voulu ne jamais la voir grandir. J’aurais voulu arrêter le temps, qu’elle puisse continuer à espérer le retour de sa maman, que tous ces jeunes gens restent en vie… Je les ai tellement aimés ces personnages. Et c’est toujours le cas avec Frédérique Hébrard, il lui suffit de quelques lignes, quelques paroles, pour me donner l’impression de connaitre ses personnages depuis toujours et pour que je ‘attache profondément à eux.De même pour les paysages, la nature dans laquelle évoluent tout ce petit monde ; j’avais l’impression d’être là parmi eux, et j’en ai profondément voulu à Esther, d’abandonner tout cela pour une grande carrière internationale.Mlagré tout, comme je l'ai dit j'ai vraiment adoré ce style, cette langue, cet humour, cette tendresse pour les personnages, cet amour des paysages décrits...Bref un ouvrage dévoré en une nuit, qui m’a souvent transportée de joie, mais m’a également fait pleurer comme rarement cela m’arrive (bon, je pleure trèèèèès facilement face à un livre, mais là, c’était phénoménal). Je n’ai qu’une hâte, continuer ma découverte littéraire de cette grande dame.

un flyer
13/05/11

Format

  • Hauteur : 22.40 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.35 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition