Et dormir dans l'oubli comme un requin dans l'onde

HALL, STEVEN

livre et dormir dans l'oubli comme un requin dans l'onde
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 23/04/09
LES NOTES :

à partir de
21,50 €

SYNOPSIS :

Eric Sanderson se réveille un matin dans une maison qu'il ne connaît pas, complètement amnésique. Il trouve sur la table une lettre dans laquelle son ancien moi lui demande d'entrer au plus vite en contact avec une psychiatre. Celle-ci lui apprend que depuis la mort accidentelle de sa fiancée, Clio Aames, il a sombré dans une profonde dépression, et a connu onze épisodes dissociatifs. Mais bientôt, une série de lettres, d'indices et de textes codés qu'il s'est lui-même envoyés l'aide à reconstituer l'histoire véritable de son passé. Il découvre qu'un requin conceptuel, qui vit dans les eaux troubles de la pensée - les flux de lettres, de mots, de communications humaines qui ont acquis une texture vivante -, le traque et dévore ses souvenirs. C'est en voulant modifier le passé, pour ramener celle qu'il a aimée à la vie, qu'il a accidentellement libéré
ce monstre de pensée, et s'est condamné lui-même. Il part alors à la recherche de Trey Fidourous, un docteur du langage, le seul à pouvoir le sauver d'un anéantissement progressif. Le monde du langage acquiert ainsi dans le récit une vie propre, et constitue un monde parallèle, puissant et effrayant, au sein duquel le héros va devoir s'enfoncer pour recouvrer la vie, et la femme qu'il a perdues. Ce roman moderne, poétique, jubilatoire est construit comme un puzzle onirique, au suspense très efficace. C'est aussi une subtile réflexion sur les dangereuses propriétés du langage, la fragilité de nos identités et de la mémoire : jeux typographiques, messages mystérieux, fragments d'encyclopédie imaginaire y forment un jeu de piste fascinant. Sondant la perte, l'amour et le deuil impossible, Steven Hall reprend magnifiquement le mythe d'Orphée et d'Eurydice.
3 personnes en parlent

Eric Sanderson rentre chez lui. Problème : il est amnésique. Mais le premier Eric Sanderson, avant d’être amnésique, a laissé des indices pour que le nouveau Eric puisse comprendre son histoire. Eric Sanderson rencontre donc un psychiatre, qui l’incite à partir à la recherche d’un professeur du langage. Mais Eric est poursuivi par un ludovicien, le requin du titre, qui lui mange peu à peu la mémoire. Je dois avouer que je n’ai pas tout compris aux intentions de l’auteur. Il y a une dimension de science-fiction mâtinée de psychologie, nous sommes d’accord. Il y a une intrigue qui se veut pleine d’action, avec la menace de ce requin fantasmé (ou non) combattu avec des dictaphones, la rencontre avec Scout et leurs déambulations dans un labyrinthe de livre avec un chat roux prénommé Yann. Mais l’ensemble n’a jamais fait sens. J’ai eu l’impression d’être face à un salmigondis indigeste, dans lequel on passe d’une scène à l’autre sans comprendre les enjeux de l’intrigue, si ce n’est l’envie de retrouver ce professeur (mais pourquoi le retrouver ?). Les personnages sont à peine esquissés, l'intrigue confuse à souhait et l’écriture est très plate. Rien de très réjouissant. Les quelques dessins qui jalonnent le roman permettent de comprendre certains éléments de l’intrigue, mais ce fut trop peu pour m’embarquer dans cette aventure.Bref, c’est sans regret aucun que j’ai abandonné les protagonistes à la page 310 (parce qu’en plus, c’est un pavé), indifférent à ce qui pouvait leur arriver. Cette passivité face aux héros et à l’intrigue furent pour moi les indices définitifs me disant de prendre un autre livre. Ce que j’ai fait !

Yohan59
14/11/12
 

Un matin, Éric Sanderson se réveille amnésique. Grâce à une série de lettres, d'indices et de textes codés qu'il s'était adressés à lui-même, il reconstitue son passé, et découvre qu'un requin, qui vit dans les eaux troubles de la pensée, le traque pour dévorer ses souvenirs... Il plonge soudain dans un monde parallèle inquiétant, où l'attend un amour imprévu, échappé du temps. Un jeu de piste brillant qui nous révèle la fragilité de la réalité, et le rêve éternel de l'amour..Le ludovicien, requin métaphysique qui traque le héros, est-il une réalité ou seulement une suggestion de l'esprit ? La mémoire des hommes est-elle une entité à part entière, dont on peut les déposséder ? Éric vit-il réellement ces évènements terriblement angoissants, cette fuite en avant à la recherche de son passé oublié et ce voyage pour sauver sa peau, ou bien tout cela ne sort-il que de son cerveau fragilisé ? Est-il fou ou bien ce requin mangeur d'idées et de mots va-t-il réellement le dévorer ? Les pensées peuvent-elles avoir une vie propre et naviguer dans l'espace (ou le non-espace), peuvent-elles être détachées de l'homme qui les a formulées ? L'identité d'un homme est-elle immuable ou bien interchangeable d'un cerveau à un autre, d'un corps à un autre ? Pouvons-nous retrouver par la pensée les êtres perdus ? Notre subconscient peut-il nous enseigner ce que notre conscient ne peut pas comprendre ? Y a-t-il une vie après la mort ?Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
21/12/09
 

Voilà un livre qui ne peut laisser indifférent !En effet, il est tellement "décalé" qu'on continue à le lire pour au moins essayer de mieux comprendre de quoi on nous parle ! En tout cas, c'est ce qui m'est arrivé :-)Et pour dire la vérité, je ne suis pas sûre d'avoir tout compris ...Ce livre aborde un univers totalement original, en abordant "les dangereuses propriétés du langage" et "la fragilité de nos identités et de la mémoire". Ce requin conceptuel qui vient dévorer notre mémoire est tout simplement déroutant.Il m'a été très difficile de "visualiser" de quoi on me parlait tout au long du livre, comme si ma capacité d'imagination ne réussissait pas à franchir le pas.Pourtant l'écriture me plaisait et j'avais envie de savoir comment ce nouvel Eric Sanderson allait remonter sur les traces de son passé et de sa mémoire.Un livre qui m'a donc fait beaucoup réfléchir mais qui atteint trop de complexité pour me captiver totalement.

Argantel
14/12/09
 

Format

  • Hauteur : 24.20 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.70 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : PIERRE GUGLIELMINA