Etat de siege

GOYTISOLO-J

livre etat de siege
EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 20/01/99
LES NOTES :

à partir de
18,00 €

SYNOPSIS :

En hiver à Sarajevo, une femme traverse à genoux le champ de mire des francs-tireurs et meurt. Le commandant de la Force Internationale de Médiation accouru sur les lieux ne peut que constater la disparition du cadavre. Seuls restent un carnet de poèmes et divers récits. L'énigme est double : un corps escamoté et des écrits anonymes. Peut-être la dissémination de documents apocryphes, gloses, poèmes, est-elle l'unique moyen pour les victimes d'échapper au piège mortel auquel l'indifférence internationale les condamne oe A partir d'une expérience vécue (le siège de Sarajevo), Juan Goytisolo construit une fiction d'une très grande qualité
narrative : Etat de siège est une métaphore de tous les sièges. C'est aussi une réflexion sur le pouvoir et les limites de la littérature. Juan Goytisolo, dont l'oeuvre fut interdite dans son pays par la censure franquiste dès 1963 et jusqu'à la mort du dictateur, partage son temps entre Paris et Marrakech depuis pour l'ensemble de son oeuvre. parmi ses livres publiés en France figurent, outre une quinzaine de romans, les recueils d'essais Chroniques sarrasines, l'Arbre de la littérature et la Forêt de l'écriture, et les deux volumes autobiographiques Chasse gardée et les Royaumes 1957. Il a obtenu, en 1985, le prix Europalia déchirés.
1 personne en parle

Un livre riche, brillant et très prenant qui m’a étonnée ! Je m’attendais, en effet, à une histoire « banale » et je m’y étais intéressée en raison du siège de Sarajevo. Or l’auteur fait preuve d’une grande virtuosité et érudition. C’est un livre sur les limites de la littérature, la manipulation et la guerre aussi, même si finalement on peut penser que celle-ci n’est là que pour servir les autres thèmes. Ce que j’ai le plus aimé est d’ailleurs cet aspect ; l’auteur dénonce l’indifférence des peuples vivant dans la richesse et la paix vis-à-vis de ceux qui souffrent sur le même sol. Goytisolo évoque non seulement la guerre des Balkans mais aussi les exclus de la société, ceux que l’on ne regarde plus ou alors avec mépris. Sa simulation du siège d’un arrondissement de Paris m’a enchantée ! Toutefois l’auteur va plus loin et met en place un jeu de miroir : on ne sait plus qui est le narrateur, s’il est réel ou imaginaire et s’il agit librement ou s’il est manipulé et par qui. Même si au début, le lecteur est un peu perdu à cause des documents divers, écrits (ou supposés écrits) par des narrateurs changeants, cela vaut la peine de poursuivre. Cependant, cela reste un livre d’accès plutôt difficile mais les lecteurs « courageux » ne seront pas déçus. Au cœur du livre l’auteur nous livre des jeux de mots autour des participants ou « observateurs » du conflit des Balkans qui m’ont beaucoup plu, même s’il m’en reste une poignée à déchiffrer (il n’y a pas les réponses dans le livre).

mycupoftea
12/09/12
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.28 kg
  • Langage original : ESPAGNOL