Expiation

MCEWAN, IAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 25/08/03
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Sous la canicule qui frappe l'Angleterre en ce mois d'août 1935, la jeune Briony a trouvé sa vocation : elle sera romancière. Finis les contes de fées et les mélodrames de l'enfance. Du haut de ses treize ans, elle voit dans le roman un moyen de déchiffrer le monde. Mais lorsqu'elle surprend sa grande soeur Cecilia avec Robbie, fils de domestique, sa réaction naïve aux désirs des adultes va provoquer une tragédie. Trois vies basculent et divergent, pour ne se recroiser que cinq ans plus tard, dans le chaos de la guerre, entre la déroute de Dunkerque et les prémices du Blitz. La
brutalité du réel va faire mûrir Briony. Mais est-il encore temps d'expier un crime d'enfance ? Prolongeant une grande tradition anglaise, celle de Lawrence et du Messager, tout en s'interrogeant sur les pouvoirs et les limites du romancier, Ian McEwan restitue, avec une égale maîtrise, les frémissements d'une conscience et les rapports de classes, la splendeur indifférente de la nature et les tourments d'une Histoire aveugle aux individus. Peintre admirable de la fragilité du bonheur et de la douleur du souvenir, il nous livre, avec Expiation, son roman le plus abouti.
14 personnes en parlent

« ... et c'est alors qu'elle laissa échapper ce soupir de défaillance qui, il le comprit plus tard, était le signe d'une transformation ».Robbie et Cecilia se côtoient depuis l'enfance. L'un est conscient de la présence de l'autre et vice versa mais ils ne se connaissent pas. Ils fréquentent la même université. Lui vient tout juste d'obtenir son diplôme universitaire, elle, reçoit une attestation (pourquoi en effet s'encombrer d'un diplôme alors qu'elle se mariera et élèvera ses enfants ?).Durant les vacances d'été, ils se cherchent, se titillent, jouent inconsciemment au chat et à la souris en invertissant les rôles. Puis, c'est l'évidence. L'amour qui les lie est indicible. Ces sentiments évoluent sous le regard de la cadette de Cecilia, Briony, 13 ans. Elle veut devenir écrivain et est certaine d'analyser avec une justesse acérée les personnes qui l'entourent. Son interprétation diabolique des évènements détruira plusieurs vies.Une histoire bouleversante tissée autour d'une injustice dévorante. Ian McEwan décrit l'ennui des adolescentes, les images reçues sans explications, le tabou de la sexualité, les malentendus et leurs conséquences mais Expiation est avant tout une dénonciation du plein pouvoir de l'écrivain.A l'instar de Briony qui nourrit son ignorance avec de bonnes intentions, ce que nous voyons existe-t-il vraiment ou notre subjectivité nous permet-elle d'interpréter les évènements en fonction de ce qui nous arrange ?Un puissant roman qui aurait mérité d'être mieux découpé. Beaucoup trop de longueurs à mon goût mais je ne regrette pas d'avoir lu cette histoire qui hantera longtemps ma mémoire.

Theoma
25/09/09
 

Résumé du livre : Août 1935, Briony Tallis, 13 ans, reçoit ses cousins dont les parents vont divorcer. Il y a les jumeaux Jackson et Pierrot, et Lola qui a 15 ans. C'est cette dernière qui va se faire agresser lorsque tous les convives d'un diner familial se lancera à la recherche des jumeaux qui ont fugué. Débute alors, sur le mensonge d'une petite fille amoureuse, une vie sacrifiée pour Robbie Turner, le fils de la domestique de la maison qui a toujours été élevé avec la lignée Tallis.Critique : Ne vous fiez pas au résumé succin et assez obscur que j'ai pu faire, ce n'est pas un roman à l'eau de rose ! Il faut prendre le temps pour lire ce roman fleuve, mais quelle récompense de persévérer... Il y a quatre parties à ce roman, suivant les époques, qui sont bien distinctes (pas le même point de vue) et qui constituent les pièces d'un puzzle narratif aussi complexe que jubilatoire.L'expiation est une doctrine rencontrée au sein du christianisme et du judaïsme. Elle décrit la façon dont le péché peut être pardonné par Dieu. Ici rien de théologique, tout est dans les relations familiales, et de confiance au sein de la famille.L'intensité de la scène de la bibliothèque, les scènes de guerre, tout est décrit à la perfection pour que l'on se retrouve comme au cinéma, aux cotés des personnages. Le "combat" que se mènent les deux sœurs Cecilia et Briony, pour sauver leur amour de jeunesse, est touchant pour leur ténacité. Sophie

lamamandelena
22/08/13
 

Dans la grande demeure des Tallis, en ce bel été de 1935, la jeune Briony a décidé de devenir écrivain. Désormais la seule enfant de la famille dans ce lieu isolé, elle utilise son imagination débordante tant pour rêver que pour écrire… Et toujours dans ses fictions, le courage l’emporte sur la lâcheté, la vertu sur la tromperie et le bien sur le mal. Avec l’arrivée de ses cousins du Nord, ainsi que le retour de son frère Leon, elle voit l’opportunité de mettre son talent en avant. Adolescente à la frontière entre le monde des adultes et celui des enfants, Briony va pourtant provoquer un drame. Après avoir surpris sa sœur Cecilia avec Robbie, le fils de la femme de ménage, elle va changer leur vie à jamais.Cinq ans plus tard, en pleine guerre mondiale, personne n’a oublié. Briony a grandi et décide de se repencher sur cette soirée où tout a basculé. Mais n’est-il pas trop tard pour revenir en arrière et arranger le passé ?Expiation est un étonnant mélange. D’un crime d’enfance à la guerre, en passant par un drame familial, la déroute de Dunkerque, la vie londonienne en cette période troublée et une histoire d’amour brisée, Ian McEwan dépeint une image à la fois touchante, captivante et réaliste. Le lecteur est tout d’abord plongé dans l’univers des Tallis, famille de la bonne société. Dans un décor où la nature prend une importance particulière sont introduits les principaux personnages de l’intrigue : la jeune Briony, ses grands frères et sœurs, Leon et Cecilia, sa mère, Emily, ses cousins, Pierrot, Jackson et Lola, et quelques domestiques. Briony, âgée de treize ans, est immédiatement mise en avant. Nous découvrons sa vie, ses plus secrètes penses et sa grande ambition : devenir écrivain. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est elle qui va – involontairement – provoquer la tragédie située au cœur du roman, par une suite d’événements que l’on pourrait qualifier de coïncidences fâcheuses.La deuxième partie prend place cinq ans plus tard, au début de la guerre. Nous retrouvons alors les personnages principaux, dont le destin a été tracé par les événements de 1935. Robbie est alors projeté sur le devant de la scène, engagé dans l’armée anglaise. Nous traversons alors de nombreuses scènes de la déroute de Dunkerque. De la fuite des soldats aux bombardements des civils, de la détresse à l’espoir, tous les aspects sont traités dans de longues et précises descriptions. Ces dernières sont très réalistes et font bien ressentir au lecteur l’horreur dans laquelle Robbie et ses compagnons d’infortune sont plongés, pendant une période qui semble infinie. Bien qu’illustrant à merveille la lenteur avec laquelle l’armée en déroute se déplace certaines de ces scènes sont relativement longues à lire et n’apportent selon moi par réellement d’éléments significatifs, que ce soit du point de vue historique ou psychologique.Du côté de Briony et de Cecilia, qui n’ont depuis le soir du drame plus aucune relation, nous assistons à un changement capital. Eloignées du cocon familial, chacune de son côté à décidé d’entreprendre des études d’infirmières. Avec le corps médical de l’armée, elles ont aussi à faire face à la guerre, mais de manière indirecte. Cette troisième partie, consacrée au travail médical, m’a énormément plus. Nous découvrons le quotidien des apprenties, préparées sans qu’elles ne le sachent réellement à traiter les blessés de guerre. Le travail se fait de plus en plus dur jusqu’à ce qu’elles soient projetées au milieu des horreurs de la guerre de l’armée en déroute. Les détails et anecdotes sont admirablement bien racontés, de sorte que nous avons une idée précise et complète de la situation d’un hôpital londonien juste avant le Blitz.De nombreuses années sont ensuite passées sous silence jusqu’en 1999, date de l’épilogue, qui nous réserve bien des surprises. C’est seulement lors des dernières pages que le lecteur découvrira le fin mot de l’histoire. Contrairement au reste du roman, où les détails et descriptions prolifèrent, nous assistons à un dénouement rapide qui nous lasse nous interroger sur l’ensemble de la tragédie, de la première phrase au dernier mot. La longueur de cette dernière partie est parfaite : elle laisse place à l’interprétation et à la réflexion du lecteur tout en lui fournissant suffisamment de détails.Ce changement de style d’écriture est dans aucun doute un des points forts de ce roman. Ian McEwan a choisi une héroïne qui se cherche et qui a pour ambition de devenir écrivain. A partir du moment où l’écriture est un thème sur lequel on attire l’attention du lecteur, il convient d’attacher une attention particulière à la forme du roman elle-même. Le début de l’intrigue se passe en 1935, dans une famille au statut social élevé. Le style utilisé – phrases longues complexes, description poétiques, vocabulaire recherché – reflète l’univers dans lequel les personnages évoluent. Nous sommes ainsi plongés dans le quotidien d’une famille cultivée de l’époque.Plus tard, durant la guerre, mais plus particulièrement à l’hôpital où travaille Briony, les événements se précipitent et le rythme des phrases devient plus rapide, faisant en quelque sorte écho à ce qui se passe à l’extérieur. L’épilogue continue dans la même direction : le style est élégant, mais plus épuré qu’au cours des premières pages du roman, et plus direct aussi. Nous vivons alors un brusque retour à la réalité, le retour au monde d’une adolescente qui vivait auparavant principalement dans ses pensées et ses écrits.L’écriture est, comme je l’ai déjà dit, un thème particulièrement important, qui est développé de manière très intéressante. Ian McEwan s’interroge sur ses pouvoirs et ses dangers, ainsi que sur ce que la fiction nous permet ou ne nous permet pas de faire. Omniprésente dans le monde d’une jeune adolescente solitaire, il devient sous-jacent, l’espace d’un instant, durant la guerre, avant de revenir sur le devant de la scène pour la fin du roman.Expiation, c’est l’histoire d’une famille déchirée par un crime d’enfance où les protagonistes poursuivent leur destin au cours d’événements historiques majeurs. De la tragédie d’une seule soirée aux conséquences irréversibles de la guerre, le lecteur est tenu en haleine jusqu’aux dernières pages. Si vous aimez les romans psychologiques et dramatiques, avec pour cadre d’importants faits historiques, et que vous n’avez pas peur des phrases et descriptions parfois un peu longues, n’hésitez plus !

Laraemilie
05/07/13
 

Angleterre, Août 1935. Briony la cadette d'une famille aisée attend avec impatience l'arrivée de son frère Léon. A 13 ans, elle a décidé de devenir romancière. Sa forte personnalité doublée d'un sens de l'observation lui confèrent des certitudes inébranlables. Et lorsqu'elle surprend Robbie, un étudiant extrêmement brillant et qui n'est autre que le fils de la domestique, avec sa sœur Cecilia, elle y voit une menace et non une scène d'amour. En une journée, le destin des personnes sera modifié car Briony va avancer un témoignage dans lequel les interrogations sont des convictions. Un témoignage qui est l'amorce d'un drame et de destins bouleversés.Entre Ian McEwan et moi, il s'agit d'une histoire d'amour sulfureuse. Après un coup de foudre avec Sur la plage de Chesil, Délire d'amour et L'enfant volé ont signé notre rupture. Et ces retrouvailles ont fait battre mon cœur à la chamade. Le grand amour est de retour ! Car j'ai vibré, j'ai frémi, j'ai été embarquée par cette histoire dans un état de bonheur extatique ! Tout y est du grand Art ! L'écriture si délicieuse, le déroulement où les questions, les doutes mènent la danse et un final de Maître ! Alors que la canicule s'est abattue sur l'Angleterre, Briony a écrit une pièce de théatre afin de fêter dignement le retour de son frère Léon accompagné d'un ami étudiant. Future romancière dans l'âme, elle pense avoir cerné mieux que quiconque la nature humaine. Mais, ses cousins du nord lui donnent du fil à retordre et elle abandonne l'espoir d'une représentation. En une soirée, un drame se joue : un viol et l'arrestation de Robbie. Le témoignage de Briony fait voler en éclats la vie de la famille. Quelques années plus tard, on retrouve chacun des personnages dans un contexte différent. La guerre bat son plein, Cécilia a rompu les ponts avec sa famille et Robbie se bat en France. Briony a grandi, elle porte ses actes de l'été 1935 comme un fardeau dont elle voudrait se repentir. Peut-on pardonner ? Est-il si facile de se débarrasser de sa culpabilité ?Ian Mc Ewan excelle dans ce roman ! Dans la première partie, il nous livre des fragments de l'avenir tel qu'il aurait dû être. Il plante un décor où les détails sont aussi importants que la psychologie des personnages. La seconde partie révèle des tenants et des aboutissants inattendus. Non, je n'ai pas lu ce livre, je l'ai ressenti avec intensité. Si vous cherchez un vrai roman hors pair, un bijou, n'allez pas plus loin ! L'ambiance, le suspense distillé, la construction et le style m'ont scotchée ! Et une fois commencée cette lecture, il est difficile de la lâcher. Du pur bonheur ! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
01/07/13
 

Le personnage principal de ce livre est une toute jeune fille de treize ans, qu'on peut imaginer ressembler à la photo de couverture ci-dessus. Briony (c'est son prénom) est une pré-adolescente rêveuse à l'imagination fertile. Elle vit en Angleterre dans une famille aisée dont elle est la petite dernière. Souvent seule, elle écrit des pièces de théâtre, son grand plaisir étant de trouver de petits acteurs pour interpréter ses pièces. Ses cousins, par exemple... L'été de ses treize ans, Briony perd un peu le goût des spectacles enfantins. Elle veut passer à autre chose et observe les plus grands. Elle a dans l'idée d'écrire des histoires en s'inspirant de ses observations. Se croyant déjà grande mais possédant encore la naïveté de l'enfance, elle va mal interpréter la relation qu'entretient sa soeur avec Robbie, le fils d'une domestique. Le délire imaginaire dans lequel elle s'embarque va prendre des proportions catastrophiques. Je n'en dirai pas plus sur le début de l'histoire pour ménager l'effet de surprise. Dans la deuxième moitié du livre, nous retrouvons les personnages principaux dans le chaos de la seconde guerre mondiale. Briony et sa soeur sont infirmières dans un hôpital qui recueille les blessés de guerre (mais pas dans le même hôpital). Robblie s'est engagé dans l'armée. On le suit le parcours des trois jeunes gens, notamment celui de Robbie qu'on retrouve en France, en pleine retraite anglaise vers Dunkerque. Quand à Briony, elle a coupé les ponts avec sa famille et voudrait bien racheter sa faute mais est-ce encore possible ? En dépit de quelques longueurs, pas bien méchantes, "Expiation" est un beau roman, intelligent et prenant. Mêlant la petite et la grande histoire, l'auteur nous propose une histoire familiale originale et captivante. L'analyse psychologique de la jeune Briony est intéressante, mettant en lumière le pouvoir imaginatif de l'enfance et les dégâts qu'il peut entraîner. Jusqu'à la fin, l'auteur nous réserve des surprises puisque l'épilogue nous fait revoir le déroulement de l'histoire sous un autre angle. Je dois avouer que cette fin m'a un peu déconcertée sur le moment. J'avais aimé l'histoire telle que je l'avais lue et je n'avais pas forcément envie de l'envisager autrement. Puis, j'ai accepté le pouvoir de l'écrivain de mener son histoire comme il l'entendait et de me bousculer, s'il le souhaitait ! Voilà un auteur que je relirai certainement... [http://http://sylire.over-blog.com

sylire
01/06/13
 

Avant de vous donner mon avis, il faut préciser que j'avais vu le film avant de lire ce roman et que je l'avais beaucoup aimé. Du coup, bien sûr, je n'avais plus l'effet de surprise même si je ne me souvenais pas des détails. Je ne crois cependant pas que ce soit ça qui m'ait empêché de vraiment aimer ce roman. Je m'y suis ennuyée, comme dans les deux précédents romans de l'auteur que j'ai lus et je n'y ai pas retrouvé la superbe plume de Sur la plage de Chesil. J'en suis d'autant plus désolée que c'est moi qui avais proposé cette lecture pour le blogoclub. Sur l'aspect moral du roman, dont je ne peux rien révéler car il ne faut vraiment pas trop en dire sur ce roman, je n'ai pas toujours été convaincue non plus. http://vallit.canalblog.com/archives/2012/07/25/24675519.html#comments

cocalight
01/06/13
 

Expiation est un roman complet, admirablement bien construit. Il est divisé en trois parties bien distinctes : la première partie nous plonge dans un monde raffiné, ouaté, protégé au sein d'une grande propriété anglaise. En août 1935, une réunion de famille s'organise, chacun s'agite dans la chaleur caniculaire, la jeune Briony essayant d'accaparer toutes les attentions. Briony est une jeune fille qui joue sa vie, persuadée d'être au coeur d'un spectacle passionnant dont elle maîtrise parfaitement les rôles et les dialogues. Perdue par une imagination passionnée, elle peut aller jusqu'à s'imaginer reine de la soirée à l’enterrement de sa propre mère :« Elle se voyait debout, seule, au milieu de la grande arène d’un immense Colisée, observée non seulement de tous les gens qu’elle connaissait, mais aussi de tous ceux qu’elle connaîtrait, toute la troupe de sa vie, rassemblée là pour la chérir dans son deuil. (…) Il fallait des témoins. » (p.214)Petite personne égocentrique, elle a besoin d’être au centre des attentions, elle veut jouer le rôle principal quelle que soit la pièce. Cette aspiration à jouer les jeunes premières la conduira à commettre l’irréparable : pour que le monde qui l’entoure s’adapte à la « pièce de sa vie », elle va transformer la réalité et l’insérer dans son propre scénario.« Tout collait. Elle le découvrait. C’était bien son histoire, celle qui s’écrivait autour d’elle. » (p. 220)La deuxième partie du roman nous entraîne au cœur de le guerre, cinq ans plus tard, sur les traces de Robbie. Le monde a basculé et ce qui était stable vole en éclat. La culpabilité, thème phare du roman, est remise en question elle aussi, vivre cette guerre ne peut être que synonyme de culpabilité :« Vous n’avez tué personne aujourd’hui ? Mais combien en avez-vous laissé mourir ? » (p. 345) Dans la troisième partie, nous retrouvons une Briony plus âgée, plus mûre et lucide, une Briony qui va chercher à expier ses fautes.Mais l'ultime épilogue remet tout en question dans une magnifique virevolte orchestrée par les metteurs en scène de talent que sont Briony et l'auteur... Ce dernier nous mène vers une réflexion profonde sur le pouvoir de l'écriture et de l'écrivain, scénariste, metteur en scène, menteur et affabulateur.« C’était la pensée, la perception, les sensations qui l’intéressaient, l’esprit conscient, comme une rivière à travers le temps, et la manière de représenter la progression de son cours autant que tous les aflluents qui la gonfleraient, et les obstacles qui la détourneraient. Si seulement elle avait été capable de décrire la lumière limpide d’un matin d’été, les sensations d’un enfant à une fenêtre, la courbe et le plongeon d’un vol d’hirondelles au-dessus d’un bassin. » (p. 370)Grâce à une étude psychologique très fine placée sous l’égide de Bergson et de Virginia Woolf, Ian McEwan nous offre un chef d'oeuvre inoubliable. Lecturissime

Lecturissime
29/05/13
 

C'est un livre dont le style m'a agréablement surprise, notamment la première partie. Cette partie, justement, est là plus longue bien qu'elle ne couvre qu'une seule journée. Cependant, c'est de cette journée dont tout le reste de l'histoire dépendra. On sent une maîtrise parfaite de la trame par l'auteur, sans pour autant que les choses paraissent artificielles. La seconde partie m'a nettement moins plu. On a le sentiment de lire un autre livre, quasiment sans rapport avec le précédent. Je l'ai trouvé particulièrement longue ; utile, mais longue… La troisième partie nous ramène à Briony que la culpabilité tiraille un peu. Elle ne sait trop comment se racheter, expier son erreur d'enfance. Enfin, l'épilogue est tout simplement foudroyant. L'effet est glacial et franchement réussi. Un superbe roman que je ne suis pas prête d'oublier.

mycupoftea
18/09/12
 

Ce roman est magistralement construit : la première partie, qui est la plus longue, nous raconte une seule journée, celle du drame, mais vue de plusieurs points de vue (les filles, la mère, Robbie). Ce procédé n'est pas ici purement stylistique, il sert l'histoire et la psychologie des personnages (fort bien analysée, et on ne peut s'empêcher de penser à Virginia Woolf) et permet de créer du suspense, en ajoutant des éléments à l'histoire touche par touche. La deuxième partie, radicalement différente, suit Robbie en France, durant la retraite des soldats britanniques en 1940. La vision de la guerre par le jeune soldat est extrêmement oppressante et McEwan se révèle être un virtuose de la description. La troisième partie est consacrée à Briony, personnage finalement central de l'histoire, infirmière dans un hôpital londonien et qui aimerait tant racheter son crime.En dehors de la construction et de l'histoire, ce qui m'a vraiment emballée dans ce roman, c'est que c'est une réflexion sur la fiction, ses pouvoirs et ses limites. Briony deviendra écrivain et racontera cette histoire pour essayer d'expier son crime tout en sachant que les modifications qu'elle apporte à l'histoire ne peuvent pas changer le cours de l'histoire réelle et à ce titre, l'épilogue est incroyable et bouleversant.

fashiongeronimo
11/08/12
 

Quel livre ! quelle merveille ! Je l'ai refermé bouleversée, chamboulée. L'histoire est poignante, l'écriture est magnifique, on est pris du début à la fin sans réussir à lâcher le livre, on quitte les personnages à regret... un très grand Mc Ewan.

Valsette
15/03/12
 

On est en 1935 en Angleterre, au milieu d'une famille bourgeoise de trois enfants ; dont Léon l'aîné et Cecilia, tous les deux sont adultes et Brionny l'insolente âgée de 13 ans qui ne rêve que d'écrire. le père ministre et la mère maîtresse de la maisonnée décident d'accueillir les neveux et la nièce de la soeur de Madame, les parents de ceux-ci sont en instance de séparation ! Léon doit lui aussi arrivé avec un ami. Brionny a écrit une pièce de théâtre dont elle veut absolument donné une représentation avec ses cousins et sa cousine en l'honneur de son frère. Mais rien ne se passe comme elle veut, déçue elle erre dans le parc de la maison et fait la rencontre de Robbie, le fils d'une employée de maison et un ami proche de Cécilia qui lui remet une enveloppe à l'intention de sa soeur. Son âme d'écrivain à l'imagination débordante va l'entraîner là où l'innocence de ses 13 ans n'aurait sans pas dû et c'est plusieurs vies qui en seront bouleversées. Décomposé en trois parties, ce roman a fait l'objet d'un film que je n'ai pas vu. D'un point de vue littéraire, l'écriture de Mc Ewan est vraiment riche, on ressent parfaitement les caractères de chacun des personnages, les rapports de classe, les émotions, les sensations, les faux-semblants. La guerre de 40 est sans doute la partie qui m'a le plus ennuyée, heureusement rattrapée par une fin bouleversante. Une intrigue insolite qui me donne envie de découvrir d'autres ouvrages de l'auteur. Une bibliothécaire du 33

oops
02/08/11
 

Une écriture sublime (la moiteur de cet été tragique...on s'y croirait), une intrigue extrêmement bien construite qui laisse la part belle au coup de théâtre final et nous voila tous manipulés ! Le tout au service d'une magnifique histoire d'amour, de jalousie et de regrets.

Asiled
28/10/10
 

Superbe roman, extrêmement bien écrit.L'héroine, Briony, une jeune fille qui rêve de devenir écrivain brise l'histoire d'amour de sa soeur, par inexpérience et souffrance.Les personnages évoluent, marqués par cette tragédie.Le tout servi par un style parfait et une puissance humaine.

Ninie
21/12/09
 

Briony est une petite fille anglaise de treize ans qui, en cet été torrible de 1935, a trouvé sa vocation : elle sera romancière. Pour elle, écrire est un moyen de comprendre la vie et ceux qui l'entourent et elle pense être assez mature pour transposer sur le papier sa vision du monde, qu'elle croit lucide et pertinente. Mais Briony reste une enfant malgré tout et lorsqu'elle est confrontée à la vision de sa soeur Cécilia avec Robby, le fils de la domestique, elle est terriblement choquée et va, par son attitude, provoquer une tragédie.Le charme buccolique de la campagne anglaise est alors teinté de drame. Un viol, des accusations, un innocent comdamné, des yeux qui se ferment, une famille qui se déchire... ainsi le destin de plusieurs êtres est marqué par les affabulations et le mensonge d'une enfant. La famille s'éparpille et chacun s'adapte comme il peut aux conditions de vie difficiles puisque la guerre sévit en Europe. Mais le destin fera se rencontrer à nouveau Briony et sa soeur, ainsi que Robby dont nous suivons le terrible itinéraire. Briony, en brisant le bonheur de sa soeur a également perdu son innocence et sa joie de vivre. Pourra-t-elle, plus tard, remonter le fil du temps et se faire pardonner ? Est-il possible de réparer les dégats causés sur les êtres par le repentir, même s'il est sincère ? Peut-on expier un mensonge fait dans l'enfance ? L'amour est-il plus fort que tout ?Suite sur les lectures de Lili Liliba

liliba
21/12/09
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.51 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : GUILLEMETTE BELLETESTE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition