Fantomes et farfafouilles

BROWN, FREDRIC

livre fantomes et farfafouilles
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 05/12/01
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

Dans la grande tradition des littératures de l'imaginaire, « Folio SF », laboratoire des possibles, propose des textes de science-fiction, de fantasy et de fantastique. Douglas Adams, Isaac Asimov, Serge Brussolo, Orson Scott Card, David Gemmell, Robert Heinlein, M. John Harrisson, Robert Holdstock, Lovecraft, Christopher Priest, Norman Spinrad, Bruce Sterling, Jack Vance, Stefan Wul, Roger Zelazny y sont parmi les auteurs les plus représentés. La mythique collection « Présence du futur » (600 titres depuis 1954), cèdant son fonds et laissant place en 2000 à « Folio SF », a largement contribué à la constitution de son catalogue (récemment le Guide du voyageur galactique, H2G2, de Douglas Adams) ; la collection d'inédits « Lunes d'encre », chez Denoël, également (récemment avec Michael Moorcock, par exemple, publié dans les deux collections). Mais « Folio
SF » a également publié plus de quinze inédits (Le Travail du furet de Jean-Pierre Andrevon, La Voie du sabre de Thomas Day, La Fontaine pétrifiante de Christopher Priest ; traduction inédite de Psychohistoire en péril de Donald Kingsbury, l'un des auteurs de hard science les plus ambitieux du genre ; premières traductions françaises de Franck M. Robinson, avec Le Pouvoir, ou de L'Appel de Mordant de Stephen R. Donaldson), des éditions révisées et augmentées (Jardin virtuel de Sylvie Denis.) et des textes d'éditeurs tiers, comme l'Atalante, les Editions du Bélial' (Thierry Di Rollo, Pour Anderson), Mnemos, Rivages, A.M. Metailié... A noter également, la publication d'un essai inédit sur les Transfictions, dû à Francis Berthelot : Bibliothèque de l'Entre-Mondes. La SF dans « Folio » ? Façon d'affirmer que le « genre » n'est ni marginal ni mineur.
2 personnes en parlent

Une quarantaine de nouvelles parmi les meilleurs de ce maître inconstesté de la forme courte. Un recueil de véritables bijoux qui passent du policier au fantastique, de l'horreur à la science-fiction, avec un ton très souvent humoristique et une qualité toujours certaine.La série des cauchemars est une pure merveille.Brown a écrit beaucoup de polars, mais il prouve ici (et dans d'autres écrits et recueils) qu'il pouvait toucher à tout avec talent.L'ensemble a peut-être parfois un petit goût de vieux mais le plaisir est bel et bien au rendez-vous.Et quelle chute avec "F.I.N." ! Maltese

Maltese
30/06/09
 

Aller à Saint-Malo toute seule, depuis mon Finistère Sud, c'est long. Alors pour ne pas m'ennuyer, j'ai pris l'habitude quand je fais de la route d'écouter des livres. Parce que depuis longtemps je cherchais un moyen de lire en conduisant, et les livres audio, aussi appelés textes lus, ont résolu mon problème.J'ai donc jeté mon dévolu sur Fantômes et farfafouilles, recueil de Fredric Brown, que j'avais déjà lu il y a, ouuuuh, tout ça. Petit plaisir que d'écouter ces 42 nouvelles (un chiffre puissant, non ?) lues, quasiment jouées, par un lecteur hors pair, Christian Brouard. Certaines sont même des micro-nouvelles. Fredric Brown est un spécialiste de la nouvelle, souvent courte, souvent percutante (parfois non cela dit).Le fantastique s'invite dans certaines nouvelles, à l'image de Vilain, dans laquelle un vieil homme riche ayant perdu sa virilité fait un pacte avec le démon (très drôle), ou encore de La Corde enchantée, encore une histoire d'homme ayant perdu sa virilité d'ailleurs. Brown aimait les histoires un peu grivoises et cocasses !Dans d'autres nouvelles, l'horreur du quotidien et de situations banales devenues incontrôlables lui suffisent pour nous faire frissonner, comme dans Marotte, l'histoire d'un homme à la recherche de poison pour assassiner sa femme, ou L'Anniversaire de Grand-mère, et aussi ses terribles Cauchemars en couleur (blanc, jaune, gris, vert, bleu et rouge).Enfin, il nous offre aussi des textes de pure SF, tel que Flotte de vengeance dans l'espace ou encore Sombre interlude qui dénonce la ségrégation raciale, co-écrite avec Mack Reynolds en 1951.Certaines nouvelles ne m'ont pas surprises, mais pour des textes vieux de 50 ans, elles sont plutôt bien conservées, et le plaisir est intact. D'autres fois j'ai pu éventuellement laisser échapper quelques onomatopées.Pour résumer, je n'ai pas vu le temps passer à l'écoute de ce recueil tantôt drôle, tantôt glaçant, d'un des maîtres du genre. Une "relecture" que je ne regrette pas. LuneCe n'est pas parce que je dis n'importe quoi que j'ai tort.

LunePapillon
27/05/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.16 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition