Feuilles d'herbe

WHITMAN-W

livre feuilles d'herbe
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 25/03/09
LES NOTES :

à partir de
13,80 €

SYNOPSIS :

La plus grande poésie des temps modernes, égale à celles d'homère, shakespeare et dante, sonne dans ces feuilles d'herbe. elles eurent pour créateur un solitaire américain poussé comme un gratte-ciel dans un désert inculte de maisons à bas étages. en 1855, walt whitman,
de brooklyn et de manhattan, fit claquer ses vers comme des drapeaux de joie pour célébrer un seul et unique patriotisme : l'homme ! l'homme de tous les temps, couleurs ou religions. osons ce paradoxe : jamais les bons sentiments ne firent de meilleure littérature.
2 personnes en parlent

Il y a déjà quelques temps j’ai vu le film “Le cercle des poètes disparus” où Whitman est cité à plusieurs reprises. Alors enfin j’ai pris le temps de lire ces “Feuilles d’herbe”, qui représente la quasi-totalité de l’œuvre de Whitman. Je dois dire que je me suis senti un peu perdu face à cette lecture. Il y est souvent question de l’Amérique et de religion. N’étant pas un spécialiste de l’histoire du nouveau continent ni de la bible, j’ai eu l’impression de ne pas avoir les connaissances nécessaires pour bien évaluer ce recueil. De fait, je m’abstiendrai d’évaluer cette lecture.Néanmoins, il y a des poèmes qui m’ont plu, d’autres qui m’ont laissé de marbre et que j’ai parfois pu lire en diagonale. Il y a de nombreux poèmes sur l’Amérique, son histoire, ses guerres, ses héros (Lincoln, Grant), quelques textes sur la France qu’il regarde avec une certaine bienveillance, et puis de nombreuses contemplations du quotidien.Une remarque supplémentaire sur l’édition qui ne présente que la version française. Il faut dire que le livre compte plus de 700 pages alors la version bilingue n’en est que plus compliquée mais j’ai senti des traductions assez “limites”. Par exemple, le célèbre “I sound my barbaric Yawp over the roofs of the world” est traduit par “Eructe ma clameur de barbare, youpi ! plus haut que le toit du monde” qui perd en vigueur je trouve… De même le non-moins célèbre “O Captain my Captain” est traduit par un simple “Ô mon capitaine”… non, vraiment, la version bilingue n’aurait pas été un luxe !Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
07/02/09

Il est indéniable que Walt Whitman est un très grand poète. Il représente ce qu'on appelle le courant sensualiste en tant que genre littéraire aux Etats Unis. Ses poèmes prennent racine dans l'observation de la nature et l'écriture résulterait de l'extase produit devant les grands espaces. Cependant, Walt Whitman est comme ses contemporains: il aime sa Nation et celà se ressent dans ses écrits. Nous sommes à l'aube de l'ère industriel aux Etats Unis. L'industrie fleurit grâce en autres aux différents moyens de locomotions (les bateaux vapeurs, les trains). La conquête de l'Ouest et le percement des frontières réduisent cette notion qu'on appelle le "wilderness", ce qui veut dire l'inconnu, le barbare, le non maîtrisé. Le poète prend alors sa plume pour stigmatiser son émerveillement et sa foi en l'homme lorsque celui-ci dompte quelque peu la nature pour en extraire les éléments primordiales à sa survie. Mais Walt Whitman est aussi un fervent défenseur de la nature. S'il vivait de nos jours, sûrement qu'il se serait élevé contre les désastres de l'écosystème dont l'homme est responsable. Ce sont des pages merveilleuses. Je suis d'accord avec la critique précédente: la traduction fait du mal à la magnificence des mots de Walt Whitman. Si vous avez envie de le lire, je vous suggère de le lire en anglais américain. Vous verrez alors toute la beauté de son oeuvre qui se hisse en toile. Victoire

tran
29/06/12
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.00 cm
  • Poids : 0.50 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition