Fleur de neige

SEE, LISA

EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 14/04/06
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Fleur de Lis et Fleur de Neige sont nées le même jour, à la même heure, dans une province reculée de la Chine du XIXe siècle. Alors que la famille de Fleur de Neige est de la plus haute noblesse, celle de Fleur de Lis n'a connu que la misère ; mais la grande beauté de cette dernière et la perfection de ses pieds lui permettent de devenir la laotong («âme soeur») de Fleur de Neige. Les deux jeunes filles partagent tout, du supplice des pieds bandés â la réclusion, du nu shu, langage secret inventé par les femmes, à leurs mariages arrangés. Leur
amitié, teintée d'une fascination réciproque, grandit au fil des années. Jusqu'au jour où Fleur de Lis découvre que Fleur de Neige l'a trahie. L'amour qui les lie cède alors la place à une jalousie que rien ni personne ne saura arrêter. Fleur de Neige est un merveilleux voyage dans le temps qui nous fait revivre la tradition ancestrale de l'éducation des jeunes filles dans la Chine impériale. Best-seller traduit dans 23 pays, ce roman chargé de lyrisme et d'émotion pénètre l'une des plus mystérieuses relations humaines : l'amitié féminine.
5 personnes en parlent

Ce livre est une mine d'informations sur la vie des femmes chinoises au XIXème siècle, il est extrêmement bien documenté et de ce fait très intéressant. Une des traditions les plus marquantes est bien sûr celle des pieds bandés, plus qu'une tradition c'est une véritable torture que de bander les petits pieds de fillettes de cinq, six ou sept ans. Faites une recherche google si cela vous dit de voir le résultat en image, c'est terrible ! Et après imaginez-vous marchant avec de tels pieds toute votre vie, pas question de faire de grands exploits."Le but était que mes orteils et mon talon finissent par se rejoindre, aménageant entre eux une fente tout en dégageant mon gros orteil, sur lequel j'allais prendre appui pour marcher." p.39 Non seulement ils sont bandés mais il leur faut marcher encore et encore pour accentuer l'efficacité du procédé. "Un jour, au cours d'une ènième traversée de la pièce j'entendis soudain un bruit sec : l'un de mes orteils venait de se briser." p.44 La petitesse des pieds est un gage de richesse et de qualité, seules les servantes ont des grands pieds."La taille de mes pieds allait déterminer la qualité de mon mariage." p.51 Et quelle déveine quand la naissance d'un enfant amène une fille dans la famille car il faut la nourrir jusqu'à l'âge adulte alors que c'est sa belle-famille qui en profitera par la suite.Les circonstances de ces drames importent peu, car nul n'aime évoquer la perte d'un enfant, même lorsqu'il s'agit d'une fille.' p.61 Dans cette histoire, j'ai découvert ce lien particulier qui peut exister entre deux femmes depuis leur plus jeune âge, elles s'aiment, se disent tout et créent un lien vraiment particulier. Fleur de lis et Fleur de neige avaient beaucoup de points communs (jour de naissance, taille des pieds ...) qui les ont conduites a devenir laotong l'une pour l'autre."Le lien du laotong est le fruit d'une décision personnelle, entre deux jeunes femmes qui se jurent une affection et une fidélité éternelles." p.66 Les relations familiales envers les filles sont assez particulières, pour preuve le dialogue ci-dessous entre Fleur de Lis et sa mère le jour de son départ de la maison familiale. Et bien sûr la jeune fille se marie sans jamais avoir rencontré son futur époux."- Une femme n'a pas la moindre valeur, tant qu'elle n'a pas quitté son village, lança ma mère.- Au revoir, maman, psalmodiai-je en retour. Merci d'avoir élevé une fille dénuée de mérite et d'attraits." p.164 Toute leur vie est soumise aux rites, aux traditions, aux cérémonies, tous ces préceptes leur sont inculqués depuis leur plus tendre enfance."Mais aussi profonde que fût mon ignorance, je savais au moins une chose : c'est qu'on n'enfreint pas la tradition sans en payer un jour le prix." p.249 J'ai passé presque toute la vie de Fleur de Lis à ses côtés, j'ai vécu sa jeunesse, son adolescence, son mariage, la naissance de ses enfants, des moments plus ou moins difficiles, certains passages sont vraiment prenants. C'est un livre dense que je suis contente d'avoir lu. Il me manque un je ne sais quoi pour avoir un avis beaucoup plus enthousiaste mais j'ai pourtant vraiment apprécié ce livre. Sandrine(SD49)

SD49
26/07/11
 

Une couverture magnifique, et une histoire qui l'est tout autant. Comment ne pas être transporté par l'histoire que nous compte Mme See ? On s'attache aux personnages, on travers les épreuves avec elles. On en apprend plus aussi sur la culture chinoise et sur ce qu'est la coutume des pieds bandés. C'est si bien écrit qu'on s'y croit, on souffre pour elles, on pleure pour elles ... un livre chargé d'émotions que je recommande ! Lady K

LadyK
19/10/10
 

Fleur de Lis, âgée de 80 ans, revient sur sa vie dans la Chine du XIXème siécle, imprégnée de traditions, de préjugés. Alors que sa vie ne s'annonçait pas des plus heureuses, ne serait-ce que par le simple fait qu'elle est une fille, en une journée, son destin change radicalement et lui offrirait notamment de connaitre le plus grand amour de sa vie. Un vrai coup de coeur. Ce n'est que le deuxième livre parlant de la culture asiatique que je lis, le premier étant Geisha, un livre magnifique également, mais qui traite d'un milieu encore très différent.Une chose est sûre, ces cultures, ces traditions, sont très loin de la vie que nous menons aujourd'hui, et loin de la vie occidentale. Au milieu d'émerveillement et de dégoût, plonger dans la vie de Fleur de Lis fut un vrai plaisir et une mine d'informations sur des parcours si différents des nôtres.Fleur de Lis a, dès sa naissance, un gros handicap : c'est une fille. En Chine, à cette époque, et depuis bien longtemps, les filles sont considérées comme inutiles, des fardeaux qu'il va falloir nourrir et qui n'aideront pas le foyer à prospérer. Deuxième malheur : elle est née dans une famille de paysans, une famille pauvre, elle ne pourra donc pas être mariée à un garçon de bonne famille et améliorée sa condition. Comment imaginer, de nos jours, qu'une telle chose ait pu exister un jour, sur Terre ? La manière dont les petites filles, puis les jeunes filles, puis les femmes, sont traitées, est révoltante. Aucune liberté, aucun choix ne leur est offert. Elles seront fiancées puis mariées à un homme qu'elle n'auront jamais vu auparavant, elle se devront de faire un maximum d'enfants, surtout des garçons. Elles seront malmenées par leurs belles-mères, parfois même par leurs maris qui pourront les battre, chose visiblement courante. Et surtout, le pire pour moi, le rituel du bandage des pieds, réalisé chez les petites filles, rituel épouvantable et inimaginable, qui était encore d'actualité au milieu du siècle dernier. Tout ces aspects nous sont présentés avec beaucoup de pudeur mais dans la réalité la plus dure qui puisse être. Mais quelque part, il y a une certaine fascination qui émerge, fascination pour ces femmes qui portent leur sort sur leurs épaules et qui affrontent leur destin et leur quotidien d'une manière si forte, si humble. Si héroïque finalement.Mais au milieu de ces horreurs, j'ai découvert ce que sont les laotong, et c'est avec soulagement que j'ai compris que pour celles qui ont la chance d'avoir une laotong, leur vie pouvait prendre une tournure très différente et prendre quelques couleurs.Fleur de Lis et Fleur de Neige sont peut-être nées le même jour, leurs caractères sont très différents. Chacune est émouvante, à sa manière. Et là où l'une semblait plus forte que l'autre, la vie, les années, bouleverseront leur destinée, sans jamais ébranler l'attachement que je ressentais pour ces deux femmes. Leurs personnages sont parfaitement explorés et mis en valeur dans ce monde où les femmes ne peuvent briller comme elles le devraient.Tous les personnages masculins restent flous, ce qui montre parfaitement le ravin qui sépare les hommes et les femmes, qui ne se mélangent que rarement. En tant que lecteur, nous sommes dans les confidences des femmes, et les hommes restent des entités assez effrayantes et inconnues, ce qui se ressent très bien dans la manière dont ils sont présentés.L'auteure a su, je pense, très bien retranscrire le contexte et la situation de l'époque, du moins j'espère que ce n'était pas pire, le tout étant déjà suffisamment révoltant. Mais ce que j'ai beaucoup apprécié c'est la pudeur avec laquelle cette histoire est racontée. Et c'est cette pudeur qui force l'admiration envers ces femmes, qui ont subit des choses affreuses, mais qui restaient droites, dignes et admirables. Tout est parfaitement décrit, sans détails lourds et inutiles, et nous plongeons complétement dans cette culture inconnue.Je conseille ce livre aux personnes attirées par la culture asiatique, et principalement aux femmes, pour qu'on n'oublie pas qu'il n'y a pas si longtemps, nous n'avions pas la chance qu'on a aujourd'hui, et qu'encore actuellement sur Terre, des femmes souffrent d'être des femmes, et que malheureusement, le combat est encore long pour accéder à une complète égalité homme/femme... Dautresplumes

Dautresplumes
17/10/12
 

Une plongée dans la Chine du XIXe siècle avec ce magnifique roman, qui nous raconte une histoire à la fois dure et belle, celle d'une amitié féminine qui durera toute une vie.Fleur de Neige et Fleur de Lis sont deux fillettes nées en 1823. Elles ne se connaissent pas mais leurs destins vont s'unir de la façon la plus étroite car, dès leur septième année, elles deviennent laotong, autrement dit des âmes soeurs. L'amour qu'elles se porteront sera bien au-delà d'un quelconque amour filial ou marital. Plus que des amies ou des soeurs, leurs coeurs vont battre ensemble, si bien qu'elles se réjouiront ou souffriront l'une avec l'autre. Et de la souffrance, elles en connaîtront ; car être une femme dans la campagne chinoise de cette époque n'est pas une mince affaire. Leur naissance n'est pas attendue comme celle d'un garçon, elles ne sont qu'une source de dépenses et surtout, elles n'ont aucun droit. Fleur de Lis, notre narratrice, naît dans une famille pauvre. Sa seule façon de s'en sortir est d'avoir les plus petits et les plus beaux "lis dorés". Que se cache-t-il derrière ce nom poétique ? Une pratique atroce : les fillettes, dès leurs six ou sept ans, se font bander les pieds à l'extrême, jusqu'à ce que leurs os se brisent et se modèlent de la plus parfaite des manières. Une souffrance indicible, très bien rendue dans ce roman. Fleur de Neige se voit aussi subir ce cruel rituel, bien qu'issue d'une famille plus aisée. Souvent en visite chez sa laotong, elle n'a de cesse de lui apprendre le nu shu ; l'écriture secrète des femmes ; tandis que Fleur de Lis l'initie aux tâches ménagères.Après l'enfance, suit l'adolescence où les jeunes filles vont découvrir leur corps et leur potentiel, puis viendra le mariage et la vie de mère. Pendant que l'une contracte une union au-delà de toute espérance, l'autre baisse de la pire des façons dans l'échelle sociale. Leur amitié surmontera-t-elle les difficultés ? La vie finira-t-elle par les séparer ?Derrière cette saga dramatique, le contexte culturel de la Chine du XIXe siècle a une place primordiale. On y comprend la difficulté de naître femme, la complexité des rapports avec les hommes, de même que l'instinct maternel qui n'est pas censé exister puisqu'un enfant n'est jamais sûr de passer sa cinquième année. On y côtoie également les rebellions qui éclatent ou les épidémies de maladies mortelles qui déciment la population. Concernant les personnages, je les ai adoré. Je me suis autant attachée à Fleur de Lis qu'à Fleur de Neige. Elles sont complémentaires, se soutiennent mutuellement lorsque l'une ou l'autre est au plus mal. Elles sont fortes parfois, et si fragiles à d'autres moments. Le lien qui les unit est d'une force insoupçonnable, si bien que comme dans une histoire d'amour, la jalousie fera aussi partie de leur vie. Les quitter une fois le livre fermé a été très difficile, ce qui m'arrive assez rarement.C'est un roman à la fois dur et très beau. Une histoire d'amour amical entre deux femmes mais aussi l'histoire plus large des chinoises qui vivaient à cette époque. Un coup de coeur pour ce magnifique récit. Marylin

marylinm
02/02/12
 

Voici un roman que j'ai trouvé très intéressant, même si je suis un peu déçue par la fin... Tout d'abord, la plongée dans l'univers chinois du 19ème siècle mérite vraiment le détour. La Chine est un pays que je ne connais pas, et peu en littérature, et j'ai donc trouvé passionnants tous les détails de cette culture si particulière, même si certains aspects font frémir d'horreur. Ainsi la position des filles et des femmes dans la société, et la fameuse tradition du bandage des pieds, un véritable calvaire, d'ailleurs fort bien décrit dans le roman.Fleur de Lys raconte les détails de sa vie, et surtout l'amitié inébranlable qui la lie à sa laotong, qui est comme une sorte de soeur de lait. Elles sont nées le même jour, leurs 8 caractères concordent en tous points, et leurs pieds seront bandés à la même date. Leur seule différence, qui est de taille dans cette société traditionnelle, est leur condition sociale, car Fleur de Neige est issue d'un milieu bien plus élevé et fortuné que Fleur de Lys. Malgré cela, les fillettes (car elles ont 7 ans lorsqu'elles font connaissance) s'aiment d'un amour pur et inconditionnel et grandissent en se voyant autant que possible et en échangeant leurs idées, leurs sentiments, tout en racontant en peignant sur un éventail qui leur a été offert par leur entremetteuse les périodes les plus marquantes de leur vie, dans le langage secret des femmes, le nu shu. Elles passent des années "chignon" (jeune fille), à celles "de riz et de sel" (femme mariée et mère) pour arriver enfin aux années "assise au calme ", la vieillesse, où elles peuvent enfin faire (à peu près) ce qu'elles veulent. Sauf que la vie leur réserve bien des surprises et que l'amitié aura du mal à surmonter les épreuves, malgré les grands serments de ne jamais se séparer ni laisser rien ni personne interférer dans leur amitié. Leurs vies sont en effet de plus en plus différentes, à tel point que Fleur de Neige n'ose plus trop raconter son quotidien à Fleur de Lys, qui est elle submergée par ses responsabilités et perd en chemin une grande partie de son humanité... Le roman ne sombre fort heureusement jamais dans le misérabilisme ou le pathos, ce qui serait vite insupportable vu les conditions de vie que ces femmes endurent. Suite sur Les lectures de Lili

liliba
16/08/11
 

Format

  • Hauteur : 24.10 cm
  • Largeur : 15.40 cm
  • Poids : 0.55 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : PIERRE MENARD

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition