Geisha (nouvelle edition)

GOLDEN, ARTHUR

livre geisha (nouvelle edition)
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 16/05/06
LES NOTES :

à partir de
8,30 €

SYNOPSIS :

Sous la forme des mémoires d'une célèbre geisha de Kyoto, un grand roman sur un univers secret et étonnant, où les apparences font loi, où les femmes sont faites pour charmer, où la virginité d'une jeune fille se vend aux enchères et où l'amour doit être méprisé comme une illusion. Une petite fille de neuf ans, aux superbes yeux gris bleu, tels ceux de sa mère qui se meurt, est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de geishas : ainsi commence l'histoire de Sayuri dans le Japon des années trente. C'est à travers son regard d'enfant malheureuse que l'on découvrira Gion la décadente, le quartier du plaisir à Kyoto, avec ses temples resplendissants, ses théâtres raffinés et ses ruelles sombres. C'est à travers son initiation et
sa métamorphose que l'on apprendra l'art d'être geisha, les rites de la danse et de la musique, les cérémonies de l'habillage, de la coiffure et du thé, comment il sied de servir le saké en dévoilant à peine son poignet, comment surtout il faut savoir attirer l'attention des hommes et déjouer la jalousie des rivales. Née sous le signe de l'eau, n'agissant jamais sans consulter son almanach, franchissant épreuve sur épreuve, Sayuri nous entraîne dans le tourbillon des choses de la vie, futile et tragique comme la Seconde Guerre Mondiale qui détruira Gion. Femme amoureuse toutefois, éprise d'un homme de qualité, convoitée par son ami, elle raconte aussi, toujours de sa voix limpide et inoubliable, la quête sans cesse recommencée de la liberté.
18 personnes en parlent

Cette lecture m'a beaucoup marquée ... je pense que c'est le livre qui m'a le plus transporté. Mon plus grand coup de cœur jusqu'ici. L'histoire est simple, on suit une petite fille dans son apprentissage du métier de Geisha. Passionnant, et enfin on rétablit la vérité, non les Geisha ne sont pas des prostituées ! Bref ... le récit est beau, bien équilibré, le style de l'auteur est magnifique. L'histoire est sublime ... je ne sais pas si j'aurais assez d'adjectifs différents. C'est vraiment touchant, même si la fin ne m'a pas beaucoup emballée ... Pour ceux qui ne l'ont pas encore fait : lisez le !!! Lady K

LadyK
07/10/10
 

Cela doit bien faire la 5 ème fois que je lis ce livre. Mon exemplaire est plus qu'user, mais il se lit encore très bien. Et malgré que je connaisse l'histoire par cœur, je reste toujours aussi émerveiller par cet univers tellement secret. L'histoire est racontée par une geisha, Sayuri. Du coup, cela apport une vérité assez réelle et très intéressante. Certes, je trouve qu'on a beaucoup de passages qui ne pourraient ne pas être là. Mais en même temps, elle nous raconte une partie de sa vie, qui a été importante pour elle et qui la définit. On apprend facilement que pas n'importe qui peut se prétendre geisha ou en être une. Mais elle nous ouvre les portes d'un monde, en quelque sort, assez fermer et très mystérieux. Elle nous explique chaque passage important que va vivre une geisha durant sa vie. Les événements liés. On apprend aussi la différence entre geisha et les prostitués, parce que oui certain hommes ne savaient pas faire la différence. Comme on le comprend assez facilement une geisha divertie l'homme autrement qu'en position allongée, et d'une manière bien plus magique en quelque sort. On entre donc dans cet univers, j'avoue que je reste émerveillé à chaque lecture, comme si je redécouvrais pour la première fois. Les événements, les objets et autres sont parfaitement décrits, du coup, on s'imagine facilement les scènes, limite, on a une impression de voyage dans le temps. Les personnages sont assez charismatiques et ils ont leur importance dans la vie de Sayuri. On a aussi un bref aperçu de la seconde guerre, vu que Sayuri là vécu. C'est d'ailleurs ce passage-là que j'aime moins, parce qu'on sort complètement de l'univers assez magique et magnifique des geishas pour aller vers l'horreur. Mais ce passage est assez court par rapport aux autres. La fin est magique surtout pour une geisha, vu qu'elles ne sont pas en droit d'aimer.En conclusion, ça restera toujours un coup de cœur. On entre dans un univers complètement mystérieux et inconnu de notre part. Et on a un laissé passer pour cela, on a une impression d'être privilégier. Ce livre peut être considéré comme un guide sur l'univers des geishas. Sayuri nous raconte, sûrement pas tout, mais les grandes lignes de cet univers. Si vous avez beaucoup de curiosités pour ce monde-là, je vous le conseille. Parce qu'on a en même temps une jolie histoire qui adoucit un peu le côté information. Enfin bref, un livre que je ne me lasserais jamais de relire.

Lily01
11/01/16
 

Sayuri, une petite fille de neuf ans aux yeux gris, est vendue avec sa soeur à une maison de geishas car leurs parents ne peuvent plus subvenir à leurs besoins. Nous assistons à l'adolescence de la jeune fille et à ses aventures dans ce monde mystérieux des geishas. Ce long roman m'a beaucoup plu par son côté exotique et dépaysant. En effet le thème n'est pas fréquemment abordé dans la littérature et c'est une vraie plongée dans le Japon des années 30 à laquelle nous assistons. Le poids des traditions, comme notamment celui de la perte de la virginité, y est très puissant. En même temps que ses aventures romanesques centrées autour des hommes, Sayuri va découvrir le monde féminin qui l'entoure, notamment la jalousie de Hatsumomo et l'amitié à travers sa "grande soeur" geisha. Un beau voyage dans le temps et l'espace..

prune42
26/10/14
 

Arthur Golden décrit avec minutie et beaucoup de réalisme le parcours de Sayuri en tant qu’élève et geisha au pays du soleil-levant, dans les années 30. Pour mois, Geisha est surtout un roman d’initiation et d’apprentissage avant d’être un roman d’amour même si la relation entre le Président et Sayuri sert de toile de fond à une grande partie de ces mémoires. Grâce à des descriptions très précises et travaillées, le lecteur arrive à complètement s’immerger dans le Japon d’avant-guerre et le milieu très fermé, pour ne pas dire mystérieux, des geishas. En effet, l’auteur réussit le pari de nous transporter à une autre époque et dans un pays aux coutumes très différentes du notre qui hésite alors entre traditions et modernité. L’auteur est très pointu dans ses descriptions ou les faits historiques se déroulant au moment de l’intrigue. On a presque l’impression de pouvoir ressentir les sons, les odeurs ou les couleurs qu’il nous décrit.Geisha est un très beau livre, emprunt de poésie et de mélancolie, sur la vie d’une femme au destin exceptionnel. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
23/06/14
 

CE livre fut un coup de cœur lors de ma première lecture, la deuxième le fut également. Magnifique livre avec des descriptions qui nous emmènent auprès de ces geishas et du difficile apprentissage de Chiyo

mimiso
05/02/14
 

Comme certains je pense, je me suis intéressée à ce livre après avoir vu le film. Je n'ai pas été déçue, au contraire. Les descriptions sont justes, on a vraiment l'impression de voir les images défiler sous nos yeux. La narration, sous forme de discutions, apporte du relief au récit. On est à New York, où vie à présent la geisha que l'on suit tout au long du livre. On commence par son enfance et comment elle a quitté sa ville natale pour finir dans le quartier de Gion, quartier dédié aux geisha et aux maisons de thé.Le film est très bien fait, fidèle même si des passages ont été supprimés. Lire ce livre m'a permis de mieux comprendre le début de l'histoire notamment: comment la jeune enfant est emmenée loin de son père après la mort de sa mère. On voit également comment elle a survécu à la Deuxième guerre mondiale. Une chose que j'ai aimé: on est loin du cliché de la geisha simple prostitué (même si cela arrive en réalité c'est un aspect totalement gommé par l'auteur), on découvre les difficultés de leurs apprentissages.

Miloupio
25/01/14
 

Un livre captivant sur le destin incroyable d'une femme belle et forte amoureuse d'un homme inaccessible dans le Japon d'avant-guerre. Cette plongée à la fois sensible et documentée au cœur de l'univers intime des geishas a été adaptée au cinéma par Rob Marshall.

Loudev
26/10/13
 

Yoroido: un modeste village de pêcheurs dans le Japon des années 30.La petite Chiyo-Chan y coule une enfance pauvre mais heureuse entre ses parents et sa grande soeur, Satsu. Mais un cancer ronge en silence les os de sa mère, sur le point de mourir. Le père est si vieux et déjà si perdu qu'il accepte la proposition de M. Tanaka. Les deux jeunes filles partent bientôt pour Kyoto, parmi d'autres enfants vendus. chiyo-Cahn est si belle avec ses yeux d'eau "comme si quelqu'un y avait percé un trou et que l'encre avait coulé" ,qu'on l'emmène dans une école de geishas. Elle deviendra Sayuri, l'une des geishas ou courtisanes les plus appréciées de la ville, excellant dans l'art du chant, de la danse et de l'amour, maîtrisant parfaitement la science de la toilette et du thé.

poivredekayenne
17/10/13
 

Ça a été un gros coup de cœur. J'avais déjà beaucoup aimé le film, mais le livre m'a encore plus envoutée. Je ne voulais plus le fermer. J'aime la façon dont c'est narré, la vision des choses de Sayuri une fois adulte (particulièrement le passage où elle parle de ces occidentales qui la prennent pour une prostituée alors qu'elles mêmes sont des femmes entretenues). On en apprend énormément sur ce tabou qu'est l'art d'être une geisha, c'est passionnant. C'était vraiment un monde à part, à la frontière de l'amour et de la haine, de l'art et du calcul. Leur élégance, leur beauté et leur grâce qu'on ne peut qu'admirer sont en fait le fruit d'une vie très dure qu'on a du mal à croire en voyant le résultat si parfait.Ce livre est tout de même romancé (surtout la fin qui paraitrait peu probable en réalité), ce pourquoi j'aimerais lire par la suite Mémoires d'une geisha d'Inoue Yuki, qui lui est un véritable texte autobiographique. Mais on peut noter qu'Arthur Golden s'est vraiment entouré de beaucoup de connaisseurs pour que son roman soit le plus fidèle possible à la réalité de la vie des geishas, le rendu est vraiment très crédible, pour des mémoires.

Myaou
21/05/13
 

Ce livre m'a transportée dans le Japon d’antan. l'histoire de cette jeune fille, vendue pour quelques pièces, ça pose déjà l'esprit du livre. Dans ce livre, j'ai ri, j'ai pleuré, je crois que je suis passée par toutes les émotions possibles. Cette femme n'aura pas eu une vie forcément heureuse, mais tellement trépidante ! Un chef-d'oeuvre et à lire si ce n'est pas déjà fait. Le film est pas mal non plus, au passage. Il reste assez fidèle au livre, mais il manque plein de chose. En même temps, le film en lui même fait presque 3 heures, mais il aurait en aurait fallu au moins 5 pour ne rien oublier.A lire !

brunehilde
08/03/13
 

J'avais ce roman depuis un peu plus d'un an dans ma pile à lire, mais celle-ci est tellement énormément monstrueuse que ce livre est resté longtemps enfoui sous la pile, malheureusement. Quand Laety a bien voulu partager cette lecture avec moi, j'en ai été ravie et me voilà donc partie dans une lecture fantastique et très prenante. Chiyo est une jeune enfant quand avec sa soeur Satsu, elle est arraché à sa famille. Sa mère est mourante et son père accepte de les "donner" à une homme afin qu'il les emmène à Kyoto. Chiyo arrive dans une Okiya (une maison de geisha) l'équivalent de nos maisons closes, mais version luxe ! Sa nouvelle vie va commencer. Partager entre douleur et bonheur, joie et peine. Elle se retrouvera dans une ville, une maison qu'elle ne connait pas, sans sœur, entourée de personnes qui lui sont étrangères et qui pourtant vont partager sa vie et la transformé. Car Chiyo sera bientôt Sayuri, une des plus grande et belle Geisha.C'est cette histoire, ce destin hors norme que nous conte l'auteur. La narratrice est Sayuri, elle-même. Avec elle, nous entrons dans l'univers très secret, très fermé des Geisha...Que dire de cette lecture à part qu'elle m'a scotchée ! J'ai vraiment adoré l'univers des Geisha. Ce roman m'a fasciné du début à la fin et je peux vous dire, que j'ai d'ors et déjà envie d'en savoir plus, d'en connaitre plus, sur cet univers là ! Avec Sayuri nous apprenons l'art du port du kimono, du maquillage, de la danse et du chant, mais aussi la célèbre cérémonie du thé et du saké afin de satisfaire les riches clients des salons de thé. Avec exotisme et beaucoup de raffinement, Arthur Golden nous entraîne sur les pas des Geisha (une véritable institution au Japon).Je me suis énormément attachée à Chiyo/Sayuri dès les premières pages. J'ai suivi sa route, semé d'obstacle, d'embûches, de déception et de trahison mais aussi de bonheur, de joie. J'ai haïe, dès sa première apparition dans le texte, Hatsumomo qui est la Geisha de l'Okiya au moment au Chiyo est vendue à cette maison close. Elle n'aura de cesse de détester Chiyo/Sayuri. Être Geisha se n'est pas que du beau : il n'y a pas que les beaux atours, il y a aussi des moments plus difficiles et surtout plus dégradant. Comme lorsque la Geisha vend sa virginité au plus offrant. Celui qui aura fait la plus grosse enchère aura l'honneur de devenir le "danna" de la Geisha et d'être le premier homme dans son lit ! J'ai énormément aimé découvrir ce Japon d'avant guerre, ses traditions. Mais aussi la condition des Japonnais pendant et après la guerre. Nous le découvrons avec un œil neuf, différents des témoignages d'alors. Pendant la guerre, les salons de thé étaient fermés et les Geisha étaient contraintes de travailler dans les usines, en travail à la chaîne, dans des conditions difficiles.Tout m'a plus dans ce roman. Dès les premières lignes, j'ai été embarquée. Je me suis retrouvé projetée dans ce pays, à une autre époque... Je n'ai vraiment pas lâché ce roman, il se lit très vite et avec passion. Même la fin m'a énormément plu. L'auteur, Arthur Golden, a beaucoup de talent. L'histoire est brillamment construite et présenté aux lecteurs. Les descriptions m'ont complètement permis de m'intégrer à l'histoire.Il m'a permis de plonger dans un monde d'une grande richesse. Vous l'aurez donc compris, j'ai passé un excellent moment avec ce roman et, maintenant je n'ai qu'une envie voir le film (qui est dans ma Dvdthèque) et aussi, lire d'autres ouvrages sur les Geisha.

malorie
18/07/12
 

J'avais envie de le lire depuis des années et quand je me suis lancée dans un challenge de lectures communes avec une amie, j'en ai profité pour le choisir ! Je ne connais pas du tout la culture japonaise et je me disais que ce livre serait l'occasion de combler mes lacunes.Je ressors de ma lecture comblée. Ce livre a rempli mes attentes et j'avoue que j'en ai vraiment apprécié la lecture. La première chose qui m'a séduit vu le format du roman : écrit sous forme de mémoires, nous avons là un récit - fictif - à la première personne et j'ai beaucoup aimé. J'ai trouvé que cela donnait un petit côté authentique à l'ensemble du roman. Bien sûr, ce parti pris peut poser problème et j'avoue que dans d'autres romans cela m'a gêné dans la mesure où ayant le point d'un vue d'un seul personnage on peut avoir l'impression de passer à côté d'une partie du roman. Or ce ne fut pas du tout le cas dans ce roman, le point de vue de Sayuri est tellement complet et bien détaillé que l'on n'a pas cette impression de manque que l'on peut ressentir à la lecture d'autres ouvrages.L'histoire en elle-même m'a enthousiasmé. Je me suis pris d'affection pour les personnages (étonnement Sayuri n'est pas le personnage que j'ai préféré. En revanche j'ai adoré Mameha !) que j'ai trouvé tous très bien dépeints. Chacun a une personnalité propre et on a dans le roman toute une palette très diverse de personnages : la dépravée Hatsumomo, la complexe Mameha, la candide Sayuri, la matronne : Mère, etc. Bref, les personnages m'ont vraiment plu. La trame également m'a ravi dans la mesure où on est véritablement invité dans un univers nouveau, peu commun et qui était pour moi totalement inconnu. J'ai adoré découvrir le monde des Geisha : leurs coutumes, leurs vêtements, leurs danses, etc. Cela m'a vraiment donné envie d'en savoir plus sur cette univers et je lirai sûrement d'autres ouvrages concernant ces jeunes femmes japonaises.L'histoire se densifit au fur et à mesure de la lecture et prend plus de relief. Les passages sur la guerre m'ont passionés (non non je ne suis pas sadique !) et j'aurai aimé qu'ils soient un peu plus nombreux. Autre point que j'ai aimé dans l'histoire (mais là attention je m'apprête sûrement à soulever vos récriminations !) c'est le triangle amoureux entre Sayuri, Le président et Nobu. Contrairement aux autres avis de lecteurs, j'ai préféré la relation Sayuri/Nobu plutôt que celle de Sayuri/Le président. Je m'explique : j'ai trouvé que le président était malheureusement un personnage effacé, peu développé, de ce fait, je ne m'y suis pas attaché. En revanche, j'ai aimé d'emblée le caractère de Nobu et sa relation avec Sayuri était, à mon avis, beaucoup plus palpable (bon je me lance dans des explications qui m'embrouille moi-même, j'espère que vous y comprendez quelque chose quand même !), beaucoup plus réaliste que celle entre les deux autres personnages. Cela ne m'a cependant pas empêché d'apprécier le final du livre ! Enfin, la dernière chose qui m'a entousiasmé dans ce roman fut l'écriture. J'ai vraiment apprécié la plume d'Arthur Golden. Le roman est ce que l'on pourrait appeller : un roman contemplatif : c'est à dire qu'il y a énormement de descriptions et c'est normal dans la mesure où l'auteur veut nous faire découvrir un monde nouveau. Dans d'autres livres, cela aurait pu être très pénible toutes ces descriptions, or dans Geisha, je les ai adoré ! Elles sont abondantes mais jamais inutiles ou ennuyeuses. Tout est fluide et rapide à lire. Le style de l'auteur sans être non plus exceptionnel, est agréable et j'ai particulièrement aimé ses images et ses métaphores, qui sont parfaitement en adéquation avec l'idée que je m'étais fais du Japon. Elles sont jolies, fraiches et très pittoresques. Enfin, concernant l'auteur, je tiens vraiment à saluer son roman car il est indéniable qu'il a fourni un travail de recherche collosale pour écrire Geisha. Tout est très bien documenté, pas trouvé très proche de la réalité cependant d'après ce que j'ai pu comprendre en lisant quelques articles mais il ne faut pas oublier que nous avons là un récit fictionnel avant tout et non un essai sur les geisha.Une petite chose néanmoins m'a chiffoné dans ce roman et c'est pourquoi si j'ai beaucoup aimé, ce ne fut pas un coup de coeur. Au début j'ai eu énormement de mal à me repèrer dans l'espace temporel. Parfois l'auteur nous disait qu'il se passait tant de temps entre deux évenements et deux pages plus tard ce laps de temps avait changé...cela m'a vraiment déconcerté. De plus j'ai trouvé certains passages assez étranges concernant le physique de Chiyo : à 12 ans elle serait déjà formée et séduirait déjà les hommes d'âge murs ? Mouais bon, cela m'a un peu gêné je l'avoue ! Mais ce sont vraiment là les deux seuls petits points gênants de cette lecture !Eh oui chers lecteurs et lectrices vous êtes - enfin - arrivés à la fin de cette critique ! Je la conclue donc en vous recommandant vivement ce roman, un très beau livre qui vous fera découvrir une nouvelle culture et rêver à n'en point douter !Tout ça pour dire que j'ai beaucoup aimé ! Pas un coup de coeur mais presque. En tout cas Geisha est un livre à lire au moins une fois dans sa vie et à relire sans modération ! Happy Readings everyone !Evy @ L'odyssée littéraire d'Evy

Evy26
24/06/12
 

Ce roman est une pseudo-biographie qui nous entraîne au cœur d'un milieu très secret, celui des courtisanes japonaises de la première moitié du XX e siècle. C'est aussi un passionnant roman historique fort bien documenté sur le pays du soleil levant.

J’avais vu ce titre évoqué plusieurs fois et des réactions enthousiastes. Je l’ai donc emprunté à la bibliothèque. Je suis heureuse de ne pas l’avoir acheté. En effet si ce roman avait été ma première découverte du monde des Geishas, je l’aurais peut-être beaucoup apprécié. Mais il se trouve que j’avais lu un livre subtil et délicat : « Mémoires d’une Geisha » de INOUE Yuki qui a été publié en 1993 aux Editions Picquier. J’arrête donc ma lecture de « Geisha » d’Arthur Golden et invite ceux qui seraient intéressés par ce thème à se tourner directement vers le livre de Yuki INOUE.Intriguée par la similitude des thèmes je suis allée voir sur Internet et j’ai pu constater que, comme « Mémoire d’une geisha », le roman d’Arthur Golden était écrit à partir du témoignage d’une ancienne geisha, Mineko Iwasabi et que cette dernière s’estimant trahie avait intenté un procès à Arthur Golden. Je ne sais rien du contrat passé entre l’auteur et la femme sujet du roman, mais le ton, l’état d’esprit de ce dernier roman ne me semble pas refléter comme le précédent la condition tragique de ces femmes et la subtilité dans l’art d’être Geisha, bref ce qui entoure cette activité propre au Japon.

awara
13/02/12
 

J'ai passé un très bon moment avec ce roman qui m'a fait découvrir ce monde particulier des geishas, les codes et les usages dans ce Japon des années 30 jusqu'à l'après-guerre. Un roman plaisant, parfait pour les vacances !!

floaimelesmots
18/08/11
 

Un livre dont je n'oublierai pas ! Il m'a totalement emporté dans cet univers des Geishas.Cela m'a permise de comprendre une partie de cette vie. De petite fille à Geisha, un parcours difficile. Une éducation, des connaissances, de la concurrence qu'il faut gérer, ruser. http://masatgiera.blogspot.com/

masatgiera
30/06/11
 

Ravie par cette relecture. Le monde des Geishas est malheureusement méconnu et ce livre permet de réparer ce tort. L'auteur nous entraîne dans un univers étonnant, voire fascinant. On s'attache à cette petite Chiyo qui semble commencer difficilement dans la vie ; on ressent ses coups durs et ses joies et comme elle, on se surprend à haïr Hatsumomo - cette Geisha détestable -, et à tomber sous le charme du Président. La dernière partie m'a légèrement déçue, le monde des Geishas est mis de côté pour celui de la guerre et des américains - mais d'un côté, l'auteur relate des épisodes historiques, il ne pouvait pas tricher -. Cependant, je trouve la toute fin parfaite, il ne pouvait pas en être autrement. Il est vrai que c'est assez "décevant" de découvrir que cette histoire n'est que fiction, mais Arthur Golden a tout de même utilisé des témoignages de Geishas pour écrire ce roman...

DameMeli
15/05/11
 

Points positifs : On en apprend beaucoup sur le monde complexe des geishas. Leur formation, leur valeur... Par contre, le livre est trèèèès long. On voit la fin dès le milieu de l'histoire, alors pourquoi en faire autant ? Pomfresh

Pomfresh
20/10/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.31 kg