Germinal (ne 2008).

ZOLA, EMILE

EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 25/08/08
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
3,80 €

SYNOPSIS :

À Montsou, dix mille mineurs gémissent sous le poids d'une exploitation toujours plus forte ; parmi eux, Etienne Lantier, qui voudrait voir triompher ses idéaux socialistes. Quand la grève éclate, il en devient le chef, guidant les revendications des ouvriers, les incitant à la fermeté. Bientôt le coron est à court de pain, et la rébellion se durcit... Germinal,
animé par un souffle épique, est le grand roman du peuple et de la révolte. Ainsi que l'écrivait Jules Lemaitre en 1885 : " M. Zola a magnifiquement rendu ce qu'il y a de fatal, d'aveugle, d'impersonnel, d'irrésistible dans un drame de cette sorte, la contagion des colères rassemblées, l'âme collective des foules, violente et aisément furieuse... "
1 personne en parle

Dans ce roman, nous suivons Etienne Lantier, machineur qui revient de Lille et cherche un travail à Montsou. Il se fait embaucher au Voreux et ainsi y rencontre les différentes familles : Maheu, Levaque, Pierron, etc. Ils constituent une famille toute entière. Etienne, au fil des jours, se rend compte que les mineurs sont mal payés, qu’ils vivent dans des conditions insoutenables et ainsi va-t-il les faire se révolter. Cette famille semblera se détruire, se rabibocher et le suspense est présent jusqu’au bout. Ce roman fut un véritable coup de cœur. Que ce soit pour l’écriture mais aussi et surtout pour l’histoire. Cette histoire tragique de toutes ces familles qui travaillent dans les mines dès le plus jeune âge. Les conditions de vie sont extrêmement médiocres et les bourgeois qui leur rendent visites osent encore dire qu’au « moins ils mangent et dorment au chaud ». Les parents arrivent avec peine à nourrir leurs enfants (bien trop nombreux). Ce roman n’est pas plein d’espoir, il ne faut pas s’attendre à une fin heureuse, c’est Zola dans toute sa splendeur. Les pages défilent et l’on ne s’en rend pas compte. Comme ma coéquipière j’ai trouvé les passages sur la politique un peu difficiles (surtout à cette époque, on ne pouvait pas dire que c’était simple !) Bref, j’ai adoré ce roman. Il arrive à la même place que l’Assommoir et qu’Au bonheur des dames. Ces romans sont de véritables bijoux de témoignages de cette époque et ça c’est merveilleux. Je ne me suis pas ennuyé une seconde. Un coup de cœur !

searchxme
28/05/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.43 kg