God save les francaises

CLARKE, STEPHEN

livre god save les francaises
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 06/11/08
LES NOTES :

à partir de
7,80 €

SYNOPSIS :

Après la France, les Françaises. Pour Paul West, sujet de Sa Majesté, zigzaguer entre les crottes de chiens n'était déjà pas simple. Sans parler du charabia de l'anglais parisien et toutes choses qu'un Englishman in Paris serait bien inspiré, dans sa vaine espérance de survie, d'appréhender illico. Mais comprendre le beau sexe quand celui-ci a une mère française et un
père français, oh my God ! Quand passer des vacances en famille signifie rénover la fosse septique, récolter des courgettes, désamianter le toit et se rendre coupable de tentative de matricide, il y a de quoi en perdre don franglais. Entre apéritifs à répétition et embrouillaminis amoureux, c'est à peine si Paul West trouvera le temps d'envisager de rentrer chez lui.
7 personnes en parlent

Quand on ouvre ce genre d' ouvrage, on l' ouvre pour le plaisir, pour ne pas avoir envie de se prendre la tête et rire au détour de quelques phrases, contrat remplis donc. Certains traits sont bien trouvé, avec une pointe de mauvaise foi. Plus réussi pour moi que God save la France.

Lacazavent
02/06/13
 

J'ai trouvé ce deuxième opus beaucoup plus réussi que le premier (God save la France). God save les Françaises est construit autour de deux axes : l'ouverture d'un salon de thé anglais à côté des Champs-Elysées et les aventures sentimentales de Paul. Les situations sont souvent hilarantes : la première partie, dans la maison familiale de Florence en Corrèze avec apéro toute la journée, mère qui se balade en chemise de nuit transparente, problèmes de toiture et de plomberie et table serial-killeuse de genoux, vaut le détour, de même que toute la partie consacrée aux artisans et aux bureaucrates (la scène avec l'employé du ministère de la culture qui vient vérifier que le menu est bien traduit en français et qui pense que sandwich est un mot français est vraiment très drôle). Stephen Clarke manie habilement les ressorts de la comédie (contretemps et rebondissements) et Paul est un personnage décidément très attachant, déterminé et naïf (mais moins que dans le premier volume), qui porte sur la France un regard de Britannique parfois désemparé mais finalement jamais pris au dépourvu. C'est bourré de réflexions savoureuses sur notre façon de vivre. À lire.

fashiongeronimo
11/08/12
 

Cela faisait 4 ans qu'il était dans ma pile à lire. Comme j'ai bien fait de l'ouvrir enfin !!!Je savais que Stephen Clarke était expert dans l'art de débusquer nos bizzarreries françaises mais je ne savais pas qu'il pouvait être aussi drôle.Alors quand il nous raconte les déboires amoureux et professionnels de Paul qui entreprend d'ouvrir un salon de thé à Paris, on rigole franchement car cet anglais va de galères en galères et de découvertes en découvertes ! Une bonne comédie, de quoi regarder d'un oeil exterieur notre "way of life"et en rire avec l'auteur !J'ai beaucoup aimé le passage sur la technique de l'artisan rénovateur : "tout-laisser-à-moitié-terminé-de-sorte-que-le-client-est-tellement-soulagé-de-vous-revoir-enfin-qu'il- se-fiche-que-les-finitions-soient-baclées"; sur les lendemains de cuite "chaque fois que ma cage thoracique bougeait pour prendre de l'air ou en rejeter elle me rappelait que mon foie avait été récemment plongé dans de l'acool pur, puis flambé, et que ses restes calcinés envoyaient des messages de détresse qui résonnaient cruellement dans mon crâne presque vide", sur notre fascination étrange pour le Tour de France et sur les industries de service dont le credo est "le client est une perte de temps". Ah il ne nous épargne pas et cela n'est pas si caricatural que ça...

lucie38
26/05/12
 

Je n'ai pas fini ce livre. Et je n'arriverais de toute façon pas à le finir. Pourquoi ? Parce que l'histoire aurait pu être bonne, un anglais qui va chez les français ça peut être marrant et d'ailleurs il y a certaines choses qui m'ont fait rire. Mais au bout de 100 pages de lecture, quand le narrateur ne cesse de faire des sous-entendus au sexe, de ne parler que de ça, on ne sait pas si c'est les français ou les anglais ou les deux qui sont des gros pervers mais c'était insupportable. En plus, on a l'impression que les campagnards ne font que passer leur temps à boire et exploitent les beaux fils qui viennent d'un autre pays.Bref, je m'étais dit "s'il arrête de parler de sexe je le continue" et la remarque en trop à faire déborder le vase. Je vais pas me taper 470 pages de blabla sur des relations sexuelles chiantes.

yuukichanbaka
27/01/12
 

Dans le style il n'est vraiment pas mal. L'humour est exquis, on ricane a toutes les pages. Rien n'est plus enrichissant que de rire sur sa culture grâce à un regard extérieur. Petit bémol sur la fin, qui, d'après moi, comme dans "God save la France", est un peu bâclée.

biduldoodle
30/07/11
 

Dans "God save la France", j'avais apprécié le découpage du livre en fonction des mois et les remarques fort vraies sur les manies des Français. Stephen Clarke le faisait avec la naïveté de celui qui s'étonne de tout. Dans ce second roman, on retrouve cette critique de la société française, mais de plus en plus acerbe à mon goût, et le découpage du livre semble plus axé sur les frasques sexuelles du héros que sur les us et coutumes de France et de Navarre !J'ai donc eu l'impression de lire l'adaptation pour hommes de l'une de ces comédies pour filles, où l'héroïne a un fiancé au début du livre qu'elle va finir par larguer pour le super copain à qui elle finira par faire plus que confier ses états d'âme, plein de projets et plein de bâtons dans les roues.

MissAlfie
22/02/11
 

Se lit très facilement mais tellement moins drôle que le premier opus!!

soui
21/10/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.27 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Dans la même catégorie