livre gomorra
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 17/09/09
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours
à partir de
9,30 €

SYNOPSIS :

« Ce ne sont pas les camorristes qui choisissent les affaires, mais les affaires qui choisissent les camorristes. La logique de l'entreprenariat criminel et la vision des parrains sont empreintes d'un ultralibéralisme radical. Les règles sont dictées et imposées par les affaires, par l'obligation de faire du profit et de vaincre la concurrence. Le reste ne compte pas. Le reste n'existe pas. Le pouvoir absolu de vie ou de mort, lancer un produit, conquérir des parts de marché, investir dans des secteurs de pointe : tout a un prix, finir en prison ou mourir. Détenir le pouvoir, dix ans, un an, une heure, peu importe la durée : mais vivre, commander pour de bon, voilà ce qui compte. Vaincre dans l'arène du marché et pouvoir fixer le soleil. » Gomorra explore Naples et la Campanie dominées par la
criminalité organisée, sur fond de guerres entre clans rivaux et de trafics en tout genre : contrefaçon, armes, drogue et déchets toxiques. C'est ainsi que le Système, comme le désignent ses affiliés, accroît ses profits, conforte sa toute-puissance et se pose en avant-garde criminelle de l'économie mondialisée. Ce livre particulièrement courageux analyse avec rigueur ce phénomène complexe, sans jugement facile ni position morale a priori, mais implacablement, en disant tout, en démontant soigneusement les mécanismes pour mettre à nu une machine gigantesque et terrible. Roberto Saviano utilise pour cela ses connaissances économiques, juridiques et philosophiques, mais aussi son histoire intime, lui qui est né sur ces terres et a choisi l'écriture pour mener son combat contre la camorra.
4 personnes en parlent

Dans Gomorra, Roberto Saviano, écrivain et journaliste italien, explore Naples et la Campanie dominées par la camorra, la criminalité organisée : du port de Naples, point d'entrée en Europe de la majorité des contrefaçons en provenance d'Asie, en passant par les ateliers-textiles clandestins et par les cités gangrénées par les trafics de drogues et d'armes, jusqu'à découvrir finalement avec stupeur la mainmise des mafias tant sur les activités de construction et l'immobilier que sur le "traitement" des déchets, le tout sur fond de guerres entre clans rivaux. Roberto Saviano livre une enquête témoignage ahurissante et édifiante, mettant à jour à la fois les structures économiques et territoriales du "Système", parlant de son histoire, de son fonctionnement et même de sa culture (en évoquant les femmes ou le cinéma par exemple) mais livrant aussi une formidable enquête sociologique sur la population napolitaine vivant au cœur des milieux mafieux et qui, peu à peu, s'est imprégnée de l'idéologie mafieuse, comme si elle faisait partie de son patrimoine culturel...A mi-chemin entre le reportage et le témoignage, ce récit ne suit pas un parcours fléché : sa construction en chapitres thématiques (Le Système, La guerre de Segondigliano, Femmes, etc.) n'est pas stricte et, de digressions en anecdotes, le récit paraît parfois un peu décousu (confus même par moment, dans l'accumulation des lieux et des noms). De plus, l'auteur est loin d'appliquer à son récit le principe de neutralité journalistique ; il vire ainsi, au fil des pages, au manifeste. Car ce récit, épidermique et impliqué, est aussi l'histoire intime de Roberto Saviano, qui est né sur ces terres et a choisi l'écriture pour mener son combat contre la camorra. Loin de lui ôter de la crédibilité, cette implication de Saviano dans son sujet donne à Gomorra une grande force : on y décèle toute la hargne, le désespoir et le courage de son auteur, quand son écriture se mue en un cri : « je sais et j'ai les preuves ».

Kara
08/04/10
 

Roberto Saviano n'a pas hésité à se mettre en danger de mort pour faire connaître au monde entier la réalité de la "mafia" napolitaine, et toutes ses ramifications aussi. Car celle-ci s'est développée, transformée, et ses activités ne concernent pas que la drogue ou l'immobilier. Saviano met notamment dans la lumière ceux qui travaillent dans l'ombre, les petits couturiers besognant dans des conditions plus que précaires et pour des salaires de misère, et dont les productions seront revendues une fortune par des marques de luxe, visiblement peu scrupuleuses, et portées par des stars de cinéma. Il parle aussi de ces drogués désespérés, qui servent de cobayes pour déterminer si une coupe de drogue est bonne ou pas. Tant pis s'ils y laissent leur peau. Saviano évoqué aussi tous ces gamins attirés par les promesses de réussite matérielle offerts par le "système" comme s'appelle l'incroyable organisation mafieuse. Beaucoup n'ont pas d'autres choix pour survivre dans cette région sinistrée, où tout le monde feint de ne rien voir pour ne pas courir de risque. On comprend donc d'autant mieux le courage de l'auteur. Le texte est riche et dense, parfois complexe à suivre avec les nombreux noms cités et sa construction non linéaire. Un livre qui donne indéniablement à réfléchir et qui démontre combien tout est lié dans notre monde contemporain : les ouvriers chinois et les travailleurs du port de Naples, les stars et les petites gens, les consommateurs trop avides des derniers produits à la mode... comme une immense toile d'araignée, qui pousse à repenser notre rapport à la consommation et qui fait souvent froid dans le dos.

murasaki
01/02/16
 

On comprend rapidement pourquoi la tête de Roberto Saviano est mise à pris par les parrains de la camorra, car, même si finalement tout ce qu'il dévoile est déjà connu des autorités, il n'hésite pas à citer directement des noms, à dire les implications de chacun, à décrire toutes les ficelles de l'organisation et à critiquer l'ensemble.La camorra, c'est la mafia de la région napolitaine, région d'où l'auteur est originaire, c'est dire s'il a baigné dans cette atmosphère trouble depuis son enfance.Roberto Saviano nous livre tout autant un reportage qu'un témoignage: il rend compte de l'état de sa terre natale, parfois de façon lyrique, nous expliquant qu'il s'agit pour lui d'un savoir dont il rend compte. En effet, il sait que les choses sont telles qu'il les décrit, une intime conviction qui le bouleverse et l'amène à tout nous dévoiler.Il aborde la question sous tous les angles possibles: sociologiques, politiques, culturels...La mafia ne se résume pas au seul trafic de drogue, tous les domaines de l'économie semblent être gangrénés: dès qu'il y a de l'argent à prendre, le système place ses billes pour en tirer un maximum. Ainsi les hommes comme la terre sont saignés à blanc pour obtenir le plus de profit. Et tout cela est bien en place et la guerre d'usure que livre la police ne mène pas très loin: lorsqu'une tête tombe, elle est aussitôt et facilement remplacée. Maltese

Maltese
06/03/11
 

A mi-chemin entre le reportage et le témoignage, Gomorra, juste mélange entre la ville de Gomorrhe et la Camorra, nous plonge dans les banlieues nord de Naples où la misère et la pauvreté ont eu raison des scrupules de ses habitants : jeunes et vieux, hommes et femmes, tout le monde participe à l’expansion de la pieuvre que représente le clan : traficants d’armes, dealers de quartier, gros industriels ou même simples "sous-marins", toutes les classes sociales et tous les métiers sont représentés à la Camorra. La guerre gronde entre les clans et la violence règne en maître dans le "système". L’un des plus grands réseaux international du crime organisé a trouvé son QG et l’expression "oeil pour oeil, dent pour dent" n’a jamais été aussi vraie. Alcapone13

Alcapone
30/04/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.26 kg
  • Langage original : ITALIEN
  • Traducteur : VINCENT RAYNAUD