livre hamlet
EDITEUR : BORDAS
DATE DE PARUTION : 17/03/05
LES NOTES :

à partir de
0,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Qui a tué le roi Hamlet ? Sa veuve, la reine Gertrude ? Son frère Claudius, devenu roi en épousant la veuve ? Le jeune prince Hamlet, visité par
le fantôme de son père, les soupçonne tous deux... "Il est admis par tous qu'Hamlet est plus vivant qu'un homme qui passe." Alfred Jarry.
7 personnes en parlent

Il a été tant écrit sur cette pièce que je me contenterai du minimum : Hamlet est à la fois une tragédie antique (famille maudite, reine sur qui pèse le soupçon de l'adultère, frère meurtrier, trouble relation entre Hamlet et sa mère, folie et vengeance), une pièce politique (cour corrompue emplie de courtisans serviles comme Osric ou Polonius, qui sont prêts aux pires exactions pour satisfaire le roi comme Rosencrantz et Guilderstern qui emportent en Angleterre la condamnation à mort d'Hamlet sans sourciller) et psychologique, Hamlet étant un personnage d'une incroyable complexité, qui s'interroge sans cesse sur ses actions, ce qui est parfaitement visible dans les nombreux et longs monologues qui sont les siens. Jeune homme populaire, qui simule la folie pour se donner l'avantage de la surprise avant que d'être victime de son propre stratagème, dangereux ("Yet I have in me something dangerous/Which let thy wisdom fear", dit-il à Laerte le jour de l'enterrement d'Ophelia) et aux sentiments ambigus. Et cette histoire pleine de bruit et de fureur, qui s'achève dans un bain de sang, est servie par une langue fabuleuse. Vers et prose alternent dans un style flamboyant et puissant, certes difficile, mais sublime.

fashiongeronimo
10/07/12
 

Ouf, une possibilité de moins d'être démasqué !Non, je n'avais jamais lu Hamlet, et je tente un peu plus chaque jour de retrouver ces classiques que toute honnête personne devrait avoir lu. Pourquoi le lire ? Pour "To be or not to be" ou "Something is rotten in the State of Denmark" ? Peut-être pour ces personnages de cour si veules, ou pour cette famille dégénérée (pourquoi venger le père quand on voit la mère, l'oncle, Hamlet lui-même ?)...Non, il faut lire Shakespeare pour Shakespeare lui-même : les personnages sont magnifiquement composés, les élucubrations, les quiproquos, les trahisons nous attendent à chaque page tournée, et l'auteur ne peut s'empêcher de placer la fonction du théâtre au centre de ses pièces.Mais rien ne vaudra jamais un déplacement dans un théâtre pour voir jouée réellement l'une de ses brillantes pièces. Ce n'est sans doute pas par hasard s'il fait encore se déplacer tant de monde, même dans une pièce jouée dans la langue de Molière ! NickCarraway, bibliothécaire à Halluin

NickCarraway
25/02/15

Si vous n’avez jamais lu, ni vu Hamlet, vous en avez forcément entendu parler au moins une fois, ne serait-ce que pour la fameuse tirade « être ou ne pas être ».Hamlet, je l’ai vu au théâtre deux fois, j’ai vu la version céné de Franco Zeffirelli (avec Mel Gibson), ainsi que celle de Kenneth Branagh. Donc, avant même d’entamer ma lecture, je connaissais et j’aimais cette histoire. Ce ne fut pas une grande découverte pour moi, mais juste l’occasion de connaître l’origine de ces versions.Et j’ai vraiment aimé redécouvrir cette œuvre, pour son histoire bien sûr, mais aussi pour l’écriture. Car même si je l’ai lue en français, la prose est magnifique, le texte est beau et juste. Et puis, tout en connaissant l’œuvre, et bien je n’avais jamais fait attention au fait que les grandes tirades étaient si nombreuses. Moi qui ai tendance à penser que le théâtre est fait pour être joué, plus qu’être lu, et bien ce cher William est en train de me contredire.Donc, Hamlet c’est une histoire de vengeance, d’usurpation de trône, de trahison et aussi d’amour. En somme, des thèmes fort appréciés par Shakespeare, et que l’on retrouve dans bon nombre de ses pièces.Je me suis rapidement attachée au personnage d’Hamlet. C’est un homme torturé qui joue au fou et que l’on prend pour un fou, un héros plein de courage et désireux de venger le meurtre de son père. Mais sa folie est-elle vraiment feinte ? C’est la question que l’on peut se poser… car l’homme a en lui cette part de cruauté qui en fait un héros… bah, pas si héros que ça par moment, en fait. Le personnage s’avère finalement plus complexe qu’il n’y parait, et moi j’aime ça ! Bien sûr, on se prend à haïr Claudius ou encore Polonius… Quant à Ophélie, et bien la manière dont elle s’enfonce dans la folie (pour de vrai) est tout simplement tragique. Ce serait donc pour ça qu’on appelle ça une tragédie ? ^^En conclusion, je suis ravie de m’être attardée sur la version papier de cette œuvre classique. Bien sûr, j’imagine que la lire en version anglaise est un plus pour découvrir les subtilités de la langue, malheureusement je n’ai pas le niveau d’anglais pour.

Nelcie
10/08/14

Hamlet, prince du Danemark, vient de perdre son père. Son oncle est monté sur le trône et a épousé la mère d'Hamlet. Et comme le dit un personnage : « Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark ! ». Car, Hamlet va apprendre que son oncle a tué son père pour lui prendre sa place. Que faire dès lors ? Venger son père est une évidence mais il est plus compliqué de passer à l'acte... Et c'est ainsi que Shakespeare nous propose un héros hésitant, partagé entre son devoir filial et une humanité qui passe pour certains pour une faiblesse alors que l'acte de tuer n'est pas si évident (sans parler d'une des plus belles tirades que j'aie lue à ce jour et qui mérite sa renommée).A la lecture de cette pièce, on comprend sans hésitation pourquoi elle passe pour le chef d'oeuvre de Shakespeare. Nombre de ses répliques sont passées à la postérité car l'auteur sait si bien nous parler de nos démons, de ce qui fait de nous des êtres vulnérables. C'est une tragédie à dimension universelle. L'amour, la mort, le mal sous toutes ses formes (pouvoir, jalousie, guerre, etc) : tous les ingrédients sont là pour fasciner le lecteur.

mycupoftea
06/09/12
 

Acte 1 : Sc.1 : Les gardes disent avoir vu un spectre : Horatio, sceptique, les accompagne une nuit dans leur ronde et rencontre ainsi le fantôme du père d’Hamlet. Horatio apprend ensuite à ses compagnons que Fortinbras, prince de Norvège, veut récupérer les terres gagnées par le Danemark. Le spectre fuit avec le levé du jour.Sc.2 : Le roi envoie des négociateurs en Norvège pendant qu’Hamlet pleure la mort de son père et reproche à sa mère de s’être remariée avec Claudius. Horatio fait son entrée et relate sa vision de la nuit précédente.Sc.3 : Laertes fait ses adieux à Ophélia et la met en garde contre l’amour d’Hamlet. Sc.4 : Hamlet part à la rencontre du spectre.Sc.5 : Le roi défunt apprend à son fils que c’est Claudius (et non un serpent), qui est cause de sa mort, il lui demande vengeance. Acte 2 :Sc.1 : Le roi et la reine s’inquiètent de la santé mentale d’Hamlet : Polonius leur apprend que le jeune homme est fou d’amour pour Ophélia.Sc.2 : Le chambellan leur propose de mettre les deux jeunes gens en présence, afin de démasquer leur amour. Hamlet rencontre deux de ses amis, envoyés par le roi. Arrive une troupe de théâtre, à laquelle Hamlet demande de jouer, pour le lendemain, « Le meurtre de Gonzague », en y ajoutant une tirade écrite par lui-même. Il veut la faire jouer devant Claudius pour voir si ce dernier se trouble. Acte 3 :Sc.1 : Claudius et Polonius espionnent l’entrevue d’Hamlet et d’Ophélia, celui-ci lui dit qu’il ne l’a jamais aimé et critique ce sentiment. Le roi prévoit d’envoyer Hamlet en Angleterre.Sc.2 : La pièce jouée par les comédiens débute par une pantomime qui reprend exactement ce qui est arrivé au père d’Hamlet. Le roi, troublé, fait arrêter la pièce et s’en va.Sc.3 : Le roi ordonne aux pseudo amis d’Hamlet de se préparer à l’enlever, avant d’envoyer Polonius espionner la conversation entre Gertrude et son fils.Sc.4 : Gertrude blâme son fils qui, entendant un bruit et croyant à un voleur, tue Polonius. Le jeune homme reproche à sa mère son second mariage, celle ne peut ni voir ni entendre le spectre qui est a ses côtés. Acte 4 :Sc.1 : La reine apprend à son époux la mort de Polonius, Hamlet est jugée fou et dangereux.Sc.2 : Hamlet continue de singer la folie.Sc.3 : Lors d’un face-à-face, le roi apprend à Hamlet qu’il va être exilé en Angleterre, mais ne lui dit pas qu’il projette de l’y faire assassiner.Sc.4 : Fortinbras arrive aux frontières du Danemark.Sc.5 : Ophélia est tombée dans la folie après la mort de son père tandis que Laertes provoque des émeutes et harcèle le roi pour connaître le nom de l’assassin de son père.Sc.6 : Horatio reçoit une lettre d’Hamlet, qui à été capturé par les pirates.Sc.7 : Le roi reçoit un message du jeune homme, qui annonce son retour pour le lendemain. Habilement, Claudius convainc Laertes de provoquer Hamlet en duel et de mettre du poison sur son épée. La reine leur annonce à tous deux le suicide d’Ophélia, qui s’est noyée. Acte 5 :Sc.1 : Dans un cimetière, Hamlet croise un paysan occupé à creuser une tombe avant de prendre un crane et de réfléchir sur la mort. Il se cache quand arrive un cortège funéraire escorté par le roi et la reine, et découvre avec douleur que la défunte n’est autre qu’Ophélia.Laertes saute dans la fosse afin d’étreindre sa sœur une dernière fois, Hamlet l’y rejoint et tous deux jurent de se battre.Sc.2 : Lors du duel entre les deux jeunes gens, le roi tente de faire boire à Hamlet une coupe empoisonnée mais c’est la reine qui s’y désaltère. Laertes blesse Hamlet, mais les épées sont échangées durant le combat et le frère d’Ophélia est touché. La reine meurt, Hamlet tue Claudius et les deux jeunes gens se pardonnent mutuellement avant de mourir.

sovane
29/11/11
 

En lisant Hamlet, on comprend aisément pourquoi elle est la pièce de William Shakespeare la plus connue (et préférée) au monde (c'est ce qu'il y a d'écrit dans mon livre !).L'histoire est terrible, oppressante et inoubliable : on n'oublie pas Hamlet en un clin d’œil ! William Shakespeare nous étonne encore une fois avec son écriture surprenante, pleine d'amour de la littérature et de poésie.J'aime beaucoup la façon qu'il a de nous conter cette histoire terriblement avec beaucoup de tendresse et d'amour dans les mots qui nous écrit. Hamlet doit facilement nous émouvoir aux larmes quand on la découvre en "vrai", ou même sans la découvrir. La force des mots est toujours dix fois plus puissante à l'écrit qu'à l'oral ! Les personnages sont vraiment très attachant : on sent totalement la fatalité qui les attends, mais on ne perd pas espoir, on souhaite que tout ce passe bien, on veut y croire ! Cependant, il ne faut pas oublier que William Shakespeare est un dramaturge et la fin est forcément fatale... On retrouve totalement la patte de William Shakespeare dans Hamlet : du pouvoir, beaucoup de passion, un destin impressionnant et une fin qui ne nous laisse pas de marbre ! Sans compter son style, indéfinissable mais qui se reconnait au premier coup d'œil. Tout le monde est capable de reconnaitre du Shakespeare et je pense que cette pièce en est le parfait exemple. Je regrette simplement ce surplus de personnages, qu'on a dans tous les pièces de l'auteur, mais qui rendent parfois la compréhension de la pièce difficile.Hamlet ne peut vous faire que du bien !

MademoiselleLuna
26/10/11
 

==Shakespeare au grand écran==Sylvain Duguay nous parle des adaptations de Shakespeare au cinéma | Clip vidéo | 00:04:36 Les repères de Languirand

Languirand
23/06/09

Format

  • Hauteur : 17.10 cm
  • Largeur : 11.20 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition