EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 04/05/11
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours - Quantité limitée
à partir de
7,90 €
nos libraires ont adoré hhhh
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Prague, 1942, opération « Anthropoïde » : deux parachutistes tchèques sont chargés par Londres d'assassiner Reinhard Heydrich, le chef de la Gestapo et des services secrets nazis, le planificateur de la Solution finale, le « bourreau de Prague ». Heydrich, le bras droit d'Himmler. Chez les SS, on dit de lui : « HHhH ». Himmlers Hirn heiβt
Heydrich - le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich. Dans ce livre, les faits relatés comme les personnages sont authentiques. Pourtant, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L'auteur doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, cependant, mener l'histoire à son terme.
Laurent Binet ne se contente pas de nous raconter avec brio la carrière incroyable et effroyable de Heydrich. Il se questionne sur son rôle d’écrivain et sur le risque de « falsifier » l’Histoire. Un récit passionnant entremêlé des doutes de l’auteur
Alain ,
Librairie
(Lille)
6 personnes en parlent

En s’intéressant à l’attentat contre Heydrich, en 1942, à Pragues, Laurent Binet écrit (premier roman) un texte très personnel, dans la manière d’Emmanuel Carrère, qui se lit étonnamment plaisamment. J’en suis surprise car je ne pensais pas le sujet, ni l’époque, aptes à capter ainsi mon attention, et théoriquement le traitement réalisé aurait dû m’agacer (exposer en permanence les affres de l’écrivain en train d’écrire); pourtant, c’est sans réticence aucune que j’ai tourné les pages, au contraire même, ça a fonctionné parfaitement, j’ai entendu, compris et partagé – à ma place de lectrice – la fascination et le mélange de réticences de l’auteur pour cet évènement, son contexte, ses racines et ses dramatiques retombées. Je trouve que le plus fort est là, d’avoir mis en lumière les personnages annexes, toutes les nombreuses personnes qui, par de très petites choses parfois, ont pris part à l’attentat et l’ont payé de leur vie. Avec la mise en page très aérée, les digressions innombrables et les excès (des qualificatifs parfois carrément haineux, souvent très dépréciatifs), le récit semble limpide, et quelques scènes marquent fortement l’esprit du lecteur. Par exemple, l’extermination de Lidice, basée sur un simple mot doux mal interprété, ou la renversante « prise » de la crypte (final impressionnant). J’ai beaucoup aimé parce que j’ai eu l’impression que l’auteur avait à coeur avant toute chose de partager, de rendre hommage, et qu’il nous livrait un travail totalement sincère et sans afféterie aucune. Prix Goncourt du premier roman 2010. http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
30/01/15
 

Ce livre n'est pas un "vrai" roman. Il vous raconte l'histoire d'une opération militaire en Tchécoslovaquie dans les années 40. Bien entendu, un peu d'histoire pour remettre cette opération dans son contexte est nécessaire. On peut apprendre pas mal de chose si vous n'êtes pas un spécialiste de la seconde guerre mondiale.Ce livre est original. L'auteur vous explique des fois ses choix. De plus, son style permet une lecture facile et rapide. Je ne me suis pas ennuyé et j'ai apprécié cette originalité.

rpfab
10/12/13
 

Rien compris au dernier Binet moi Aucune image , aucun running gag ! Quid de ces héros des temps modernes que furent Robert et Raymonde , cédant désormais la place à cet obscur Heydrich qui , lui , ne me titilla jamais l'ombre d'un zygomatique ! C'est fort de ce constat amer - Michel - que je refermais ce bouquin , frustré et désappointé , quand la vérité dans toute sa simplicité m'apparut enfin ! Allez mettre ça sur le compte du gars enfin touché par la grâce - nan , pas dit la graisse – voire sur celui de mon exceptionnelle perspicacité toute Holmésienne ! Quoi qu'il en soit , et si tout bonnement je ne faillis pas en faisant bêtement preuve d'homonymite aigüe ? Là , ça changeait forcément la donne !Pas fou-fou des bouquins historiques à la base , j'y ai ici trouvé largement mon comptant ! Un complot visant à supprimer l'éminence grise d'Hitler , une écriture originale ou l'auteur nous fait régulièrement part de ses doutes quand à la véracité des faits énoncés , de ses angoisses de la page blanche et c'est un lecteur heureux d'avoir découvert le premier écrit de ce tout jeune prof de français auréolé fort justement du Prix Goncourt du premier roman . Même si les prix , hein , bon..." Le bourreau de Prague " , "la bête blonde " , " l'homme le plus dangereux du IIIe Reich " , voici quelques uns des plus doux sobriquets accolés à ce joyeux drille , planificateur de la solution finale , qu'était Heydrich ! Juste retour des choses que l'opération « Anthropoïde « visant à éradiquer cette bête sans nom , alors 3e dans le monstrueux organigramme du Reich et possiblement appelée à devenir calife à la place du calife ! Historiquement passionnant , humainement terrifiant . Binet , tout en s'interrogeant continuellement et en invitant implicitement le lecteur à en faire de même , parvient à trouver le juste équilibre entre histoire avec un grand H et l'interaction que cette dernière provoque avec son quotidien . Au-delà de ça , l'écriture interactive ne fait pas dans le cours magistral , dans le rébarbatif factuel mais vous entraine dans les nauséabonds méandres de l'Histoire tout en tentant , en plus de vous instruire , de vous faire réfléchir ! Objectif osé s'il en est mais pleinement atteint ! Avant d'en arriver au dernier tiers addictif du bouquin majoritairement consacré à la tentative d'assassinat proprement dite , Binet pose les jalons de l'histoire dans l'Histoire , en en présentant les tenants et les aboutissants , des prémices d'un Nazisme encore balbutiant jusqu'à son funeste destin apocalyptique ! HHhH ,Hemballant Hexaltant hinstructif Hentousiasmant !Un grand merci à Robert B. pour les quatre derniers adjectifs qui ne me seraient pas venus à l'esprit , là , tout de suite , dans l'immédiat instantané et imminent...

TurnThePage
03/11/13
 

Roman décrivant l'opération "Anthropoïde" consistant a l'assassinat en 1942 a Pragues de Reinhard Heydrich, chef de la gestapo, par deux parachutistes tchèques.Peut on réellement parler de roman pour ce type de livre ? Car justement le but de l'auteur est de nous livrer un livre le plus proche possible de la réalité historique donc tout sauf un roman. Au fur et a mesure qu'il nous raconte cet histoire il se met en scène pour nous faire partager ses désirs, ses envies, ses doutes et ses atermoiements sur l'écriture de ce livre. On découvre un Binet qui, au début , sait ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas, un Binet assez rigide. Pour lui, pas question d'extrapoler, ne serait ce qu'un peu. Et c'est un Binet qui juge les auteurs ou les cinéastes qui se sont attaqués a cette période et peu (on peut même dire aucun) ne trouve grâce a ses yeux que ce soit Robert Merle pour "la mort est son métier", Littell pour " les bienveillantes". Il faut du culot (ou autre chose ?) pour se permettre cela quand on écrit son premier roman.Mais au fil du roman on verra un Binet qui découvre les difficultés de respecter son postulat de départ.Le risque dans ce genre de livre où l'auteur intervient dans son récit pour nous parler de lui et de ses problèmes d'écriture c'est de lasser le lecteur et de couper le rythme du livre. Mais c'est là que le miracle intervient : non seulement ce n'est pas le cas mais je dirai même que ses coupures permettent de nous offrir des moments de pause et de légèreté dans un livre qui traite d'un sujet qui ne s'y prête pas.L'histoire en elle même est rendu extrêmement passionnante grâce a une construction très habile. Un roman de plus de 400 pages qui se lit comme un thriller et d'une traite . C'est aussi un hommage a ces deux parachutistes et a ceux qui les ont aidés et qui ont payés de leur vie pour réussir (difficilement) a se débarrasser du "bourreau de Pragues".Ma note 9/10 pour ce livre très original et d'une rare intelligence.A noter que ce roman a reçu le "prix Goncourt du premier roman" 2010.

Zembla
09/10/13
 

Alors ça, je ne savais pas que 2 hurluberlus tchèques avaient réussi à tuer un général allemand en pleine rue. Du coup, j'ai appris pleins de choses sur les armées des ombres des pays occupés en 40, et comment tout était affaire de chance, ou de malchance.Mais des découvertes, j'en ai sans doute moins faites que l'auteur lui-même qui se documente sur son sujet, sujet qui l'envahit peu à peu et dont il nous fait partager cette invasion jusque dans sa vie privée.Car il est question dans ce livre, que je ne peux appeler "roman" du travail de documentation et de préparation de son texte par un auteur.Auteur qui prend de la distance avec son sujet, et qui fait parfois preuve d'humour : "le sport, c'est quand même une belle s....loperie fasciste." p.277Une narration intéressante à plus d'un titre, donc, un livre qui ne fait la part belle à personne - l'auteur s'en empêche - et un écrivain à suivre, si tant est que cette histoire n'aura pas raison de sa propre raison.L'image que je retiendrai (attention spoiler) : La dernière, celle des insurgés se suicidant dans la cave remplie d'eau pour ne pas tomber aux mains des allemands. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
17/03/11
 

1942. Prague, sous protectorat allemand, agonise. Alors qu'on dit que la Résistance tchécoslovaque est morte, un Tchèque et un Slovaque organisent une tentative d'assassinat incroyable contre le redoutable nazi Reinhard Heydrich. Un nouvel espoir pour un pays brisé. Laurent Binet raconte avec un style et une justesse impeccable ce récit surprenant et peu connu. Un épisode plongé dans son contexte par un auteur passionné et très bien documenté. Une façon tout à fait novatrice d'aborder le genre du roman historique. De la part d'une historienne, bravo à Laurent Binet.

Etudiante
10/11/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.24 kg