Histoire d'une vie

APPELFELD, AHARON

livre histoire d'une vie
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 01/10/05
LES NOTES :

à partir de
6,50 €

SYNOPSIS :

Comment un enfant ayant tout perdu peut-il survivre plusieurs années seul dans les sombres forêts ukrainiennes ? Aharon Appelfeld a dix ans lorsqu´il s´échappe du camp. Son errance
le conduira quatre ans plus tard en Palestine. Plongé dans le silence depuis le début de la guerre, il apprend une nouvelle langue. Un récit autobiographique bouleversant.
1 personne en parle

Un peu désarçonnée par cette histoire de vie racontée par bribes, retours en arrière et répétitions parfois, il veut oublier et refuse de répondre aux questions, parfois mais plus rarement, il dévoile sa vie de petit juif heureux entre ses parents et grands-parents jusqu'à sept ans où commence la guerre; sa mère est assassinée dès le début; c'est le ghetto puis une longue marche avec son père à travers l'Ukhraine, dans le froid et la boue pour arriver dans un camp d'où il s'évadera; là il va vivre seul (ou parfois avec un ami) dans les forêts ou en lisière des champs buvant l'eau des ruisseaux, mangeant les fruits sauvages, allumant de temps en temps un feu quitte à se faire repérer mais pour éviter de mourir de froid dans des abris de fortune. Il propose ses services aux paysans et même à une prostituée; certes, il sera nourri et logé mais recevra des coups. Après avoir beaucoup marché son ami et lui se trouvent en Italie et apprécient le soleil et les bains de mer jusqu'au départ pour Israël où le héros vit deux ans dans un camp pour être formé à la vie pionnière. Puis ce sera le service militaire...Il se sent toujours seul et se pose des questions sur sa mémoire sélective; il apprend l'hébreu mais cela reste une langue adoptive: chez les grands parents on parlait yiddish, dans le village le ruthène et le roumain; ses parents parlaient le hoch deutsch; en Israël, on ne parle pas allemand, langue des assassins mais la langue des grands-parents est désuète; reste l'hébreu , langue difficile à apprendre mais dans laquelle il écrira et connaîtra les déboires habituels: refus des éditeurs, critiques acerbes mais il fait son chemin; il lit Kafka et Camus puis de grands écrivains juifs dont je ne connaissais que Martin Buber; pas du tout Agnon.Lecture pas vraiment facile, livre à relire pour son intérêt: il ne parle qu'indirectement de la Shoa et explique que l'arrivée en Israël n'est pas le paradis. berthe

afbf
28/12/14
 

Format

  • Hauteur : 17.90 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.13 kg
  • Langage original : HEBREU