Histoire d'une vie

APPELFELD, AHARON

livre histoire d'une vie
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 07/10/05
LES NOTES :

à partir de
6,50 €

SYNOPSIS :

Comment un enfant ayant tout perdu peut-il survivre plusieurs années seul dans les sombres forêts ukrainiennes ? Aharon Appelfeld a dix ans lorsqu´il s´échappe du camp. Son errance
le conduira quatre ans plus tard en Palestine. Plongé dans le silence depuis le début de la guerre, il apprend une nouvelle langue. Un récit autobiographique bouleversant.
3 personnes en parlent

Un peu désarçonnée par cette histoire de vie racontée par bribes, retours en arrière et répétitions parfois, il veut oublier et refuse de répondre aux questions, parfois mais plus rarement, il dévoile sa vie de petit juif heureux entre ses parents et grands-parents jusqu'à sept ans où commence la guerre; sa mère est assassinée dès le début; c'est le ghetto puis une longue marche avec son père à travers l'Ukhraine, dans le froid et la boue pour arriver dans un camp d'où il s'évadera; là il va vivre seul (ou parfois avec un ami) dans les forêts ou en lisière des champs buvant l'eau des ruisseaux, mangeant les fruits sauvages, allumant de temps en temps un feu quitte à se faire repérer mais pour éviter de mourir de froid dans des abris de fortune. Il propose ses services aux paysans et même à une prostituée; certes, il sera nourri et logé mais recevra des coups. Après avoir beaucoup marché son ami et lui se trouvent en Italie et apprécient le soleil et les bains de mer jusqu'au départ pour Israël où le héros vit deux ans dans un camp pour être formé à la vie pionnière. Puis ce sera le service militaire...Il se sent toujours seul et se pose des questions sur sa mémoire sélective; il apprend l'hébreu mais cela reste une langue adoptive: chez les grands parents on parlait yiddish, dans le village le ruthène et le roumain; ses parents parlaient le hoch deutsch; en Israël, on ne parle pas allemand, langue des assassins mais la langue des grands-parents est désuète; reste l'hébreu , langue difficile à apprendre mais dans laquelle il écrira et connaîtra les déboires habituels: refus des éditeurs, critiques acerbes mais il fait son chemin; il lit Kafka et Camus puis de grands écrivains juifs dont je ne connaissais que Martin Buber; pas du tout Agnon.Lecture pas vraiment facile, livre à relire pour son intérêt: il ne parle qu'indirectement de la Shoa et explique que l'arrivée en Israël n'est pas le paradis. berthe

afbf
28/12/14
 

Déracinement Aharon Appelfeld a dix ans lorsqu'il s'évade du camp de concentration. Il se réfugie dans la forêt, survit grâce aux marginaux ' voleurs, vagabonds, prostituées ' qui le protègent. Nous sommes en Roumanie, en 1942.À la fin de la guerre, après plusieurs années d'errance, Aharon Appelfeld s'embarque pour la Palestine. Sa solitude est totale, son désarroi absolu. Découvrez derrière cette histoire, la souffrance d'un homme déraciné.

« Où commence ma mémoire ? Parfois il me semble que ce n’est que vers quatre ans, lorsque nous partîmes pour la première fois, ma mère, mon père et moi, en villégiature dans les forêts sombres et humides des Carpates. D’autres fois il me semble qu’elle a germé en moi avant cela, dans ma chambre, près de la double fenêtre ornée de fleurs en papier. La neige tombe et des flocons doux, cotonneux, se déversent du ciel. Le bruissement est imperceptible. De longues heures, je reste assis à regarder ce prodige, jusqu’à ce que je me fonde dans la coulée blanche et m’endorme. »Histoire d’une vie ne sont pas des mémoires. C’est un travail sur la Mémoire, que l’auteur a beaucoup occultée. Ainsi, c’est par bribes, à l’aide de chapitres parfois courts, que l’auteur évoque sa traversée des années, sa résilience. Le thème de la mémoire est omniprésent, presque obsédant.« Le cœur a beaucoup oublié, principalement des lieux, des dates, des noms de gens, et pourtant je ressens ces jours-là dans tout mon corps. Chaque fois qu’il pleut, qu’il fait froid ou que souffle un vent violent, je suis de nouveau dans le ghetto, dans le camp, ou dans les forêts qui m’ont abrité longtemps. La mémoire, s’avère t-il, a des racines dans le corps. »Histoire d’une vie, c’est surtout l’histoire d’une résilience d’un homme confronté dès l’enfance aux horreurs nazies.Sa résilience passera par le silence et la contemplation. « La contemplation me procurait le plaisir que l’on trouve dans la sensation d’être oublié de tous. (…) Une vraie contemplation, comme la musique, est dénuée de contenu matériel. »La langue est également, dans ce livre, un thème cher à l’auteur, lui qui aura été façonné par 4 d’entre elles : l’allemand, sa langue natale ; le Yiddish, la langue par laquelle se transmet le judaïsme ; le ruthène et le roumain parlés dans sa région natale. Il consacre un long passage à l’apprentissage de l’hébreu à son arrivée en Palestine. « Sans langue un homme ne parle pas. Ma langue maternelle, que j’aimais, ne vivait plus en moi après deux années passées en Israël. »« Ce que j’avais possédé-les parents, la maison, et ma langue maternelle -m’était perdu pour toujours, et cette langue qui promettait d’être une langue maternelle n’était rien d’autre qu’une langue adoptive. »Il y aurait tant à dire, cet ouvrage, pourtant court, est d’une grande richesse. Dans un style accessible, et bien écrit, Aharon Appelfeld parvient à nous émouvoir à plusieurs reprises ; en particulier le chapitre 11 dans lequel il évoque la cruauté des camps. Il a également su aiguisé ma curiosité en évoquant longuement les auteurs qui comme lui, issus de la diaspora ont inspiré l’écrivain respecté qu’il est devenu, avec en particulier, Yosef Agnon.Il est finalement difficile de mettre en mots tout ce qui transpire de ce livre. Le parcours de cet homme, et la vision positive qu’il a gardé de l’humain malgré tout le reste forge le respect, et incite à le découvrir davantage. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
18/07/11
 

Format

  • Hauteur : 17.90 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.13 kg
  • Langage original : HEBREU

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition