Histoire du juif errant

ORMESSON, JEAN D

livre histoire du juif errant
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/01/93
LES NOTES :

à partir de
9,70 €

SYNOPSIS :

A venise, au pied de la douane de mer, en face du palais des doges et de san giorgio maggiore avec son haut campanile, deux jeunes gens qui s'aiment vont écouter, le soir, un personnage surprenant qui porte beaucoup de noms. Ses récits les emportent, à travers l'espace et le temps, dans un tourbillon d'aventures où passent à toute allure, sous des éclairages imprévus, assez peu familiers aux enfants des écoles, stendhal et christophe colomb, des chinois et des arabes, le procurateur de judée et des guerriers vikings, le raid israélien sur entebbe et l'invention du zéro, les amours de pauline borghèse et les mille et une nuits, toutes les passions du monde et aussi ses misères.
L'homme à l'imperméable, qui raconte, avant de disparaître comme il est apparu, ces souvenirs ou ces fables qui se confondent avec la vie, se prétend condamné à l'immortalité pour avoir refusé, sur le chemin du calvaire, un verre d'eau à jésus titubant sous sa croix. son histoire d'éternité fait revivre un mythe aussi universel que don juan ou le docteur faust : le juif errant. dans les récits de la douane de mer, il ne ressemble à rien de connu : à mi-chemin de la bible et de la bande dessinée, de hegel et d'arsène lupin, il incarne l'histoire des hommes, nécessaire et inutile, depuis toujours maudite et pourtant irrésistible de gaieté et de bonheur.
2 personnes en parlent

Un livre qui se lit très facilement. L'histoire d'un juif errant (reprenant la légende du juif qui aurait refusé de donner a boire à jésus et qui aurait été condamné à l'immortalité). Les grands événements troublant de l'Histoire sont expliqués par la présence de ce juif errant. Une épopée historique très agréable.

Alex6974
18/07/14
 

Critique disponible sur mon blog http://www.marcbordier.com Durant mes vacances, j'ai avalé les 600 pages de l'Histoire du Juif errant, le beau roman que Jean d'Ormesson consacre à cette figure célèbre déjà mise en littérature avant lui par des écrivains comme Guillaume Apollinaire, Eugène Sue ou Alexandre Dumas. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le mythe du juif errant est celui d'Ahasvérus, un cordonnier galiléen condamné à marcher jusqu'à la fin des temps pour avoir, par jalousie et dépit amoureux, refusé un verre d'eau à Jésus sur le chemin de croix. Dans la version qu'en donne le malicieux académicien, le juif errant est un personnage énigmatique et volubile qui raconte ses souvenirs à un jeune couple rencontré au pied de la Douane de mer à Venise, en face du palais des Doges et de San Giorgio Maggiore. Le choix de ce lieu n'est bien entendu pas fortuit : dans son ouvrage, Jean d'Ormesson fait du juif errant un esthète contemplatif et philosophe, et une ville chargée de souvenirs, de passions et de beautés artistiques comme Venise constitue donc le théâtre idéal pour accueillir le récit de ses péripéties (les mauvaises langues ajouteront qu'il était effectivement peu probable qu'un comte et ancien éditorialiste au Figaro situe son récit à la Courneuve ou dans la zone industrielle de Florange, mais c'est une autre histoire…). A travers les aventures d'Ahasvérus, le roman promène son lecteur dans l'histoire des hommes avec une érudition virtuose et papillonnante. Dans sa longue odyssée à travers les siècles et les continents, le juif errant nous emmène ainsi successivement en Galilée à l'époque de Jésus Christ, dans la Rome de Néron et de Poppée; il nous offre le spectacle du sac et de la chute de la cité impériale sous les assauts des envahisseurs Wisigoths, nous raconte les guerres contre les Hérules d'Odoacre, le renversement de l'empereur Justinien à Constantinople, la conversion de Saint-François d'Assise et la fondation de l'ordre des franciscains dans l'Italie du Moyen-âge, la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, la Révolution française et l'émigration aristocratique, la campagne impériale de Napoléon et à la retraite de Russie, etc. Dans une grande variété de styles, la narration marie avec élégance et subtilité le roman classique, la littérature épistolaire (la lettre de Ponce Pilate, Procurateur de Judée, au sénateur Publius Sulpicius Quirinus), le théâtre (voir la très belle scène dans laquelle Marie de Magdala vient implorer la grâce de Jésus dans le palais du Procurateur ) ou la poésie. Cela fait de l'Histoire du Juif errant un roman vivant et ludique, une lecture plaisante à la coquetterie savante et foisonnante. En somme, une belle lecture d'été. Marc Bordier

marcbordier
15/09/13
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 11.20 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition