Hitler, la chute

FRANK, MARIO

livre hitler, la chute
EDITEUR : PRESSES DE LA CITE
DATE DE PARUTION : 02/04/08
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
25,00 €

SYNOPSIS :

Cette chronique commence le 20 avril 1945, jour de l'anniversaire de Hitler qui fête ses 56 ans, et se termine le 1er mai 1945, au lendemain de son suicide. Le lecteur pénètre dans l'intimité du dictateur nazi réfugié dans cet abri qui forme le coeur d'un véritable village souterrain comprenant, outre le « bunker du Führer », les casemates du personnel, des cuisines, des garages, un hôpital. C'est là qu'il s'est réfugié, exaspéré par les bombardements incessants, et qu'il tient ses conférences biquotidiennes et nocturnes (car Hitler se couchait en général vers 4h du matin). C'est également de là qu'il suit l'inexorable progression des forces armées alliées, soviétiques en particulier, en marche sur Berlin. Celui qui vit sous terre, entouré d'Eva Braun, sa maîtresse, qu'il épousera quelques heures avant son suicide, de son personnel et, dans les tous derniers jours, de la famille Goebbels, n'a plus rien de commun avec le Führer qui faisait trembler la terre entière. C'est un homme malade, atteint de la maladie de Parkinson, dépressif, dépendant des « stimulants » que lui injecte son médecin personnel. Sourd aux supplications
de ses proches, il refuse de quitter Berlin car c'est là qu'il doit « remporter la victoire ou périr ». Et périr, cela signifie mettre fin à ses jours, car il n'est pas question pour lui d'être livré « au Russe ». Sa grande crainte étant de voir exposé son corps sur la Place Rouge, à Moscou, il demandera d'ailleurs que, le moment venu, son cadavre soit brûlé. Le sort du peuple allemand lui est indifférent. En effet, ainsi que se plaît à le souligner Goebbels, ce peuple qui n'a pas été à la hauteur des ambitions de son Führer n'a que le sort qu'il mérite...Aux généraux qui viennent lui rendre compte de la situation catastrophique sur les différents fronts, il oppose toujours la même réponse : les mots « retraite » ou « recul » sont proscrits, les commandants qui ne tiennent pas leurs lignes sont des traîtres, à fusiller. Devant cette attitude, plus d'un général refusera d'obéir aux ordres, convaincu que le bunker est « une maison de fous ». Et le 30 avril, ce sera le chapitre final du Götterdämmerung, Crépuscule des Dieux misérable et dérisoire qui marquera la fin de ce Reich qui devait durer mille ans.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.42 kg
  • Langage original : ALLEMAND
  • Traducteur : DANIELE DARNEAU

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition