Huis clos ; les mouches

SARTRE, JEAN-PAUL

livre huis clos ; les mouches
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 18/02/00
LES NOTES :

à partir de
7,70 €

SYNOPSIS :

« Garcin : - Le bronze... (Il le caresse.) Eh bien, voici le moment. Le bronze est là, je le contemple et je com prends que je suis en enfer. Je vous dis que tout était prévu. Ils avaient prévu que je me tiendrais devant cette cheminée, pressant ma main sur ce bronze, avec tous ces regards sur moi. Tous ces regards

qui me mangent... (Il se retourne brusquement.) Ha ! vous n'êtes que deux ? Je vous croyais beaucoup plus nombreuses. (Il rit.) Alors, c'est ça l'enfer. Je n'aurais jamais cru... Vous vous rappelez : le soufre, le bûcher, le gril... Ah ! quelle plaisanterie. Pas besoin de gril : l'enfer, c'est les Autres. »�

3 personnes en parlent

"L'enfer, c'est les autres". La fameuse phrase de Garcin dans "Huis clos" souligne bien les rapports qui vont tenailler les trois personnages principaux (les seuls hormis un garçon d'étage).Estelle, Garcin et Inès se retrouvent en enfer dans une pièce surchauffée, meublée façon Second Empire. Au fil de leurs discussions, ils vont apprendre à se connaître, révéler la raison de leur présence en ces lieux et ils finiront par ne plus se supporter.Sartre avec cette pièce montre bien que le rapport aux autres est une affaire difficile, qu'il empêche la liberté totale de chacun. C'est également à travers l'attention qu'autrui nous porte que nous existons, que nous sommes, au moins en partie.Une sorte de parenthèse dans la vie, et l'éternité, des trois personnages puisque la pièce s'achève sans avoir mis un terme à la situation.On trouve à la suite de "Huis clos" la première pièce de Sartre, "Les mouches".Ce drame se déroule dans la Grèce antique, à Argos, ville assaillie par les mouches, dans laquelle Oreste est de retour sous une fausse identité, près à venger son père Agamemnon, tué par Clytmenestre et Egisthe.Avec cette pièce écrite durant l'Occupation, Sartre dénonce le régime en place et fait entendre la voix d'un héros soucieux de redonner la liberté à son peuple. Maltese

Maltese
09/09/09
 

Huis Clos est une pièce de théâtre détonante : elle se lit facilement et on finit par se poser des tas de questions sur la vie, sur la mort, sur les gens qui nous entourent, sur les gens en général... C'est une pièce qui fait beaucoup réfléchir et je comprends parfaitement pourquoi beaucoup de personnes l'ont étudiée en classe. Huis-Clos est très agréable à lire et se lit très facilement. Le discours, le vocabulaire est simple, par contre les personnages sont assez complexes tout comme les relations entre eux. On a parfois un peu de mal à suivre ce qui se passent dans leurs têtes et on ne sait pas forcément comment on réagirait à leurs place. Cependant, je dois dire que pendant toute ma lecture, j'ai eu la critique asses facile envers les différents personnages et plus encore avec leurs façon d'agir. Le ton de la pièce est très agréable car très dynamique : on ne s'ennuie pas et tant mieux ! Elle est très agréable à suivre car on ne perd pas de temps en bavardages inutiles comme c'est le cas sur certaines pièces de théâtre, on devine peu de choses en lisant : on subit complétement la pièce et je dois avouer que c'est très agréable ! On critique moins et on est totalement à l'histoire. La simplicité des dialogues permet d'aller plus loin dans le texte et de lire des critiques entre les lignes, c'est vraiment très agréable, on a l'impression de faire parti d'un complot, d'être le seul détenteur d'un secret avec l'auteur !Je ne peux que vous conseiller cette lecture !

MademoiselleLuna
26/10/11
 

Huis clos : Trois personnages atterrissent en enfer qui n'est autre qu'une petite pièce où ils vont devoir cohabiter tous les trois 24 heures sur 24. Ils vont ainsi découvrir, que passée l'excitation de la découverte et des premiers jeux de la vie en société, "l'enfer c'est les autres".Quant aux Mouches, c'est une pièce de théâtre retraçant le mythe d'Electre.Les deux histoires, bien que différentes, se lisent vite car le style de Sartre est agréable, il manie incroyablement bien les mots ce qui fait que ses récits sont à la fois rythmés et cadencés. De plus, la diversité des genres est bien loin d'être lassante, c'est ce qui fait la force du livre.Huis clos :Inès : [...] Je vous sens jusque dans mes os. Votre silence me crie dans les oreilles. Vous pouvez vous clouer la bouche, vous pouvez vous couper la langue, est-ce que vous vous empêcherez d'exister? Arrêterez-vous votre pensée? Je l'entends, elle fait tic toc, comme un réveil, et je sais que vous entendez la mienne (p. 41)Les Mouches :Oreste : Il ne fait pas nuit : c'est le point du jour. Nous sommes libres, Electre. Il me semble que je t'ai fait naître et que je viens de naître avec toi : je t'aime et tu m'appartiens. Hier encore j'étais seul et aujourd'hui tu m'appartiens. Le sang nous unit doublement, car nous sommes de même sang et nous avons versé le sang (p. 162) "Aux âme bien nées la valeur n'attend pas le nombre des années" (Rabelais)

Melopee
04/06/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.16 kg