Imago mundi ; topologie de l'art

ESCOUBAS, ELIANE

livre imago mundi ; topologie de l'art
EDITEUR : GALILEE
DATE DE PARUTION : 21/11/86
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
32,00 €

SYNOPSIS :

« Art et image s'exposent immémorialement ensemble. Cette exposition donne toujours à penser. On marque ici le site, on relève ici les traces de cette commune exposition. On interroge : comment l'image, entrée dans la philosophie comme banale «reproduction», comme apparence ou illusion, y fait retour en vérité à partir de l'art ? Qu'en est-il de l'image en vérité ? Dans l'art, l'image s'expose dans l'art comme «la présentation à découvert», le «paraître» de ce qui paraît, comme le phainomenon : l'image n'est pas imitative, mais phénoménologique, telle est la détermination qu'on met en oeuvre ici, détermination qui ouvre l'horizon d'une logique lors de la domination de l'identité. En vue de cette détermination, quatre «lieux» sont rassemblés dans ce livre. Deux textes philosophiques où parle en
propre l'image-phainomenon : le texte de Kant comme re-commencement d'une théorie de l'imagination, recommencement éclatant en ce que l'imagination s'y découvre enfin comme le tout de la pensée ; le texte de Heidegger où, dans la question devenue très vite le programme heideggérien, c'est-à-dire la question de la langue, se donne à lire, cela peut paraître paradoxal, ce qu'il en est de l'image-phainomenon. Deux formes d'art enfin, qui ne sont pas convoquées ici pour leur seule exemplarité, mais parce qu'en elles s'obstine l'image-phainomenon, en elles s'inscrit sa «réalité» même : la peinture, dans ses traversées de lumière, de Uccello ou Léonard à Rembrandt, Turner, Monet ou Nicolas de Staël ; la poésie, dans ses splendeurs mesurées, de Novalis, Hölderlin et Rilke à Mallarmé et Char. » E. E.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.66 kg