Indian killer

ALEXIE, SHERMAN

livre indian killer
EDITEUR : RANDOM HOUSE UK
DATE DE PARUTION : 02/06/98
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
13,60 €

SYNOPSIS :

A Seattle, un assassin tue des Blancs, les scalpe et dépose deux plumes de hibou sur leur corps : terreur sur la ville, tourmente parmi la communauté indienne que ces crimes désignent à la vindicte générale. Ainsi va naître la légende du " tueur indien ", justicier pour les uns, psychopathe pour les autres... Pendant ce temps, un jeune Indien adopté par un couple de Blancs sombre dans la folie... Thriller ? Roman noir ? Indian Killer en a toutes les apparences et les qualités. Mais le roman de Sherman Alexie
transcende les lois du genre. Livre sombre et fascinant, il met en accusation une société américaine minée par la discrimination et, au-delà, s'interroge sur la condition humaine, l'identité, la haine de l'Autre. Avec ce mélange percutant de poésie, de colère et d'humour, qui lui est propre, Sherman Alexie signe un roman pessimiste et violent, écrit, comme le fut en son temps Un enfant du pays de Richard Wright, par un écrivain américain appartenant à une minorité, mais dont la voix est universelle.
3 personnes en parlent

Dans Seattle la grise, peaux blanches et peaux rouges ne se mêlent qu’en de furtives étreintes par envie d’exotisme et goût de l’interdit.Les indiens restent avec les leurs et les blancs ne se mélangent pas. Si Custer et les années de conflits appartiennent au passé, la rancœur et le racisme demeurent faisant du semblant de paix entre les deux communautés une mascarade.Au confluent de ces deux cultures, il y a un homme tiraillé entre deux identités qui ne lui appartiendront jamais. Indien arraché au ventre d’une mère trop jeune, John Smith a été élevé par Daniel et Olivia, un couple de blancs. Lorsque celui-ci prend conscience que la couleur de sa peau l’empêchera à jamais d’être le fils de cet homme et de cette femme, il se replie sur lui-même et se rêve indien dans une réserve ; un monde dont il ignore tout malgré les efforts de ces parents adoptifs pour l’en imprégner. John grandit, se fermant chaque jour davantage. Il devient un grand et bel indien en apparence. A l’intérieur, il n’est que désordre et chaos. Torturé perpétuellement par des voix qui l’obsèdent, il devient méfiant et sombre peu à peu dans la schizophrénie. Les voix se font de plus en plus obsédantes et John souffre de ne pas trouver sa place en ce monde. La douleur d’être différent cède la place à la colère et à l’appel d’une vengeance qui ne sera jamais assouvie quoi qu’il fasse. Le premier meurtre vient avec le premier scalp pour honorer ses ancêtres et une signature : deux plumes de hibou laissées sur le cadavre… Et s’il gagnait sa condition d’indien et son salut par la cruauté et le sang ?Indian Killer est le premier roman de Sherman Alexie, indien lui-même. Thriller efficace, cette œuvre apparaît surtout comme un manifeste de la condition amérindienne. Ségrégation, désespoir, indigence et ravages de l’alcool rythment la lente descente en Enfer du protagoniste principal. Par une habile galerie de personnages, l’auteur parvient brillamment à exposer différentes perceptions du mal être indien. De l’étudiante indienne en quasi perpétuelle opposition avec les blancs, aux parents aimants et maladroits de John en passant par l’animateur radio le plus abject et le plus raciste qui soit, Sherman Alexie brosse une peinture d’une Amérique douloureusement bigarrée semblant saturée de couleurs. Une peinture, un vernis qui ne semblent jamais sécher, tant est persistante cette réalité. Rebelde

Rebelde
30/01/14
 

Sombre, rageur et sans concession, Indian Killer nous livre un portrait au vitriol de la société américaine. Seattle, importante ville du nord-ouest des Etats-Unis, va sombrer dans la psychose lorsque des Blancs vont être assassinés par un mystérieux tueur indien, l’Indian Killer. Les différences de cultures et la haine raciale vont alors atteindre leur apogée et affecter le quotidien d’un bon nombre de personnes. Parmi elles se trouve John Smith, jeune indien adopté par un couple de Blancs et qui va progressivement et irrémédiablement basculer dans la folie. Dans ce Seattle sombre et étonnamment réaliste, Sherman Alexie nous livre les portraits croisés de plusieurs personnalités tantôt haïes et tantôt prises en pitié. En effet, John, Marie ou encore son cousin Reggie sont des personnages complexes et tout en nuances. L’intégration des Indiens dans la société américaine n’est pas un sujet fréquemment abordé dans la littérature ou du moins dans celle que j’ai lu jusqu’à présent. J’ai donc beaucoup apprécié la manière dont l’auteur décrit les conditions de vie des Indiens, leurs relations avec les Blancs et leurs revendications vis-à-vis de la société dans laquelle ils évoluent et qui pourtant fait d’eux, dans la plupart des cas, des laissés pour compte et des marginaux. Indian Killer ne fait pas dans la vulgarité ou le voyeurisme, il n’empêche que c’est un roman extrêmement dur et noir qui m’a amenée à m’interroger sur l’intégration des minorités dans nos sociétés modernes et sur la conception que nous avons aujourd’hui de ces mêmes sociétés et des individus qui la composent. Indian Killer est alors le témoin d’une violence qui semble inéluctable. Les propos de l’auteur sont d’autant plus percutants qu’il utilise des phrases courtes et un rythme soutenu et haché qui sert remarquablement bien l’histoire racontée. Le lecteur n’a aucun mal à ressentir la rancoeur, la colère ou encore la folie de ces personnages. A bien y réfléchir, Indian Killer tient davantage du roman noir que du policier. Et s’il peut donner aux lecteurs une impression de malaise, le tueur indien est l’occasion pour l’auteur de nous inciter à réfléchir sur une société qui semble plus désenchantée que jamais. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
09/08/14
 

Seattle, un tueur tue et scalpe des blancs en déposant sur leur corps deux plumes de hibou. La psychose monte et la communauté indienne est montré du doigt. Des tensions entre les blancs et les indiens commencent a créer un climat électrique où les anciennes rancunes remontent a la surface. Mais qui est cet "indian killer" et pourquoi tue t'il ?Ce roman est tout a la fois un thriller, un roman noir mais aussi une étude sociologique dans lequel l'auteur nous livre sa vision de la coexistence entre les indiens et les blancs. L'auteur d'origine indienne a une vision a la Spike Lee c'est a dire pessimiste car selon lui les différends entre ces deux ethnies sont trop importants et récents pour qu'ils puissent vivre en bonne entente. Ils peuvent vivre l'un a coté de l'autre mais pas ensemble. Leur passé est trop douloureux pour qu'il puisse avoir un avenir commun, les indiens se considérant victime de spoliation de leur terre par les blancs et les blancs considèrent les indiens comme des assistés profitant des aides sociales. Ce qui est très intéressant dans ce roman c'est que l'auteur, malgré son origine, ne nous dresse pas un portrait idéalisée et ne verse pas dans la victimisation de l'indien.Tout cela sans sacrifier le coté polar de l'intrigue. Un roman ambitieux écrit dans un style impeccable qui retranscrit parfaitement la violence physique et verbale qui parcourt tout le récit.8/10 pour ce roman qui dépasse les frontières du simple polar.

Zembla
20/10/13
 

Format

  • Hauteur : 19.70 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.30 kg