Insecte

CASTILLON-C

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 11/01/06
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ma fille est ma meilleure amie ; mon père n'est pas méchant maman ; arrange-toi, tu es déguisée ; ma mère est bête ; ma fille est idiote ; j'aime encore mieux que mon mari me trompe avec notre fille ; ma fille est née dans une rose mais périra dans le chou ; ma mère a un
cancer, elle m'énerve ; ma mère se laissait tellement aller qu'elle est morte. Quand les tête-â-tête entre mères et filles deviennent autant de raisons de vivre ou de mourir. Vous parler d'elle, le dernier roman de Claire Castillon, est paru chez Fayard en 2004.
6 personnes en parlent

C'est son premier recueil de nouvelles, à Claire Castillon. Et ça lui va bien, c'est une belle orientation (ou expérience) réussie ! Le court colle à son style caustique, insolent, petit bouchon boudeur. On est très loin de l'excentrique et évanescent "Vous parler d'elle", son précédent roman. Tant mieux, car j'aime infiniment ! Bref, ouvrons le livre : 19 nouvelles basées sur les rapports entre mère et fille. Un lien très vicieux, sulfureux et au goût amer. Se mêlent des sentiments divers : le copinage, la connivence, la confidence, et la haine, l'agacement, l'énervement, le dégoût ! Ouah, tout ça ! Je ne souhaite à personne de se retrouver dans ces mères ou ces filles, oh non. Dès la première histoire, "J'avais dit une", on est plongé dans le bain : une femme, très amoureuse de son mari, accepte de lui "faire" un enfant, mais un seul et une fille. Or, elle accouche de jumelles ! Au fur et à mesure qu'on avance dans le livre, un autre électron se faufile au rapport mère/fille, celui de la maladie. Très vite, il devient indissociable ! Une fille est agacée du cancer de sa mère, une mère ne supporte plus sa fille "noeud-noeud", une autre gave son enfant de médicaments pour la rendre super - opérationnelle, une fille place sa mère en institut, une autre attend le retour de sa progéniture pour mourir... On y perd son latin ! Claire Castillon pousse très loin dans les clichés mais, connaissant son univers, c'est imparable ! Elle est méchante, cruelle, injuste et mauvaise, mais quel plaisir à lire tout cela ! Et puis, je ne sais pas où elle a chipé ses modèles mais elle applique les règles de la nouvelle à la perfection ! A chaque fois, une chute qui laisse bouche bée ! Un livre impayable, à lire d'urgence !

Clarabel
23/02/09
 

Castillon pourrait faire partie de ces auteurs qui dérangent, qui n’hésitent pas à aller dans le trash. Ayant lu deux autres de ses livres, je savais un peu à quoi m’attendre. Je n’avais pas beaucoup accroché à Vous parler d’elle et On n’empêche pas un petit coeur d’aimer, mais je me disais qu’il fallait que je lise autre chose d’elle, pensant qu’à la longue, ça pourrait peut-être me plaire. Ce fut le cas avec Insecte. Pourtant ce livre ne déroge pas à ses habitudes. Le trash est bien là. Les relations mères / filles sont très tendues, allant jusqu’à la violence, la mort ou à des situations que la morale condamnerait sévèrement. Ce genre de livre peut être très nul ou très bien. Deuxième option pour celui-ci. Malgré le court format des nouvelles, Castillon arrive à chaque fois, sur une dizaine de pages, à installer une situation dérangeante, où le dernier paragraphe remet souvent tout en question. De ce fait, malgré le caractère dérangeant, on a envie de continuer à lire pour voir ce qu’elle a bien pu nous inventer d’autre… et pour ça, la petite Claire a beaucoup d’imagination !La version complète de ce commentaire est disponible sur mon site

Artsouilleurs
21/01/09
 

Ce que je croyais être un roman s'est en fait avéré être un recueil de nouvelles (c'est écrit dessus, mais en tout petit, alala). Pas grave, j'aime bien les nouvelles: c'est court et facile à lire ^^Ici, 19 nouvelles sont regroupées autour du thème mères/filles. Ca va de la mère qui jette l'une de ses jumelles par la fenêtre de sa voiture parce qu'elle ne voulait qu'un enfant, à la mère-ado qui essaye d'être la meilleure amie de sa fille en passant par la fille qui persécute sa mère.Ce livre est plutôt triste en fait, même si l'auteur met toujours des petites pointes d'humour. Il parle de mort, de violence, d'inceste....sans pour autant tomber dans le pathos.Il raconte ce que toutes les femmes peuvent ressentir un jour, que ce soit en tant que mère ou que fille et la fait qu'il soit écrit à la première personne du singulier nous permet d'entrer encore mieux dans la vie de ces femmes.

Chiwi
11/10/13
 

Les nouvelles du recueil de Claire Castillon, Insecte, sont à couper le souffle et c'est pourquoi j'ai dû m'y reprendre à deux reprises avant de les terminer.En effet, les relations mère/fille qui y sont dissInceste, abandon, trahison...sont traités avec une cruauté jubilatoire. On se dit qu'elle n'ira pas jusque là, hé bien, elle y va et avec le sourire encore! Pas de répit pour le lecteur qui encaisse autant que les personnages et ne sort pas indemne de cette lecture qui fouette les sangs comme une brassée d'orties cathulu

cathulu
19/01/13
 

19 nouvelles sur le rapport fille-mère, décliné dans le trash et l’accent mit sur les manquements. La ligne directive de toutes ces nouvelles, en dehors de leur thème, c’est que chaque cas évoqué est un passage, une idée ou une crainte qui a traversé la tête de toute mère, ou de toute fille. Chez quelqu’un de «normal», ça reste à l’état d’idée, ou si le geste est ébauché c’est aussitôt culpabilisé et on se remet sur les rails. Mais ici c’est poussé au paroxysme, d’un cynisme rare. Le trait est grossi et ça donne des espèces de monstres tout à fait effrayants. Une mère qui jette une de ses jumelles par la fenêtre de la Smart sur le périph, une ado qui n’en peut plus d’avoir honte de sa mère qui porte en bandoulière toute la souffrance d’un cancer généralisé, des familles où on est copines à la vie à la mort, où on offre sa fille à son mari, etc. etc. C’est aussi pourquoi on éprouve une fascination horrifiée qui nous rive à chaque mot, et qui rend l’arrêt de la lecture impossible : on lit tout d’une traite, et quand on a fini, on recommence. Parce que ça entraîne le besoin de creuser les insectes qui sont au fond de nous. C’est certes un peu motivé par un certain voyeurisme, mais qui ne sera pas assouvi au final. Là est le plus fort. C’est de plus remarquablement bien écrit, et prenant en diable : un coup de maître que l'entrée en nouvelles de Claire Castillon. Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/09/12
 

Avertissement : ô toi la mère qui adore ta fille ou ta fifille, toi qui ne voit que le bien partout et dont la vie semble tremper dans le rose , un conseil : passe ton chemin sous peine d'être traumatisée.Insecte ou dix- neuf textes courts et cinglants ! Dès la première nouvelle, on est prévenu du ton de ce recueil. Claire Castillon ne fait pas dans les bons sentiments mais plutôt dans le tranchant, l’acéré, les situations qui dérangent. Une plume sans concession, nette et directe qui vous abasourdit, qui fait rire ou rire jaune.Les rapports mère-fille sont disséqués, des rapports où la méchanceté, la cruauté existent, même si souvent il y a toujours un fond d’amour ….Cet amour maternel qui fait taire la mère battue par sa fille adolescente, l’amour de la fille pour sa mère qui se rebelle car cette dernière va mourir d’un cancer. C’est cinglant, écrit sans concession avec des phrases courtes qui vont droit au but et qui percutent !Un coup de cœur ! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
08/09/10
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.25 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition