Ivan le terrible

FINE ANNE / BUTAUD N

livre ivan le terrible
EDITEUR : ECOLE DES LOISIRS
DATE DE PARUTION : 11/09/08
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

Tout commence parce que Boris parle russe. Un matin, son professeur lui demande de venir en aide à un nouveau venu dans l'école. Il s'appelle Ivan, il est Russe et Boris doit lui servir d'interprète. Jusque-lâ tout va bien. Seulement les premières paroles en russe d'Ivan sont : «Salutations à vous tous, pauvres vers tremblants... Sans aucun doute, vous serez
tous assez faibles d'esprit pour m'accueillir parmi vous. Vos cerveaux minuscules, imbéciles comme des bulbes, sont tout simplement incapables de voir que j'ai des pouvoirs secrets dont j'ai l'intention de me servir pour faire de vous tous mes esclaves. » Boris reste pétrifié. Qui est cet affreux garçon ? Et comment traduire son horrible disours ?
2 personnes en parlent

Tout commence parce que Boris parle russe. Un nouvel élève vient d'arriver à l'école St Edmund - Ivan, son air renfrogné, ses saluts à la taille et son amabilité façon : "Salutations à vous tous, pauvres vers tremblants". Boris est mortifié, il ne veut absolument pas traduire les propos odieux de ce garçon, alors il triche. Il édulcore, il améliore, il arrondit les angles. Toutefois Ivan est vraiment infect et pousse le bouchon de plus en plus loin. La patience de Boris a-t-elle des limites ? Faut-il continuer de jouer le jeu, d'excuser Ivan et donc de passer sous silence ses méchancetés, au risque d'être un peu complice ?Tout à fait bon enfant, ce roman est un genre de comédie à l'humour subversif, qui plaira davantage aux plus jeunes, sans pour autant leur assurer qu'ils pourront comprendre toutes les troublantes motivations d'Ivan le terrible. La fin est une sorte de pied-de-nez à cette vaste mascarade. On y trouve son compte, ou pas du tout. C'est selon. Mais franchement je préfère de loin les aventures caustiques du Journal d'un chat assassin.Petit roman plaisant, voilà tout.

Clarabel
20/02/09
 

Ivan vient de Russie, ne parle pas un mot d'américain lorsqu'il arrive en milieu d'année dans l'école de Boris. Ce dernier étant bilingue - d'origine russe, également -, il se voit chargé de faire l'interprète. Déjà ce rôle ne l'enthousiasme guère, mais en plus les paroles du garçon sont difficilement traduisibles. Non en raison de leur difficulté, mais parce qu'elles sont méprisantes, injurieuses, macabres… Alors Boris compose, invente des propos policés, aimables.Ce roman est proche de 'Comment écrire comme un cochon' de la même auteur : entraide entre camarades, d'abord à contrecoeur car imposée par un adulte, relations hostiles, puis solidarité. Le regarde que porte 'le petit nouveau' sur cette école est intéressant, notamment lorsqu'il se gausse des chansons pour les plus jeunes, pas si gentillettes qu'on pourrait l'attendre dans un pays où le politiquement correct est de rigueur. Dommage que le personnage d'Ivan soit quand même si outré, et par là-même si pénible : pas de demi-mesure, le gamin est toujours prévisible dans ses paroles fielleuses.Boris aura l'art de retourner la situation, et tout s'expliquera à la fin, mais bof... Cela n'aura pas suffi à estomper mon agacement du début. Cela dit, je pense que tant de hargne devrait plaire aux jeunes lecteurs, qui rêveront probablement de se défouler impunément dans une langue inconnue de (presque) tous...Cette collection est destinée aux "plus de 9 ans". Pourquoi, dans la traduction, parler de langue française alors que l'histoire se déroule aux Etats-Unis ? Le public visé est tout à fait en mesure de transposer, non ?--- De cette auteur, il me reste à découvrir la série du Chat assassin. Canel

Canel
21/06/13
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie