J'abandonne aux chiens l'exploit de nous juger

MARCHAND-P.M

EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 22/01/03
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Lorsqu'elle rencontre Benoît pour la première fois, Sarah a dix-sept ans : ce livre est l'histoire d'un inceste entre un père et sa fille, mais un inceste de consentement. " Je l'attendais depuis une heure, depuis deux cent quarante mois, un entraînement monotone. Moi à force de le guetter, et lui, à force de faire des détours, il était fatal que nous nous rencontrions. Deux existences qui auraient dû être communes et qui se retrouvaient aujourd'hui avec un léger différé. " C'est alors une seconde naissance, celle d'une passion violente, interdite, improbable, et pourtant partagée. " J'étais là, épanouie devant lui, déjà presque une adulte Et bientôt la seule femme de sa vie La seule qu'il ait aimée, comme un possédé, jusqu'à en mourir ". Impuissant à assumer face à la société
la relation charnelle qui le lie désormais à la jeune femme, Benoît finira par se tuer. Et Sarah, de nouveau abandonnée, s'efforçant de survivre à cette passion devenue en effet impossible, commence le récit de leur histoire, comme une ultime lettre d'amour. " J'abandonne aux chiens l'exploit de nous juger ", titre repris d'une chanson de Brel, dit le refus d'une morale trop bien-pensante : un réquisitoire à la fois tendre et emporté contre la sentence hâtive qui sanctionnerait une affinité que la seule détermination génétique interdit. De nouveau, Paul Marchand n'hésite pas à heurter ; après Sympathie pour le diable et Ceux qui vont mourir, il trouve dans une vie autre la matière d'une introspection troublante. Un lyrisme maîtrisé, une langue inventive, toute d'amour et de rage.
4 personnes en parlent

Antoine m’avait parlé de ce livre il y a quelques temps, et le sujet (peu banal, c’est le moins qu’on puisse dire) avait attiré ma curiosité. J’ai donc profité des vacances pour m’y plonger, intriguée, et j’avoue n’avoir pas été déçue. J’ai beaucoup apprécié le style, les incessants allers et retours dans le temps m’ont un peu déroutée tout d’abord, mais finalement je me suis laissé apprivoiser par ce tourbillon. Parce qu’au-delà du caractère “choquant” de l’histoire, ce livre relate avant tout une histoire d’amour, plus exactement de passion. Une passion dévorante, destructrice dans tous les sens du terme, mais qui ouvre aussi à toute une réflexion sur la normalité et l’anormalité. Et dans ce cas de figure pour le moins complexe, il devient très difficile de juger les protagonistes.Une chose qui me laisse perplexe : en préambule de son livre, Paul Marchand explique que l’histoire qu’il raconte est celle d’une jeune femme qui lui a demandé de l’écrire pour elle. Le livre est cependant écrit à la première personne, comme si c’était cette jeune femme qui prenait la parole. D’ailleurs, si on ne savait pas que l’auteur était cet homme rapportant des faits qui lui ont été relatés, on penserait que le livre a été écrit par la jeune femme. Je serais donc curieuse de savoir un peu plus précisément comment ils ont travaillé.Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
28/05/09
 

Ce livre parle d'un sujet difficile : L'inceste. Sarah a toujours vécu avec sa maman sans connaître son papa, elle a été conçue pendant l'été, une amourette de vacances. A 17 ans elle fait la connaissance de Benoît, son père, ils apprennent à se découvrir pendant deux ans, se rencontrent régulièrement puis tombent amoureux. En gros voilà l'histoire ! Alors oui, il y a inceste mais dans mon esprit c'est un peu différent car elle n'a pas passé son enfance avec lui et Sarah le considère juste comme un homme et non comme un père, elle assume bien cette relation et aimerait ne plus devoir se cacher. Du côté de Benoît c'est plus compliqué car il se sent coupable, il ne supporte pas l'idée de l'avenir. C'est une histoire vraie que nous raconte ici Paul Marchand. Certains passages sont écrits pour choquer notamment les premières pages du livre qui sont assez dérangeantes. J'ai trouvé ce texte bien écrit mais trop bavard, j'ai donc aimé certains passages mais d'autres m'ont paru bien trop longs. Sandrine(SD49)

SD49
18/01/11
 

Ce livre est très particulier par le fond et par la forme. L’auteur, Paul M. Marchand, raconte l’histoire véridique d’une jeune femme nommée Sarah. Il explique au début du livre la démarche de Sarah qui voulait que son témoignage soit ainsi décrit. Sur le fond, histoire de Sarah est, j’imagine, marginale. Elevée par mère avocate, étudiante en fac de droit de droit, elle décide de retrouver Benoît qu’elle n’a jamais connu. Sarah est née d’un amour insouciant de jeunesse entre sa mère et Benoît. Sarah raconte et jamais elle n’utilise le mot « père ». L’inconcevable arrive, ils tombent amoureux l’un de l’autre. Histoire d’un amour tabou dissimulé sous le terme « d’inceste volontaire » et que Sarah défend. Benoît, tourmenté, lui n’aura pas la force d’accepter cette relation…Ce livre m’a dérangée sur plusieurs points. Si le but était de jeter le pavé dans la mare, c’est chose faite. Que Sarah proclame que dans les années futures, ce type d’amour sera autorisé… je ne peux pas adhérer à de tels propos. Second point, le comment du pourquoi ils tombent amoureux n’est pas décrit. Je fais court, pas de palabre, car je suis passée complètement à côté de cette lecture…De cet auteur, j’avais lu « le paradis d’en face » qui ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10

Quand on pense "inceste", on frissonne d'horreur car on imagine automatiquement de très jeunes enfants, garçons ou filles, abusés par le père ou l'oncle, apeurés et honteux, se cachant dans leur souffrance et la violence qu'on abat sur eux, et dont la vie à jamais sera si ce n'est détruite, du moins gravement perturbée. L'inceste, c'est le pire des crimes, pour moi égal à celui d'enlever la vie à quelqu'un.Quand j'ai ouvert ce livre, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. J'ai pour habitude de ne jamais lire les quatrièmes de couverture au moment où j'entame une lecture, pour ne pas me laisser influencer, pour arriver sans a-priori dans l'histoire. On comprend cependant dès l'introduction que l'histoire contée ici est une histoire vraie, juste mise en mots par l'auteur. Et on comprend également dès les premières pages de quoi il s'agit. Il s'agit d'inceste, oui, puisqu'un père couche avec sa fille. Mais il s'agit aussi d'un amour magnifique, d'une très belle et très douloureuse histoire entre deux êtres qui se sentent faits l'un pour l'autre mais savent qu'ils n'en n'ont pas le droit, que l'amour entre eux ne doit pas être, tout du moins pas cet amour charnel auquel ils se soumettent.Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
31/05/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.24 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition