Jacques et son maitre ; hommage a denis diderot en trois actes

KUNDERA, MILAN

livre jacques et son maitre ; hommage a denis diderot en trois actes
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 24/09/98
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

Jacques le fataliste est l'un des romans que j'aime le plus; tout y est humour, tout y est jeu; tout y est liberté et plaisir de la forme; c'est pourquoi, ai-je dit dans l'art du roman, "en france ce livre est scandaleusement sous-estimé, il concentre tout ce que la france a perdu et refuse de retrouver". Seul un goujat touche à la forme d'une oeuvre qui ne lui appartient pas. Méprisés soient les
adaptateurs! cette pièce n'est pas une adaptation; c'est ma forme à moi; ma rêverie; ma variation sur un roman que j'ai voulu fêter. Dans cette édition, la pièce est accompagnée de mon introduction, d'un texte de françois ricard sur l'art de la variation, d'une note sur l'histoire de la pièce et de ma réflexion touchant à stravinski et à ses "transcriptions-hommages", d'oeuvres du passé.
2 personnes en parlent

Je dois vous prévenir, je n’ai pas lu “Jacques le fataliste et son maître” de Diderot alors je ne pourrai pas faire de comparaison entre les deux œuvres. C’est plutôt parce que j’apprécie ce que fait Kundera que j’ai voulu lire cette pièce et encore une fois j’ai apprécié. L’histoire est je pense plus accessible que celle de Diderot car plus courte et je suppose dans un style plus contemporain. C’est souvent drôle, Kundera n’hésite pas à mettre en scène le lecteur (voir l’extrait ci-dessus) voire lui-même (les personnages évoquent à plusieurs moments celui qui écrit leur histoire). L’introduction est aussi très intéressante, Kundera revient sur son attachement à cette pièce tout en évoquant son passé en Tchécoslovaquie et ne se passant pas - pour notre plus grand plaisir - d’une nouvelle réflexion “psychologique” cette fois sur la sensibilité. Si vous aimez Kundera alors vous ne devriez pas être déçu, si vous ne connaissez pas encore, commencez plutôt par “L’insoutenable légèreté de l’être”.Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
07/02/09
 

J'ai moi aussi lu ce livre pour son auteur, et je n'ai vraiment pas été déçu. le ton assez léger du texte, qui tranche selon moi singulièrement avec le poids historique de beaucoup d'autres livres de Kundéra, ou leur développement philosophique, est très agréable et donne à voir une autre image de l'auteur.Mais ce qui est aussi intéressant dans ce livre, c'est la démarche qu'il expose dans un avant propos ou une préface (que l'on peut dire ne pas être très institutionnelle), qui est l'idée de "thème et variation". Kundéra prend le Jacques le fataliste diderotien comme un thème, et écrit autour de ce thème, sans jamais vouloir proposer une réécriture de ce texte. Aboutit alors un savant mélange d'éléments du texte original (avec ces références métatextuelles croustillantes il faut le dire) et le monde de la rêverie de l'auteur Tchèque (je vous renvoie bien sûr à l'insoutenable légèreté de l'être, mais aussi a un texte plus court et que j'ai trouvé même plus poétique, la lenteur. )

gaut
29/01/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie