Jacques le fataliste et son maitre

DIDEROT, DENIS

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 18/01/72
LES NOTES :

à partir de
0,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Diderot Jacques le fataliste et son maître «Comment s'étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s'appelaient-ils ? Que vous importe ? D'où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l'on sait où l'on va ? Et que disaient-ils ? Le maître ne disait rien, et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut.» D'entrée de jeu, c'est sous le signe de l'incertitude et de l'ironie que Diderot
place le roman qu'il publie de 1778 à 1780. Jacques et son maître devisent en voyageant, mais bientôt le récit des amours de Jacques s'interrompt, ouvre à d'autres histoires et à d'autres rencontres dans ce livre admirablement virtuose où la parole circule de narrateur en narrateur. La parole, mais aussi bien la réflexion sur notre liberté et sur le fatalisme qui fait de Jacques un manuel de gai savoir en même temps que ce roman toujours neuf dont l'esthétique de la rupture, de la provocation et du rebond fonde encore la modernité. Edition de Pierre Chartier.
4 personnes en parlent

Une véritable merveille, à la deuxième lecture. A ma première lecture, j'avais un sentiment très mitigé, trop de digressions, trop de descriptions et de réflexions philosophiques dont je ne percevais pas toujours le sens.En l'étudiant en classe de terminale, j'ai appris à aimer cette oeuvre et à en faire un presque coup de coeur. Il est très bien écrit, extraordinaire dans le sens où le narrateur nous interpelle avec humour, avec finesse pour nous amener à poser des questions. J'ai passé un bon moment avec Jacques et son maître, la portée philosophique m'a beaucoup enchantée, j'ai apprécié les rebondissements et l'action, il y avait un peu d'absurde qui me faisait penser à Don Quichotte par moment, avec des faits très amusants. Un super roman à découvrir ! Il n'y a pas d'âge pour apprécier les belles histoires...

Ewylyn
31/01/16
 

J'ai beaucoup aimé, découvert pendant ma première année de fac, je ne cesse de le lire et relire, un bon livre, je dirai même le meilleur de DIderot, je le conseil à tout le monde.

Allex
07/11/12

Je suis mitigé. Dans un sens j'ai beaucoup aimé parce que j'ai apprécié l'écriture de Diderot, il fait des digressions et s'adresse à nous, lecteurs. Ça c'est très plaisant, il se met à notre place, se plaint à notre place s'il n'a pas fini de raconter telle histoire: "Je vous entends, lecteur: vous me dites: Et les amours de Jacques? Croyez-vous que je n'en sois pas aussi curieux que vous?". C'est en ce sens que je lui mettrais une bonne note mais... Ça ne va pas, y'a TROP de digressions. Trop c'est trop. C'est trop lourd on ne suis plus grand chose, y'a trop d'histoires qui mêlent. Alors quand il parlait des amours de Jacques et son maître j'étais vraiment passionné. Le côté "Si ça se passe c'est que ça devait se passer" de Jacques m'a plut aussi parce que je raisonne moi aussi comme cela, de temps en temps. Et puis surtout, Diderot propose trois fins et c'est très original! Choisissez donc celle qui vous plait le plus...

searchxme
03/03/12
 

Jacques le fataliste est un excercice littéraire intéressant. Malgré quelques petites erreurs temporelles (bien normales au vu du rythme du livre) le récit est habilement mené. Ou bien devrais-je dire, les récits. Car plusieurs histoires débutent et prennent fin, ou pas, tout au long du livre. Chaque personnage raconte une histoire, qui le concerne ou non. Jacques raconte ses amours à son maître, et est souvent interrompu par celui-ci. Le rythme empêche le lecteur de se reposer sur une histoire. Il faut sans cesse être éveillé. Alors que l'on prend goût à un récit, que l'on se pose des questions, celui-ci est interrompu au profit d'un autre. Et le shéma recommence. Exercice difficile, qui pourrait ennuyer le lecteur. Mais au contraire, le narrateur met en scène le lecteur, et celui-ci à un rôle dans le roman. (qui n'est pas un roman, selon Diderot) . En bref, c'est une lecture réjouissante, pleine d'humour et qui propose une réfléxion intéressante sur le genre romanesque.

EmmaBovary
02/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.23 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition