Jacques le fataliste et son maitre

DIDEROT, DENIS

EDITEUR : LAROUSSE
DATE DE PARUTION : 21/02/07
LES NOTES :

à partir de
3,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Que l'amateur de réponses toutes faites passe son chemin. Jacques et son maître s'adressent à ceux qui doutent : est-ce le destin qui nous conduit ? Sommes-nous vraiment libres de bien ou de mal faire ? Questions éthiques et philosophiques, questions agitées gaiement, parce que l'humour, en libérant l'esprit de sa gravité, embrasse tous les paradoxes du monde. Ce roman ne se contente pas de réfléchir les idées novatrices
des Lumières, son prisme reflète aussi toutes les traditions romanesques pour en déjouer les pièges. La fantaisie la plus échevelée se trouve miraculeusement contenue par la rigueur d'une pensée ferme autant qu'audacieuse. Car les aventures de nos deux compères, loin d'être gratuites, sont une joyeuse initiation à la libre pensée. OBJETS D'ETUDE - Le roman et ses personnages - les lumières - Grands débats d'idées
4 personnes en parlent

Jacques et son maître sont en voyage, de où ils viennent, jusqu'où ils vont, cela nous ne le saurons pas vraiment. Et peu importe. Car ce qui est essentiel, c'est l'instant même de ce voyage, ces moments où les deux hommes vont vivre quelques péripéties et surtout se raconter ou entendre des "histoires".Ce roman qui se prend à réfléchir sur le roman est une formidable machinerie littéraire, un jeu constant entre le narrateur et son lecteur, sorte d'interaction entre les deux qui débouche sur un texte jubilatoire (et quelque peu frustrant: nous les connaîtrons quand, que diable, ces amours de Jacques !).Jacques et son fameux fatalisme, qui veut que "tout soit écrit là-haut", au contraire du maître qui lui adhère au libre-arbitre. Quel bonheur de lire les échanges de ces deux hommes, finalement complices, et de suivre cet espèce de trait d'union que représente le roman tout entier entre deux situations dont on ne connaîtra pas grand chose. Maltese

Maltese
28/10/09
 

Je n'ai pas spécialement aimé ce livre que j'ai trouvé assez long (oui, malgré le fait qu'il ne fasse que 300 pages), j'ai compris que l'auteur se moquait de la tradition du roman et qu'il utilisait l'ironie, mais de quelle manière et à quelle fin ça, je n'ai pas réussi à le déterminer. Sûrement une erreur de compréhension, mais je dois dire que la manière d'écrire de l'auteur m'a assez souvent agacé. Au départ, Jacques devait raconter l'histoire de ses amours à son maître, mais il est tout le temps interrompu par un événement ou l'histoire des autres (ce qu'on appelle les récits encadrés). Ces récits sont tous assez singuliers, surtout celui de Mme de La Pommeraye. Je ne peux pas nier l’originalité de l'auteur à travers le style de sa narration, mais je me suis ennuyée assez souvent et j'en ai parfois eu marre de ma lecture au point de vouloir l'arrêter. En plus des récits comme celui de La Pommeraye, j'ai bien aimé le fatalisme de Jacques, dont je retiendrai la phrase fétiche : "il était donc écrit là-haut.. !". Une chronique vraiment courte, mais je ne savais pas spécialement quoi dire, peut-être que je le comprendrai plus quand je l'aurai étudié. Ninon !

nilale
03/01/15
 

Ce récit se construit en réalité autour de trois niveaux. Le premier raconte les aventures de Jacques et de son maître sur leur route. Le second est consacré aux anecdotes ; la principale étant l’histoire des amours de Jacques qu’on ne cesse de quitter pour d’autres. Le dernier niveau est celui des commentaires du narrateur au lecteur.Ce procédé est assez amusant et fantasque pour m’avoir séduit, mais je reproche au narrateur d’en avoir un peu trop usé, car les soixante dernières pages m’ont paru très longues. En vérité, j’ai commencé à sérieusement me lasser un peu avant, à partir d’une anecdote qui m’a cruellement rappelé un de mes romans préférés : Les liaisons dangereuses de Laclos, mais en moins bien. Et c’est là que le bas blesse, la lassitude imaginaire du lecteur dont le narrateur se moquait au départ et devenue bien réelle et j’en ai eu assez de tourner autour du pot. D’autant que l’histoire avançant, j’ai commencé à me dire que le pot ne devait pas dissimuler grand-chose d’extraordinaire et je me suis mise à survoler les pages pour atteindre le but plus vite. [Plus sur :]

Belykhalil
30/09/14
 

Livre qui m'est tombé entre les mains par hasard et que je n'ai pu lâcher ! Entre le ton décalé, même comique, de ce narrateur qui ne cesse d'interrompre son récit ; la critique à peine voilée du clergé, du moralisme, etc. ; les histoires truculentes des personnages (et surtout celle de Jacques !) ; c'est un régal. Et c'est tellement... MODERNE !

Evghenya
23/08/11
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition