Jaloux

BROWN-S

livre jaloux
EDITEUR : LATTES
DATE DE PARUTION : 25/01/06
LES NOTES :

à partir de
22,00 €

SYNOPSIS :

Lorsque Maris, éditrice new-yorkaise, reçoit un alléchant manuscrit d'un certain P.M.E, elle comprend que le roman a le potentiel d'un best-seller et cherche à entrer en contact avec l'auteur. Ses investigations la mènent jusqu'à une île perdue en Georgie. C'est là qu'elle découvre Parker Evans, un homme qui dissimule son identité et son passé et vit en reclus dans une ancienne et inquiétante demeure coloniale. Maris est envoûtée par le récit, dans lequel il est question de deux amis, d'une trahison mortelle. et de Parker
lui-même. Mais quelque chose, dans ce roman, fait froid dans le dos. En quoi la vie de Maris est-elle liée à cette histoire ? Et qu'en est-il du personnage, bien réel lui, qui se sert d'elle pour parvenir à ses fins oe Avec Jaloux, Sandra Brown décrit l'impact que l'amour et la haine peuvent avoir sur l'existence. Dans ce roman, qui utilise deux narrations parallèles, on découvre un puzzle où se démêlent les contradictions, le meurtre et la rédemption. Traduit de l'anglais (Américain) par Nicolas Thiberville
1 personne en parle

« Lorsque Maris Matherly-Reed, une éditrice new-yorkaise, reçoit un alléchant manuscrit d'un certain P.M.E., elle comprend que ce texte a le potentiel d'un best-seller et cherche à entrer en contact avec l'auteur. Ses investigations l'entraînent jusqu'à une île perdue au large de la Géorgie, où elle découvre Parker Evans, un homme qui dissimule son identité et son passé et vit en reclus dans une ancienne demeure coloniale. Maris est envoûtée par son récit, pourtant quelque chose, dans ce roman, fait froid dans le dos... » Telle est la quatrième de couverture de Jaloux, un roman policier écrit par l’Américaine Sandra Brown. Une accroche particulièrement réussie, puisqu’elle parvient à mettre l’eau à la bouche auu lecteur tout en restant dans le vague, afin de ne pas « casser » les multiples effets de surprise qui ne manqueront pas de le bluffer. Car la vraie réussite du roman est qu’il est pleinement à la hauteur de ce résumé prometteur. Pour faire simple, Jaloux est un succès total : le style est riche, soigné, fluide et donc très agréable, la psychologie des personnages particulièrement travaillée (l’éditrice, fausse fille à papa, moins naïve qu’elle en a l’air ; Noah, son mari et associé, véritable « requin » ; et Parker, écrivain complexe et mystérieux). Les dialogues sont très percutants et le rythme particulièrement haletant : le texte de 600 pages ne comporte pas une ligne de trop, grâce à ses nombreux rebondissements et à sa construction impressionnante de maîtrise – puisque les différentes intrigues du récit, apparemment sans rapport les unes avec les autres, finissent miraculeusement par s’imbriquer. Et ce n’est pas tout : le récit est d’une grande originalité, grâce au manuscrit de l’écrivain Parker Evans : les chapitres qui en sont extraits sont aussi prenants que le reste du roman. Cet aspect « roman dans le roman » (que l’on peut également trouver dans l’inoubliable Misery de Stephen King), donne encore plus de piment à la lecture, de même que la très émouvante histoire d’amour et les saisissantes descriptions du milieu éditorial. Le texte compte en outre de très belles pages sur l’écriture et l’art de mener une intrigue, et même, en intellectualisant un peu, des réflexions pertinentes sur le rôle de la lecture sur notre perception du monde, et par conséquent la frontière entre fiction et réalité… Bref, ce roman aux grandes et nombreuses qualités se révèle d’une finesse et d’une intelligence admirables. Et les défauts dans tout cela ? Aucun ! Jaloux appartient au cercle très fermé des romans à côté desquels tout paraît d’une grande fadeur. Il est d’ailleurs assez incroyable qu’un texte d’une telle qualité puisse être passé entre les mailles du filet. C’est assez choquant et injuste, surtout quand on voit la piètre qualité de certains best-sellers, mais c’est aussi plutôt rassurant : quoi de plus stimulant que de se voir confirmer que c’est parfois en s’écartant des chemins balisés que l’on fait les plus belles découvertes ? Quoi qu’il en soit, la lecture de cette petite merveille amène à la question qui fâche, pour nous autres petits Français : pourquoi les Américains sont-ils TOUJOURS les meilleurs ?

Nico17
28/10/10
 

Format

  • Hauteur : 23.00 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.60 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition