Jane eyre

BRONTE, CHARLOTTE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 13/10/67
LES NOTES :

à partir de
3,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Charlotte Brontë Jane Eyre Le vent dans les landes désolées a creusé l'âme des soeurs Brontë. Seules, elles se sont inventé une compagnie ; célibataires, elles ont rêvé l'amour. Publié en même temps que le livre de sa soeur Emily, Les Hauts de Hurle-Vent, le roman de Charlotte connut d'emblée un immense succès. Une jeune gouvernante aime le père de ses élèves et est aimée de lui. Mais elle résiste à cet amour, découvrant avec horreur l'existence de la première femme de Rochester,

pauvre folle enfermée par son mari. L'histoire, qui trouve son origine dans la jeunesse tourmentée de son auteur, fait se succéder coups de théâtre et débordements de passion, fuite éperdue dans les landes et sens du devoir jusqu'à l'héroïsme. Jane Eyre est l'un des plus beaux romans d'amour anglais du xixe siècle. Tout y est romantique et tout y est vrai. Jane Eyre, c'était Charlotte Brontë elle-même. Préface de Charlotte Maurat. Commentaires de Raymond Las Vergnas.

18 personnes en parlent

Orpheline, Jane Eyre est recueillie par sa tante qui la traite durement et qui, finalement, l'envoie dans une pension pour jeunes filles pauvres où elle va grandir et étudier. A dix-huit ans, elle part pour le manoir de Thornfield et devient la gouvernante de la pupille du propriétaire, Edward Rochester. Au fil des jours, cet homme bourru va être séduit par le caractère et le naturel de Jane : c'est le début d'une histoire d'amour qui devra surmonter de nombreux obstacles pour être vécue.J'ai lu ce livre 2 ou 3 fois à mon adolescence... J'en aimais l'intrigue au romanesque maîtrisé, l'ambiance un brin gothique, le pittoresque des paysages de la campagne anglaise, les personnages plus ambigus qu'il n'y paraît (le troublant et mystérieux Mr Rochester et Jane au caractère libre et entier), mais aussi la description critique de la société anglaise du XIXe siècle (classes sociales, convenances et religiosité). Ce grand classique de le littérature anglaise est décidément un grand roman !

Kara
14/01/09
 

Cette histoire, pour mélodramatique qu'elle soit, se situe loin au-dessus d'un roman-feuilleton à l'intrigue échevelée. Cet ouvrage est aussi remarquable pour le style, l'atmosphère, que pour la modernité de la réflexion (Charlotte était une féministe avant l'heure !) et la profondeur des analyses psychologiques.Et si la vie de Jane Eyre est sombre et tourmentée, elle est bien à l'image de celle de son auteur, qui s'en est judicieusement inspirée, tout en faisant la part belle à l'imagination.

Schlabaya
19/08/10

Mon coup de coeur absolu de l'année !Je me souviens avoir adoré la version abrégée de ce classique quand j’étais plus jeune. Mais en dehors de cela, je n’avais aucun souvenir précis de l’intrigue. C’est donc assez curieuse que je me suis plongée dans ce roman. Et je le dis tout net, la magie a de nouveau complètement fonctionné avec la version intégrale. Je suis enchantée de ma lecture, et Jane Eyre fait partie des ouvrages que je relirais sans aucun doute.Et pourtant, j’ai trainé avant d’entamer cette lecture. C’est un peu toujours le cas lorsque j’ouvre un classique. Pourtant, ils ne me déçoivent pour ainsi dire jamais, mais il y a toujours une petite appréhension, une certaines timidité face à ce titre pompeux de « Classique ». Mais une fois les premières lignes lues, je n’ai pas pu me retenir d’engloutir les pages tellement ce que je lisais me plaisait. A tel point que je ne vois rien à reprocher à ce roman. Il est long, sans longueur, s’attarde sur les paysages, les événements, le caractère et l’aspect de chaque personnage, les situations ; si bien que je n’ai ressenti aucune frustration à la fin. Tout est parfaitement à sa place, se déroule et s’enchaine merveilleusement. Je n’ai lu qu’une traduction, mais même en français, j’ai aimé cette langue parfois désuète, toujours élégante, recherchée sans être pompeuse.J’ai aimé, comme toujours, cette Angleterre du XIXème siècle, ses règles, son caractère, son « ambiance » (à défaut de trouver un mot plus juste) gothique. Et je soupire sans cesse de n’être pas née à cette époque; je m’y sens beaucoup plus à ma place qu’à l’époque actuelle.L’intrigue est passionnante parce qu’elle dépasse la simple romance. Cette dernière m’a ravie bien sûr et a concouru au plaisir que m’a procuré cet ouvrage, mais elle ne représente finalement qu’un des nombreux thèmes et aspects du roman. Beaucoup de réflexions sont lancées sur l’éducation, les rapports humains, la religion, la bienséance…c’est fascinant et passionnant, donnant du piquant à ce roman. Si l’élégance, la délicatesse, la bienséance sont toujours présentes au fil des pages, on découvre aussi une héroïne au caractère bien trempé, vive et intelligente, qui sans jamais tomber dans la vulgarité ou perdre sa féminité, sait s’imposer, se battre, faire des choix, mener sa vie.Pour tout cela, je me suis particulièrement attachée au personnage de Jane Eyre. C’est un personnage fort, dans lequel je me suis parfois beaucoup retrouvée. Mr Rochester brillant et odieux est finalement tout simplement parfait, justement par ses défauts (et a fait bien souvent soupirer d’aise le cœur d’artichaut que je suis). Ces deux personnages, rugueux mais terriblement attachants, resteront parmi mes préférés en littérature.St John quant à lui, m’est apparu tout simplement détestable, enfermé dans ses préjugés, fanatique religieux et certain de son ascendant, du pouvoir qu’il estime avoir le droit d’exiger sur les autres. Rarement un personnage m’a tout à la fois intéressée et agacée. J’ai eu plus d’une fois envie de le remettre à sa place, et pourtant, je désirais réellement connaitre ses réels desseins, ainsi que ce qui allait advenir de lui.Pour finir, une excellente découverte, que je regrette d’avoir si longtemps repoussée!

un flyer
13/05/11

J'ai beaucoup aimé, contrairement à ce à quoi je m'attendait. J'ai autrefois tenté de lire ce livre quand j'étais en seconde, et je n'avais pas accroché. Plus vieille, j'ai lu "Wide Sargasso Sea", de Jean Rhys, qui raconte l'avant Jane Eyre, livre qui ne m'avait pas séduite mais dont je garde de bons souvenirs, deux ans plus tard.Bref, c'est un roman très intéressant, au style que j'ai beaucoup aimé. C'est étrange de voir à quelle point l'oeuvre originale a su me plaire alors que la traduction m'avait laissée de marbre. J'aime beaucoup le personnage de Jane, à la fois humble et fort. Quant à Rochester ! Eh bien, disons que je l'attendais au tournant, après le portrait que nous en dressait Jean Rhys. Je l'ai trouvé étrange, vraiment, avec ses propos extravagants, ses manières peu communes. J'ai trouvé jouissive la façon qu'il a de révéler malgré lui son amour pour Jane, tout en lui faisant croire qu'il compte en épouser une autre. Un personnage fort, séduisant, passionnant. On le plaint dans Jane Eyre, on le déteste dans Wide Sargasso Sea. Etrange.Bien que je trouve la fin moins bien menée que le reste du roman, la lecture a été un plaisir jusqu'au bout. Je savais plus où moins ce qu'il se passait, mais après le départ de Jane, c'était terra incognita, j'ignorais tout de l'intrigue. Le personnage de Saint-John était assez intéressant, mais son lien avec Jane était vraiment tiré par les cheveux. Quant à la fin, trop happy end à mon goût. Mais pourquoi Thursday Next s'est-elle permise de la modifier? (lisez l'affaire Jane Eyre)Autour de l'oeuvre, je vous conseille donc Wide Sargasso Sea (La prisonnière des Sargasses, Jean Rhys) sur le passé de Bertha, et "The Eyre Affair", de Jasper Fforde, où comment Thursday Next, qui peut pénétrer dans les livres, doit libérer Jane Eyre, enlevée par le méchant de service et modifie accidentellement l'histoire.

wellreadkid
07/08/10

J’ai eu un coup de cœur pour ce roman. Dès les premières lignes, je me suis retrouvée plongée dans l’histoire de cette fille, pour qui tout commence au plus mal. Jane est pleine de vie et franche. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, ce qui est étonnant pour l’époque. Je connaissais déjà plus ou moins l’histoire avant de la lire. Mais j’ai quand même été surprise par les événements. Jane est attachante, d’autant plus qu’elle n’est pas une héroïne d’une grande beauté, et qu’elle n’est pas aimée de tous. Elle a souffert pour se faire une place bien à elle. J’ai apprécié les descriptions des landes. La nature a sa place dans le roman, et c’était très agréable de lire ces descriptions. Il est obligé que je parle de Mr Rochester. Dès le début je l’ai aimé, lui et son côté un peu « ours bougon », lui et ses yeux noirs profonds. L’histoire d’amour entre Jane et Mr Rochester est magnifique. Une preuve que le vrai amour existe (même si c’est dans un roman), et que l’amour va au-delà de l’apparence physique. Même quand Mr Rochester sera aveugle et aura perdu une main, Jane restera avec lui et l’aimera. Elle aurait pu se marier avec son cousin, un Apollon, mais elle ira chercher le vrai amour. C’est une histoire d’amour comme je les aime, de celles qui accélèrent le rythme des battements de mon cœur, de celles qui me font rêver. Je pense même que j’ai préféré ce roman à celui d’Emily, la sœur de Charlotte. J’ai beaucoup aimé Les Hauts de Hurle-Vent, mais Jane Eyre à ce petit je-ne-sais-quoi en plus qui fait dire que je l’ai adoré.

EmmaBovary
07/04/10
 

C'est un roman classique qui se lit très facilement, contrairement à l'idée préconçue que j'en avais.C'est un roman en trois parties.Le côté romanesque n'arrive pas à faire oublier les idées novatrices qio sont dites par Jane Eyre. On pourrait reprocher le côté naïf de certaines descriptions mais en même temps cela permet de garder à l'esprit que l'héroïne à 18-19 ans durant une partie du roman et qu'elle a vécu coupée du monde. Elle est très attachante. http://ramettes.canalblog

ramettes
05/12/13
 

Oui, un véritable COUP DE COEUR, comment ai-je pu passer à coté de ce livre aussi longtemps. Ma sœur l’a lu cet été durant nos vacances et m’a dit en le refermant : lis-le ! cette lecture suivie de nombreux SMS avec elle pour pouvoir revivre par procuration les sensations que procure la lecture. Lire un livre peut être un beau moment de partage.Bien, j’avoue avoir eu la joie de retrouver mon âme de midinette. Même si l’histoire peut faire penser à une littérature pour jeune fille, le style est soutenu, c’est une belle écriture comme je les aime.De ce roman très inspirée de sa vie, Charlotte Brontë dépeint la société victorienne, la pauvreté, l’amour, la perte, l’honneur, le tout ficelé par des intrigues qui met à mal votre nécessité de dormir !J’ai particulièrement apprécié le caractère de Jane, une femme qui depuis toujours sait ce qui est bon pour elle. De cette détermination, à la limite du féminisme, elle suivra le chemin qui lui correspond. Elle est vraie. C’est une personne pleine de bonté, indépendante et attachante.

Metaphore
25/05/13
 

Pour moi Jane Eyre est une relecture, et quelle relecture. Je l’ai sans doute autant apprécié que ma première lecture tout en le vivant autrement.J’avais un autre regard sur le livre, car je le connaissais, et je pouvais donc le voir autrement. J’ai remarqué que pas mal de détails étaient donnés en avance, semés par ci, par là, et étaient réutilisés plus tard. C’était très très bien fait. De plus l’écriture est fluide, c’est un classique très facile à lire et qui se laisse dévorer sans problème. Si j’ai mis plus d’une semaine à le lire c’est uniquement parce que j’étais occupée, et je le regrette parce que j’ai du mal à rentrer dans les histoires quand je fait traîner les livres.Jane est un personnage très attachant, j’adore sa façon d’être. C’est une personne droite, intelligente et très sincère, qui a cependant besoin de mouvement et qui veut vivre selon ses convictions. Mais j’aime beaucoup aussi Monsieur Rochester, son caractère un peu bourru et son apparente laideur. Madame Fairfax est également très touchante, et Adèle plutôt adorable. Bien sûr il y a des personnages que l’on ne peut pas aimer, tel que Mme Reed, ou son fils.On rencontre bien d’autres personnages dans ce livre, attachant ou pas, mais tous assez travaillé pour qu’on cerne leur façon d’être et leur caractère. Ce qui est plutôt agréable.Aucun moment de longueur dans ce livre, malgré ces presque 700 pages, chaque scène a son importance et son impact à mon avis. L’histoire comporte amour, suspens, elle est touchante parfois, triste, émouvante. Elle comporte même des moments drôles. Bref je la trouve plutôt complète et agréable à lire.Quand à la fin et bien… Je vous laisse la découvrir si vous ne connaissez pas l’histoire et je vous recommande ce très bon classique qui mérite d’être lu selon moi.

lasurvolte
21/04/13
 

Un très beau roman malgré quelques longueurs. C'est tout de même un roman culte qui vaut le détour. L'histoire est très bien racontée même si certains passage sont long comme je le disais. Il y a pas mal de description ou de passages où il n'y a pas beaucoup d'action et donc où on ne lit que les pensés et les états d'âme de l'héroïne. Il y a quand même pleins de péripéties auxquelles on ne s'attend pas et on se demande comment et quand Jane va enfin découvrir la vérité sur Rochester et sa femme (de manière tout à fait surprenante d'ailleurs!) Encore un livre qui vaut le coup et qui nous plonge dans l'univers des femmes du milieu du XXème siècle. Ceux qui n'aime pas les romans d'amour peuvent passé leur chemin parce que c'est principalement de cela qu'il s'agit!

Ally
14/01/13
 

'ai vu plusieurs adaptations (ciné et télé) du roman de Charlotte Brontë avant de le relire. Le résultat est que la magie de l'histoire est perdue car je connais le dénouement et les différents rebondissements de la narration.J'ai aimé ce livre à l'adolescence mais à l'époque j'avais un côté très mystique et gothique. Aujourd'hui, je trouve que les références religieuses sont très pesantes. En revanche, le personnage de Jane a une psychologie intéressante car elle sait toujours rester à sa place et elle a une force de caractère impressionnante comme mentionné sur la quatrième de couverture.A mon avis, Jane Eyre est une vraie héroïne de...cinéma. J'ai préféré les adaptations de ce roman même si j'ai littéralement dévoré le livre. Lilas

un flyer
30/11/12

J’entendais parler de ce classique littéraire depuis un certain temps, soit sur les blogues ou bien dans les challenges et forums de discussions. J’ai donc décidé de m’y mettre pour ainsi le connaître également et évidemment partager avec vous mon avis.Jane Eyre a été écrit par l’auteur Charlotte Brontë. Il fut d’abord publié en Angleterre le 16 octobre 1847 par les éditions « Smith Elder and Co. » Il faut, pour commencer, bien cerner le type de récit. C’est un roman de romance, mais les 700 pages qui composent ce pavé sont remplies d’actions et de situations variées, ce qui nous tient en haleine même si ce genre littéraire nous déplaît. Malgré que j’ai lu la première version française, le texte est facile à comprendre, ne soyez donc pas effrayé par le fait qu’il ait été écrit au milieu du 19e siècle.Les personnages sont soit attachants ou bien détestables, ce qui fait qu’on ne reste pas insensible quant aux protagonistes. Par contre, mon avis demeure mitigé concernant l’héroïne. Je n’ai pas nécessairement cerné certains de ses comportements, probablement parce qu’il s’agit d’une femme et non par la plume de l’auteur. Évidemment, ce n’est pas toujours facile de comprendre les dames et j’ai bien aimé cet aspect. Connaître un côté des choses qui me laisse perplexe ou bien songeur. Tout ça me pousse à me questionner plus délicatement sur les choix de certaines. Ahhh! Ces différences entre les sexes…Nous parcourons plusieurs paysages et endroits. L’héroïne paraît repasser constamment sur ses pas à un moment ou à un autre du récit. Par exemple, elle quitte sa tante, mais elle revient la voir lorsqu’elle est plus vieille, elle s’enfuit du château aux petites heures de la nuit pour y retourner des années plus tard. Ce va-et-vient semble démontrer que notre histoire ne nous abandonne jamais vraiment, qu’il est important de se rappeler, de pardonner sans oublier.Jane Eyre est féministe. Je ne veux pas dire par là qu’elle brûle ses soutiens-gorge et n’aime pas les hommes, non. J’y insinue qu’elle est une précurseure. Ce roman a été rédigé dans un moment où les femmes devaient respect et obéissance bornée. Pourtant, elle ne cesse de donner son opinion, de revendiquer ses droits et de se battre contre vents et marées pour ses propres choix. J’ai adoré, car à cette époque, ça prenait du cran pour écrire ce genre de chose.Finalement, j’ai lu le bouquin en deux jours seulement. J’ai été étonné du fait que je ne pouvais pas lâcher le récit. Il y a quelques longueurs ici et là et mon incompréhension concernant certaines actions m’a laissé un peu perplexe. Il y a aussi beaucoup trop d’adjectifs à mon goût, ce qui m’a parfois irrité. Règle générale, j’ai apprécié le moment passé avec cette dame.ConclusionC’est un classique à lire. Ne vous laissez pas impressionner par la notoriété ou bien les préjuger sur les vieux récits écrits il y a longtemps. Vous vous rendrez vite compte qu’il y a de ces oeuvres dans lesquels on plonge sans s’en apercevoir et qui nous tiennent jusqu’à la fin.Une note de 8 sur 10, car malgré les petits défauts, je sors de ma lecture avec le souvenir d’un bon moment et de l’étonnement.On aime: La facilité de lecture, l’héroïne, les questionnements philosophiques.On n’aime pas: Les longueurs inutiles, la profusion d’adjectifs. Blogue littéraire: www.sergeleonard.net

leonards
04/04/12
 

Jane Eyre est engangée en tant que gouvernante au manoir de Thornfield. Elle est rapidement fasciné par le maître des lieux, Mr de Rochester. Jane Eyre est une magnifique romance gothique. Les personnages sont parfaitement maîtrisés. L’histoire allie avec finesse les rebondissements et la tension dramatique. C’est en quelque sorte le Roméo et Juliette du XIXème siècle britannique. mini pouce06

minipouce06
25/02/12
 

J'avais vu il y a quelques années le film Jane Eyre avec Charlotte Gainsbourg et j'avais été charmée par l'histoire et le personnage de Jane Eyre.En lisant l'œuvre de Charlotte Brontë j'ai bien sûr retrouvé tout ce qui m'avait plu dans le film mais encore bien davantage.En effet, on y découvre, multitude d'évènements, de détails, de précisions qui n'apparaissent pas dans le film. Le caractère de Jane Eyre est merveilleusement et minutieusement décrit au point de donner la sensation de la connaître comme une sœur ou une grande amie et de pouvoir présager de ses réactions et de son ressenti.Chaque événement, chaque situation est décrit longuement et avec force détails ; ce qui, loin d'être rébarbatif comme cela peut l'être avec certains auteurs, permet de s'imprégner pleinement de l'ambiance et de s'immerger complètement dans les faits. L'écriture est réellement fluide et légère et souvent même directe puisque Charlotte Brontë interpelle régulièrement le lecteur et fait appel à son jugement par des phrases du type "Lecteur, il faut vous imaginer que ….".Un seul regret peut-être sur ce livre où, en comparaison du film au travers lequel on est rapidement transporté par les sentiments amoureux de Jane Eyre et de Mr Rochester, la naissance des sentiments amoureux est beaucoup moins suggérée et arrive, même en faisant abstraction de toute comparaison avec le film, assez brutalement puisque Jane parle à un moment de ne plus savoir retenir ses sentiments alors qu'on ne les soupçonnait pas encore.Dans tous les cas, Jane Eyre reste un très grande œuvre de par son écriture, l'originalité de l'histoire et la recherche dans chacun des personnages. Maylany

Maylany
26/09/11
 

C'est d'abord l'ambiance qui m'a charmé, le début tristement célèbre de ce récit qui évoque les premières années de Jane, petite orpheline qui vit chez sa tante, Mrs Reed, une dame froide qui l'a prise sous son aile et va rapidement l'envoyer dans une institution pour jeunes filles. Là, malgré le froid, la faim et les privations, elle va se lier d'amitié avec une autre jeune fille et l'une de ses enseignantes, et les années passants, décidera d'y rester en tant qu'enseignante.Ensuite, j'ai dévoré les pages durant lesquelles Jane Eyre décide de passer une annonce pour quitter l'internat et répond à une place de gouvernante dans la demeure de M. Rochester, Thornfield-Hall située dans le comté du Yorkshire. Elle devra se charger de l'éducation de sa fille Adèle. Je me souviens avoir été aussi ravie qu'elle de la voir quitter Lowood pour un avenir certes incertain mais terriblement plus excitant que les 8 années passées dans cette affreuse institution.Et ensuite... Ahhh ! C'est le meilleur ! La rencontre entre Jane et Rochester - qui à l'époque était l'homme absolu pour moi ! - et qui va déterminer toute la suite de l'histoire, leurs conversations qui vont peu à peu faire fondre la carapace de Jane. Elle si austère, timide et réservée, mais jamais amère malgré les malheurs de son enfance, et qui se laisse peu à peu submerger par ses sentiments...Et puis l'errance dans la lande, la rencontre avec St-John Rivers et ses soeurs, la naissance d'une amitié profonde, les déceptions, les révélations, les décisions à prendre qui m'ont fait trembler, les retournements de situation, bref, tout un récit que je relis encore maintenant avec le même plaisir, les mêmes frissons, en attendant toujours de voir certains évènements s'effacer pour en adoucir la fin... Et puis je me dis que c'est finalement comme ça que je l'aime, cette histoire tendre, sombre, dure mais finalement si belle !Et pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce chef d'oeuvre de Charlotte Brontë : Bon sang !! Dégotez-vous un exemplaire n'importe où et dévorez-le !!

un flyer
09/09/11

Je suis un peu déçue car j'ai lu Les Hauts de Hurlevent avant de Jane Eyre. "Les Hauts" sont plus passionné et déraisonné, Catherine (la mère comme la fille) sont des femmes qui ne reculent devant rien. Jane, guidée par la morale parait plus froide : on voudrait la voir s'abandonner à ces pulsions. De plus, la répétition de certains passages (nous avons droit à trois scènes consécutives au sujet de la demande de mariage de St. John) peut lasser. Mais la virtuosité de ce caractère et de ce destin si bien narré ne peut que charmer le lecteur.

biduldoodle
30/07/11
 

Bien sûr c’est grandiloquent et plein de bons sentiments, mais en même temps j’adore ça. J’adore ces romans où les héroïnes sont de belles, chastes et prudes jeunes filles qui refusent de s’approcher d’un homme déjà marié alors qu’elles pourraient planifier l’assassinat de l’épouse encombrante en deux coups de cuiller à pot. Ces romans où une vie de missionnaire en Inde peut-être tentante mais pas celle de maîtresse adorée d’un noble et riche anglais. Les références permanentes à la Bible ne me dérangent pas, celles aux poètes romantiques anglais m’enchantent.

Readingintherain
09/07/11
 

Ce livre m’a tenu en haleine. Jane Eyre se présente comme une autobiographie. La narratrice nous raconte sa vie de son enfance malheureuse avec sa famille, à sa découverte de la vie et de l’amour.La narratrice apostrophe souvent le lecteur, et décrit tout ses choix. Jane n’est pas une inconnue pour le lecteur, l’honnêteté de son personnage fait que je l’ai très vite apprécié et compris sa complexité. La première partie du récit décrit l’enfance de Jane, la violence de son entourage familial qui la maltraite, et sa vie qui débute réellement à l’institut Lowood où elle découvre l’amitié, le mérite et apprend à contrôler son tempérament volcanique. Jane y passe huit ans de sa vie, six en tant qu’élève et deux en tant qu’enseignante.Comprenant qu’elle ne peut rester toute sa vie dans la molle sécurité de son emploi d’enseignante à Lowood, Jane trouve une place en tant que gouvernante pour un petite fille française dans un manoir perdu de la campagne anglaise. Cette deuxième partie du récit est celle où Jane va découvrir pour la première fois des sentiments d’amour. Je craignais que les trois cent pages restantes ne soient consacrés à l’idylle qui naît entre Jane et son maître, se cherchant l’un l’autre sans se l’avouer. Si cette étape est bien présente dans le roman, elle n’est pas trop longue. Jane ne cache pas la nature de ses sentiments et la relation qui s’établit entre les deux personnages est fondée sur des confidences et de véritable déclarations d’amour, ce qui m’a vraiment surprise ( je suis trop habituée à Orgueil et préjugés sans doute !).Ce qui est intéressant c’est que cette deuxième partie ne nous invite pas uniquement à suivre l’histoire d’amour entre Jane et Mr. Rochester. Une domestique étrange et dangereuse habite au domaine. Son rire résonne parfois au beau milieu de la nuit terrorisant Jane. Personne ne veut lui expliquer la raison de sa présence et Jane sent qu’on lui ment ouvertement. Cette présence angoissante crée de véritables moments d’effroi que Charlotte Brontë met très bien en scène.Pour ne pas gâcher la suite du roman je n’irai pas plus loin dans sa description.Jane Eyre est un roman incroyable. Je n’ai ressenti aucune longueur lors de sa lecture, j’ai été parfois très émue et je me suis attachée aux personnages. L’absence d’amour lors de son enfance a fait de Jane une personne incapable d’accepter qu‘on puisse éprouver un amour durable à son égard. Elle préférera tourner le dos à l’amour plutôt que d’être heureuse : « Je me croyais heureuse et fus surprise en découvrant que je pleurais »A cent pages de la fin, j’étais incapable de deviner la suite, ce qui est assez rare et gage de bonne qualité à mes yeux.Plus que par l’histoire d’amour, j’ai été séduite par ce personnage de femme qui doit apprendre à accepter d’être aimé.Désormais, si quelqu’un mentionne Jane Eyre, je participerai aux cris de joie.

LecturesHumaines
15/06/11
 

Au fil des pages, je ne pus m'empêcher de relever également l'importance de la religion, des notions de Bien et de Mal, de respect des convenances... Et pourtant, Jane apparaît au fil des pages comme une jeune femme qui se veut indépendante, oscillant entre le respect des convenances et la volonté de s'élever intellectuellement et culturellement, ce qui contraste énormément avec la vision que l'on pouvait avoir alors de la nécessité d'instruire les filles. Couture, chant, dessin semblaient plus important à apprendre, alors que Jane passe des soirées entières à apprendre l'allemand... Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
13/03/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.29 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : CHARLOTTE MAURAT

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition