Je l'aimais

GAVALDA, ANNA

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 11/02/04
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

«On biaise, on s'arrange, on a notre petite làcheté dans les pattes comme un animal familier. On la caresse, on la dresse, on s'y attache. C'est la vie. Il y a les courageux et puis ceux qui s'accommodent. C'est tellement moins fatigant de s'accommoder...»A-t-on le droit de tout quitter, femme et enfants, simplement parce que l'on se rend compte - un peu tard - que l'on s'est peut-être trompéoe Adrien est parti. Chloé
et leurs deux filles sont sous le choc. Le père d'Adrien apporte à la jeune femme son réconfort. À sa manière: plutôt que d'accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n'en a pas été capable. Tout au long d'une émouvante confidence, il raconte à sa belle-fille comment, jadis, en voulant làchement préserver sa vie, il a tout gâché.
15 personnes en parlent

Premier et tout petit roman d'Anna Gavalda, écrit dans un style minimaliste, et qui se lit très vite :Adrien est parti, sa femme Chloé et leurs deux filles sont sous le choc. Pierre, le père d'Adrien, apporte à la jeune femme son réconfort, à sa manière : plutôt que d'accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n'en a pas été capable. Tout au long d'une confidence en pointillés, il raconte à sa belle-fille comment, jadis, en voulant lâchement préserver sa famille et son confort, il a gâché sa vie et son amour.«On biaise, on s'arrange, on a notre petite lâcheté dans les pattes comme un animal familier. On la caresse, on la dresse, on s'y attache. C'est la vie. II y a les courageux et puis ceux qui s'accommodent. C'est tellement moins fatigant de s'accommoder...»Ce livre est facile à lire, mais il lui manque quelque chose, un peu de profondeur sans doute. Les émotions sont présentes, certes, mais pas très intenses. La morale du livre (parfois il faut faire des choix douloureux pour parvenir au bonheur) reste simpliste. L'idée de confronter le beau-père et la belle-fille autour du départ du fils et mari est originale (c'est là un des rares intérêts de ce livre assez larmoyant) car alors les dialogues font mouche. Le beau-père est le personnage qui a le plus de substance et je le trouve assez réussi quand il tombe le masque du "vieux con" autoritaire et hautain, mais c'est une tranche de vie somme toute assez banale qu'il raconte...

Kara
14/01/09
 

Chloé voit l’homme qu’elle aime la quitter. Elle est effondrée, ne sait pas trop comment faire face, surtout pour ses enfants. Jusqu’à ce que Pierre, son beau-père, décide de l’emmener à la compagne avec les filles. Là, il va l’écouter, la découvrir, mais aussi et surtout se révéler. Car Pierre ne parle pas beaucoup, n’intervient que très rarement. L’heure des confessions est venue, Pierre doit lui parler de Mathilde, cette femme qu’il a aimé.Comme dit plus haut, il est très court, et se lit très vite, même si sa rigidité m’a dérangé ! Que c’est désagréable et gênant de lire un livre rigide en tâchant de faire au mieux pour ne pas l’abîmer ! Mais bref ! Dans Je l’aimais, l’auteur nous offre énormément de dialogues. Trop, peut-être. Car il n’y a presque que cela. Peu de récit, voire pas du tout. Je n’y étais pas préparée, et je n’ai pas l’habitude de me contenter de lire des dialogues. Bon, j’exagère un peu, mais le fait est là. Cependant, le style est simple, mais tellement vrai. On va droit à l’essentiel, sans passer par quatre chemins, sans aucun détour. C’est un mal pour un bien, finalement.Le personnage de Chloé m’a beaucoup touchée. Être quittée par son homme parce que celui-ci en aime une autre, et avoir à gérer ses filles, ce n’est pas évident. Elle m’a vraiment fait de la peine. Mais elle m’a aussi agacé par moments. Quant à Pierre, c’est la même chose. Il m’a exaspéré par moments, m’a déstabilisé, m’a même dégoûté, mais il m’a touché également. Son histoire est somme toute simple, mais différente des autres. Il y a ce je ne sais quoi qui fait que. Tout du moins, c’est mon impression.J’aime beaucoup les romans où les secrets, les confessions règnent. Ce qui est le cas ici, comme vous l’aurez compris. Et une fois que Pierre commence son récit, comme Chloé, on veut savoir comment ça se termine, on veut connaître la suite, l’évolution. On s’impatiente même un peu quand Pierre tourne autour du pot, parle d’autre chose. Mais je dois avouer aussi qu’il me reste un goût d’inachevé, une étrange sensation. Quelque chose m’a gêné, me gêne toujours d’ailleurs. Mais pas moyen de mettre le doigt dessus. J’ai aimé, mais il ne me laissera sûrement pas un souvenir intarissable.En somme :une lecture simple mais agréable, originale de par sa construction, mais quelque chose m’a dérangé. Askmetoread

askmetoread
20/03/13
 

J'ai terminé Je l'aimais il y a de cela plusieurs semaines et je m'en souviens très bien. Je me souviens de l'histoire, je me souviens des personnages, je me souviens surtout de mes ressentis qui sont encore bien présents. J'ai aimé les échanges et les révélations qui apportent beaucoup à l'histoire.Ce huis clos entre Chloé et son beau-père me laissera un bon souvenir de ma première lecture d'Anna Gavalda. Déjà, j'ai aimé le fait que pour une fois, un beau-père soit mis sur le devant de la scène. De plus, cet homme a beaucoup de choses à transmettre.Une première lecture appréciable, je lirais un autre livre d'Anna Gavalda si j'en ai l'occasion.>>> http://www.leslecturesdelily.com/2015/04/je-laimais-ecrit-par-anna-gavalda.html#more http://leslecturesdelily.com

LeslecturesdeLily
02/04/15
 

Des années qu’on me parle d’Anna Gavalda, « la Grande ».Des années que je résiste à l’horrible tentation de me faire mouton en achetant un de ses livres.Puis voilà l’été qui arrive avec son lot d’offres promotionnelles sensationnelles « 3 livres achetés, 1 offert ! ».C’est ainsi que débute mon dilemme et sa conclusion peu glorieuse. Disons-le clairement : j’ai bien 3 livres qui m’intéressent dans la collection X, mais l’un d’eux est un des fameux livres offerts. Que faire ? S’écraser sous le poids du plus grand nombre qui crie, que dis-je, hurle : achète Anna Gavalda !Après quelques minutes de réflexion et de lecture de 4e de couverture, je me décide pour Je l’aimais, un roman dont la taille est selon moi plus proche de la nouvelle, mais qui aura au moins le mérite de ne pas me faire perdre mon temps s’il n’est pas à mon goût.Disons les choses comme elles sont, ce fut une mauvaise idée. Je dirais même une très mauvaise. Anna Gavalda aurait dû rester une sombre inconnue que j’aurais peut-être pu découvrir avec un meilleur roman, si tant est qu’il y en ait.L’histoire est simple : une femme, que son mari vient de quitter, se retrouve avec ses deux enfants et son beau-père dans une vieille maison de campagne. Tout le roman tourne alors autour des confidences que va lui faire son beau-père sur sa propre vie amoureuse afin, je suppose, de lui remonter le moral. Si j’écris « je suppose » c’est parce que la conclusion du livre me laisse un peu perplexe : tous les hommes mariés trompent leurs femmes, toutes les épouses ferment les yeux et attendent que ça passe, toutes les maîtresses se font finalement larguer. Conclusion : les gens mariés sont atrocement malheureux et s’ennuient à mourir… [Plus sur :]

Belykhalil
02/10/14
 

J’avais tellement aimé Ensemble, c’est tout, que je savais, avant même de commencer ce roman, qu’il me décevrait. Et je ne me suis pas trompée, malheureusement. L’histoire, le style, les personnages… rien ne m’a plu. Le récit est lent et lourd. Bref, cette lecture fut dépourvue du moindre intérêt pour moi. http://blogaelle.wordpress.com/

GaL7
15/03/14
 

C’est le troisième roman que je découvre d’Anna Gavalda. Comme j’avais beaucoup aimé les deux premiers bouquins que j’avais lus de l’auteure, j’ai sauté sur l’occasion de sortir celui-ci de ma PAL pour en faire une LC avec ASK. La quatrième de couverture de cet ouvrage me tentait beaucoup et me laissait présager que j’allais aimer ce bouquin autant que mes deux précédentes lectures de l’auteure.« Je l’aimais » se laisse lire mais j’en attendais beaucoup plus. A certains moments, je me suis ennuyée. Heureusement, c’est un petit roman qui se lit très vite sinon je pense que j’aurais eu de la difficulté à arriver à la fin. Au départ, je pensais qu’on allait plus suivre l’histoire de Chloé et j’avais hâte d’en savoir plus sur elle. Mais, au final, elle n’est pas tellement exploitée et elle passe au second plan après son beau-père, Pierre. J’ai été un peu déçue, j’aurais voulu qu’elle reste le personnage principal. Malgré cette petite déception, j’ai eu du mal à lâcher ce bouquin car une fois que j’ai été plongée dans l’histoire de Pierre, j’étais impatiente d’en savoir la fin. En bref, comme vous avez pu le voir, « Je l’aimais » m’a un peu déçue par rapport à mes deux précédentes lectures d’Anna Gavalda. Peut-être que ce n’était pas le moment ou que j’en attendais trop. Enfin, une chose est certaine, c’est que j’ai encore d’autres livres de l’auteure dans ma PAL et je ne vais pas tarder à les sortir. Isa

isa1977
06/05/13
 

Un livre qui se lit facilement et vite. Essentiellement du dialogue ce qui n’est pas banal.Ce que je trouve dommage, c'est que finalement l'histoire du départ n'est pas du tout creusée au lieu de ca, on bascule rapidement sur celle du beau père.J'hésite sur la morale de l'histoire... il faut mieux être égoïste et abandonner femme et enfant pour être heureux et vivre sa vie ou être "lâche" et respecter ses vœux de fidélité quitte a laisser partir l’amour de sa vie?Ce livre ne m'a pas vraiment convaincu. Moi même enfant de divorcés, j'aurai préféré que la femme abandonnée montre sa force en relevant la tète . Finalement au bout du compte elle se rendrait compte qu’elle est plus heureuse sans lui voir même avec un autre.

swircz
06/04/13
 

Une fois de plus j'ai adoré. On entre directement dans le vif du sujet c'est un peu déroutant car la discussion commence entre ces deux personnage sans que l'on sache réellement ce qui s'est passé avant, qui ils sont l'un pour l'autre... Mais qu'elle discussion, un très bel échange ! J'ai pourtant cru que j'allais le rendre à la bibliothèque au bout de quelques chapitre puis je me suis accrochée à ce que racontait Pierre et je me suis laissée transportée. Je n'ai pas aimé l'adaptation cinématographique feechoco

emi25
10/03/13
 

« Je l’aimais »… Qui aimait qui ? Chloé aimait Adrien ? Pierre aimait Mathilde ? De qui parle-t-on ? Des deux pour sûr. Au court de ce livre, on assiste à une longue discussion entre deux protagonistes en apparence très différents mais au final liés. Il y a Chloé, la trentaine, mère de deux filles Marion et Lucie. Elle s’est faite plaquer par son mari Adrien, qui est parti avec une jeunette (un peu plus jeune que Chloé, quoi).Et il y a Pierre, le père d’Adrien, un rustre, « un vieux con » comme il dit. Désespéré par l’attitude de son fils et par le chagrin de sa belle-fille, il emmène Chloé, Marion et Lucie dans la vieille maison de famille. De là, s’engage une discussion entre eux deux où chacun va se livrer, vider son sac.Ainsi, on découvre que derrière son image de « vieux con », Pierre cache un grand passionné, un amoureux transi, un cœur friable.Chloé, elle, écoute. Elle écoute et écoute toujours. Entre amour et haine, ils vont s’engueuler, s’aimer, se comprendre. A mon avis une très belle histoire racontée avec brio. De l’amour, de l’entraide, une légère guimauve fondue sur fond de flash-back. Un bon moment donc. En bref :Un livre à ne pas mettre entre les mains des férus d’action et de mouvements constants.Un livre à mettre entre les mains des amoureux de l’amour.

SEcriture
18/09/12
 

Mon avis est plutôt partagé sur ce livre. J'aime beaucoup le style d'Anna Gavalda, sa légèreté et la façon dont elle mène le récit de cet homme égoïste du début à la fin. Cependant, je ne trouve pas grand intérêt à ce livre, presque tout se passe en une soirée et Chloé et son beau-père ne font que parler de l'histoire d'amour qu'à vécu cet homme discret avec Mathilde plusieurs années auparavant mais qu'il n'a pas eu le courage d'aimer comme elle le méritait. Je dois avouer malgré tout que le récit de Pierre est trés touchant et on sent trés bien ses sentiments, son amour mais aussi son regret... Stories-of-books

storiesofbooks
15/09/12

A la base, ce livre est censé nous raconter l'histoire de Chloé, qui vient d'être quitté par son amoureux et le père de ses 2 filles, Adrien. Cependant, on se rend vite compte que c'est l'histoire de Pierre (le beau-père de Chloé) qui va nous être conté. Du coup, Chloé n'est que le second rôle de cette histoire et ça m'a gêné...De plus, ce livre rentre tout de suite dans le vif du sujet, avec des dialogues. On ne sait donc pas qui parle, de quoi, où et pourquoi. On arrive enfin à comprendre au bout d'une quinzaine de pages...Cette lecture m'a laissé perplexe, j'ai aimé l'histoire, mais pas la façon dont elle est racontée. Et puis la fin, enfin je devrais dire Quelle fin ?!?, puisque le livre finit avec cette phrase : "Est-ce que cette petite fille têtue n'aurait pas préféré vivre avec un papa plus heureux ?"Bilan : une histoire difficile à suivre, et pas de fin... Encore un livre d'Anna Gavalda qui me laisse de marbre, heureusement qu'il y a Ensemble, c'est tout pour rattraper le coup...

Laetydu79
16/08/12
 

Il fallait bien que j'en lise un, pour voir. Et j'ai vu. Je ne fais pas parti du public visé, autant le dire de suite. C'est une histoire sentimentale. Il paraît que ça aide à digérer les ruptures. Mouais...Je l'aimais, c'est l'histoire d'une gonzesse qui vient de se faire larguer avec ses deux gamins, la trentaine passée, pour une minette superficielle. Forcément, elle va squatter chez ses beaux-parents et doit cohabiter avec beau-papa qui semble être un vieil ours mal léché. Sauf que beau-papa va lui raconter avec emphase et émotion comment il a cocufié sa femme pendant des années, cherchant ainsi à convaincre la malheureuse que son ex est un type bien courageux et qui a eu bien raison de la planter. http://marcanciel.over-blog.fr

marcanciel
08/09/11
 

Premier roman d'Anna Gavalda que je lis, et que j'ai dévoré. Avec un style sublime et un vocabulaire recherché et moderne. Et aussi une façon agréable de faire ressortir les sentiments. Un livre touchant et pourtant si simple... peut-être trop simple au goût de certains, mais pour ma part j'aime beaucoup cet auteur : c'est ma révélation et mon coup de coeur du moment. Je comprend maintenant pourquoi beaucoup de monde la considère comme un des auteurs actuels à découvrir absolument.

Livre4Ever
17/06/11
 

Les premiers chapitres sont courts, rapides à lire, composés de scénes quotidiennes puis, petit à petit, les chapitres se rallongent, deviennent des monologues sur les souvenirs de Pierre, les réactions de Chloé.On assiste en fait à une sorte de débat en découvrant les regrets et l'amour perdue de Pierre contre la tristesse et l'incompréhension de Chloé, laissée à l'abandon par son mari.

RizDeuxZzZ
24/05/11
 

C'est peut-être parce que je suis tombée en admiration devant le recueil de nouvelles Je voudrais que Quelqu'un m'attende Quelque Part que je suis un peu déçue par Je l'aimais. Bien que sensible et juste, le roman manque de profondeur. Ou alors ce qui me bloque est juste que je ne suis pas trop d'accord avec ce père qui essaie de remonter le moral de son ex-belle-fille en disant que c'est mieux que le mari qu'elle aime encore parte plutôt qu'il lui mente ... Et la fidélité là-dedans ! Hein ?

milca
02/03/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition